Flétan de l'Atlantique

Flétan de l'Atlantique
Nom latin

Hippoglossus hippoglossus

Nom du groupe

poisson de fond

Information taxonomique (en anglais seulement)

Habitat

Le flétan de l'Atlantique est largement répandu dans l'Atlantique Nord. Dans l'Atlantique Nord-Ouest, on retrouve des populations depuis les eaux côtières de la Virginie jusque loin dans le nord, à hauteur du cercle polaire arctique. Il y a de grandes concentrations de flétan au large du Groenland, de Terre-Neuve, du Labrador et de la Nouvelle-Écosse ainsi que dans le golfe du Saint-Laurent. Dans l'Atlantique Nord-Est, ce poisson se retrouve depuis le golfe de Gascogne jusque dans les eaux du Spitsberg et la mer de Barents. Le flétan de l'Atlantique fait l'objet d'une pêche commerciale.

Description de l'espèce

Le corps est comprimé et de forme ovale. Les deux yeux sont généralement insérés du côté droit du corps, le côté gauche étant aveugle. La coloration du corps du côté oculaire va de brun verdâtre à presque noir. Les juvéniles peuvent être légèrement mouchetés ou tachetés et attrapent des taches grises ou rougeâtres à mesure qu'ils vieillissent. La bouche, très grande, est armée de nombreuses dents pointues et incurvées. Le flétan de l'Atlantique peut atteindre une longueur de plus de 2 mètres mais il pèse typiquement moins de 100 kilogrammes.

Le flétan (Hippoglossus hippoglossus) peut atteindre plus de 2,5 m de long et peser plus 300 kg, ce qui en fait le poisson de fond de l'océan Atlantique le plus grand, le plus répandu et dont la valeur commerciale est la plus importante. Leur aire de répartition géographique en Atlantique Nord-Ouest s'étend des côtes de la Virginie au sud, aux eaux de baie de Disko, au Groenland, au nord. Il est toutefois commercialement épuisé dans les eaux des États-Unis et rare au sud des Grands Bancs. Le flétan est une espèce démersale qui vit sur le fond marin et qui affectionne une température entre 3 et 5 °C. Au niveau du plateau néo-écossais et du sud des Grands Bancs, on trouve le plus grand nombre de flétans dans les bras de mer qui longent les bancs et le bord du plateau continental, à des profondeurs allant de 200 à 500 m. La tranche d'eau où vivent les plus grands spécimens est plus importante que pour les plus petits flétans. En outre, les flétans les plus grands descendent dans des eaux plus profondes en hiver.

Le flétan appartient à la famille des pleuronectidés dont les espèces ont, pour la plupart, les deux yeux sur le côté droit de leur corps, le côté gauche étant totalement aveugle. Ils sont plats d'un côté à l'autre et nagent le côté gauche tourné vers le fond et le côté droit, ou côté oculaire, tourné vers la surface. Le flétan n'est coloré que du côté oculaire. Cette couleur va du brun verdâtre au marron très foncé. Son côté aveugle est en général blanc chez les jeunes. Il se marbre de gris, voire de rouge-cerise, quand le flétan avance en taille et en âge. Le flétan possède une grande bouche (atteignant le milieu des yeux) et est armée de nombreuses dents pointues et incurvées. Outre la taille, le flétan de l'Atlantique se distingue de la plupart des autres espèces de poissons plats par sa nageoire caudale échancrée.

Grâce à l'analyse du contenu des intestins du flétan, on constate que ses principales proies sont benthiques et démersales. En grandissant, un flétan délaisse peu à peu les invertébrés pour se nourrir de poissons. Les petits flétans (< 30 cm) se nourrissent de bernards l'hermites, de crevettes, de petits crabes et de mysidacés alors que les plus grands (plus de 70 cm) se nourrissent de poissons plats (Hippoglossoides platessoides), de sébastes (Sebastes sp.) et de goberges (Pollachius virens).

Mâles et femelles du plateau néo-écossais et des Grands Bancs grandissent à la même vitesse pendant sept ou huit ans (~ 100 cm), après quoi la croissance du mâle ralentit tandis que la croissance de la femelle continue jusqu'à 20 ans. La taille maximale d'une femelle (200 cm) est bien supérieure à celle d'un mâle (140 cm). L'âge de la maturité n'est pas encore établi, mais la taille de la maturité a été estimée à 115 cm pour la femelle et à 75 cm pour le mâle. Il n'a pas encore été établi où et quand le flétan fraie, mais selon certains pêcheurs, il fraierait en eaux profondes (300 à 700 m) pendant les mois d'hiver, soit de décembre à mars.

Pêche

Dans la zone de gestion 3NOPs4VWX5Zc qui couvre le plateau néo-écossais et le sud des Grands Bancs, le flétan est le plus souvent pêché par des palangriers avec des lignes de fond le long des bords du plateau continental.

