Rapport annuel sur les activités scientifiques de Pêches et Océans Canada, 2009-2010

Table des matières

  1. Message de la sous-ministre adjointe
  2. Principales réalisations
  3. Recherche ciblée
  4. Surveillance
  5. Avis
  6. Produits de données et services
  7. Gestion des données et de l'information

Message de la sous-ministre adjointe

Siddika Mithani, Ph.D.

C'est avec fierté que je remets le présent document, mon premier rapport annuel sur les activités scientifiques à Pêches et Océans Canada depuis ma nomination au poste de sous-ministre adjointe des Océans et des Sciences. À la fin de 2009, nous avons élargi le Secteur des sciences du Ministère pour prendre en charge le programme et le personnel de gestion de nos océans. Cette intégration fait fond sur les synergies au sein de l'équipe des océans et des sciences et reflète la solide assise scientifique du programme des océans.

L'un des grands défis inhérents à nos activités scientifiques consiste à fournir des avis scientifiques pour éclairer les politiques et les programmes, au moment même où nous nous préparons en vue de nous attaquer à de nouveaux enjeux. Notre recherche scientifique, la surveillance et la collecte de données sur l'eau douce et l'océan font partie des activités qui légitiment notre prise en charge des deux programmes. Mais nous ne sommes pas seuls dans cette entreprise. L'approche écosystémique pour gérer nos milieux aquatiques requiert la mobilisation de la population canadienne et une collaboration renforcée entre les décideurs de l'État et les scientifiques, tant au sein du gouvernement qu'au sein des universités, dans notre pays et à l'échelle internationale.

Le rapport sur nos principales activités en 2009-2010 souligne les défis scientifiques inhérents au caractère évolutif et à la nature parfois précaire des habitats canadiens en milieu marin et en eau douce dans nos régions les plus peuplées.

Nulle part ces changements ne sont plus évidents que le long de la côte du Pacifique. À cet endroit, la pêche commerciale est compliquée par le réchauffement des eaux qui s'accompagne d'une abondance de calmars de Humboldt, qui autrefois ne s'aventuraient guère plus au nord qu'au large de la côte de la Californie. Nos travaux de recherche sur l'élévation possible du niveau de l'océan Pacifique contribuent à attirer l'attention sur la nécessité d'établir un plan pour la sécurité de la population et de l'infrastructure dans les zones de la région du delta du Fraser situées au-dessous du niveau de la mer.

Les eaux côtières et les eaux de surface des océans Pacifique, Atlantique et Arctique montrent des traces d'acidification - grave problème qui risque d'avoir des répercussions sur les pêches commerciales de demain. Parallèlement, dans les écosystèmes d'eau douce, nos scientifiques s'attachent à reconstituer les stocks d'espèces indigènes telles que l'anguille d'Amérique, et s'efforcent d'empêcher des espèces envahissantes comme la carpe asiatique de pénétrer dans les Grands Lacs.

On ne peut concrétiser pleinement les bienfaits des travaux scientifiques d'importance effectués à Pêches et Océans Canada qu'en veillant à ce que les données scientifiques soient largement accessibles à tous. Pour mobiliser nos connaissances scientifiques, nous tenons informés ceux qui comptent sur nos travaux. Nous envoyons des avis de parution des nouveaux articles publiés dans des revues savantes dotées d'un comité de lecture. Le répertoire en ligne de nos scientifiques facilite la collaboration et le service d'abonnement aux articles scientifiques hebdomadaires en vedette permet à tous ceux qui sont intéressés par les sciences aquatiques d'en apprendre davantage. Nous travaillons en étroite collaboration avec les musées, les centres scientifiques et les aquariums de toutes les régions du pays, et nous sommes heureux d'accueillir éducateurs et élèves dans nos installations.

Nous produisons en outre le présent rapport annuel sur nos activités. Je vous encourage vivement à tirer parti de la profusion d'information qu'il offre pour en apprendre davantage sur les progrès de l'équipe scientifique face aux grands défis scientifiques se rapportant aux écosystèmes aquatiques canadiens.

Siddika Mithani, Assistant Deputy Minister
Ecosystems and Oceans Science Sector

Principales réalisations

La carte montre l'emplacement des instituts scientifiques
  • Découverte de nouvelles espèces de vie océanique, d'anciens coraux et d'autres organismes au cours d'une mission de 20 jours dirigée par Pêches et Océans Canada pour explorer et documenter la biologie et la géologie du fond océanique entourant le Bonnet flamand et le Dôme Orphan dans l'Atlantique Nord-Ouest.
  • Étude de l'acidification de l'eau dans les trois océans du Canada et de ses répercussions possibles de manière à pouvoir prédire la façon dont les écosystèmes et les différentes espèces marines réagiront à une acidification accrue.
  • Déploiement réussi d'un véhicule sous-marin autonome pour cartographier le plancher océanique dans le Nord. Cette nouvelle technologie est appelée à jouer divers autres rôles dans les missions de grande portée et sans personnel en milieu hostile. Les données bathymétriques recueillies aideront à déterminer les limites extérieures du plateau continental canadien.
  • Participation à une intervention en vue d'empêcher la propagation de plusieurs espèces de carpe asiatique dans les Grands Lacs en envoyant 15 membres du personnel du Laboratoire des Grands Lacs pour les pêches et les sciences aquatiques de Pêches et Océans Canada, à Burlington (Ontario), pour qu'ils participent à l'effort canado-américain visant à éradiquer les espèces envahissantes d'un segment de six milles du Chicago Sanitary and Ship Canal.
  • Élaboration d'un nouveau test génétique pour améliorer le dépistage de la septicémie hémorragique virale (SHV) qui touche les espèces aquatiques. Le nouveau test, qui est extrêmement efficace et rapide, détecte toutes les souches connues du virus et permet de faire le dépistage sur un grand nombre d'individus.
  • Élaboration du Système opérationnel de prévision océanique Canada-Terre-Neuve (SOPOC-TN), qui établit des prévisions océaniques sur 10 jours dans la région de l'Atlantique Nord-Ouest sur une base quotidienne. Pêches et Océans Canada collabore avec Environnement Canada pour que le système soit intégré au Système de prévision météorologique canadien de prochaine génération.
  • Élaboration et mise à l'essai d'un nouveau marégraphe laser pour améliorer la fiabilité et la rapidité des données de mesure des marées canadiennes, qui sont utilisées à diverses fins, notamment pour établir les prédictions de marée, améliorer les cartes nautiques, enregistrer l'élévation du niveau de la mer et surveiller les ondes de tempête et l'activité des tsunamis en temps réel.
  • Réalisation d'une recherche en collaboration avec les pêcheurs de hareng des Maritimes pour s'attaquer à des questions prioritaires, notamment l'amélioration des relevés acoustiques de l'industrie et l'évaluation des stocks de hareng dans la zone de pêche 4WX.
  • Mise à l'essai de nouveaux modèles de prévision du saumon élaborés pour évaluer les stocks de saumon coho au large de la côte ouest de l'île de Vancouver.
  • Définition de points de référence biologiques en vue de leur intégration dans les stratégies de prélèvement du crabe des neiges dans la région méridionale du golfe du Saint-Laurent et de façon à se conformer à l'approche de précaution préconisée pour la gestion des stocks.
  • Élaboration de sept documents et diagrammes sur la « séquence des effets » - qui schématisent les agents perturbateurs possibles de l'environnement liés aux activités aquicoles et les effets possibles de ces agents perturbateurs sur les écosystèmes - pour étayer la réglementation des exploitations aquicoles.
  • Réalisation de recherches en collaboration avec l'industrie et les universités pour améliorer la productivité et la durabilité des pratiques aquicoles en milieu marin par l'utilisation de l'aquaculture multitrophique intégrée. Les résultats seront utilisés pour améliorer les exploitations commerciales.

Pour en apprendre davantage sur l'activité scientifique à Pêches et Océans Canada, veuillez visiter notre site Web à l'adresse http://www.dfo-mpo.gc.ca/science. Le service d'avis par courriel est disponible pour vous prévenir lorsqu'un nouvel article scientifique est publié. Les articles scientifiques en vedette sont accessibles par abonnement par courriel et le Secrétariat canadien de consultation scientifique donne accès aux articles scientifiques publiés dans des revues dotées de comités de lecture se rapportant aux politiques stratégiques et réglementaires du Ministère.

Recherche ciblée

Une mission en eaux profondes conduit à la découverte de nouvelles espèces, d'anciens coraux et autres

Anémone non identifiée ancrée à un rocher.

Parmi les vestiges de vie marine récemment découverts, il y a des coraux, des anémones, des éponges de verre tubulaires et des étoiles de mer, un mont sous-marin volcanique, et du corail fossilisé qui recèle des indices sur les conditions océaniques qui régnaient il y a plusieurs milliers d'années - et ce ne sont là que les résultats préliminaires d'une mission en eaux profondes menée sous la direction de Pêches et Océans Canada en juillet 2010. L'objectif : explorer et documenter la biologie et la géologie du fond océanique entourant le Bonnet flamand et le Dôme Orphan, situés dans l'Atlantique Nord-Ouest, au large de la côte est de l'île de Terre-Neuve à l'extérieur de la limite de 200 milles marins.

Le 8 juillet, une équipe internationale de scientifiques et un équipage se sont embarqués à bord du NGCC Hudson pour une mission de 20 jours. Cette équipe pluridisciplinaire constituée de scientifiques et d'étudiants de plusieurs pays comprenait des biologistes, des géologues, des biogéographes et des hydrographes appartenant à huit organisations différentes. Sous sa direction, le personnel de l'Établissement canadien des submersibles scientifiques a déployé un véhicule sous-marin connu sous le nom de ROPOS (Remotely Operated Platform for Ocean Science) et pouvant descendre à des profondeurs atteignant 3 000 mètres. Le véhicule téléguidé, doté d'un bras mobile, de caméras et d'autres appareils scientifiques, a livré des échantillons biologiques et géologiques, une vidéo haute définition et des photographies numériques de la vie sur le plancher océanique.

La mission portait sur des zones de pêche qui avaient été fermées par l'Organisation des pêches de l'Atlantique Nord-Ouest afin de protéger le corail, les éponges et d'autres écosystèmes marins vulnérables. La fermeture de ces zones découlait de la topographie du fond marin et des données sur les prises accessoires des relevés des navires de recherche. Le principal objectif de la mission dirigée par Pêches et Océans Canada était de déterminer la densité du corail et des éponges in situ à l'intérieur de certaines de ces zones fermées pour effectuer une comparaison avec les estimations des relevés de l'étude. Les comparaisons seront utilisées pour déterminer si les zones protégées doivent être précisées ou élargies lorsqu'elles seront examinées en 2011, et pourraient façonner la politique de pêche de demain dans le secteur réglementé. Les données de référence recueillies à l'extérieur des zones fermées et dans les aires où la pêche a lieu actuellement seront utilisées pour évaluer les zones qui sont encore trop profondes pour les technologies de pêche actuelles mais pourraient être accessibles dans les années à venir, ainsi que pour documenter les protocoles de pêche exploratoire de l'avenir.

Les biologistes et les géologues présents à bord ont pu faire une interprétation rapide des résultats de la mission, où l'on dénombrait de nombreuses espèces intéressantes de coraux et d'éponges peut-être nouvelles, de même que des dépôts exceptionnels de nodules de manganèse qui sont parmi les phénomènes géologiques connaissant la croissance la plus lente sur terre puisque, pour chaque nodule, un centimètre de diamètre représente plusieurs millions d'années de croissance.

Maintenant que la mission est achevée, les scientifiques utilisent l'information recueillie à diverses fins de recherche, à savoir :

  • identifier et définir les espèces nouvellement découvertes et leur rôle dans les écosystèmes locaux;
  • découvrir les conditions océanographiques qui régnaient il y a plusieurs milliers d'années en analysant la composition chimique du corail fossilisé recueilli au cours de la mission;
  • examiner l'impact des chaluts de fond de l'étude sur les coraux et les éponges benthiques (recherche effectuée par notre collaborateur, l'Institut océanographique d'Espagne).

Figure 1. A et B - Images des caractéristiques volcaniques observées sur un mont sous-marin situé juste au sud du Dôme Orphan. C et D - Nodules de manganèse sur le plancher océanique et au laboratoire; un centimètre de diamètre seulement peut représenter des millions d'années de croissance et, qui sait, nous ouvrir une fenêtre sur le passé des océans. E - Falaise couverte de corail dur Desmophyllum sp. F - Une fois mort, le corail Desmophyllum vieux d'une centaine d'années est tombé au pied de la falaise et a alors été recouvert par des sédiments qui se sont accumulés dans la colonne d'eau. L'analyse de certains radio-isotopes au sein de cette masse de coraux enfouis depuis longtemps dans ces « cimetières » peut livrer des indices sur le climat océanique et le phénomène de la circulation thermohaline.

