Cisco de l'Alaska

Coregonus laurettae

Statut LEP
Aucun statut
AS
Préoccupante
P
Menacée
M
En voie de disparition
EVD
Disparue du pays
DP

Statut LEP

  • Aucun statut AS
  • Préoccupante P
  • Menacée M
  • En voie de disparition EVD
  • Disparue du pays DP
Statut COSEPAC
Non en péril
NP
Préoccupante
P
Menacée
M
En voie de disparition
EVD
Disparue du pays
DP

Statut COSEPACP

  • Non en péril NP
  • Préoccupante P
  • Menacée M
  • En voie de disparition EVD
  • Disparue du pays DP

Coup d'œil

Un poisson anadrome aux reflets argentés, le cisco de l’Alaska habite les régions nordiques, notamment les mers de Bering, de Tchouktche et de Beaufort, et le long des côtes ouest et nord de l’Alaska; on le retrouve également sur la côte nord et est de la Russie (la mer de Tchouktche et la péninsule Kamchatka). On sait que le poisson migre dans quelques rivières de l’Alaska pour le frai, parfois sur de longues distances. Les migrations les plus longues conduisent le cisco de l’Alaska jusque dans la portion canadienne de la rivière Yukon, qui est le seul endroit au Canada où on le retrouve.

Au sujet du cisco de l'Alaska

Les renseignements dont nous disposons sur le cisco de l’Alaska sont parcellaires en raison de ses rares apparitions. Donc, une bonne partie du savoir que nous détenons sur cette espèce a été recueilli en Alaska, où le cisco est abondant. Ce poisson appartient à la famille des corégonidés, c’est-à-dire un malacoptérygien qui comprend les ciscos d’eau douce et est souvent difficile à distinguer des autres espèces. C’est un poisson anadrome, migrant de l’eau salée à l’eau douce pour se reproduire. À la manière du cisco de l’Arctique découvert dans la rivière Mckenzie et d’autres écoulements d’eaux du nord-ouest de l’Arctique, le cisco de l’Alaska fraie dans des courants rapides près de lits de gravier où les eaux sont distribuées en nappes sur le substrat. Nous ne savons pas si le cisco fraie plus qu’une fois par année; le cisco de l’Alaska atteint la maturité sexuelle entre quatre et neuf ans. L’âge moyen de la maturité sexuelle des femelles est de sept ans alors que pour les mâles, elle situe à six ans. Les alevins migrent à l’extérieur de la rivière et ne semblent pas passer beaucoup de temps à grandir dans l’eau douce.

En Alaska, le cisco de l’Alaska est la cible des pêcheurs côtiers qui le recherchent pour leur forte teneur en huile. Bien que pendant l’été, il constitue l’espèce de ciscos la plus abondante dans la rivière Alaska, il ne fait pas l’objet d’une pêche abondante dans la rivière puisqu’il migre en même temps que le saumon quinnat du Yukon et le saumon kéta, deux salmonidés plus prisés par les pêcheurs. Sa présence sur de longues distances dans la rivière Yukon et le long de la côte de Bering porte à croire que le cisco de l’Alaska pourrait être une importante source alimentaire pour un certain nombre de prédateurs dans les environnements costaux et riverains.

Comment reconnaître le cisco de l'Alaska

Le cisco de l’Alaska ressemble à un gros hareng grassouillet dont le corps prend des couleurs argentées avec des écailles de taille moyenne. Les ciscos de la rivière Yukon mesurent en moyenne de 34 centimètres (mâles) à 38 cm (femelles). À ne pas confondre avec d’autres espèces de ciscos, les nageoires pelviennes et pectorales du cisco de l’Alaska sont presque incolores et possèdent de 18 à 25 branchicténies —protubérance cartilagineuse qui empêche les aliments d’échapper aux branchies —ce qui traduit la diète préférée de l’espèce pour les petits organismes invertébrés.

Son habitat

Le cisco de l'Alaska passe plus de temps en eau salée que les autres ciscos, se nourrissant à la source des rivières, des estuaires et des limans; il passe de longues périodes dans l'eau salée. En Amérique du Nord, le cisco de l'Alaska se retrouve le plus souvent dans les bandes côtières des mers de Beaufort, de Bering et de Tchouktche en Alaska. Il préfère l'eau qui n'est pas trop salée.

