Prolifération d'algues sur la côte Ouest

Imagerie par satellite fournie par la NASA Earth Observations, prise le 18 juillet 2015 et améliorée pour montrer la prolifération d'algues au large de la côte ouest de l'île de Vancouver. Les proliférations d'algues sont indiquées au moyen de zones en vert dans les zones océaniques en bleu; plus le vert est foncé, plus les algues sont denses. Les zones blanches dans le coin inférieur gauche représentent des nuages.

Imagerie par satellite fournie par la NASA Earth Observations, prise le 18 juillet 2015 et améliorée pour montrer la prolifération d'algues au large de la côte ouest de l'île de Vancouver. Les proliférations d'algues sont indiquées au moyen de zones en vert dans les zones océaniques en bleu; plus le vert est foncé, plus les algues sont denses. Les zones blanches dans le coin inférieur gauche représentent des nuages.

Une prolifération d'algues comportant des caractéristiques inhabituelles est en cours au large de la côte Ouest du Canada et des États-Unis. Cette prolifération contient des espèces d'algues qui produisent de l'acide domoïque. L'acide domoïque peut s'accumuler dans les mollusques et nuire à la santé des humains qui en consomment.

L'intensité de cette prolifération (au chapitre de la toxicité et, par conséquent, des répercussions sur l'écosystème) est plus élevée dans les eaux américaines que les eaux canadiennes. On ignore le pourquoi de cette situation, mais cela pourrait être dû aux différents régimes de circulation côtière au Canada et aux États-Unis.

Les États-Unis surveillent les niveaux de toxines dans leurs eaux et ont imposé des fermetures des pêches et de l'aquaculture tout au long de la côte. Pêches et Océans Canada (MPO) a remarqué deux petites zones présentant des concentrations légèrement élevées d'acide domoïque en Colombie-Britannique et a mis en œuvre des fermetures qui ont depuis été levées. Le MPO continue de surveiller les niveaux d'acide domoïque, mais il n'a pas constaté les niveaux signalés aux États-Unis.

La prolifération d'algues se produit régulièrement le long de la côte de la Colombie-Britannique à tout moment de l'année, mais surtout à la fin de l'été. Cette prolifération a eu lieu plus tôt dans l'année que la normale et a duré plus longtemps que normalement (entre la fin du mois de mai et août). Elle s'est également produite sur une superficie beaucoup plus grande que d'habitude (de la Californie à l'Alaska).

Le MPO mène actuellement des études sur la biologie des proliférations d'algues et communique les renseignements qui en découlent à l'Agence canadienne d'inspection des aliments (ACIA), qui dirige la surveillance de la toxicité entourant les sites d'aquaculture de mollusques et de crustacés. Le MPO et l'ACIA continuent de surveiller les conditions océaniques au large de la côte ouest de la Colombie-Britannique afin de vérifier l'état de santé de l'écosystème aquatique.

Date de modification :