Morue franche (Terre-Neuve-et-Labrador)

Gadus morhua

Statut LEP
Aucun statut
AS
Préoccupante
P
Menacée
M
En voie de disparition
EVD
Disparue du pays
DP

Statut LEP

  • Aucun statut AS
  • Préoccupante P
  • Menacée M
  • En voie de disparition EVD
  • Disparue du pays DP
Statut COSEPAC
Non en péril
NP
Préoccupante
P
Menacée
M
En voie de disparition
EVD
Disparue du pays
DP

Statut COSEPAC

  • Non en péril NP
  • Préoccupante P
  • Menacée M
  • En voie de disparition EVD
  • Disparue du pays DP

Description

La morue franche a un corps allongé qui varie en couleurs de brun à vert et à gris, avec de petites taches noires sur le dos. La ligne latérale pâle de la morue forme une courbe au-dessus des nageoires pectorales. Elle a un seul barbillon bien développé – ou moustache – sous son menton. Sa taille à la maturité varie de 45 à 55 cm en moyenne.

La morue franche se nourrit de divers poissons et mollusques dont le capelan, le hareng, la plie et le crabe.

Habitat

La population de morue franche de Terre-Neuve-et-Labrador vit dans les eaux côtières et hauturières qui s'étendent de la pointe nord du Labrador à l'est de Terre-Neuve, incluant les Grands Bancs.

La morue franche fraie principalement au printemps et les larves flottent à la surface. Sur les quelques millions d'œufs produits par une femelle, seul un œuf par million environ réussit à terminer le cycle et à devenir une morue adulte. Les morues juvéniles, jusqu'à environ quatre ans, préfèrent un habitat qui leur offre une protection, comme les habitats littoraux de mousse de mer. Â l'âge adulte, elles occupent un vaste éventail d'habitats et ne semblent pas avoir de préférence pour une profondeur ou un type de fond en particulier.

Cette carte présente la localisation de la population de Terre-Neuve-et-Labrador de morue franche. Elle s'étend de l'extrémité nord du Labrador aux eaux côtières et hauturières du Labrador, jusqu’à l'est de Terre-Neuve et des Grands Bancs.

Cette carte présente la localisation de la population de Terre-Neuve-et-Labrador de morue franche. Elle s'étend de l'extrémité nord du Labrador aux eaux côtières et hauturières du Labrador, jusqu’à l'est de Terre-Neuve et des Grands Bancs.

Menaces

Les principales menaces à la population de morue franche de Terre-Neuve-et-Labrador sont :

  • La mortalité naturelle (les sources demeurent inconnues, mais peuvent inclure les changements dans les interactions avec les autres espèces et la variation des conditions du milieu marin).
  • La mortalité par pêche (comme celle attribuable à la pêche d'intendance dirigée et à la pêche récréative dans la division 2J3KL de l'Organisation des pêches de l'Atlantique Nord-Ouest [OPANO] et aux prises accessoires dans la division 3NO).

Renseignement supplémentaires

La population de morue franche de Terre-Neuve-et-Labrador est protégée en vertu de la Loi sur les pêches. Une partie de la population, dans la zone de protection marine de la baie Gilbert, est également protégée en vertu de la Loi sur les océans. Des moratoires sont en place pour la pêche commerciale de la morue franche dans les divisions 2GHJ3KLNO et des mesures de gestion sont en place pour la pêche d'intendance et la pêche récréative, comme des restrictions imposées aux engins de pêche, des limites de prises par saison et des quotas. Des limites de prises accessoires de morues franches ont été établies pour toutes les pêches visant d'autres espèces.

Visitez le Registre public des espèces en péril (LEP).

Morue franche (Terre-Neuve-et-Labrador)

Morue franche

Nom scientifique : Gadus morhua
Statut selon la LEP : Aucun statut
Statut selon COSEPAC : En voie de disparition
Régions : Terre-Neuve-et-Labrador

Le saviez-vous?

Il fut un temps où la morue était si abondante que Jean Cabot rapportait que les matelots pouvaient pêcher les morues au seau. On pêche la morue franche au large des côtes de Terre-Neuve et du Labrador depuis la fin du quinzième siècle et on l’appelait à juste titre « la monnaie de Terre-Neuve. »

Morue franche

Bob Semple

Renseignements connexes