Regulatory science for aquatic animals with novel traits

Recherche scientifique pour la réglementation des animaux aquatiques à caractères nouveaux

Apprenez-en plus sur le thème des animaux aquatiques à caractères nouveaux dans notre stratégie de recherche et développement en biotechnologie aquatique.

Sur cette page

Notre objectif

Dans la recherche scientifique pour la réglementation des animaux aquatiques à caractères nouveaux, nous étudions les risques et les avantages associés à l'utilisation d'organismes aquatiques vivants à caractères nouveaux. Cela permet une réglementation efficace.

Nous sommes responsables de la réglementation des organismes aquatiques à caractères nouveaux par le biais de l'application :

  • de la Loi canadienne sur la protection de l'environnement (1999)
  • du Règlement sur les renseignements concernant les substances nouvelles pour les organismes aquatiques à caractères nouveaux

Il s'agit d'organismes d'eau douce et d'organismes marins qui présentent des caractéristiques résultant de modifications génétiques spécifiques que nous avons apportées de manière intentionnelle à la suite :

  • d'une sélection
  • d'un développement
  • d'une introduction

Modèles d'évaluation des risques

Nous devons évaluer les risques lorsqu'une entreprise souhaite importer des organismes aquatiques génétiquement modifiés (organismes transgéniques) au Canada pour la vente ou la fabrication.

Nous avons mis au point des souches non commerciales de saumons à caractères nouveaux, en utilisant l'élevage sélectif et la biotechnologie moléculaire (comme le génie génétique) dans des installations terrestres confinées. Nous avons choisi le saumon comme modèle pour l'étude car il :

  • est très populaire auprès des consommateurs à travers le monde
  • pourrait être une des premières espèces génétiquement modifiées par une entreprise à des fins aquacoles commerciales

Nous utilisons ces souches pour mener des recherches visant à appuyer l'évaluation des incidences potentielles des nouveaux poissons sur :

  • l'environnement
  • les autres espèces
  • les poissons sauvages

Dans nos laboratoires, nous étudions les similarités ou les différences entre le saumon génétiquement modifié et le saumon sauvage en examinant :

  • le relief
  • la fertilité
  • le comportement
  • la capacité de nage
  • les instincts de survie
  • le taux de réussite du frai
  • les habitudes alimentaires
  • la résistance aux maladies

L'information tirée de nos études sert à éclairer les décisions réglementaires. La question de savoir si les organismes de réglementation autorisent un produit aquatique à caractères nouveaux proposé au Canada est fondée sur les risques potentiels pour la santé humaine et l'environnement.

Les recherches menées à ce jour portent sur plusieurs générations de poissons. Elles indiquent qu'un afflux important et continu de saumon domestiqué pourrait avoir une incidence sur les populations sauvages.

Les recherches en vue d'évaluer les risques sont menées :

Protection de la constitution génétique des poissons sauvages

Les chercheurs travaillent pour s'assurer que les saumons transgéniques, s'ils s'échappent, ne puissent pas modifier la composition génétique des populations sauvages. Cela signifie qu'il faut déterminer comment limiter leur capacité de reproduction.

La triploïdie, comme méthode de confinement, consiste à donner aux organismes un jeu supplémentaire de chromosomes. Les poissons, les mollusques et les crustacés triploïdes sont alors stériles (incapables de produire des œufs ou des spermatozoïdes viables), ce qui nous permet de limiter la possibilité de croisement entre les espèces transgéniques et leurs congénères sauvages.

Pour évaluer l'efficacité de la triploïdie, nos scientifiques cherchent à :

  • déterminer la stabilité des organismes aquatiques triploïdes;
  • évaluer le taux de succès de l'induction de la triploïdie par différentes méthodes.

Les études à ce jour révèlent que la triploïdie n'est pas parfaite. En effet, on a observé des mollusques redevenus diploïdes (2 chromosomes) et donc capables de se reproduire. Il est important que les organismes de réglementation en tiennent compte lorsqu'ils examinent les demandes de développement et d'élevage commerciaux d'animaux aquatiques transgéniques.

Identification des espèces aquatiques domestiquées et envahissantes

Les espèces envahissantes modifient l'habitat et « étouffent » les espèces indigènes. Nos scientifiques mettent au point des outils scientifiques qui nous permettent d'identifier les organismes indigènes afin de prévenir la détérioration des écosystèmes. Nous tentons de déterminer les espèces et les souches aquatiques domestiquées (obtenues par élevage sélectif) et envahissantes qui pourraient constituer une menace pour les écosystèmes canadiens.

Nous travaillons avec des partenaires pour maintenir une coordination efficace dans le système fédéral de réglementation de la biotechnologie. Ces partenaires comprennent :

  • Santé Canada
  • le Secrétariat canadien de la biotechnologie
  • l'Agence canadienne d'inspection des aliments
  • Environnement et Changement climatique Canada

Le partenariat vient renforcer notre :

  • engagement à gérer d'une manière responsable tous les aspects du développement et de l'application de la biotechnologie
  • détermination commune à travailler ensemble afin de parvenir à un équilibre entre :
    • l'avancement de la biotechnologie
    • la détection et la gestion du risque
Date de modification :