La pêche au flétan n'était pas réglementée avant 1988. En 1988, on met en place un quota de captures de 3 200 t pour la zone de gestion 3NOPs4VWX5Zc. Ce total autorisé des captures (TAC) est réduit à 1 500 t en 1994, puis à 850 t en 1995. En 1999, le TAC augmente de 850 t à 1 000 t à la suite de recommandations du Conseil pour la conservation des ressources halieutiques. Il a d'ailleurs augmenté plusieurs fois depuis 2000. Depuis 1994, les plans de gestion et les conditions de permis obligent la remise à l'eau des flétans de moins de 81 cm. La moyenne des débarquements de flétans de 1960 à 2007 pour cette région avoisine les 1 800 t par an, dans une fourchette qui va d'un peu moins de 1 000 t à environ 4 200 t.

Figure 2 - Carte de la zone de gestion du flétan de l'Atlantique montrant les divisions 3NOPs4VWX5Zc de l’Organisation des pêches de l’Atlantique Nord-Ouest (OPANO). La ligne blanche délimite la zone économique exclusive (ZEE).

Carte de la zone de gestion du flétan de l'Atlantique montrant les divisions 3NOPs4VWX5Zc de l’Organisation des pêches de l’Atlantique Nord-Ouest (OPANO). La ligne blanche délimite la zone économique exclusive (ZEE).

Figure 3 - Débarquements, TAC et limites de capture relevés pour le flétan de l'Atlantique au niveau du plateau néo-écossais et des Grands Bancs (3NOPs4VWX5Zc).  En 1994, on a interdit la prise de flétans de moins de 81 cm.

Débarquements, TAC et limites de capture relevés pour le flétan de l'Atlantique au niveau du plateau néo-écossais et des Grands Bancs (3NOPs4VWX5Zc). En 1994, on a interdit la prise de flétans de moins de 81 cm.

Relevés et évaluations

Figure 4 - Carte des stations de relevé sur le flétan et des divisions de la zone de gestion de l'Organisation des pêches de l'Atlantique Nord-Ouest  La ligne blanche délimite la zone économique exclusive (ZEE)

Carte des stations de relevé sur le flétan et des divisions de la zone de gestion de l'Organisation des pêches de l'Atlantique Nord-Ouest La ligne blanche délimite la zone économique exclusive (ZEE)

Le relevé au chalut des poissons de fond du plateau néo-écossais est effectué tous les ans depuis 1970 par des navires de recherche (NR) du MPO. La capturabilité des flétans d'une taille supérieure à 81 cm par le navire de recherche est faible et le taux de capture est très variable d'une année à l'autre (de 40 à 70 poissons). Cet indice d'abondance des flétans adultes n'est donc pas considéré comme fiable. Toutefois, le recrutement à la pêche peut être estimé étant donné que la taille moyenne des flétans capturés lors du relevé au chalut se situe à 58 cm ± 7 cm.

Le relevé à la palangre du flétan est né en 1998 d'un travail de concertation entre l'industrie de la pêche et le secteur scientifique du MPO pour surveiller les flétans de l'Atlantique d'une large gamme de tailles (de 50 cm à 230 cm) du plateau néo-écossais et des Grands Bancs (3NOPs4VWX5Zc). Le relevé a été conçu pour générer un indice d'abondance de la population exploitable (≥ 81 cm), surveiller les changements des tendances et de la répartition de la population et obtenir des indications sur les recrues à venir.

Le relevé dure chaque année de mai à juin et est effectué à partir de 300 stations fixes qui ont un plan de stratification basé sur les chiffres des débarquements. En moyenne, 200 relevés sont remplis chaque année. Les pêcheurs suivent les protocoles de pêche, y compris les règlements sur les distances minimales des stations (3 milles marins), la taille des hameçons (hameçons circulaires no 14), leur nombre (1 000) et leur durée d'immersion (10 heures). Pendant la durée du relevé, on relève aussi un indice commercial qui sert d'indicateur pour la pêche commerciale. Pour obtenir l'indice commercial, les pêcheurs pêchent selon les mêmes protocoles que pour les stations fixes, mais dans les endroits de leur choix.

Le relevé sur le flétan et l'indice commercial donnent une répartition semblable des prises de flétan sur une décennie d'échantillonnage. L'indice d'abondance du relevé sur le flétan laisse à penser que les taux de prises dans la zone de gestion 4VWX ont augmenté ces dernières années et alors qu'ils étaient relativement stables avant 2003. Les taux de prises obtenus grâce à l'indice commercial sont toutefois plus variables et n'indiquent pas que le nombre de prises a augmenté ces dernières années. La dernière évaluation de stock du flétan de l'Atlantique pour la zone 3NOPs4VWX5Zc se trouve à l'adresse http://www.dfo-mpo.gc.ca/csas-sccs/Publications/SAR-AS/2009/2009_036-fra.htm

Recherche sur le flétan

Figure 5 - Tendances du relevé sur le flétan de l'Atlantique et taux de prises obtenus grâce à l'indice commercial (+/- 2ET)  Les données du relevé ont été analysées de trois façons différentes : toutes les stations de la zone 4VWX, les 54 stations étudiées depuis 1999 et toutes les stations étudiées pendant cinq ans ou plus et normalisées par le modèle linéaire généralisé (GLM).

