Sciences de l'habitat

Nombre d'activités industrielles peuvent nuire au poisson et à son habitat, notamment l'exploitation du gaz et du pétrole, l'exploitation minière, les industries chimiques, le transport maritime et la production d'électricité. En vue de soutenir et de gérer judicieusement ces activités afin d'assurer qu'elles aient un impact minimum sur les écosystèmes, des décisions stratégiques et réglementaires justes et éclairées doivent être prises. Par conséquent, la Direction des sciences de l'environnement du MPO axe ses compétences scientifiques sur les incidences environnementales dont il faut tenir compte dans la prise de décision.

Hydroélectricité

On s'attend à ce que la production d'hydroélectricité au Canada continue à augmenter au cours de la prochaine décennie. Mais les barrages hydroélectriques peuvent profondément perturber le régime d'écoulement des rivières endiguées. La modification des régimes d'écoulement et la création de réservoirs de retenue nuisent malheureusement à la migration et à la survie des poissons, ainsi qu'aux chaînes alimentaires dont ils dépendent.

Les résultats des recherches sur les débits nécessaires à la survie du poisson servent à améliorer la conception des installations hydroélectriques et les pratiques d'exploitation, en accord avec les objectifs de conservation et de protection de la Loi sur les pêches. Nous menons aussi des recherches sur les effets de la création de réservoirs de retenue sur la disponibilité du mercure, car les crues résultantes peuvent mener à des teneurs élevées de ce métal lourd dans l'eau et les poissons.

La rivière Exploits, à Terre-Neuve, qui connaît l'une des plus grandes remontes de saumon atlantique en Amérique du Nord, est un exemple du succès de la gestion scientifique des pêches. Deux gros barrages hydroélectriques et plusieurs fabriques de pâtes et papiers jalonnent son cours. Durant plusieurs décennies, le MPO a mené des recherches sur les incidences environnementales de ces installations dans le but d'accroître la production en saumons dans ce bassin. À partir de 1997, nos spécialistes de l'environnement à Terre-Neuve ont travaillé avec la société Abitibi Consolidated Company of Canada, l'Exploits River Management Association, les universités de Waterloo et de la Colombie-Britannique, ainsi que des sociétés d'experts-conseils dans le but de fournir des conseils sur la construction de passes migratoires pour permettre aux poissons de contourner les turbines des centrales. Le nombre de poissons qui dévalent a maintenant augmenté. En général, la population de saumon connaît une hausse constante grâce à un programme d'empoissonnement et à la construction de ces passes migratoires.

Pétrole et gaz

À la lumière des récents problèmes mondiaux d'approvisionnement pétrolier et des coûts exorbitants du pétrole, les activités liées aux hydrocarbures extracôtiers ont connu un renouveau sur les côtes du Canada. Le moratoire imposé sur l'exploitation des ressources pétrolières et gazières au large de la Colombie-Britannique est en train d'être réévalué et, au Canada atlantique, les activités de prospection et d'exploitation du pétrole et du gaz sont à la hausse. L'exploration pétrolière dans le delta du Mackenzie et la mer de Beaufort connaît également un regain d'intérêt. Les directions de l'Habitat et des Océans ont besoin de recherches et d'avis scientifiques pour étayer les décisions à prendre en ce qui concerne la conservation des écosystèmes marins. Les avis fournis portent sur une gamme d'enjeux, allant des effets des relevés sismiques sur les organismes et les écosystèmes marins aux effets des activités de forage, des systèmes de production et de déclassement des plates-formes de forage.

Grâce à nos compétences et à nos recherches scientifiques ciblées, nous sommes en mesure de fournir aux décideurs du MPO des avis scientifiques éclairés et opportuns qui leur servent à formuler des politiques relatives à la conservation des écosystèmes marins.