On peut communiquer les résultats en direct depuis le fond de l'océan

Tandis qu'un véhicule sous-marin téléguidé parcourait le plancher océanique au cours de la mission en eaux profondes dirigée par Pêches et Océans Canada, certains membres de l'équipe scientifique participaient à une initiative de vulgarisation scientifique unique en son genre pour la région des Maritimes en commentant l'opération en direct grâce à la messagerie Skype, tout en enregistrant une séquence vidéo en continu de concert avec le Musée canadien de la nature à Ottawa, le ROOMS Museum à St. John's (Terre-Neuve-et-Labrador) et l'Institut océanographique de Bedford à Dartmouth (Nouvelle-Écosse). Ce mode de communication unique en son genre a permis aux chercheurs à bord de collaborer avec des partenaires sur la terre ferme qui s'intéressaient de près à la mission mais n'avaient pas pu se rendre en mer. Un blogue de la mission (http://hudson0292010.blogspot.com) et un compte rendu sur Twitter ont été mis à jour fréquemment, offrant une autre source d'information au grand public, aux médias, aux gestionnaires et aux collaborateurs en général, et les incitant à rester à l'affût pour suivre les progrès de la mission.

Figure A — Anémone non identifiée ancrée au rocher. B - Coraux mous Anthomastus sp. (rouge) et octocoraux non identifiés (crème) situés plus bas. C - Éponge siliceuse de vase non identifiée sur un rocher transporté. D - Éponges de verre tubulaires pourpres non identifiées. E - Espèces diverses de faune benthique recueillies. F - Fond caractérisé par un grand nombre d'éponges (principalement d'importantes structures formant des éponges siliceuses Geodia sp.) au sein de la zone de fermeture des pêches établie par l'Organisation des pêches de l'Atlantique Nord-Ouest sur le Bonnet flamand. Les relevés de prises accessoires des navires de recherche canadien et espagnol ont permis d'identifier les zones interdites à la pêche ayant des concentrations élevées à la fois de coraux et d'éponges, comme l'illustrent les images que l'on peut observer ici.

Acidification des océans : À la recherche des répercussions possibles sur les pêches canadiennes

L'habitat côtier de l'île de Vancouver renferme des créatures comme l'espèce de crevette Heptacarpus kincaidi, que l'on aperçoit ici parmi les coraux et d'autres petits organismes qui ont également besoin de carbonate de calcium pour grossir. Photo : © Mike Wetklo.

L'acidification des océans est un enjeu d'importance pour tous les pays et la communauté scientifique se dote désormais plus rapidement de moyens d'action pour explorer ses conséquences. Chaque année, environ un tiers du dioxyde de carbone (CO2) des émissions de combustible fossile pénètre dans les océans. À mesure que le CO2 se dissout dans les eaux de surface, il forme de l'acide carbonique, qui accroît l'acidité océanique. À terme, cet excès de carbone sera encore plus largement dilué mais à court terme (à peu près une centaine d'années), ses répercussions s'intensifieront à proximité de la surface où se concentre une grande partie de la vie marine qui est exploitée par les êtres humains.

Au cours des 200 dernières années, le pH global de l'océan (une mesure de l'acidité) a baissé de 0,1 unité - ce qui témoigne d'une augmentation de l'acidité d'environ 30 p. 100. D'ici le tournant du siècle, on prévoit que le pH diminuera encore de 0,3 à 0,5 unité, ce qui accroît les préoccupations concernant les répercussions éventuelles sur les réseaux trophiques marins, la productivité de l'écosystème, les pêches commerciales et la sécurité alimentaire mondiale.

Les scientifiques du Ministère étudient l'acidification des trois océans du Canada et ses répercussions éventuelles dans le cadre de deux initiatives de recherche : l'Initiative de recherche scientifique sur le changement climatique et le Programme scientifique de la Stratégie de gouvernance internationale (SGI). En bout de ligne, cette recherche aidera à prévoir la façon dont les écosystèmes et les différentes espèces marines réagiront à l'acidification accrue. On s'inquiète plus particulièrement des répercussions sur les organismes qui utilisent du carbonate de calcium (CaCO3) pour la formation de structures solides comme les coquillages et les squelettes (appelés « organismes calcificateurs marins »), notamment les mollusques et crustacés, les coraux et certaines espèces de phytoplancton et de zooplancton. Les résultats éclaireront également les décisions de gestion des pêches de demain.

Au Canada, les mécanismes responsables de l'acidification océanique varient selon la région.

  • Dans le Pacifique, les eaux de fond plus anciennes ont naturellement une concentration plus élevée de CO2 en raison de la décomposition biologique. La remontée de l'eau au cours de l'été apporte cette masse d'eau acide à la surface, sur le plateau où l'absorption par l'océan de CO2 anthropogénique en accroît encore l'acidité.
  • Dans l'Arctique, l'eau potable froide est intrinsèquement corrosive pour les calcificateurs marins. Même si l'acidification océanique est un phénomène mondial, les études de modélisation prédisent que les eaux de surface dans les régions des hautes latitudes nord subiront plus rapidement les effets délétères, vraisemblablement au cours des prochaines décennies, en raison de divers facteurs dont la fonte de la glace de mer. Le pH de certaines eaux de surface arctiques a déjà atteint un niveau de corrosivité « possible » pour les organismes calcificateurs marins.
  • Dans l'Atlantique, la menace de l'acidification de l'océan provient de deux sources : l'apport direct de CO2 anthropogénique (l'Atlantique Nord-Ouest est le plus important site de stockage de CO2 anthropogénique) et les masses d'eau arctique corrosive qui traversent l'archipel arctique canadien pour s'écouler vers les régions du plateau de la côte Est.

Ces mécanismes d'acidification peuvent avoir une incidence sur l'activité biologique élevée et les pêches commerciales importantes en eaux canadiennes.

Le calmar géant se propage dans les eaux de la Colombie-Britannique

Kent Tebbutt et Meggie Hudspith, deux étudiants des cycles supérieurs de l'Université de Southampton (R.-U.), montrent des spécimens de calmar géant recueillis pendant une étude d'un mois menée à l'automne par Pêches et Océans Canada à bord du NGCC W.E. Ricker.

Les observations de calmar géant (Dosidicus gigas), grand prédateur qu'on ne voyait généralement pas au nord de la Californie, sont devenues plus courantes dans les eaux de la Colombie-Britannique. Les observations ont augmenté depuis 2004 et ce calmar était extrêmement abondant et répandu en 2009. Des calmars échoués ont été signalés depuis Tofino jusqu'à Haida Gwaii, et l'espèce a également fait son apparition dans les prises accessoires des navires de pêche commerciale et de recherche. Le calmar géant peut faire office de prédateur clé, et avoir une incidence sur la structure et le fonctionnement de l'écosystème. Son régime étant en grande partie déterminé par la disponibilité des proies, les chercheurs de Pêches et Océans Canada se penchent sur les effets potentiels de ce nouveau prédateur sur des espèces commerciales importantes comme la merluche, le hareng et le saumon.

L'aquaculture multitrophique intégrée : De la recherche à la réalité commerciale

Le succès de l'expérience d'aquaculture multitrophique intégrée menée avec la société Cooke Aquaculture Inc. n'est pas passé inaperçu puisque de nouvelles méthodes et technologies respectueuses de l'environnement sont en cours d'élaboration. En 2009-2010, des scientifiques sont venus du Brésil et de la Nouvelle-Zélande et des exposés ont été donnés dans le cadre de nombreuses conférences du milieu scientifique et de l'industrie.

Une foule de travaux de recherche dans le monde explorent les moyens d'améliorer la productivité et la durabilité des pratiques d'aquaculture marine. L'aquaculture multitrophique intégrée, qui consiste à regrouper la culture des plantes marines et l'élevage des poissons, des mollusques et des crustacés au profit de toutes ces entreprises et de l'environnement, est l'une des méthodes à l'étude.

Le programme d'aquaculture multitrophique intégrée, sous la direction de MM. Shawn Robinson, de Pêches et Océans Canada (Station biologique de St. Andrews), et Thierry Chopin, de l'Université du Nouveau-Brunswick à Saint John, fait la promotion d'une pratique selon laquelle les déchets d'une espèce sont recyclés afin de constituer des engrais ou des nutriments pour une autre. Cette façon de faire donne naissance à une exploitation qui est davantage acceptable sur le plan social, est économiquement rentable et n'a guère d'effets nocifs sur l'environnement.

Le volet élevage de crustacés et de mollusques du programme, mené en collaboration avec la société Cooke Aquaculture Inc., a récemment accompli des progrès sur plusieurs fronts :

  • La conception du radeau de moules a évolué en 2009-2010, permettant l'élevage d'un plus grand nombre d'individus sur une plus petite superficie et leur récolte de manière plus efficace. Ces progrès ont conduit à d'autres études pour mesurer comment les courants s'écoulent sur les radeaux et autour, puisque ce sont les courants qui transportent les nutriments pour les moules.
  • En ce qui concerne la répartition et le moment de fixation des moules pour capter les larves de moule afin de les installer sur de nouveaux radeaux, un réseau de stations d'échantillonnage dans la baie de Passamaquoddy et dans les îles Fundy a révélé que c'est dans la baie de Passamaquoddy que les larves sont les plus nombreuses à se fixer, principalement au cours de la troisième semaine de juillet. Cette information a permis à l'équipe de Cooke de déterminer le meilleur moment et les meilleurs endroits pour le captage du naissain (très jeunes moules) nécessaire à l'exploitation.
  • Il ressort des études de la croissance et de la mortalité relatives des individus au sein des boudins de moules, que toutes les moules grossissent bien dans les fermes salmonicoles et aux alentours, et que celles qui sont suspendues plus près de la cage des saumons connaissent un taux de croissance légèrement plus rapide.
  • La recherche sur la zone d'influence que peut avoir un site de salmoniculture sur la région avoisinante a montré que, bien que la zone soit de moins de 100 mètres, certains organismes peuvent très bien prospérer à l'intérieur. Les pétoncles et les oursins de mer élevés à côté d'un site de salmoniculture dans la baie de Fundy affichent l'un des taux de croissance les plus élevés jamais observés dans ce secteur.

Ostréiculture : Pourquoi les huîtres mettent-elles tant de temps à atteindre la taille légale pour être commercialisées?

Diagramme de la ruche de l'écosystème pélagique : l'appareil mesurait 153 cm sur 57 cm sur 45 cm. Il a été scellé par l'application de plusieurs couches de ruban de plastique sur une structure d'AquameshMD. Les extrémités amont et aval sont restées ouvertes, permettant la circulation de l'eau dans le compartiment renfermant les huîtres.

La culture des huîtres et d'autres bivalves devient de plus en plus importante au Canada. Comme les bivalves prélèvent la nourriture (le phytoplancton) de l'environnement plutôt que d'être alimentés, ce type d'aquaculture est intrinsèquement durable pour peu que l'exploitation ostréicole soit de la bonne taille par rapport à la biomasse de phytoplancton disponible.
Pour en apprendre davantage sur les taux de prélèvement des huîtres de culture dans leur environnement, les chercheurs du Centre des pêches du Golfe du Ministère, à Moncton (Nouveau-Brunswick), ont élaboré un système nouveau appelé la ruche de l'écosystème pélagique. Un fluoromètre à l'entrée de la ruche mesure la biomasse de phytoplancton avant qu'elle n'atteigne les huîtres qui sont installées au centre. Un second fluoromètre à l'extrémité mesure la biomasse de phytoplancton après que les huîtres ont prélevé leurs nutriments. Ces mesures, alliées à une surveillance simultanée de la vitesse du courant, ont permis aux chercheurs de calculer les taux de prélèvement des huîtres.

Au cours des essais sur le terrain, plusieurs ruches spécialisées abritant 500 huîtres ont été déployées dans la baie Saint-Simon, une zone importante pour l'ostréiculture dans le golfe du Saint-Laurent. Les ruches ont été suspendues à moitié immergées, ce qui permettait au courant et au phytoplancton de circuler librement à travers la structure. Au cours de l'été, les huîtres ont consommé environ 40 p. 100 du phytoplancton qui circulait dans la ruche. À l'automne, les huîtres ont consommé dans un premier temps une grande quantité d'efflorescences de phytoplancton, mais plus avant dans la saison leur consommation a graduellement diminué avant que le phytoplancton ait atteint sa pleine croissance.

Deux théories expliquent le déclin des taux de prélèvement des huîtres; la première est que les huîtres ont peut-être déjà comblé leurs besoins en nutriments et la deuxième est que la température de l'eau a chuté au-dessous d'un seuil critique. Les études en cours menées par la même équipe de recherche indiquent que les taux de prélèvement des huîtres peuvent chuter considérablement lorsque la température descend au-dessous de 16 °C. Quelle qu'en soit la cause véritable, les constatations révèlent l'incapacité des huîtres à tirer pleinement parti de l'efflorescence saisonnière du phytoplancton, ce qui expliquerait en partie la lenteur de leur croissance dans le golfe du Saint-Laurent, où il faut de quatre à huit ans pour que les huîtres atteignent la taille légale pour être commercialisées.