Les principales migrations dont le but est le frai passent par les rivières Yukon et Kuskokwim, en Alaska. Dans la rivière Yukon, les principaux secteurs de frai se situent le long des courants dominants entre Circle et Fort Yukon, en Alaska. Cependant, certains ciscos d'Alaska migrent en amont de la rivière Yukon et se rendent dans les eaux canadiennes où on les aperçoit de façon sporadique aussi loin en amont que Dawson City, dans le Territoire du Yukon. Le savoir traditionnel laisse entendre que la répartition en amont de la rivière Yukon est plus étendue que ce qu'indiquent les relevés officiels. Dans la rivière Yukon, la période du frai s'étend de la fin du printemps ou du début de l'été jusqu'en automne, avec des sommets en octobre. Il est possible que le cisco de l'Alaska se retrouve le long de la partie du territoire du Yukon, sur la ligne de côte de la mer de Beaufort, mais sa présence n'a pas été consignée ni confirmée.

Pourquoi le cisco de l'Alaska est-il en péril?

Le comportement migratoire du cisco de l’Alaska rend l’espèce potentiellement susceptible d’être victime d’obstructions sur les cours d’eau. Des modifications aux débits d’eau ou des changements dans la qualité de l’eau dans les secteurs de frai pourraient potentiellement avoir des conséquences néfastes. On ne pêche pas le cisco de l’Alaska à des fins commerciales et il ne semble pas que l’espèce soit en danger d’être présentement l’objet d’une surpêche. À partir de la présence sporadique du cisco de l’Alaska dans les filets rotatifs du MPO exploités près de la frontière canado-américaine pendant la période de juin à octobre, on conclut qu’il est possible que l’espèce se trouvant dans la portion canadienne de la rivière Yukon représente une frange d’une population de frai beaucoup plus imposante, centrée dans les parties en amont de la rivière Yukon en Alaska débordant au Canada depuis plusieurs années. On ne sait pas si le frai se produit au Canada.

Ce qui est fait

Le cisco de l’Alaska a été désigné par le Comité sur la situation des espèces en péril au Canada (COSEPAC) comme ajout à la liste de la Loi sur les espèces en péril (LEP) du gouvernement fédéral à titre d’espèce préoccupante. On s’attend à ce que la décision touchant cette recommandation soit prise en 2007 après des consultations au Yukon. L’espèce est protégée par la Loi sur les pêches du gouvernement fédéral qui interdit la destruction de l’habitat du poisson. Des projets sont en cours d’élaboration pour sensibiliser le public du Yukon, en particulier les pêcheurs, les collectivités des Premières nations et les Conseils de gestion de la faune, les responsables des relevés des prises; le travail se fait en collaboration avec les gouvernements du Yukon et de l’Alaska pour en apprendre davantage sur les espèces transfrontalières de la rivière Yukon.

Que pouvez-vous faire?

Le cisco de l’Alaska obtiendra la protection dont il a besoin seulement si nous travaillons ensemble à mieux comprendre les besoins du cycle biologique de cette espèce canadienne rare et que nous identifions son habitat essentiel. Pour ce qui est des autres enjeux de conservation, renseignez-vous davantage sur l'espèce et soyez sensible aux menaces représentées par l'homme. Faites votre possible pour atténuer ces menaces pour mieux protéger l'habitat essentiel et engagez-vous auprès d’organismes de conservation de votre région. Contribuez au Programme d’intendance de l’habitat (PIH) ou un autre organisme de conservation.

Pour un complément d’information, consultez le Registre public des espèces en péril (LEP).

Cisco de l'Alaska

Cisco de l'Alaska - Randy Brown

Randy Brown
USFW Service, Fairbanks, Alaska

Nom scientifique : Coregonus laurettae
Taxonomie : Poisson (eau douce)
Statut LEP : Aucun statut
Statut COSEPAC : Préoccupante (novembre 2004)
Région : Pacifique

Territoire du Yukon et rivière du Yukon

Territoire du Yukon et rivière du Yukon
Ressources naturelles Canda

Le saviez-vous?

Marathonien des mers

Le cisco de l'Alaska devrait avoir une plus grande notoriété. Nous sommes tous en admiration devant l'impressionnant saumon, qui franchit des milliers de kilomètres en amont des rivières pour se reproduire, mais le parcours du cisco de l'Alaska est tout aussi extraordinaire. Ce petit mais puissant voyageur, qui ne fait qu'un demi-mètre, est connu pour nager à contre-courant sur une distance de 2 100 kilomètres dans sa migration en amont de la rivière, de la mer de Bering jusqu'à la rivière Yukon.

Renseignements connexes