Récipiendaires de la médaille Timothy R. Parsons

2016

M. Roger François, Ph. D

Le 31 mai 2016, lors du Congrès annuel de la Société canadienne de météorologie et d’océanographie tenu à Fredericton, la médaille Timothy R. Parsons pour une contribution remarquable dans un domaine multidisciplinaire lié aux sciences océaniques de Pêches et Océans Canada a été présenté par Keith Lennon, directeur de la Direction des sciences océaniques de Pêches et Océans Canada, au lauréat de cette année, M. Roger François, Ph. D.

M. Roger François est professeur au département des sciences de la terre et des sciences océaniques de l’Université de la Colombie-Britannique. Il a commencé sa carrière à l’École supérieure des textiles à Tournai, en Belgique, où il a obtenu un diplôme d’ingénieur en textiles. Il a ensuite fait une maîtrise en océanographie à l’Université de Southampton, au Royaume-Uni, avant d’obtenir son Ph. D en océanographie à l’Université de la Colombie-Britannique.

M. François a poursuivi sa carrière en occupant divers postes postdoctoraux et scientifiques à l’Université du New Hampshire et au Woods Hole Oceanographic Institution, aux États-Unis. Il a passé les 11 dernières années à poursuivre sans relâche ses travaux de recherche diversifiés à l’Université de la Colombie-Britannique, et il est reconnu à l’échelle internationale pour ses recherches novatrices et son leadership en géochimie marine.

M. François est responsable des avancées conceptuelles qui nous ont permis de comprendre la systématique des isotopes stables légers utilisés dans le suivi de la production d’algues et du cycle des éléments nutritifs dans l’océan, ce qui a permis l’établissement de nouvelles méthodes pour estimer les changements historiques dans la stratification de la colonne d’eau. Il a également été le premier à élaborer des méthodes radiochimiques pour estimer les flux verticaux réels de matières sur le plancher océanique et les taux antérieurs de la circulation de retournement dans l’océan, ce qui a permis l’établissement de nouvelles méthodes pour étudier les changements paléo-océanographiques et paléoclimatiques. Ces travaux ont été essentiels pour comprendre l’évolution du système de carbone global.

M. François a publié près de 100 articles, dont 25 articles contenant plus d’une centaine de citations. Il a déjà remporté en 2008 l’un des prix les plus prestigieux sur la scène internationale dans le domaine des géosciences marines : le prix A.G. Huntsman.

Il ne fait aucun doute que le lauréat de cette année de la médaille Timothy R. Parsons a contribué de façon importante aux sciences océaniques au Canada et sur la scène internationale.

  • 2015

    Dr. Christopher Harley

    Le récipiendaire de la médaille Timothy R. Parsons pour 2015 est M. Christopher Harley en reconnaissance de ses efforts pour combiner des travaux écophysiologiques en laboratoire avec une surveillance à long terme et des expériences écologiques sur le terrain dans le but de comprendre comment divers aspects du changement à l'échelle mondiale, seuls ou en combinaison, peuvent affecter les façons dont les espèces interagissent entre elles et, ultimement, influencer la répartition et l'abondance des plantes et des animaux marins. Parmi les aspects du changement qu'il a étudiés, on compte le réchauffement de la planète, l'acidification des océans et les espèces envahissantes. Ceux-ci représentent tous des dangers pour les écosystèmes naturels et leurs bienfaits. Ce prix a non seulement permis de reconnaître le travail de M. Harley visant à souligner l'importance de l'interaction des espèces et des nombreux agents de stress découlant des changements climatiques sur les espèces et les communautés, mais également de reconnaître l'aide qu'il offre aux étudiants, sous forme de mentorat. La médaille a été remise par Carmel Lowe, directeur régional (Pacifique) des Sciences, Pêches et Océans Canada (MPO), lors d'un dîner pendant le congrès de la SCMO, à Whistler (C.-B.).

  • 2014

    Dr. Paul J. Harrison

    Le 3 juin 2014, lors du Congrès 2014 de la Société canadienne de météorologie et d'océanographie (SCMO), tenu à Rimouski, la médaille Timothy R. Parsons, remise en reconnaissance d'une contribution remarquable dans un domaine multidisciplinaire lié aux sciences océaniques de Pêches et Océans Canada, a été annoncée par Denis Hains, directeur général des Sciences océaniques et du Service hydrographique du Canada. M. Paul J. Harrison, professeur émérite de l'Université de Colombie-Britannique, était le lauréat de cette année. Malheureusement, M. Harrison n'était pas en mesure d'assister à la cérémonie de remise de la médaille. On a donc organisé une cérémonie spéciale en son honneur le 15 octobre 2014 à Vancouver (Colombie-Britannique).