La science à l'appui de la réglementation du poisson génétiquement modifié

Le Centre de recherche sur la réglementation en matière de biologie aquatique de Pêches et Océans Canada, situé à West Vancouver (Colombie-Britannique), effectue des recherches sur la réglementation relative aux produits du poisson issus de la biotechnologie, notamment les poissons génétiquement modifiés. Les recherches sur les caractéristiques génétiques, physiologiques et écologiques de ces poissons livrent des connaissances scientifiques susceptibles d'aider Pêches et Océans Canada dans le travail de réglementation en vertu de la Loi canadienne sur la protection de l'environnement, qu'il a entrepris en collaboration avec Environnement Canada et Santé Canada.

On peut avoir recours à des stratégies de confinement physique et biologique pour réduire le risque de répercussions génétiques sur les populations de poisson locales en cas de libération accidentelle. La triploïdation, qui produit des poissons dont les chromosomes sont en triple exemplaire et donc stériles, est une stratégie biologique adoptée pour éviter tout risque pour l'environnement. En 2009, le Centre a évalué cette technique à grande échelle et découvert que la triploïdie peut être induite chez 99,8 p. 100 des poissons produits à partir de cette technique. D'autres travaux sont en cours pour déterminer la raison des exceptions (les individus non triploïdes) et pour améliorer les méthodes de confinement en utilisant des méthodes de génétique moléculaire.

Les travaux en cours sur l'effet de facteurs environnementaux sur le poisson révèlent que les conditions d'élevage en petits bassins, qui sont celles de la plupart des installations aquatiques, inhibent la croissance et altèrent les caractéristiques physiques et le comportement des individus. Pour reproduire plus étroitement les conditions que connaît le saumon dans la nature, le Ministère a élaboré de nouvelles installations dotées de grands bassins offrant plus d'un million de litres d'espace aux alevins. Les caractéristiques des premiers poissons élevés dans les nouveaux bassins, dans un environnement analogue à celui qu'ils ont à l'état sauvage, étaient beaucoup plus proches de celles observées chez les mêmes individus dans la nature.

D'autres recherches réalisées en 2009-2010 ont montré de fortes similarités génétiques, physiologiques et comportementales entre les souches de saumons ayant connu une croissance accélérée par l'élevage ou par le génie génétique (le transfert de gènes d'un organisme à un autre). L'intégration de ces conclusions de recherche aux méthodes de modélisation permet de mieux comprendre les effets de la modification génétique du poisson et la façon d'atténuer les risques qu'ils pourraient faire peser sur les populations naturelles.

HydroNet : Comment les installations hydroélectriques affectent les écosystèmes aquatiques canadiens

Un programme de recherche national sur cinq ans auquel participent Pêches et Océans Canada, les universités et l'industrie s'attache à améliorer notre compréhension des effets de l'exploitation de l'énergie hydraulique sur les écosystèmes aquatiques. Lancé en 2010 par le Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada, HydroNet donne accès à l'échelle nationale à une masse critique de scientifiques spécialistes des pêches nationales et du milieu aquatique dont les précieuses connaissances peuvent aider à évaluer les répercussions environnementales de l'hydroélectricité et à élaborer des stratégies d'atténuation.

L'appui au programme au sein du Ministère repose sur la participation de plusieurs entités, dont le Programme de gestion de l'habitat et le Centre d'expertise sur l'hydroélectricité et ses impacts sur le poisson et l'habitat du poisson, lequel fournit un financement aux scientifiques pour de la recherche concertée liée aux thèmes associés à HydroNet.

Les priorités de recherche élaborées par le Ministère et l'industrie font partie intégrante du programme de recherche d'HydroNet, qui comprend 21 projets sous trois thèmes ::

  • analyse de la capacité productive de l'habitat des poissons dans les cours d'eau, y compris une évaluation des caractéristiques biologiques, physiques et chimiques propices, dans le but d'élaborer des modèles fiables pour la qualité de l'habitat;
  • modélisation de la capacité productive de l'habitat des poissons dans les lacs et bassins;
  • utilisation des connaissances sur l'écologie comportementale et le génie hydraulique pour prédire le risque d'entraînement des poissons par les turbines hydroélectriques dans les ouvrages de dérivation ou d'autres ouvrages de libération des eaux aux barrages, dans le but d'élaborer des stratégies afin de réduire véritablement les risques d'entraînement.

Les connaissances produites par HydroNet sont essentielles pour trouver un juste équilibre entre les besoins concurrents face à des ressources aquatiques limitées et pour faire en sorte que l'énergie hydraulique soit exploitée à des fins durables et contribue véritablement à la santé des écosystèmes aquatiques et à l'économie canadienne.

Santé des espèces aquatiques : Surveillance et mise au point d'un nouveau test de dépistage de la septicémie hémorragique virale

Le Programme national sur la santé des animaux aquatiques est un programme scientifique qui s'attache à lutter contre les maladies qui affectent les poissons, les mollusques et les crustacés. Si le programme relève avant tout de l'Agence canadienne d'inspection des aliments, qui est la principale responsable de son administration et de son exécution, Pêches et Océans Canada partage la responsabilité de la mise en œuvre en mettant à sa disposition l'expertise de diagnostic et de recherche du Système de laboratoire national pour la santé des animaux aquatiques.

La septicémie hémorragique virale, qui provoque des pertes catastrophiques tant chez les espèces de poisson sauvage que d'élevage dans tout l'hémisphère nord, est au cœur des préoccupations du Programme national sur la santé des animaux aquatiques, car elle pourrait bien avoir des répercussions sur les populations de poisson et le commerce. Le fléau a fait son apparition pour la première fois dans le lac Ontario en 2005 et, en 2007, les spécialistes du programme ont mis en œuvre un programme de surveillance du virus dans le bassin des Grands Lacs et le cours supérieur du Saint-Laurent (régions de l'Ontario et du Québec). Les objectifs de la surveillance sont de déterminer la répartition actuelle du virus parmi les populations de poisson d'eau douce sauvages vulnérables dans les secteurs à risque élevé et de mettre sur pied une base de données empiriques pour étayer le fait que des régions clés sont épargnées par la maladie, afin d'appuyer des mesures prophylactiques et d'atténuer les perturbations commerciales associées à la septicémie hémorragique virale.
En 2010, le ministère des Richesses naturelles de l'Ontario et le ministère des Ressources naturelles et de la Faune du Québec ont recueilli environ 2 200 échantillons de poisson pour dépister la septicémie hémorragique virale dans 13 sites différents des deux provinces. Les échantillons ont été analysés dans trois laboratoires du Système de laboratoire national pour la santé des animaux aquatiques de Pêches et Océans Canada.

Jackie Sutton, technologue au Centre des pêches du Golfe à Moncton, au Nouveau-Brunswick, effectue une autopsie sur le poisson pour répondre à la demande d'un client désireux d'obtenir un diagnostic, de façon à prélever les tissus requis pour d'autres analyses. Le tissu des reins est prélevé de façon à dépister le virus de la septicémie hémorragique virale (SHV) au moyen du test de dépistage conçu par M. Garver.

Dès le début de l'initiative de surveillance, des échantillons ont également été utilisés par les laboratoires pour mettre au point et valider une technique de dépistage rapide de la septicémie hémorragique virale. La principale étape pour prévenir et maîtriser les maladies virales aquatiques réside dans la capacité de dépister avec exactitude l'agent responsable de la maladie. À la Station biologique du Pacifique du Ministère de Nanaimo (Colombie-Britannique), le chercheur scientifique Kyle Garver a mis au point un nouveau test pour le virus qui permet de surmonter les limites des méthodes de dépistage traditionnelles par culture de cellules. Le nouveau test génétique - réaction en chaîne de la polymérase après transcription inverse quantitative (qRT-PCR) -, qui est extrêmement efficace et rapide, détecte toutes les souches connues du virus et permet le dépistage de la maladie sur un grand nombre d'individus en quelques jours plutôt que sur des semaines comme c'était le cas avec les techniques de culture de cellules.

Le test mis au point au Canada par M. Garver est maintenant devenu le test de dépistage national pour la septicémie hémorragique virale et est utilisé depuis 2007 dans le cadre des activités de surveillance et d'étude. Il a également été homologué par la United States Animal Health Association et le Joint Committee on Aquaculture of the American Association of Veterinary Laboratory Diagnosticians.

Surveillance

Une mission en eaux profondes conduit à la découverte de nouvelles espèces, d'anciens coraux et autres

Alevins de saumon coho dans un aquarium à la Station biologique du Pacifique.

Alevins de saumon coho dans un aquarium à la Station biologique du Pacifique.

Saumon coho, au stade de la vie en mer (argent/vert)

Saumon coho, au stade de la vie en mer (argent/vert) et au moment du frai (rose/vert).

Depuis les années 1990, les prises de saumon du Pacifique sauvage ont chuté abruptement, ce qui n'est pas sans conséquence pour l'économie de la Colombie-Britannique et du Yukon. Étant donné que cette espèce passe la plus grande partie de sa vie dans les profondeurs océaniques, loin de la côte, les discussions sur la gestion ou la conservation de l'espèce ou la prise de mesures en ce sens doivent systématiquement prendre en compte l'impact de l'océan sur le saumon. Toutefois, on ignore encore en grande partie ce que fait le saumoneau lorsqu'il part, où il va et ce qui lui arrive après qu'il a quitté sa rivière natale pour retourner à la mer.

Pour dévoiler ces mystères, le Programme d'étude du saumon en haute mer de la Station biologique du Pacifique explore la façon dont les diverses conditions océaniques affectent la migration du saumon et ses chances de croissance et de survie en mer. L'équipe du programme, sous la direction de Marc Trudel, passe chaque année jusqu'à 11 semaines en mer à recueillir des échantillons de saumon, de communautés de poissons connexes, d'eau et de plancton. Depuis 1998, l'équipe effectue des relevés du saumon juvénile, de la côte ouest de Vancouver au sud-est de l'Alaska, pour déterminer les vitesses de migration et les routes qu'ils empruntent le long du plateau continental. Elle explore également la composition des stocks régionaux et les taux de croissance, les effets des conditions océaniques et du changement climatique sur le saumon et la capacité globale de l'océan Pacifique à assurer la survie des stocks de saumon dans des conditions climatiques changeantes. Résultat inattendu, les plus petits changements dans la qualité des proies semblent avoir des répercussions notables sur la croissance du saumon coho juvénile.

L'équipe élabore de nouveaux modèles de prévision du saumon d'après les conditions océaniques observées au cours des 12 dernières années. Après leur mise à l'essai, en 2009-2010, on a déterminé que ces modèles permettaient d'obtenir de meilleurs résultats que les méthodes actuellement utilisées par le Ministère pour évaluer les stocks de saumon coho au large de la côte ouest de l'île de Vancouver. En conséquence, on s'attend à ce que les nouveaux modèles soient intégrés prochainement à l'évaluation annuelle de ces stocks de saumon.

Facteurs affectant le niveau de la mer sur la côte de la Colombie-Britannique

Carte de Vancouver et du delta du Fraser montrant des zones d'affaissement ou d'effondrement documentés (en bleu) dans le delta du Fraser et les régions environnantes plus stables (en jaune).

Carte de Vancouver et du delta du Fraser montrant des zones d'affaissement ou d'effondrement documentés (en bleu) dans le delta du Fraser et les régions environnantes plus stables (en jaune).

Les observations à long terme du niveau de la mer un peu partout dans le monde confirment que le niveau moyen de la mer - le niveau de la mer, avec les vagues et d'autres mouvements, moyenné - augmente d'environ 30 cm par siècle. La plupart des scientifiques sont maintenant d'accord avec le fait que cette élévation est le résultat direct du changement climatique global provoqué en grande partie par les émissions de gaz à effet de serre liées à l'activité humaine.

Le long de la côte de la Colombie-Britannique, les secteurs qui sont particulièrement vulnérables à l'élévation du niveau des océans sont la région du delta du Fraser et la côte est de l'île Graham à Haida Gwaii. Bien que d'importantes incertitudes demeurent en ce qui a trait à l'élévation prévue du niveau de la mer par rapport à la position de la Terre, les scientifiques sont assez sûrs des tendances générales.

