Programme de surveillance de la biodiversité circumpolaire (PSBC) – Plan marin : mise en œuvre au Canada

Le Canada est un pays membre du Conseil de l'Arctique, un forum intergouvernemental de haut niveau établi en 1996 dans le but de promouvoir la coopération, la coordination et l'interaction des huit États de l'Arctique pour traiter des grandes questions qui les intéressent tous dans l'Arctique. Comme le reconnaissent la politique étrangère du Canada pour l'Arctique et la Stratégie pour le Nord du Canada, une bonne intendance environnementale et le développement des ressources du Nord passent par une base de connaissances fiable. La surveillance de la biodiversité contribue à cette base de connaissances en facilitant la détection rapide, la communication et l'intervention en réponse aux principales tendances et contraintes liées à la biodiversité ayant une incidence sur l'univers circumpolaire.

L'Arctique est une composante essentielle de l'identité nationale canadienne. De nombreux Canadiens autochtones, d'autres habitants du Nord ainsi qu'une grande diversité de plantes et d'animaux adaptés à l'Arctique vivent dans cette région qui comprend le Yukon, les Territoires du Nord-Ouest, le Nunavut, le Nunavik, Nunatsiavut et les eaux marines environnantes.

Les écosystèmes arctiques doivent rester en bonne santé, car l'Arctique joue un rôle fondamental pour assurer l'équilibre de la Terre sur le plan physique, chimique et biologique. La bonne santé des écosystèmes arctiques revêt une grande importance économique, culturelle et spirituelle pour les habitants de l'Arctique, qui sont nombreux à maintenir un lien étroit avec la terre et l'océan.

La diversité du biote marin partout dans la région est considérable, méconnue et potentiellement en péril en raison des changements sans précédent qui s'y accomplissent. Le changement climatique, la croissance de la population humaine, l'exploration et l'exploitation des ressources, le transport maritime, entre autres agents de stress, contribuent à ces changements, qui ont des répercussions sur la biodiversité marine et la valeur qu'elle possède auprès des sociétés circumpolaires et canadiennes.

En 2011, le Conseil de l'Arctique a donné son aval au Plan de surveillance de la biodiversité marine circumpolaire (PSBC-Plan marin), un plan axé sur l'écosystème qui s'inscrit dans le Programme de surveillance de la biodiversité circumpolaire (PSBC) du groupe de travail sur la Conservation de la flore et de la faune arctiques (CFFA). On a aussi élaboré des plans de surveillance de la biodiversité pour les biomes terrestres et d'eau douce et on en prépare un pour le biome côtier. Au moyen du PSBC-Plan marin, les organisations et les pays participants coordonnent la surveillance et la production de rapports grâce à une approche écosystémique et à des indicateurs communs de la biodiversité marine dans certaines aires marines arctiques.

Aires marines arctiques du Canada avec des sous-régions prioritaires. On a désigné les sous-régions prioritaires en fonction des caractéristiques des écosystèmes marins, des zones biologiques sensibles, des limites et des points d'accès ainsi que des possibilités pour la surveillance communautaire.

Le PSBC-Plan marin vise à rendre possible la détection précoce de changements chez les organismes ou dans les zones clés et à déceler les causes qui expliquent les tendances observées au moyen des indicateurs. Pour détecter les changements, des points de référence sont d'abord nécessaires pour pouvoir caractériser l'état actuel de l'écosystème. Les décideurs des communautés arctiques locales, des gouvernements régional et national ainsi que des instances internationales recevront des rapports réguliers visant à éclairer les stratégies et la prise de décisions en matière de conservation, de pêche, de développement et de gestion adaptative.

Le Canada a joué un rôle essentiel dans l'élaboration du PSBC-Plan marin, qui a été codirigé par la Norvège et les États-Unis entre 2008 et 2011. En cette quatrième année de la mise en œuvre, le Canada, les îles Féroé, le Groenland, l'Islande, la Norvège, la Fédération de Russie, les États-Unis, le Conseil circumpolaire inuit et les groupes de travail sur le Programme de surveillance et d'évaluation de l'Arctique (PSEA) et sur la Protection de l'environnement marin arctique (PEMA) du Conseil de l'Arctique collaborent pour la mise en œuvre du PSBC-Plan marin.

Pour de plus amples renseignements, communiquer avec :

Date de modification :