La Direction des sciences de l'environnement du MPO acquiert des connaissances scientifiques sur les écosystèmes marins en exécutant un programme national coordonné de recherches thématiques, ciblées sur les impacts des activités liées aux hydrocarbures extracôtiers sur ces écosystèmes. Nous fournissons aussi des données et des avis scientifiques à l'appui de la conservation et de la protection des écosystèmes marins et de l'utilisation durable des ressources aquatiques.

Le MPO a mis sur pied le Centre de recherche sur le pétrole, le gaz et autres sources d'énergie extracôtières (CRPGEE) dans le but de coordonner les travaux de recherche exécutés par le Ministère à l'échelle du pays dans le domaine des impacts environnementaux et océanographiques résultant de l'exploration, de la production et du transport de gaz et de pétrole extracôtiers. Le CRPGEE contribue au mandat du Ministère et répond aux besoins de l'industrie par l'acquisition de données scientifiques permettant de gérer de façon sûre et écologique les activités extracôtières liées au gaz et au pétrole.

Centre de recherche sur le pétrole, le gaz et autres sources d'énergie extracôtières

Contaminants toxiques

Il y a plus de 35 000 produits chimiques en circulation commerciale au Canada. Nous ne connaissons pas la toxicité de la plupart de ces produits, car il existe très peu de données. Afin de mieux comprendre leurs incidences sur le poisson, son habitat et les ressources halieutiques, le MPO mène des recherches sur les toxiques afin de pouvoir fournir les avis nécessaires à la prise de décisions en matière de règlements et de politiques.

Les buts de la recherche sur les produits chimiques toxiques sont d'établir les effets biologiques qu'ils ont sur les écosystèmes aquatiques et de comprendre comment ces effets agissent sur l'état de santé des ressources halieutiques. La recherche sur les toxiques touchent une vaste gamme de sujets allant du niveau des cellules au niveau des populations, tels que les écosystèmes, qu'ils soient d'eau douce ou de mer et les sources de produits toxiques (agriculture, eaux usées municipales, développement énergétique, fabriques de pâtes et papiers, aquaculture) et adaptée aux réalités d'une gamme de lois fédérales [p. ex. Loi sur les pêches, Loi sur les océans, Loi canadienne sur l'évaluation environnementale, Loi sur les produits antiparasitaires]. Pour comprendre ces enjeux et être en mesure de fournir des avis à leur sujet, les compétences d'un seul chercheur ne suffisent pas; il faut les compétences de toute une équipe de chercheurs, habituellement multidisciplinaire, multirégionale et multisectorielle.

Parmi les recherches qu'effectue actuellement le MPO sur les produits chimiques toxiques figurent :

  • les effets de l'exposition à des pesticides et au nonylphénol sur les homards juvéniles et les smolts de saumon;
  • les effets de l'élimination en mer de résidus miniers, de déchets d'élevage de saumons et d'eaux usées sur le poisson, son habitat et les écosystèmes marins;
  • l'évaluation de la qualité de l'environnement marin au niveau des écosystèmes;
  • l'utilisation de biomarqueurs pour étudier les effets de ces produits sur les mammifères marins en liberté;
  • l'impact des pesticides sur le poisson à Terre-Neuve-et-Labrador, dans l'estuaire du Saint-Laurent, en Ontario, au Manitoba et en Colombie-Britannique.

Une importante conclusion de l'évaluation récente des recherches sur les produits chimiques toxiques menées par le MPO est qu'une priorité plus grande doit être accordée aux incidences biologiques. Un examen par les pairs de ces produits sera effectué pour soutenir le programme réorienté de recherche sur les produits chimiques toxiques. À cette fin, des équipes de scientifiques du MPO prépareront des ébauches de documents de travail sur les thèmes suivants :

  • les impacts de classes et de mélanges de produits chimiques toxiques sur les points finaux biologiques;
  • les interactions écologiques avec d'autres facteurs;
  • les mammifères marins;
  • les espèces indicatrices et les meilleures pratiques de surveillance.
Date de modification :