Il est important que les collectivités côtières et les pouvoirs publics soient tous au courant des changements prévus et des répercussions potentielles lorsqu'ils planifient l'infrastructure côtière et l'aménagement du territoire. À cette fin, Richard Thomson, chercheur scientifique de Pêches et Océans Canada en poste à l'Institut des sciences de la mer à Sidney (Colombie-Britannique), a mené une étude sur le changement prévu du niveau de la mer dans la province. Parmi les constats de l'étude, mentionnons :

  • D'après les taux actuels d'élévation du niveau de la mer et l'élévation prévue de 30 cm du niveau eustatique moyen de la mer (les changements du niveau moyen global des océans en raison des changements dans le volume d'eau dans l'océan) au cours du XXIe siècle, Vancouver, Victoria et Prince Rupert devraient connaître d'ici 2100 une élévation moyenne relative du niveau de la mer variant de 20 à 30 cm, tandis qu'une élévation de 50 cm est prévue pour la région du delta du Fraser. Ces estimations vont jusqu'à 70 cm de plus lorsqu'on inclut la possibilité d'une fonte rapide de la couche de glace qui provoquerait une augmentation d'un mètre du niveau moyen global des océans d'ici 2100.
  • À cette tendance liée au climat viennent se surimposer des cycles annuels de 30 à 50 cm en raison des fluctuations saisonnières dans la pression atmosphérique régionale, la température océanique et les vents et courants côtiers.
  • Les variations majeures provoquées par El Niño dans le Pacifique Nord ajoutent une autre tranche d'élévation de 30 à 40 cm du niveau de la mer sur le littoral, tandis que des ondes de tempête intense dans les régions de basse altitude comme le delta du Fraser pourraient ajouter un mètre de plus. Si la fréquence et l'ampleur de ces événements s'accroissent avec le changement climatique, les répercussions des ondes de tempête seront de plus en plus graves, avec la possibilité d'une érosion accrue du sol et d'inondations au cours des périodes de haute marée.
  • Il y a en outre une probabilité de 5 à 10 p. 100 de survenue d'un tremblement de terre de magnitude 9,0 au large de la côte ouest de l'Amérique du Nord dans les 50 prochaines années. Un tel événement provoquerait un effondrement soudain des terres (élévation rapide du niveau de la mer) de 30 à 200 cm sur la côte ouest de l'île de Vancouver.

La surveillance océanographique appuie la salmoniculture sur la côte méridionale de l'île de Terre-Neuve

Instrument de mesure de la conductivité, de la température et de la profondeur préparé en vue du déploiement.

Instrument de mesure de la conductivité, de la température et de la profondeur préparé en vue du déploiement.

D'importants investissements dans la salmoniculture à Terre-Neuve-et-Labrabor ont intensifié l'activité du secteur aquicole de la province. Il s'ensuit que l'accroissement de la biomasse, les nombreuses entreprises en activité, la diversité des stratégies de production et la concentration des exploitations salmonicoles font peser des risques sur la biosécurité et la durabilité de cette croissance.

En 2008, on a pris conscience du manque de données et de connaissances concernant l'océanographie des régions au large de la baie d'Espoir et de la baie de Fortune, qui empêche l'établissement d'aires de gestion et de production fondées sur une assise scientifique pour orienter l'octroi de permis aux sites, la planification de la production et la gestion durable de l'industrie. Pour combler cette lacune, une équipe de scientifiques de Pêches et Océans Canada a lancé un projet d'océanographie aquicole sous l'égide de Programme de recherche sur la réglementation de l'aquaculture. Cette étude jette les bases qui permettront à Terre-Neuve-et-Labrador de comprendre les effets environnementaux et de cartographier les zones d'influence possible. À terme, ces données pourraient être utilisées pour établir des zones de gestion de la production.

Au cours des missions d'exploration de 2009 et 2010, une impressionnante quantité de données océanographiques a été recueillie au large de la côte méridionale, portant notamment sur les courants dans les régions de la baie d'Espoir, de la baie d'Hermitage et de la baie de Fortune. La salinité, la température, la profondeur et d'autres paramètres ont été relevés dans toute la zone. Au cours des deux années, de multiples études de conductivité, température et profondeur ont été menées pour en apprendre davantage sur les variations saisonnières dans la colonne d'eau. Un progamme mettant à profit les bouées dérivantes de surface repérées par satellite a également été lancé pour surveiller les courants de surface entre diverses zones au large de la côte méridionale. L'analyse des données est en cours et les travaux se poursuivent pour modéliser les courants dans la région.

Surveillance de la couleur de l'océan à partir de l'espace pour la gestion écosystémique des pêches

NASA SeaWiFS satellite imagery

On a eu recours aux images satellitaires transmises par le capteur SeaWiFS* de la NASA de 1997 à 2000 pour évaluer la concentration moyenne en chlorophylle a de surface. Les chercheurs utilisent la concentration de chlorophylle a pour évaluer la biomasse de phytoplancton disponible pour soutenir les différentes formes de vie jusqu'au sommet de la chaîne alimentaire. La concentration en chlorophylle est élevée dans les zones côtières (dont la couleur varie du vert au rouge) et faible dans les centres des grands gyres océaniques (dont la couleur varie du bleu profond au violet). Les zones de couleur bleu profond et violet ont de faibles niveaux de nutriments et très peu à offrir pour soutenir la vie et, par conséquent, font figure de déserts biologiques dans les océans de la planète. Images satellitaires transmises par l'Ocean Biology Processing Group, Goddard Space Flight Centre de la NASA. *SeaWifS est l'abréviation de « Sea-viewing Wide Field-of-view Sensor », capteur de pointe installé à bord du satellite SeaStar qui renseigne la communauté scientifique sur la production primaire des océans.

Comme la santé des populations de poisson dépend de la santé des écosystèmes, il est essentiel de disposer d'un moyen efficient et économique pour surveiller l'état du milieu marin. La radiométrie de la couleur de l'océan - télédétection des océans de la planète par des instruments satellitaires optiques (photosensibles) - transmet des données en flux continu sur l'état des écosystèmes marins en temps quasi réel à l'échelle du globe.

À l'Institut océanographique de Bedford, à Halifax, en Nouvelle-Écosse, les chercheurs des laboratoires fédéraux analysent l'imagerie des couleurs océaniques pour en tirer une large variété d'information (p. ex., concentration de chlorophylle, moment de l'efflorescence, présence de diatomées et concentration de sédiments) dans le but d'élaborer des approches, des méthodes, des applicatio ns et des produits de télédétection pour améliorer la gestion des pêches axée sur l'écosystème.

La couleur des couches de surface de l'océan varie au fil du temps et des régions en fonction de diverses conditions. Par exemple, des eaux plus verdâtres indiquent une production élevée de phytoplancton, qui constitue la base du réseau trophique océanique. À partir des différences dans la couleur de l'océan, numérisées par les instruments de télédétection, on peut établir des estimations de la biomasse, de la productivité et des types fonctionnels de phytoplancton, qui jouent des rôles biogéochimiques différents dans l'océan. Une série chronologique d'images révèle des variations dans la biomasse entre les saisons et d'une année à l'autre.

Beaucoup de travail reste à faire pour exploiter pleinement les données chromatiques de l'océan en vue d'améliorer la gestion écosystémique des pêches. La recherche en cours sur la radiométrie de la couleur des océans permettra :

  • de mesurer les variations dans la biomasse de phytoplancton et les autres variables de l'écosystème susceptibles d'avoir une incidence sur le recrutement et la croissance des différents stocks de poissons commerciaux. Cette application a déjà fait ses preuves dans le Canada atlantique pour l'aiglefin et la crevette nordique;
  • d'élaborer des méthodes pour améliorer l'analyse de la dominance du type fonctionnel de phytoplancton dans les écosystèmes marins;
  • de détecter et de surveiller la prolifération d'algues nocives. Le travail se poursuit sur l'élaboration d'un indicateur d'alerte pour signaler la prolifération d'algues nocives dans la baie de Fundy;
  • d'étudier les variations interannuelles dans la production marine sur une grande échelle pour éclairer les discussions sur le rôle du biote marin dans le cycle global du carbone et le changement climatique.

Gestion intégrée de la zone côtière : Faire le lien entre la ligne de partage des eaux

Exemple de profil de vulnérabilité environnementale régionale pour la partie méridionale du golfe du Saint-Laurent (Canada).

Carte : Exemple de profil de vulnérabilité environnementale régionale pour la partie méridionale du golfe du Saint-Laurent (Canada). Ce projet de carte (échelle régionale) représente le « pourcentage de terres forestières aménagées sur les pentes supérieures à 3 p. 100 »* et la légende correspond à la distribution percentile relative entre les 38 bassins versants. La carte indique les bassins versants qui risquent de subir l'érosion du sol au cours de fortes précipitations. Ces bassins versants (p. ex., les bassins hydrographiques) pourraient être des zones prioritaires pour la surveillance de la conformité et de l'efficacité des mesures d'atténuation, de façon à réduire le risque que des sédiments pénètrent dans les cours d'eau. Source : United States Environmental Protection Agency Regional Vulnerability Assessment Methodology.

Mis sur pied au sein du Secteur des océans et des sciences du Ministère sous l'égide de l'Initiative sur la santé des océans (2007-2012), le Centre d'expertise sur la gestion côtière a pour vocation de mieux faire connaître les pratiques et outils internationaux qui concourent aux initiatives nationales de gestion intégrée de la zone côtière.

Plusieurs définitions s'appliquent à la zone côtière, notamment « le lieu où l'océan rencontre la terre, qui représente 10 p. 100 de la superficie de l'océan mais renferme 90 p. 100 de toutes les espèces marines ». Quelle que soit la définition retenue, une chose est certaine, la zone côtière est très difficile à gérer pour plusieurs raisons :

  • c'est une zone dont l'écologie est fort complexe;
  • c'est une zone de changement où cohabitent trois écosystèmes différents (la terre, l'eau douce et les eaux marines) dans un cadre extrêmement évolutif;
  • c'est une zone d'échanges et de transition entre les habitats et les différents processus.

En raison de ces interactions, les zones côtières sont parmi les plus productives du globe. Toutefois, ces écosystèmes subissent également des perturbations partout dans le monde en raison de la croissance démographique, de la pollution, de la dégradation de l'habitat, des multiples conflits visant l'exploitation des ressources, de la surexploitation des ressources et des autres activités humaines.

Dans ce contexte, il est particulièrement important d'instaurer une gestion intégrée de la zone côtière de manière stratégique et efficiente en disposant des meilleures données et des meilleurs outils accessibles. L'un des objectifs du Centre consiste à appliquer les principes de l'analyse du risque à l'élaboration de méthodes de gestion écosystémique pour prévenir les effets environnementaux cumulatifs. Cette façon de procéder pourrait aider les décideurs à déployer stratégiquement les ressources en vue d'optimiser la gestion des activités humaines et d'assurer la conservation et la protection des écosystèmes aquatiques. Pour l'essentiel, l'analyse du risque aide à prendre des décisions et fournit une méthode systématique de collecte, d'évaluation, d'enregistrement et de diffusion de l'information débouchant sur des recommandations à soumettre à l'étude de la direction. Ces approches peuvent être à l'origine de pratiques de gestion de la zone côtière plus efficaces et durables le long des 244 000 kilomètres du littoral canadien.

La mission en vue de cartographier le plancher de l'océan Arctique prouve la valeur de la technologie du véhicule sous-marin autonome

Le véhicule sous-marin autonome Yamoria

Le véhicule sous-marin autonome Yamoria est un produit unique en son genre : il s'agit d'un sous-marin de recherche télécommandé, construit pour supporter des pressions et un froid extrêmes dans le milieu sous-marin arctique. Fruit d'un partenariat scientifique entre Ressources naturelles Canada, Recherche et développement pour la défense Canada et Pêches et Océans Canada et construit par la société International Submarine Engineering Ltd. (ISE) de Port Coquitlam, en Colombie-Britannique, Yamoria est un bâtiment de sept mètres de longueur, de deux tonnes, de forme cylindrique et propulsé par des batteries au lithium-ions qui peuvent être rechargées sous l'eau. Il doit son nom à un ancien grand voyageur et législateur du peuple Déné.

Les levés effectués sur le plancher de l'océan Arctique constituent une tâche exigeante en raison du caractère éloigné de la région et des conditions météorologiques et conditions de glace imprévisibles. L'utilisation réussie d'un véhicule sous-marin autonome pour recueillir des données bathymétriques dans le Nord prépare cette nouvelle technologie à remplir d'autres fonctions de grande portée, y compris des missions autonomes en milieu hostile. Les essais et l'expérimentation de la nouvelle technologie du véhicule sous-marin autonome pour cartographier le plancher océanique ont mobilisé une équipe constituée du Service hydrographique du Canada de Pêches et Océans Canada, de Recherche et développement pour la défense Canada et de la Commission géologique du Canada, qui fait partie de Ressources naturelles Canada. Leur mission consistait à déterminer l'étendue du plateau continental canadien sous la mer. Les données recueillies feront partie intégrante du mémoire qui sera présenté par le Canada à la Commission des limites du plateau continental. En vertu de l'article 76 de la Convention des Nations Unies sur le droit de la mer, les pays côtiers dont le plateau continental s'étend au-delà de la limite de 200 milles marins doivent présenter un mémoire à la Commission concernant les limites extérieures proposées dans les dix ans de la ratification (dans le cas du Canada, d'ici décembre 2013).

Le véhicule sous-marin autonome propulsé par des batteries est lancé depuis un camp d'observation des glaces près de Borden Island, dans les Territoires du Nord-Ouest, et suit un plan de mission préprogrammé.

