Les défis reliés à l'évaluation des stocks

L'équipement utilisés dans l'évaluation des stocks (crédit photo: Station biologique du Pacifique)

L'équipement utilisés dans l'évaluation des stocks (crédit photo: Station biologique du Pacifique)

L'évaluation de l'état des stocks de poissons sous la responsabilité de Pêches et Océans Canada est l'une des fonctions les plus importantes exécutées par le Ministère.  Cette fonction est cruciale tant sur le plan de la conservation que sur celui de la pérennité des pêches commerciales durables.  De toute évidence, c'est une fonction qui est loin d'être simple.  Il suffit de demander à Laura Brown, titulaire d'un doctorat et gestionnaire de la Division des écosystèmes marins et de l'aquaculture de la Direction des sciences de Pêches et Océans Canada, à la Station biologique du Pacifique, située à Nanaimo, en Colombie‑Britannique.  Lorsque Mme Brown décrit les complexités de l'évaluation des stocks, elle emploie la métaphore de Rob Kronlund, l'un de ses collègues des sciences de la Station biologique du Pacifique :

Imaginez que vous possédez un compte de banque et que vous ne connaissez que le solde approximatif de ce compte.  Le solde approximatif représente la biomasse des stocks.  Vous savez également que les gestionnaires du compte ont retiré en moyenne un montant d'environ 75 $ par année au cours des 30 dernières années.  Ce montant représente vos prises.  Cependant, une autre personne y dépose un montant inconnu, ce qui représente l'immigration des stocks.  D'autres retraits y sont également effectués de temps à autre, ce qui représente l'émigration des stocks.

Et pour rendre la situation encore plus complexe, vous ne connaissez pas le taux d'intérêt, qui correspond au nombre de nouveaux poissons qui sont nés, c'est le recrutement, et vous ne connaissez pas précisément les frais bancaires actuels, qui représentent la mortalité naturelle.

Le directeur de la banque peut vous dire que le solde de votre compte est plus élevé cette année qu'il ne l'était l'année dernière, mais qu'il est inférieur au solde enregistré il y a 10 ans. Ce renseignement est comparable au type de renseignements que contiennent souvent les relevés de recherche, qui indiquent les fluctuations des stocks de poissons au fil du temps, mais qui ne précisent pas le nombre absolu de poissons.

Deux questions importantes s'imposent alors :  Quel est le solde actuel de votre compte de banque?  Quelle somme peut être retirée chaque année pour les 30 prochaines années si vous souhaitez continuer de faire des retraits sans toutefois vider votre compte?

Il incombe aux scientifiques de Pêches et Océans Canada d'offrir des conseils et des renseignements sur le compte aux gestionnaires des pêches, qui seraient les directeurs de banque dans cette métaphore.  Ce sont eux qui, en consultation avec les intervenants, prennent des décisions concernant l'allocation des stocks, les quotas et les fermetures, et qui déterminent généralement les diverses mesures qui doivent être prises pour assurer la conservation de nos ressources naturelles marines.  Pour donner les meilleurs conseils qui soient, les gestionnaires doivent d'abord recueillir des données exactes sur l'évaluation des stocks.

« Pour les évaluations traditionnelles des stocks, nous utilisons des données provenant de plusieurs sources, comme les données sur les prises effectuées dans le cadre de pêches commerciales ou récréatives.  Nous utilisons également les données recueillies par les observateurs à bord des navires commerciaux, et les résultats de la surveillance des débarquements de poissons.  Lorsque les prises sont débarquées, des employés du Ministère, ou des entrepreneurs, enregistrent les poissons débarqués et s'entretiennent avec les pêcheurs commerciaux.  Nous pouvons également nous rendre dans les usines de transformation pour obtenir des données biologiques.  De plus, les relevés de Pêches et Océans Canada fournissent des renseignements essentiels indépendants des pêches.  Ces relevés sont effectués à l'aide d'engins de pêche traditionnels, tels que les hameçons, les chaluts et les casiers, ou à l'aide d'autres outils de mesure du poisson et de son habitat, comme des véhicules téléguidés et des sondeurs acoustiques », affirme Mme Brown.

Les relevés de recherche sont un travail complexe qui nécessite beaucoup de main‑d'œuvre.  L'évaluation des stocks ne se résume pas à capturer et à compter les poissons. En effet, le nombre de prises (retenues et relâchées) indique seulement le nombre de poissons qui ont été retirés du stock pendant la pêche.  Il faut également prendre en compte une foule d'autres variables, comme l'endroit où les poissons ont été pêchés et à quelle profondeur, leur taille et leur sexe, ainsi que leur âge.

