ATTENTION soyez vigilant (Brochure)

Pour commander des exemplaires imprimés des publications suivantes, veuillez envoyer un courriel à : pacdfocommunication@pac.dfo-mpo.gc.ca.

ARRÊT : Il est illégal de relâcher des poissons, des crustacés ou des mollusques vivants dans l’habitat du poisson en Colombie-Britannique, à moins d’en avoir l’autorisation.

Attention : Ne relâcher pas d’espèces d’aquarium vivantes dans l’environnement. Les espèces de poissons, d’invertébrés et de plantes vivant en aquarium peuvent avoir un effet néfaste sur la Colombie-Britannique.

Le rejet d’espèces de poissons, d’invertébrés et de plantes provenant d’aquariums ou de jardins d’eau dans les écosystèmes d’eau douce de la Colombie-Britannique est en hausse.

Un rejet intentionnel a lieu lorsqu’une espèce de poisson, d’invertébré ou de plante non désirée est jetée dans un écosystème aquatique naturel.

Un rejet accidentel a lieu lorsqu’une espèce de poisson, d’invertébré ou de plante provenant d’un étang extérieur se répand dans un écosystème aquatique naturel à la suite d’une inondation. Bien que de nombreuses espèces d’aquarium soient tropicales et ne puissent survivre aux hivers canadiens, il existe plusieurs exemples de poissons, de plantes et d’invertébrés qui ont été introduits dans les eaux canadiennes et qui s’y sont établis.

Conséquences du rejet d’animaux et de plantes d’aquarium

  • Lorsque des animaux ou des plantes survivent et se reproduisent, il peut être difficile, voire impossible, de les contrôler ou de les éradiquer dans des systèmes naturels.
  • Ces organismes peuvent causer des dommages considérables aux écosystèmes aquatiques existants et les altérer de façon importante.
  • Ils peuvent causer de sérieux problèmes aux pêches locales, en entrant en compétition avec les espèces indigènes ou en s’en nourrissant.
  • Ces organismes nuisent aux pêches ou les détruisent, entraînant des pertes s’élevant à des millions de dollars, et le coût pour les limiter ou les éradiquer est très élevé.
  • Ils peuvent se propager en migrant vers d’autres cours d’eau.
  • Ils peuvent introduire des agents pathogènes dans le milieu naturel.

Solutions de remplacement au rejet d’animaux ou de plantes dans les écosystèmes aquatiques

  • Rapporter les animaux et les plantes à une animalerie locale pour qu’ils soient revendus, échangés ou éliminés.
  • Les donner à un autre propriétaire d’aquarium ou à un aquarium public.
  • Les donner à une institution publique telle qu’une école, un centre de soins ou un hôpital qui pourra en prendre soin.

Ne relâchez pas d’animaux ou de plantes aquatiques dans les cours d’eau naturels.

Faites votre part

Ne relâchez jamais d’animaux ou de plantes provenant d’un aquarium ou d’un jardin d’eau dans un écosystème marin ou d’eau douce.

Veuillez signaler tout rejet illégal de poisson vivant au ministère de l’Environnement de la Colombie-Britannique, en appelant au numéro sans frais destiné au signalement des braconniers et des pollueurs (RAPP), le 1-877-952-RAPP (7277), ou en vous rendant sur Internet, au http://www.env.gov.bc.ca/cos/rapp/rapp.html#

La gestion des espèces envahissantes vivant en eau douce est l’affaire de tous. La Province de la Colombie-Britannique a récemment adopté une nouvelle loi interdisant la possession, le transport et l’élevage de certaines espèces envahissantes d’eau douce. http://www.env.gov.bc.ca/fw/wildlifeactreview/

Veuillez signaler toute espèce marine envahissante observée ou tout déplacement intentionnel ou accidentel de poissons ou d’autres organismes aquatiques vivants à Pêches et Océans Canada, par courriel, au AISPACIFIC@dfo-mpo.gc.ca, ou par téléphone, au 1 (800) 465-4336.

Pour de plus amples renseignements : http://www.pac.dfo-mpo.gc.ca/ais-eae/index-fra.html

Photos: W. Bakowsky, Fisheries and Oceans Canada, Andrea Hicks, Istock, George Schroeder, J. McKim Stone, Emma Turner

MPO/2013-1900
Fs144-28/2013F
978-0-660-21279-1

Date de modification :