Après avoir plongé à une profondeur prédéterminée au-dessus du plancher océanique, le véhicule met en marche ses capteurs bathymétriques et se déplace d'un point à un autre. À la fin du segment de la mission, il met ses capteurs hors tension et revient sur une radio-balise déployée dans un trou de glace au camp de base. De retour à leur station d'attache, les chercheurs téléchargent les données bathymétriques du sous-marin, rechargent ses batteries et le remettent à l'eau pour recueillir d'autres données.

Les levés s'ajouteront aux sondages ponctuels et aux données sismiques, gravimétriques et magnétiques déjà recueillies à ce jour. Toute cette information sera analysée et structurée afin de faire valoir que les zones et les crêtes arpentées répondent aux critères de l'article 76 de la Convention des Nations Unies sur le droit de la mer et font partie du plateau continental étendu du Canada. Depuis que les levés ont commencé, les véhicules sous-marins ont parcouru environ 1 000 kilomètres. Une autre mission est prévue pour 2011 afin de recueillir les autres données exigées dans l'océan Arctique pour le mémoire du Canada. Cette fois, les véhicules seront déployés depuis le plus grand brise-glace du Canada, le NGCC Louis S. St-Laurent.

Sondage des flux océaniques et des flux de glace traversant le détroit de Barrow

Instrument amarré traversant le détroit de Barrow.

Instrument amarré traversant le détroit de Barrow.

One of the moorings to measure sea ice transport in Barrow Strait is deployed from the CCGS DesGroseilliers.

Un des instruments amarrés pour mesurer le transport de la glace de mer dans le détroit de Barrow est déployé depuis le NGCC DesGroseilliers.

Depuis 1998, les chercheurs de l'Institut océanographique de Bedford explorent les masses d'eau océanique et de glace de mer (transports) qui traversent le détroit de Barrow, l'une des trois principales voies de circulation dans l'archipel arctique canadien. Le but de la recherche, qui fait partie de l'étude des flux océaniques arctiques et subarctiques et du programme de l'Année polaire internationale, est de mesurer et de modéliser les variations dans les masses d'eau océanique et de glace de mer qui circulent entre l'océan Arctique et les mers subarctiques, y compris dans l'Atlantique Nord. Le volet du projet portant sur les flux océaniques arctiques et subarctiques se concentre sur l'effet direct de ces transports sur la circulation thermohaline de l'Atlantique Nord (mer du Labrador).

En ayant une meilleure connaissance des mécanismes qui régissent ces transports, de leurs relations avec les conditions de l'océan et de la glace de l'océan Arctique ainsi que de la circulation et de la ventilation verticale de la mer du Labrador, on sera mieux outillé pour élaborer des modèles du climat mondial afin de prédire les répercussions du changement climatique sur la banquise et les écosystèmes marins dans les régions arctique et subarctique.

Des relevés effectués pendant 11 ans à partir d'instruments amarrés ont fourni des données détaillées sur la salinité, la température et la profondeur, de même que des mesures sur la vitesse et la direction du courant, de la dérive et de l'épaisseur de la banquise. Leur analyse a révélé que les conditions atmosphériques qui règnent sur la mer de Beaufort et, dans une moindre mesure, sur l'Atlantique Nord contrôlent le transport des masses d'eau océanique et de glace de mer traversant le passage du Nord-Ouest, et que ces conditions atmosphériques évoluent en raison du changement climatique. Les tendances à long terme et la variabilité saisonnière des transports de masses d'eau océanique et de glace de mer prédisent un allongement de la saison des eaux libres, ce qui aura une incidence sur le transport maritime dans le passage du Nord-Ouest, la synchronisation et la production biologique ainsi que sur le transport de masses d'eau océanique et de glace dans l'Atlantique Nord et, à terme, sur les processus de mélange vertical des eaux en mer du Labrador et la circulation thermohaline.

Une meilleure compréhension des phénomènes qui régissent les variations survenant dans la rigidité de la banquise dans l'Arctique et les masses d'eau de surface traversant le passage du Nord-Ouest aidera :

  • à valider les modèles climatiques internationaux pour renforcer l'exactitude des projections du réchauffement planétaire de la banquise arctique et subarctique et de l'écosystème marin;
  • à gérer le transport maritime, les codes de réglementation des exploitations hauturières ainsi que les activités de recherche et sauvetage dans le passage du Nord-Ouest à mesure que la saison des eaux libres se fera plus longue;
  • à réglementer les projets de mise en valeur dans l'Arctique canadien et à surveiller les conditions océanographiques et les conditions de la banquise de l'aire marine nationale de conservation envisagée dans le détroit de Lancaster;
  • à élaborer des modèles biologiques et trophiques d'écosystèmes marins pour prévoir les répercussions du changement climatique;
  • à gérer les questions de sécurité et de souveraineté nationales dans l'Arctique canadien.

Températures record dans le golfe du Saint-Laurent

L'équipe d'échantillonnage en mars 2010 : Rémi Desmarais, technicien en électronique, et Peter Galbraith, chercheur, océanographie et modélisation physique, tous deux de Pêches et Océans Canada; Robert Audette, technicien d'entretien d'aéronefs et Daniel Dubé, pilote d'hélicoptère, tous deux de Transports Canada. La sonde utilisée est au centre du groupe.

L'équipe d'échantillonnage en mars 2010 : Rémi Desmarais, technicien en électronique, et Peter Galbraith, chercheur, océanographie et modélisation physique, tous deux de Pêches et Océans Canada; Robert Audette, technicien d'entretien d'aéronefs et Daniel Dubé, pilote d'hélicoptère, tous deux de Transports Canada. La sonde utilisée est au centre du groupe.

Le relevé annuel héliporté des conditions océanographiques physiques du golfe du Saint-Laurent, dirigé par Peter Galbraith de l'Institut Maurice-Lamontagne à Mont-Joli (Québec), fait état de températures hivernales exceptionnellement élevées en mars 2010. Ces conditions extraordinaires sont étroitement liées aux températures de l'air enregistrées à neuf stations situées dans le Golfe, qui affichent 5,1 °C au-dessus de la normale, soit les températures les plus élevées depuis au moins 1945.

L'hiver 2010 a été particulièrement doux dans le golfe du Saint-Laurent. Il n'y a pratiquement pas eu de glace de mer et la couverture de glace est la plus faible jamais enregistrée par le Service canadien des glaces depuis le début de ses observations, en 1969.

Le relevé, qui est effectué en abaissant une sonde à partir d'un hélicoptère en vol stationnaire pour mesurer la température et la salinité de l'eau à plus de 85 stations réparties dans le Golfe, a révélé que la couche hivernale de mélange était exceptionnellement chaude en mars 2010. La température de cette couche, qui mesure en moyenne 75 mètres d'épaisseur, avoisine habituellement le point de congélation - autour de -1,7 °C - dans le Golfe. En 2010, elle a été en moyenne de 1 °C supérieure à la normale, voire plus par endroits (au-dessus de 0 °C dans le nord-est du détroit de Cabot et dans l'estuaire du Saint-Laurent). La couche hivernale de mélange a été la plus chaude jamais observée depuis les débuts du relevé héliporté il y a 15 ans.

L'analyse de la couche hivernale mélangée permet d'établir des prévisions concernant les conditions océanographiques estivales à venir. Cette information est utile pour les biologistes qui évaluent les stocks de poissons, de crabes et de crevettes. Alors que les eaux de surface se réchauffent au printemps, la couche d'eau froide sous la surface demeure partiellement isolée jusqu'à l'hiver suivant, affichant des températures inférieures à 0 °C au cœur de l'été.

Les températures exceptionnellement élevées en mars ont provoqué le réchauffement de la masse d'eau froide dont la température a été supérieure à la normale à l'été 2010. L'apparition d'hivers sans glace dans le golfe du Saint-Laurent - situation qui pourrait se produire plus fréquemment en raison de l'impact du changement climatique - pourrait créer une nouvelle dynamique dans la formation de ces couches d'eau.

Nouveau guide d'identification pour les poissons de mer du golfe du Saint-Laurent

marine fishes of the St. Lawrence - Flatfishes

Planche sur les poissons plats montrant leur diversité dans la région (tirée du Guide d'identification des poissons marins de l'estuaire et du nord du golfe du Saint-Laurent et protocoles suivis pour leur échantillonnage lors des relevés par chalut entre 2004 et 2008).

Chaque année, Pêches et Océans Canada effectue une étude biologique majeure à bord du navire de recherche NGCC Teleost, qui est une source essentielle d'information sur la situation des ressources marines prélevées dans l'estuaire et le nord du golfe du Saint-Laurent. Le principal objectif de l'étude est d'évaluer l'abondance et la biomasse d'espèces d'importance commerciale, notamment la morue, le flétan du Groenland, le sébaste acadien et atlantique et la crevette nordique.

Ces dernières années, les biologistes ont cherché à intégrer plus systématiquement l'information sur la situation de ces stocks et celle des écosystèmes où ils vivent; à cette fin, il leur faut identifier rapidement et de manière adéquate les dizaines d'autres espèces de poissons et d'invertébrés capturés au cours des études. Pour leur faciliter la tâche, Pêches et Océans Canada a publié en 2010 le Guide d'identification des poissons marins de l'estuaire et du nord du golfe du Saint-Laurent et protocoles suivis pour leur échantillonnage lors des relevés par chalut entre 2004 et 2008. L'ouvrage décrit la taille et la répartition selon la profondeur des espèces de poisson rencontrées au cours des relevés et fournit des planches en couleur et des fiches d'identification pour 115 espèces de poissons marins que l'on rencontre dans la région.

Il s'agit d'un ouvrage d'un intérêt capital pour les biologistes et les techniciens, et d'un outil précieux pour les gens qui vivent de la mer ou qui sont simplement intéressés par la diversité des organismes marins. On peut le télécharger en format PDF ou l'obtenir en copie papier avec le CD correspondant en adressant un courriel à la bibliothèque de l'Institut Maurice-Lamontagne, à l'adresse biblioIML@dfo-mpo.gc.ca, ou en composant le 418-775-0500.

Avis

Secrétariat canadien de consultation scientifique : Aperçu 2009-2010

Narwhals in Barrow Strait.

Narwhals in Barrow Strait.

Le Secrétariat canadien de consultation scientifique (SCCS) coordonne l'examen par les pairs de questions scientifiques au sein du Ministère, en collaboration avec les centres d'avis scientifique régionaux. Ce réseau est chargé du maintien de hauts niveaux d'excellence dans la prestation d'information et d'avis scientifiques par les pairs à l'appui de la prise de décisions judicieuses à Pêches et Océans Canada.

En 2009-2010, 111 réunions et ateliers ont été tenus pour permettre l'examen de questions par les pairs et 284 publications ont été produites - avis scientifiques, documents de recherche, procès-verbaux et réponses à des questions scientifiques. S'ajoutant à 59 évaluations des stocks, ces publications ont porté sur un large éventail de questions, notamment :

  • des avis scientifiques d'un grand intérêt sur le saumon sockeye du Fraser, le crabe des neiges dans la partie méridionale du golfe du Saint-Laurent, le narval, le béluga, le phoque du Groenland, de même que la morue au large de la côte méridionale de l'île de Terre-Neuve, dans la zone du stock de morue 3Ps de l'Organisation des pêches de l'Atlantique Nord-Ouest;
  • l'atténuation des répercussions des ondes sismiques sur les mammifères marins;
  • un cadre national d'intervention rapide pour faire échec aux espèces aquatiques envahissantes;
  • des avis scientifiques sur l'élaboration d'un réseau d'aires marines protégées;
  • la fertilisation des océans, une démarche de géo-ingénierie pour atténuer les changements climatiques;
  • l'impact de l'immersion en mer de matériaux de dragage (sédiments sur l'habitat essentiel des épaulards);
  • les séquences d'effets liés à l'aquaculture;
  • les répercussions des engins de pêche sur l'habitat marin et les communautés aquatiques.

Deux réunions ont été consacrées aux responsabilités ministérielles en vertu de la Loi sur les espèces en péril afin de fournir des données examinées par les pairs au Comité sur la situation des espèces en péril au Canada pour évaluer la situation des espèces aquatiques. En outre, des évaluations sur le potentiel de rétablissement ont été faites pour 20 espèces désignées comme étant « en péril » ou « menacées » par le comité.

Le Secrétariat a également continué de mettre en œuvre un cadre axé sur le risque pour établir un ordre de priorité dans la thématique des réunions d'examen par les pairs afin que l'on dispose en temps opportun des avis scientifiques requis. Vous pouvez consulter les avis publiés et le calendrier des activités consultatives du Secrétariat à l'adresse http://www.dfo-mpo.gc.ca/csas-sccs/index-fra.htm.