Selon ces variables et une multitude d'autres facteurs, la prochaine étape consiste à créer un modèle mathématique du stock de poissons qui sera utilisé pour trier les renseignements parfois contradictoires et consigner le degré d'incertitude implicite des évaluations.  Afin de peaufiner davantage leurs techniques, les biologistes halieutiques emploient maintenant, pour certaines pêches, une méthode supplémentaire appelée « évaluation de la stratégie de gestion ».  Cette technique a pour objet de déterminer expressément la meilleure méthode pour combiner les données, le modèle d'évaluation et les règles sur les prises, afin d'atteindre les objectifs de la pêche tout en tenant compte de l'incertitude liée à l'état et à la productivité du stock de poissons actuel.  Avec cette technique, l'accent n'est plus mis sur la détermination du « meilleur modèle d'évaluation des stocks », mais plutôt sur la détermination de la « meilleure méthode » pour atteindre les résultats escomptés pour une pêche donnée et éviter d'obtenir des résultats non souhaités pour le stock.  Cette méthode sert à déterminer comment concevoir intentionnellement la stratégie de gestion afin d'obtenir un équilibre acceptable entre la conservation et le nombre de prises possibles à long terme, dont la nature peut changer au fil du temps.

Lors de l'évaluation traditionnelle des stocks, les scientifiques essaient de trouver le meilleur modèle possible pour dépeindre la situation de façon précise, car ils doivent prévoir l'abondance des stocks de poissons au cours de la ou des prochaines années.  Cependant, cette prévision dépend entièrement de l'exactitude de ce modèle, ce qui constitue un véritable défi puisque la nature peut sans cesse introduire de nouvelles variables dans l'équation de l'évaluation.

« Le véritable objectif de l'évaluation des stocks de poissons et de la modélisation statistique de ces stocks consiste à essayer d'améliorer le processus décisionnel.  Les défis à relever sont considérables maintenant que le Canada a adopté une approche écosystémique de gestion des pêches plutôt qu'une approche axée sur une seule espèce.  Qui plus est, les objectifs sont désormais plus complexes, car ils comportent une multitude d'aspects écosystémiques interdépendants.  Plus le nombre d'objectifs à atteindre est élevé, plus la probabilité de contradiction entre les objectifs est élevée.  Un certain nombre de compromis doivent donc être faits, et c'est à ce moment que la technique d'évaluation de la stratégie de gestion entre en jeu.  Cette technique consiste à trouver la meilleure stratégie de pêche qui conviendra à tout un éventail de conditions à l'avenir et qui permettra par conséquent de réduire le risque de prévisions inexactes.  Ainsi, le produit que nous fournissons aux décideurs n'est pas une recommandation concernant la pêche, mais plutôt une méthode recommandée pour l'utilisation des données sur les stocks et la surveillance des pêches, de modèles d'évaluation, et de règles sur les pêches pour calculer le nombre de prises qui devraient être permises chaque année », a déclaré M. Kronlund.

Les scientifiques qui se penchent sur l'évaluation des stocks doivent maintenant comprendre et prendre en compte toutes les questions stratégiques qui se posent, transposer les objectifs généraux en objectifs mesurables, puis effectuer les calculs nécessaires pour trouver les stratégies de pêche acceptables dans un cadre écologique.  La technique d'évaluation de la stratégie de gestion comme outil d'évaluation des stocks de Pêches et Océans Canada devrait se révéler inestimable à mesure qu'elle sera utilisée, puisque cette technique est maintenant considérée comme une méthode de pointe partout dans le monde.

Toutefois, cette technique requiert beaucoup de ressources et de temps.  De plus, elle nécessite un environnement de collaboration entre de nombreux intervenants où tous les acteurs peuvent collaborer à la réalisation d'un processus, plutôt que demander à des scientifiques de prendre plusieurs mois pour effectuer une évaluation, rédiger un document, et informer ensuite les gestionnaires de l'état des stocks et du nombre de prises qui devraient être permises.  Cette technique est beaucoup plus complexe, car il faut tenir compte de nombreux objectifs au nom de la population canadienne : des objectifs de conservation et un objectif de pêches viables et durables.

Selon M. Kronlund, la technique d'évaluation de la stratégie de gestion est une méthode très utile qui se révèle entièrement conforme à toutes les composantes du Cadre pour la pêche durable de Pêches et Océans Canada et, qui plus est, aux politiques du Ministère sur la prise de décisions, qui intègrent l'approche de précaution à l'égard de la gestion des pêches.

Le raffinement des méthodes traditionnelles d'évaluation des stocks et des techniques de levés, de même que l'adoption de méthodes telle que la technique d'évaluation de la stratégie de gestion, ont permis la mise en place d'une approche systématique plus perfectionnée qui peut être répétée pour trouver des méthodes de saine gestion.  Ainsi, nous sommes davantage en mesure de répondre en toute certitude aux deux questions découlant de la métaphore du compte de banque :  Combien d'argent avons‑nous et combien pouvons‑nous en dépenser?

Date de modification :