Achigan à Grande Bouche
Micropterus salmoides

Membre de la famille des Centrarchidés, l’Achigan à Grande Bouche (Micropterus salmoides) est un poisson d’eau douce.

Signaler une espèce aquatique envahissante

Si vous pensez avoir découvert un Achigan à Grande Bouche :

  • Ne rejetez pas ces espèces dans l’eau.
  • Notez l’endroit précis (coordonnées GPS) et la date d’observation.
  • Contactez Pêches et Océans Canada.

Caractéristiques d’identification

À l’âge adulte, l’Achigan à Grande Bouche est un prédateur surtout ichtyophage, mais le régime alimentaire évolue en fonction du stade vital, se composant d’abord de plancton, puis d’insectes et enfin de poissons, d’écrevisses et de grenouilles. L’Achigan à Grande Bouche se nourrit à vue, trouvant ses aliments à la surface, dans la colonne d’eau et sur le fond. L’acte alimentaire se fait souvent en bancs, près du rivage, à proximité de la végétation.

À quel(s) endroit(s) cette espèce a-t-elle été retrouvée

L’Achigan à Grande Bouche est indigène de l’Amérique du Nord. Son aire de répartition naturelle se restreignait, à l’origine, aux eaux douces du centre-Est de l’Amérique du Nord, incluant les Grands Lacs inférieurs. L’Achigan à Grande Bouche est un poisson d’eau douce dont l’aire de répartition canadienne actuelle est semblable à celle de l’achigan à petite bouche, bien qu’il ne soit observé ni au Nouveau-Brunswick, ni en Nouvelle-Écosse, ni à l’Île-du-Prince-Édouard, ni sans doute à Terre-Neuve. Il est probablement le mieux connu pour sa présence dans les lacs Kawartha et Rideau, en Ontario. En Colombie-Britannique, l'Achigan à Grande Bouche est présent dans le réseau du fleuve Columbia, y compris les lacs Vaseaux, Osoyoos, Christina et Kootenay.

Habitat

L’Achigan à Grande Bouche fréquente la couche supérieure des eaux chaudes des petits lacs de faible profondeur ainsi que les baies peu profondes de gros lacs. Il est presque toujours observé à proximité de fonds mous, de souches et de pousses abondantes de divers végétaux émergents et immergés, en particulier les nénuphars, les quenouilles et les autres espèces de potamots. Comme l’Achigan à Grande Bouche ne fréquente que rarement les zones rocheuses qu’affectionne l’achigan à petite bouche, les habitats de ces deux espèces se recoupent rarement, bien que ces dernières peuplent souvent les mêmes lacs.

Impacts écologiques et économiques

L’Achigan à Grande Bouche est un prédateur ichtyophage, mais son régime alimentaire varie du plancton aux grenouilles selon son stade vital. Poisson populaire en pêche récréative dans certaines régions, il est considéré comme une espèce envahissante quand il s’introduit dans de nouveaux lacs. Une fois établi, l’Achigan à Grande Bouche peut modifier dramatiquement le réseau trophique indigène et causer la disparition d’espèces indigènes.

Origine et mode d’arrivée au pays

Originaire d’Amérique du Nord

L’Achigan à Grande Bouche est l’un des poissons d’eau douce les plus largement distribué dans le monde, principalement à cause de l’intérêt des adeptes de pêche sportive pour celui-ci. La grande capacité d’adaptation de cette espèce jumelé a une capacité de colonisation élevée ont permis l’expansion de son aire de répartition en Amérique du Nord dès le début du 19e siècle.

Méthodes de dispersion

L’Achigan à Grande Bouche est un envahisseur redoutable grâce à certaines de ses caractéristiques telles que la flexibilité de sa diète, c’est une espèce piscivore vorace, et ce, même à de petites tailles. De plus, cette espèce peut tolérer des températures élevées et une faible turbidité et a un taux de croissance élevé, ce qui lui permet de s’établir plus facilement dans de nouvelles zones. Pour que la reproduction ait lieu, cependant, certaines conditions spécifiques doivent être présentes. L’absence de ces conditions pourrait empêcher cette espèce de s’établir à un endroit.

Actions du gouvernement

Recherche scientifique

Pêches et Océans Canada étudie les populations d’Achigan à Grande Bouche afin d’améliorer la compréhension concernant son adaptation aux conditions canadiennes.

Pour plus d’information

Références

Date de modification :