Impacts environnementaux de l'aquaculture : Évaluation des séquences d'effets

Dans le cadre d'une initiative pour arrêter une approche nationale cohérente en vue de cerner, d'évaluer et de gérer les risques environnementaux de l'aquaculture du poisson et des crustacés ou mollusques, Pêches et Océans Canada collabore avec d'autres pouvoirs publics fédéraux, provinciaux et territoriaux à l'élaboration d'un cadre national pour la gestion du risque environnemental lié à l'aquaculture. À cette fin, les scientifiques du Ministère ont élaboré sept rapports de recherche sur les séquences d'effets ainsi que des diagrammes qui schématisent les perturbations possibles des diverses activités d'aquaculture du poisson et des crustacés ou mollusques sur l'environnement, de même que les effets possibles de ces facteurs de perturbation sur différentes composantes de l'écosystème.

Chaque document de recherche met l'accent sur un facteur de perturbation différent lié aux activités aquicoles, à savoir : les produits chimiques utilisés par l'industrie aquicole, les organismes d'élevage qui s'échappent de l'aire de confinement, la lumière, le bruit, les nutriments, les pathogènes et la structure physique des exploitations aquicoles. Chaque facteur de perturbation est associé à des éléments clés des écosystèmes aquatiques (habitat du poisson, qualité de l'eau, santé du poisson et communauté de poissons) qui sont pertinents pour les organismes publics à vocation réglementaire.

En octobre 2009, le Secrétariat canadien de consultation scientifique s'est réuni pour faire examiner par les pairs la version préliminaire des rapports sur les facteurs de perturbation et les diagrammes. Les rapports de recherche finaux étayeront l'élaboration du cadre et des documents stratégiques, qui seront utilisés par les organismes à vocation réglementaire responsables de la gestion de l'aquaculture. Le processus d'examen par les pairs a également mis en évidence les besoins en matière de recherche et les lacunes dans les connaissances, contribuant ainsi à l'élaboration des priorités de recherche pour le Programme de recherche sur la réglementation de l'aquaculture et le Programme coopératif de recherche et développement en aquaculture de Pêches et Océans Canada.

Pour en apprendre davantage sur la réunion ou pour consulter le procès-verbal de la réunion, les avis scientifiques et les documents de recherche, rendez-vous à l'adresse http://www.dfo-mpo.gc.ca/csas-sccs/index-fra.htm

Risques de contamination par les BPC au large des côtes Ouest et Est

Des sacs renfermant du goudron, enfouis au moment du déversement d'hydrocarbures lors du naufrage de l'Irving Whale, en 1970, ont refait surface des années plus tard dans les dunes de sable des îles de la Madeleine, au Québec.

Des sacs renfermant du goudron, enfouis au moment du déversement d'hydrocarbures lors du naufrage de l'Irving Whale, en 1970, ont refait surface des années plus tard dans les dunes de sable des îles de la Madeleine, au Québec.

Pêches et Océans Canada est à l'avant-garde des efforts en vue de comprendre les menaces qui pèsent sur les épaulards résidents du sud de la Colombie-Britannique, répertoriés comme une espèce « en péril » en vertu de la Loi sur les espèces en péril. En 2010, les chercheurs de l'Institut des sciences de la mer, de la Station biologique du Pacifique et des universités Simon Fraser et Trent ont regroupé leurs forces pour étudier les répercussions sur les baleines des biphényls polychlorés (BPC) présents dans les matières déversées dans l'océan.

La Loi canadienne sur la protection de l'environnement régit le déversement en mer de matériaux autorisés - principalement des opérations de dragage à des endroits spécifiques. Bien que l'on examine ces matériaux pour déterminer la présence de BPC et d'autres contaminants, cet examen n'a pas été conçu pour protéger les espèces qui se trouvent au sommet de la chaîne alimentaire, comme les épaulards. Or, cinq sites de déversement dans l'océan sont situés dans l'habitat essentiel d'épaulards résidents du nord et du sud.

Les constatations de l'étude ont confirmé que les épaulards sont particulièrement vulnérables à la contamination par les BPC en raison de leur position au sommet de la chaîne alimentaire, de leur longue durée de vie et de leur incapacité à métaboliser le composé chimique. En conséquence, on a formulé une série de recommandations pour améliorer le processus décisionnel régissant les pratiques de déversement dans l'océan, afin de réduire les concentrations de BPC dans l'habitat des épaulards et l'absorption de ce composé chimique par ces derniers au fil du temps. Les enseignements tirés de la recherche fourniront une orientation concernant les préoccupations sur des produits chimiques nouveaux tels que les produits ignifuges à base d'éther diphénylique polybromé (EDP).

La contamination par les BPC est également l'objet d'une étude entreprise à l'été 2009 et portant sur le littoral des îles de la Madeleine, au Québec. En 1970, lors du naufrage de la barge Irving Whale dans le golfe du Saint-Laurent, une partie de la cargaison d'hydrocarbures s'était dispersée sur la côte nord-ouest des îles de la Madeleine. Au cours des efforts de nettoyage, le pétrole qui s'était solidifié et formait une substance analogue au goudron avait été mis dans des sacs et enterré dans les dunes environnantes. En 1996, on découvrit que le pétrole contenait des BPC.

Dans leur étude, Michel Lebeuf, de l'Institut Maurice-Lamontagne, et Marie Chagnon, de l'Agence de santé et des services sociaux de la .htmlésie-Îles-de-la-Madeleine, ont examiné si les sacs d'hydrocarbures enfouis contaminaient l'environnement avec les BPC. Des échantillons de sédiments de surface et d'organismes marins, dont des crabes communs, des moules bleues, des mactres de l'Atlantique et des couteaux, furent prélevés en cinq points du littoral. Les résultats n'ont révélé aucun écart significatif dans les concentrations de BPC entre les échantillons recueillis aux sites d'essai et ceux du site témoin, ce qui indique que le pétrole n'est pas une source identifiable de contamination par les BPC.

Sous surveillance : La population de bélugas du Saint-Laurent

Épaulard migrateur T087 au large de l'usine de pâtes et papiers Harmac Pacific dans le détroit de Northumberland, en Colombie-Britannique.

Épaulard migrateur T087 au large de l'usine de pâtes et papiers Harmac Pacific dans le détroit de Northumberland, en Colombie-Britannique.

Des biologistes de l'Institut Maurice-Lamontagne examinent la carcasse d'un béluga échoué.

Une biologiste de l'Institut Maurice-Lamontagne et des étudiants vétérinaires à l'Universitié de Montréal examinent la carcasse d'un béluga échoué.

Conformément au Plan Saint-Laurent pour un développement durable, Pêches et Océans Canada rend compte, à intervalles réguliers, de l'état de la population de bélugas de l'estuaire du Saint-Laurent. En 2009, des équipes de l'Institut Maurice-Lamontagne ont publié une deuxième fiche de suivi de l'état de cette population désignée menacée.

On estime que la population de bélugas du Saint-Laurent compte environ 1 100 individus et serait stable depuis 20 ans. Cette estimation est basée sur un modèle de population qui tient compte des estimations d'abondance établies à partir d'une série de relevés photographiques réalisés de 1988 à 2003 et des résultats d'un programme de suivi des carcasses mis sur pied par Pêches et Océans Canada en 1982.

L'analyse des carcasses échouées fournit des indices sur la mortalité. Avec l'aide de l'Institut national d'écotoxicologie du Saint-Laurent, les carcasses sont échantillonnées sur la plage ou transportées à la Faculté de médecine vétérinaire de l'Université de Montréal. Grâce à cette collaboration, les causes de mortalité ont été établies pour 148 individus. Les maladies infectieuses ont provoqué 38 p. 100 des mortalités des bélugas, alors que 15 p. 100 des animaux sont morts d'une néoplasie (cancer) terminale et près de 30 p. 100 d'une cause inconnue..

Les échantillons des carcasses ont également été analysés afin d'identifier les contaminants accumulés par les bélugas, tels que les polluants organiques persistants d'origine anthropique (BPC, DDT, mirex, EDP). La charge de polluants mesurés dans les carcasses continue d'être élevée et se diversifie. Certains contaminants ont diminué ou sont demeurés stables alors que d'autres ont augmenté, ce qui donne à penser que le risque d'effets toxiques sur la population n'aurait pas diminué au fil des ans. De plus, le nombre de bélugas n'a pas augmenté. On n'a pas encore déterminé les raisons pour lesquelles la population du Saint-Laurent ne connaît aucune croissance significative ni aucun rétablissement apparent.

L'intégration de l'ensemble des données disponibles sur le béluga offrira, à long terme, une vision éclairée sur les avenues de recherche et les mesures de gestion à mettre en place afin de mieux protéger ce mammifère marin.

Étude des effets des bruits sismiques sur le saumon et les mollusques et crustacés

La recherche dirigée par Jerry Payne, avec l'aide de Catherine Andrews du Centre des pêches de l'Atlantique Nord-Ouest, à St. John's (Terre-Neuve-et-Labrador), pallie le manque de connaissances concernant l'incidence des bruits sismiques sur les organismes marins. Les levés sismiques, utilisés dans la prospection de nouveaux gisements de pétrole et de gaz, nécessitent la mise en place d'une série de canons à air à partir d'un bâtiment hydrographique. Sur une période de 24 heures, les canons à air peuvent produire des milliers de tirs bruyants. De nombreux levés sont réalisés dans le Canada atlantique, en particulier dans les eaux autour de Terre-Neuve-et-Labrador.

M. Payne étudie si ces levés sismiques risquent de produire d'importants effets sublétaux (stress) chez le poisson et les mollusques et crustacés. Une étude importante a porté sur la préoccupation de l'industrie halieutique quant au risque que les levés sismiques influent sur les déplacements des homards et des crabes des neiges. D'après les résultats de l'étude, l'exposition de ces crustacés d'importance commerciale aux décharges des canons à air n'a pas entraîné leur déplacement; toutefois, on s'inquiète également des dommages éventuels aux organes des poissons, mollusques et crustacés, notamment les organes auditifs des poissons.

En collaboration avec Matthew Rise de l'université Memorial, Catherine Andrews a amorcé des études exploratoires concernant l'incidence des bruits sismiques sur l'expression génétique dans les organes auditifs des saumons. Les gènes - unités héréditaires comprenant des séquences d'ADN (acide désoxyribonucléique ou code génétique) - guident la structure et la fonction cellulaires. Cette étude en laboratoire a établi que les sons produits pendant les levés sismiques risquaient de modifier de grands nombres de gènes dans les organes auditifs des saumons, notamment ceux liés au métabolisme cellulaire, à la mort programmée des cellules, au stress oxydatif*, à la réaction immunitaire et à la perception sensorielle.

Les résultats de la recherche en cours sur la question aideront à orienter le Programme de gestion de l'habitat du Ministère, qui est chargé de fournir des avis à l'Office Canada-Terre-Neuve-et-Labrador des hydrocarbures extracôtiers. Il n'existe à l'heure actuelle aucune restriction quant à l'exploitation sismique dans les océans de la planète. Des lignes directrices générales recommandent d'éviter les lieux de reproduction des mammifères marins à certaines périodes. Toutefois, il n'existe aucune ligne directrice pour les poissons, les mollusques ou les crustacés.

* Le stress oxydatif se produit au niveau cellulaire et est un sous-produit du métabolisme. Ce terme désigne la production de radicaux libres (atomes ou molécules électroniques instables) qui ont une incidence négative sur la santé d'un organisme, en particulier quand ils sont associés à d'autres agresseurs environnementaux. .

Recherche concertée avec l'industrie sur le stock de hareng dans la zone de pêche 4WX

An information panel on the shoreline helps explain the Eastport Marine Protected Area to visitors.

Un panneau d'information sur la côte fournit aux visiteurs de l'information explicative sur la zone de protection marine d'Eastport.

Pêches et Océans Canada et l'industrie du hareng des Maritimes collaborent depuis longtemps dans le domaine de l'évaluation des stocks et de la recherche connexe. À ce jour, le Ministère et l'industrie halieutique ont conclu six ententes de collaboration portant sur la collecte de données et la recherche afin d'aborder les questions prioritaires qu'ils ont relevées. Ces ententes mettent l'accent sur plusieurs activités, entre autres :

  • le relevé des frayères de hareng en utilisant des bateaux de pêche commerciale pour estimer la biomasse;
  • la collecte de données sur la fréquence de longueur et le prélèvement d'échantillons biologiques des débarquements à d'importantes usines de transformation au Nouveau-Brunswick et en Nouvelle-Écosse pour déterminer la taille et l'âge des poissons pêchés; et
  • la réalisation de recherches scientifiques à l'appui de l'évaluation des stocks de hareng dans la zone de pêche 4WX de l'Organisation des pêches de l'Atlantique Nord-Ouest. Ce stock se trouve dans la baie de Fundy, au sud-ouest de la Nouvelle-Écosse et sur la plate-forme Scotian.