Tendances du relevé sur le flétan de l'Atlantique et taux de prises obtenus grâce à l'indice commercial (+/- 2ET) Les données du relevé ont été analysées de trois façons différentes : toutes les stations de la zone 4VWX, les 54 stations étudiées depuis 1999 et toutes les stations étudiées pendant cinq ans ou plus et normalisées par le modèle linéaire généralisé (GLM).

Vieillissement

Une étude sur le vieillissement du flétan de l'Atlantique du plateau néo-écossais et des Grands Bancs sud a été réalisée entre 2005 et 2008. Les âges ont été estimés en calculant les augmentations de croissance d'environ 2 500 otolithes sagittaux de flétans de l'Atlantique finement sectionnés. Les estimations de l'âge ont été validées à l'aide de techniques utilisant le carbone radioactif qui indiquent que les augmentations de croissance sont établies chaque année. Après 8 années de croissance, la largeur de l'annulus se réduit considérablement, certainement en raison de la maturité sexuelle. Le taux de croissance des mâles et des femelles était identique et pouvait atteindre 7 ou 8 ans (environ 100 cm), après quoi la croissance du mâle ralentit, tandis que la croissance de la femelle continue jusqu'à 20 ans pour atteindre une taille maximale supérieure (200 cm) à celle des mâles (140 cm). Le flétan de l'Atlantique est un poisson qui vit longtemps, au moins jusqu'à 50 ans, ce qui est un facteur important à prendre en compte pour la gestion des pêches. Vous pouvez obtenir plus de renseignements sur cette étude sur le sous-site du site Web de l'Institut océanographique de Bedford Otolith Research Laboratory (laboratoire de recherche sur les otolithes).

Marquage-recapture

Un programme de marquage utilisant des étiquettes en T (également appelées étiquettes spaghettis) a été lancé sur le plateau néo-écossais et les Grands Bancs sud de 2006 à 2008, et continuera une année sur deux à partir de 2010. Les résultats de recapture indiquent que les flétans de l'Atlantique se déplacent beaucoup dans tout l'Atlantique nord du Canada, notamment bien au-delà de la zone économique exclusive du Canada. Il est possible que les flétans situés en dehors des zones de gestion canadiennes, notamment les eaux des États-Unis, le Bonnet Flamand et les eaux situées au nord de Terre-Neuve-et-Labrador (OPANO 3KLM) fassent partie du même stock. Le ministère des Ressources marine du Maine a récemment signalé des mouvements de grande envergure identiques et a surtout remarqué que 28 % des poissons qui avaient été marqués dans les eaux côtières du Maine étaient capturés de nouveau dans les eaux canadiennes. Cependant, aucun flétan marqué dans les eaux canadiennes n'a été capturé dans les eaux des États-Unis.

En février 2009, 224 des 2 076 flétans marqués ont été capturés de nouveau. On a capturé le plus grand nombre de flétans marqués pendant la période de pêche intense de flétans, c'est-à-dire pendant les pêches destinées à faire des relevés et pendant la pêche de printemps. Les poissons marqués se sont déplacés de 1 à 2 698 km de leurs sites de libération. On peut noter que deux flétans ont parcouru environ 2 600 km des Grands Bancs aux eaux islandaises en environ 2 ans.

Il n'y avait aucun lien entre le nombre de jours au large et la distance parcourue; cependant, le mouvement dominant était vers l'est et l'ouest, avec des mouvements vers l'est sur des distances plus grandes que les mouvements vers l'ouest.

En plus de ces modèles de mouvements, ce projet de marquage fournit des estimations des taux d'exploitation utilisés pour mesurer si le stock est pêché à un niveau approprié. On a déterminé que le taux d'exploitation était de 17,7 % en 2006 et de 20,1 % en 2007.

Marquage avec une étiquette de collecte de données détachable

Des étiquettes de collecte de données détachables ont été fixées à des flétans qui ont été relâchés dans le plateau néo-écossais et les Grands Bancs sud. Ces appareils électroniques enregistrent la profondeur, la température et l'emplacement approximatif pendant 12 mois maximum. Après son détachement de l'organisme hôte, l'étiquette remonte à la surface et transmet les données aux satellites Argos. Nous nous attendons à recevoir des renseignements passionnants grâce à ces appareils de haute technologie.

Figure 6 - Coupe de l'otolithe d'un flétan de l'Atlantique mâle de 156 cm montrant des bandes de croissance annuelle indiquées par des cercles noirs On estime que le poisson à 30 ans

Coupe de l'otolithe d'un flétan de l'Atlantique mâle de 156 cm montrant des bandes de croissance annuelle indiquées par des cercles noirs On estime que le poisson à 30 ans

Figure 7 - Distances parcourues par les flétans

Distances parcourues par les flétans