Les scientifiques utilisent l'acoustique, l'étude scientifique du son, pour effectuer un relevé des populations de poisson. En 2008-2009, le Ministère et l'industrie du hareng ont financé conjointement une étude triennale sur l'indice de réflexion du poisson afin de mieux comprendre la diffusion acoustique à partir d'un seul poisson - la quantité d'énergie acoustique réfléchie quand elle touche un poisson - dans le but de mieux estimer la biomasse de hareng. Le financement a également servi à l'achat de nouveaux échosondeurs et de nouvel équipement acoustique sonar scientifiques de pointe. Les résultats de ces recherches contribueront à améliorer les estimations de la biomasse des stocks reproducteurs. Un financement conjoint supplémentaire en 2009-2010 est utilisé pour déterminer si le hareng frayant est compté deux fois ou n'est pas pris en compte durant les relevés et pour examiner les angles morts de couverture acoustique à l'aide d'une autre technologie, comme les caméras sous-marines et le sonar, pour déterminer la biomasse de hareng dans ces zones.

Au nombre des autres recherches concertées, mentionnons l'élaboration d'un indice d'abondance du hareng juvénile, d'après des estimations acoustiques du nombre de poissons, et une étude sur les habitudes migratoires du hareng et les liens avec d'autres stocks en utilisant les données de marquage des 15 dernières années. Toutes les études, qui devraient être terminées d'ici mars 2012, contribueront grandement aux connaissances sur le hareng, en plus d'améliorer les relevés acoustiques dans l'industrie et l'évaluation du stock de hareng dans la zone de pêche 4WX.

C'est dans la baie de Bonavista, sur la côte est de l'île de Terre-Neuve, que se trouve la zone de protection marine d'Eastport. C'est également là que les pêcheurs de la localité et les membres de la collectivité ont uni leurs efforts pour surveiller et protéger l'habitat du homard dans la zone. Les zones de protection marines font partie intégrante du plan de gestion du Canada visant à protéger et à préserver les écosystèmes marins. Le Secteur des océans et des sciences de Pêches et Océans Canada offre un appui aux programmes de surveillance dans ces zones. Le Ministère a alloué des fonds pour embaucher un coordonnateur communautaire et offrir aux pêcheurs une formation technique et du matériel pour les activités de surveillance en vue de protéger le homard dans cette zone. Ce partenariat assure la collecte d'une information détaillée qui permet de déterminer la santé des populations locales de homard. Les résultats de la surveillance exercée au cours des dernières années contribueront à l'examen et à la mise à jour du Plan de gestion de la zone de protection marine d'Eastport.

L'approche de précaution et le crabe des neiges du sud du golfe du Saint-Laurent

un crabe des neiges

Le crabe des neiges (Chionoecetes opilio) pêché dans le sud du golfe du Saint-Laurent constitue une ressource précieuse qui fait l'objet d'une pêche commerciale depuis le milieu des années 1960. Cette pêche a pris rapidement de l'expansion, pour atteindre 33 400 tonnes (t) en 1982 et chuter à 8 900 t en 1990. Depuis, les débarquements fluctuent et ont atteint récemment un sommet en 2005, soit 36 200 t.

Le Canada, en tant que signataire de l'Accord des Nations Unies sur les stocks de poissons chevauchants et grands migrateurs, s'est engagé à gérer ses stocks selon l'approche de précaution. Cette approche exige que l'on fasse preuve de prudence quand l'information scientifique est incertaine, non fiable ou inadéquate et que l'on n'invoque pas l'absence d'information scientifique adéquate comme raison justifiant le report ou l'annulation de la prise de mesures pour éviter des effets dommageables graves à la ressource.

Pour se conformer à cette approche, les plans de gestion des pêches devraient inclure des stratégies de capture qui tiennent compte de l'abondance minimale d'animaux à maintenir (points de référence limites qui indiquent la limite entre les zones critiques et de prudence) et d'une abondance plus élevée d'animaux (niveau de référence supérieur qui indique la limite entre les zones saines et de prudence) afin de procurer le plus grand avantage socio-économique tout en réduisant le risque pour la ressource. Les plans de gestion devraient également définir le taux d'exploitation maximal (niveau d'exploitation de référence) quand le stock se trouve dans la zone saine.

Orientée par la politique publiée récemment par le Ministère sur l'approche de précaution pour les pêches (Cadre décisionnel pour les pêches en conformité avec l'approche de précaution), une analyse scientifique par les pairs a été réalisée en février 2010 pour définir les points de référence biologique s'appliquant précisément au stock de crabe des neiges dans le sud du golfe du Saint-Laurent. Un cadre d'analyse des risques a également été élaboré en vue d'évaluer chaque option d'exploitation par rapport à ces points de référence et les scénarios de gestion conformes à cette approche.

L'établissement de points de référence biologique pour le stock de crabe des neiges du sud du Golfe était une première pour la pêche du crabe au Canada. Cette avancée a été possible grâce à l'existence, depuis plusieurs dizaines d'années, de solides relevés indépendants des pêches et d'un vaste programme de surveillance des pêches mené par le Ministère dans la région.

Modélisation des scénarios d'entretien des fossés en vue de réduire le risque pour le brochet vermiculé frayant

Marquage d'un brochet vermiculé.

Marquage d'un brochet vermiculé.

Dans la région de Niagara en Ontario, les chercheurs examinent les répercussions éventuelles de l'entretien des fossés de drainage agricole sur le brochet vermiculé, qui figure sur la liste des espèces préoccupantes établie par le Comité sur la situation des espèces en péril au Canada. Les fossés sont sujets à l'accumulation de sédiments, ce qui entraîne l'accumulation d'eau sur les plaines inondables toutes proches et fournit une frayère pour le brochet au printemps. L'entretien des fossés de drainage prévoit généralement l'enlèvement des sédiments, ce qui réduit l'ampleur des inondations et les frayères. Dans ces réseaux trophiques marécageux, les adultes se nourrissent d'autres poissons, tandis que les jeunes brochets vermiculés se nourrissent d'insectes des zones humides.

Pour déterminer les répercussions possibles d'une diminution des inondations sur les populations de brochet, l'équipe de recherche a étiqueté plus de 1 800 poissons afin de recueillir des données sur la taille de la population, l'utilisation de l'habitat et les déplacements saisonniers. Cette information sera intégrée dans un modèle informatique afin de déterminer la relation entre la taille de la population et la disponibilité de l'habitat ainsi que les effets de différents scénarios d'entretien des fossés. Les partenaires du projet adopteront ensuite la meilleure approche d'entretien et surveilleront les populations de brochet afin de valider l'exactitude du modèle. À terme, le modèle pourrait être utilisé pour gérer d'autres populations de brochet vermiculé et de poissons vivant dans les fossés au Canada. Des organismes du gouvernement de l'Ontario et un large éventail de partenaires de la région de Niagara, notamment des groupes voués à la conservation et des propriétaires de terrains privés, participent également à ce projet de collaboration.

La géomatique à la rescousse de l'anguille d'Amérique

L'anguillette est à moitié transparente (jusqu'à ce qu'elle atteigne une dizaine de centimètres de longueur). On peut voir les minuscules branchies et le tube digestif roses.

L'anguillette est à moitié transparente (jusqu'à ce qu'elle atteigne une dizaine de centimètres de longueur). On peut voir les minuscules branchies et le tube digestif roses.

Des anguilles

La population d'anguille d'Amérique en Amérique du Nord a fortement baissé au cours des 30 dernières années, en particulier dans le bassin des Grands Lacs et du Saint-Laurent. Les chercheurs n'ont pas établi de façon concluante les causes de ce déclin, mais on compte parmi les principaux facteurs la perte d'habitats dulcicoles et la faible échappée de géniteurs - le nombre limité d'anguilles qui sont capables de retourner dans l'océan pour frayer. Les barrages et d'autres obstacles construits sur les cours d'eau bloquent le passage des jeunes anguilles qui nagent vers les sites de croissance en amont, et les turbines des barrages hydroélectriques tuent un nombre élevé d'adultes provenant de certains bassins hydrologiques quand ils se dirigent vers les aires de reproduction dans la région de la mer des Sargasses dans l'océan Atlantique. L'anguille d'Amérique figure sur la liste des espèces préoccupantes établie par le Comité sur la situation des espèces en péril au Canada.

Pêches et Océans Canada, en collaboration avec le ministère des Ressources naturelles et de la Faune du Québec et le ministère des Richesses naturelles de l'Ontario, a créé un système d'information géographique afin d'aider les gestionnaires à localiser les barrages, à évaluer leur incidence sur la migration et à déterminer la superficie des habitats de cours d'eau et de lacs disponibles dans le bassin hydrologique en amont et en aval de chaque obstacle. Cet outil les aidera à déterminer où des passes migratoires devraient être aménagées et à en établir la priorité. L'outil est en cours d'élaboration et des projets pilotes sont menés sur trois cours d'eau : un au Québec, un en Ontario et un autre dans les Maritimes. Il sera bientôt élargi à d'autres bassins hydrologiques et adapté à d'autres espèces de poissons migrateurs.

Les chercheurs fédéraux collaborent avec des partenaires provinciaux et industriels à deux projets expérimentaux, entre autres une vaste initiative d'ensemencement à des fins de conservation prévoyant la translocation de plus de quatre millions d'anguillettes des rivières des Maritimes dans le lac Ontario menée depuis 2006. La deuxième initiative est un projet de capture et de transport qui prévoit l'achat de grandes anguilles capturées par des pêcheurs commerciaux dans les régions situées en amont des barrages hydroélectriques et leur transport en aval pour éliminer le risque de mortalité causée par les turbines. Les deux expériences ont porté fruit jusqu'à présent. Les anguilles d'Amérique ensemencées ont survécu, se sont dispersées et grandissent rapidement, tandis que les anguilles jaunes transportées ont atteint la maturité sexuelle, ont amorcé leur migration de reproduction et sont physiologiquement indifférenciables des anguilles qui ont migré naturellement.

Le projet d'assainissement de la baie de Quinte, dans le lac Ontario, a 40 ans

zebra mussel

Les espèces envahissantes ont modifié l'écosystème de la baie de Quinte. Jusqu'à la fin des années 1980, le Projet Quinte s'est intéressé avant tout à la façon dont l'écosystème se rétablissait une fois les charges en nutriments limitées. Ensuite, une invasion massive de moules zébrées (Dreissena polymorpha) et de moules quagga (D. rostriformis bugensis) a faussé les observations. En raison de leurs taux de filtration élevés, ces moules ont détourné de l'énergie de la colonne d'eau et amorcé une importante restructuration du réseau trophique.

Un programme de surveillance et de recherche à long terme appelé Projet Quinte est mené dans la baie de Quinte, située à l'extrémité nord-est du lac Ontario. Ce programme, mené de concert avec plusieurs organismes, a été mis en place en 1972 en vue d'examiner les effets du contrôle de la quantité de phosphore dans un écosystème touché par l'eutrophisation - modification de l'environnement physique, chimique et biologique en raison de l'enrichissement de l'eau en nutriments dissous, comme les phosphates. En général, cette condition stimule la croissance de la vie végétale aquatique, ce qui entraîne une réduction des niveaux d'oxygène dissous. Vers le milieu des années 1980, la baie de Quinte a été déclarée secteur préoccupant des Grands Lacs par la Commission mixte internationale.

Les partenaires du Projet Quinte sont entre autres Pêches et Océans Canada, le ministère des Richesses naturelles de l'Ontario, Environnement Canada, le ministère de l'Environnement de l'Ontario et des universités locales. Depuis le début du projet, on a observé dans la baie une réduction des charges en nutriments, des événements climatiques qui ont changé la prédominance d'espèces de poisson, plusieurs invasions d'espèces exotiques, une réapparition de plantes aquatiques et une augmentation des températures annuelles.

Tout au long de ces changements, Pêches et Océans Canada a effectué des recherches sur toutes les parties de l'écosystème de la baie de Quinte, notamment les niveaux de nutriments, le réseau trophique microbien, la composition des communautés et l'abondance et la production de phytoplancton, de zooplancton, d'invertébrés benthiques et de poissons. Les données à long terme recueillies dans cette baie représentent certaines des données les plus précieuses recueillies de manière continue dans les Grands Lacs, et c'est sur elles que repose l'élaboration d'une approche écosystémique pour la gestion et la restauration de la baie de Quinte.

En 2010, un symposium sur la santé de l'écosystème et l'assainissement de la baie de Quinte a été organisé au 53e Congrès annuel sur la recherche des Grands Lacs à l'Université de Toronto. Comme le Projet Quinte est en place depuis 40 ans, une série d'articles provenant du symposium de 2010 sur la recherche dans la baie de Quinte sont publiés dans deux numéros spéciaux de la revue Aquatic Ecosystem Health & Management (vol. 14, nos 1 et 4).

Une carpe à grosse tête capturée dans le Chicago Sanitary and Ship Canal par l'équipe d'éradication en 2009.

Une carpe à grosse tête capturée dans le Chicago Sanitary and Ship Canal par l'équipe d'éradication en 2009.

Le fleuve Mississipi aux États-Unis abrite maintenant plusieurs espèces de carpes asiatiques, et on peut voir ici des centaines de ces envahisseurs qui sautent.

Le fleuve Mississipi aux États-Unis abrite maintenant plusieurs espèces de carpes asiatiques, et on peut voir ici des centaines de ces envahisseurs qui sautent.

Pendant une semaine en décembre 2009, une équipe de Canadiens - dont 15 employés du Laboratoire des Grands Lacs pour les pêches et les sciences aquatiques du Ministère à Burlington, en Ontario - a été invitée par des collègues des États-Unis à les aider à éradiquer les carpes asiatiques d'une section de 9,6 km du Chicago Sanitary and Ship Canal, qui relie le Mississippi aux Grands Lacs. Cette collaboration est essentielle à la prévention de la propagation de ces espèces envahissantes - qui pèsent jusqu'à 50 kilos et mangent environ 40 p. 100 de leur poids corporel chaque jour - dans les Grands Lacs.

Pour faire mieux connaître les espèces envahissantes dans les environnements marins, la Région du Québec de Pêches et Océans Canada a publié récemment Les envahisseurs aquatiques : Carnet d'identification, en collaboration avec d'autres régions du Ministère dans l'Est du pays. Le guide présente les principales espèces qui ont envahi des parties du golfe du Saint-Laurent et son estuaire, la baie de Fundy et l'océan Atlantique. Il décrit l'origine, les caractéristiques et l'habitat de chaque espèce, ainsi que les répercussions écologiques et économiques et les mesures que peuvent prendre les citoyens pour l'empêcher de se propager. (www.qc.dfo-mpo.gc.ca/publications/envahissant-invasive/index-fra.html)

Rétablissement de l'habitat aquatique dans la région du Grand Toronto

Vue du lac Ontario - avec les îles de Toronto et le paysage aérien de Toronto - à partir du rivage de Leslie Street Spit.

Vue du lac Ontario - avec les îles de Toronto et le paysage aérien de Toronto - à partir du rivage de Leslie Street Spit. Photo : © http://www.patanderson.net

La région du Grand Toronto a été désignée secteur préoccupant des Grands Lacs par la Commission mixte internationale en 1985, en partie en raison de la détérioration des habitats de la faune et du poisson et des populations. Ces zones désignées sont des endroits où la qualité de l'environnement s'est dégradée par rapport à d'autres secteurs de l'écosystème du bassin des Grands Lacs.

En vue de rétablir la qualité de l'environnement et de l'habitat dans les régions côtières du secteur préoccupant de la Communauté urbaine de Toronto, des chercheurs de Pêches et Océans Canada collaborent à une initiative multipartite (Aquatic Habitat Toronto) en vue d'étudier des approches locales et écosystémiques de compensation des pertes d'habitat (comment compenser des habitats détériorés, perturbés et détruits) et de restauration.

Des scientifiques du Laboratoire des Grands Lacs pour les pêches et les sciences aquatiques du Ministère, à Burlington, en Ontario, mettent à profit leur savoir-faire et effectuent des recherches pour fournir des avis et des outils ciblés aux personnes qui prennent des décisions concernant l'habitat. Les organismes partenaires fédéraux, provinciaux et municipaux collaborent à l'élaboration de pratiques de gestion globales, exemplaires et locales qui aideront les scientifiques et les gestionnaires à quantifier et à mettre en œuvre des objectifs en matière d'habitat, comme les améliorations de la qualité de l'eau et la restauration des terres humides, qui, en bout de ligne, permettront de radier la région du Grand Toronto de la liste des secteurs préoccupants.

En collaboration avec d'autres organismes partenaires, les activités du Ministère incluent :

  • la comparaison de la température et de l'accessibilité des baies côtières avec la croissance rapide et la survie des populations de poisson;
  • l'étude des baies construites de différents âges pour évaluer leur efficacité en tant qu'habitats restaurés;
  • la production de documents d'orientation pour la restauration de l'habitat en fonction des besoins de la communauté locale de poissons;
  • le recours à des reconnaissances au chalut et à des relevés acoustiques pour examiner la répartition des habitats et la profondeur à laquelle se trouve le poisson;
  • l'utilisation de modèles numériques pour comparer les habitats disponibles entre la région du Grand Toronto, d'autres secteurs préoccupants et des zones de référence du lac Ontario comme outils quantitatifs pour supprimer le secteur de la liste;
  • l'utilisation d'outils quantitatifs pour assurer qu'il n'y a aucune perte nette d'habitat pour les projets de compensation et de restauration;
  • la compilation d'information spatiale sur les habitats dans un système d'information géographique;
  • la création d'un cadre conceptuel pour la mise en œuvre d'une gestion écosystémique de l'habitat dans le secteur; et
  • l'utilisation de la télémétrie acoustique pour surveiller les mouvements avant et après la construction de l'habitat et l'utilisation saisonnière de l'habitat par trois espèces de poisson : le grand brochet, l'achigan à grande bouche et la carpe commune.

Produits de données et services

Un système de prévision océanique pour l'Atlantique Nord-Ouest et l'Arctique canadien

Température du 01-09-2010 à 0900Z au niveau de la mer

Le Système opérationnel de prévision océanique Canada-Terre-Neuve (SOPOC-TN) possède une application qui améliore les prévisions météorologiques du Canada au profit du transport et des équipes de recherche et sauvetage, et nous permet de mieux comprendre les écosystèmes, notamment dans le cadre d'un modèle utilisé pour les prédictions annuelles de l'habitat idéal du crabe des neiges dans la partie méridionale du golfe du Saint-Laurent.

Les chercheurs du Centre des pêches de l'Atlantique Nord-Ouest à St. John's (Terre-Neuve-et-Labrador) ont mis au point un système pré-opérationnel de prévision océanique pour l'Atlantique Nord-Ouest. Le Système opérationnel de prévision océanique Canada-Terre-Neuve (SOPOC-TN) produit des prévisions et des analyses des conditions océaniques dans l'Atlantique Nord-Ouest, y compris des courants, des températures, de la salinité et des vagues.

Le système comporte une nouvelle caractéristique élaborée en 2009-2010 : un logiciel de validation et une méthode qui donne aux chercheurs et aux utilisateurs finaux une description, en temps quasi réel, de la façon dont le système de prévision océanique reproduit les observations effectuées par satellite ou les mesures obtenues par le Ministère pendant la surveillance océanique sur place. Cette méthode de validation est essentielle à l'utilisation des données de réalité de terrain* pour améliorer le système de prévision.

* En télédétection, les « données de réalité de terrain » désignent les mesures effectuées sur le terrain pour confirmer et calibrer les observations faites à partir de plates-formes aériennes ou spatiales.

Le nouveau système comprend toutes les données océaniques disponibles recueillies par des organismes océaniques internationaux, notamment Pêches et Océans Canada, l'information satellite recueillie par l'Agence spatiale européenne et la NASA, l'information sur les prévisions océaniques mondiales provenant de l'agence nationale française de prévisions océaniques (Mercator-Océan) et les conditions atmosphériques fournies par Environnement Canada. À partir de cette information, le système produit quotidiennement des prévisions des conditions océaniques pour les dix prochains jours. Il peut aussi être utilisé en mode de reconstruction historique pour fournir la meilleure description disponible des conditions océaniques dans l'Atlantique Nord-Ouest au cours des dix dernières années.

Le système intégré issu de la collaboration canado-française fournit maintenant des prévisions océaniques à une résolution de six kilomètres où des caractéristiques réalistes comme le sinueux courant du Labrador est visible. La Marine canadienne entend utiliser le système et la Garde côtière canadienne a déjà adapté son logiciel en vue de l'utiliser elle aussi. Des travaux sont en cours pour élargir la zone couverte en vue d'inclure l'Arctique canadien. Par ailleurs, des chercheurs de Pêches et Océans Canada collaborent avec Environnement Canada pour faire du système de prévision océanique le système de prévision météorologique canadien de prochaine génération. Pour obtenir de plus amples renseignements, visitez le site www.sopoc-tn.gc.ca.

Le système SPINE assure une navigation sécuritaire

Le système SPINE peut être utilisé pour déterminer les niveaux d'eau dans la voie navigable du fleuve Saint-Laurent entre Montréal et Saint-Joseph-de-la-Rive. Le calcul se fait sur une série de points séparés (appelés des pas), qui sont suffisamment rapprochés pour permettre une interpolation linéaire entre eux. Les valeurs des niveaux d'eau calculées sont ajustées aux plus récentes observations des 15 stations du Système d'information sur les niveaux d'eaux côtières et océaniques.

Le système SPINE peut être utilisé pour déterminer les niveaux d'eau dans la voie navigable du fleuve Saint-Laurent entre Montréal et Saint-Joseph-de-la-Rive. Le calcul se fait sur une série de points séparés (appelés des pas), qui sont suffisamment rapprochés pour permettre une interpolation linéaire entre eux. Les valeurs des niveaux d'eau calculées sont ajustées aux plus récentes observations des 15 stations du Système d'information sur les niveaux d'eaux côtières et océaniques.

Le Système de prévisions interpolées des niveaux d'eau (SPINE) élaboré par le Service hydrographique du Canada fournit des prévisions précises des niveaux d'eau en temps réel en tout point du chenal de navigation entre Montréal et Saint-Joseph-de-la-Rive, en aval de Québec. Les navigateurs sur le fleuve Saint-Laurent qui disposent du nouveau Système électronique de visualisation des cartes marines et d'information pourront intégrer les niveaux d'eau pour obtenir la colonne d'eau disponible en temps réel ou en mode de planification de voyage.

Mis à l'essai en 2008, ce service Web de données est actuellement en phase de démonstration. Il fournit la valeur des niveaux d'eau dans la voie navigable du Saint-Laurent en temps réel et pour les 30 prochains jours ou moins. Le système utilise les résultats d'un modèle numérique de circulation unidimensionnel qui intègre les débits en amont du lac Ontario et de la rivière des Outaouais, les débits des affluents latéraux et les prévisions de niveaux d'eau à Saint-Joseph-de-la-Rive entraînés par la marée et les vents. À terme, le Service hydrographique du Canada espère être en mesure de répondre aux demandes portant sur des périodes passées, afin de faciliter l'analyse post-voyage pour les marins, de sorte qu'ils puissent valider le niveau d'eau et l'utiliser pour évaluer au mieux la profondeur d'eau sous la quille de leur bateau à un moment et un endroit donnés.

Gestion des données et de l'information

Dr. Phillip MacAulay
Christopher Coolen

Philipp MacAulay, chef, Courants et niveaux d'eau au Service hydrographique du Canada dans la région des Maritimes (à terre), et Christopher Coolen, hydrographe pluridisciplinaire (dans l'eau) que l'on voit ici en train d'installer l'unité à St. Lawrence, ont aidé à élaborer le nouveau marégraphe laser pour les sites propices aux glaces. L'entretien des petites unités rentables peut se faire sans équipement lourd. Ces unités fournissent trois mesures indépendantes du niveau de l'eau.

Le nouveau marégraphe laser donne plus rapidement des données fiables sur les marées

Le Service hydrographique du Canada exploite des réseaux de marégraphes - une ressource essentielle pour la sécurité des marins et des collectivités côtières. Les marégraphes fournissent les données pour faire des prédictions des marées, améliorer les cartes nautiques, établir un lien sans faille entre la topographie et la bathymétrie des océans, surveiller l'élévation du niveau de la mer et permettre aux organisations des mesures d'urgence du Canada de surveiller les ondes de tempête et les tsunamis en temps réel.

Dans le cadre des travaux qui ont débuté en 2005 en vue d'améliorer la fiabilité et l'opportunité des données provenant des marégraphes canadiens, le personnel technique du Service a mis au point un nouveau marégraphe laser. Grâce à ce système, le Canada fournit désormais des données plus précises en provenance d'endroits propices aux glaces au Système mondial d'observation du niveau de la mer (GLOSS), qui coordonne et collecte des données pour la recherche sur l'élévation du niveau de la mer, le climat, l'océanographie et le niveau de la mer littorale. Les premiers systèmes ont été déployés à la fin de 2008 à des endroits près de Halifax, en Nouvelle-Écosse, et de St. John's et Nain, à Terre-Neuve-et-Labrador (où les températures hivernales tombent généralement sous les -30 à -40 °C).

Le nouveau marégraphe laser convient parfaitement à sa mission - simple, exact, précis et fiable, il fournit des résultats stables et reproductibles et sa fabrication, son déploiement et son entretien ne coûtent pas cher. Pour les endroits froids propices aux glaces, le nouveau marégraphe laser permet de mieux concilier ces caractéristiques. L'enceinte de tranquillisation multipuits, isolée et chauffée, permet de réaliser trois mesures indépendantes du niveau d'eau et son capteur laser principal ne possède aucune pièce mobile, n'exige aucune calibration sur place et est précis à 1,5 mm près.

En 2009-2010, les nouveaux marégraphes ont prouvé leurs capacités et quatre autres marégraphes ont été fabriqués, dont deux ont été déployés en 2010 à Bonavista et St. Lawrence, à Terre-Neuve-et-Labrador. Des plans sont en cours en vue d'installer des systèmes similaires à d'autres sites de marégraphie propices aux glaces dans l'Atlantique.

Date de modification :