    La médaille Timothy R. Parsons a été créée par Pêches et Océans Canada afin de reconnaître les réalisations dans le domaine de l'océanographie. Elle honore la mémoire de M. Timothy R. Parsons, dont l'excellence des contributions au domaine de l'océanographie lui a valu d'être le premier lauréat de cette médaille. Elle est décernée pour :

    reconnaître une contribution remarquable dans un domaine multidisciplinaire lié à l'océanographie et dans le cadre d'un travail au sein d'une institution canadienne ou au profit de la science canadienne;

    souligner l'ensemble de la carrière ou une réalisation exceptionnelle récente, les deux étant également admissibles.

    M. Harrison est titulaire d'un baccalauréat en sciences générales de l'Université de Toronto, d'une maîtrise en botanique et en écologie de l'Université de Guelph, et d'un doctorat en océanographie biologique de l'Université de Washington à Seattle. De 1975 à 2002, M. Harrison était professeur à l'Université de Colombie-Britannique à Vancouver, et de 2002 à 2010 il a assumé les fonctions de directeur du programme des sciences atmosphériques et marines de l'Université des sciences et de la technologie de Hong Kong.

    Spécialiste en écologie du phytoplancton, M. Harrison est auteur et coauteur de plus de 300 publications examinées par un comité de lecture sur différents sujets, de l'écologie physiologique des algues marines jusqu'à l'absorption et l'assimilation de nutriments par le phytoplancton et les algues. Son travail a été cité plus de 16 000 fois dans des publications scientifiques, dont presque 6 000 citations depuis 2009. Il a écrit trois manuels scientifiques.

    M. Harrison est membre de la Société royale du Canada. Il a remporté des prix pour son enseignement, ainsi que des reconnaissances internationales pour ses recherches. Il a également été chercheur principal au sein de trois programmes multidisciplinaires canadiens : JOGOFS, GLOBEC et SOLAS. Il a assumé des rôles de direction, comme président de la Western Canadian University Marine Biology Society, du conseil d'administration du Conseil national de recherches du Canada, ainsi que des réseaux Venus et Neptune.

    Nous avons reçu, de partout au Canada et de l'étranger, de nombreuses lettres d'appui soulignant les diverses raisons pour lesquelles M. Harrison mérite ce prix. Elles témoignent de son travail au sein de nombreux comités partout dans le monde, du nombre d'étudiants qu'il a supervisés tout au long de sa carrière et des responsabilités rédactionnelles qu'il a assumées au fil des ans. Trois lettres distinctes font mention d'une des principales contributions de M. Harrison, soit l'ensemble de ses cultures en laboratoire qui forment aujourd'hui la base de notre compréhension de la photosynthèse, de l'absorption de nutriments, de la croissance, du taux d'immersion et de la nature de la composition du phytoplancton, et à quel point il est difficile de les reproduire. À titre d'exemple, son laboratoire est l'un des rares qui sont en mesure de cultiver des espèces océaniques spéciales qui sont limitées par une carence en fer. Les lettres d'appui font également mention du fait que M. Harrison travaillait en dehors de son laboratoire, en effectuant des observations et en réalisant des expériences sur le terrain pour appuyer ses constatations. Une autre lettre soulignait à quel point M. Harrison « s'y connaît en bestioles »; ce qui devrait être considéré comme étant le plus bel éloge à l'endroit d'une personne qui comprend que tous ces éléments forment un système, à partir des contraintes océanographiques jusqu'aux mécanismes physiologiques et biochimiques.

  • 2013

    Paul Snelgrove

    La médaille Timothy R. Parsons 2013 pour une contribution remarquable dans un domaine multidisciplinaire lié aux sciences océaniques a été remise à Paul Snelgrove, Ph.D., professeur à l'Université Memorial de Terre-Neuve, lors du congrès annuel de la Société canadienne de météorologie et d’océanographie à Saskatoon, en Saskatchewan, le 28 mai 2013 par David Gillis, directeur général par intérim de Sciences des écosystèmes de Pêches et Océans Canada.

    Spécialiste de l'écologie marine, M. Snelgrove a rédigé et corédigé plus d'une centaine d'articles scientifiques sur une panoplie de sujets comme l'écologie des collectivités marines, les effets hydrodynamiques sur les collectivités et les populations, la biodiversité, la perturbation et les impacts anthropiques. Son travail a été cité plus de 2 100 fois dans des publications scientifiques, totalisant une moyenne de 76 citations par année.

    Professeur titulaire à l'Université Memorial de Terre-Neuve, il œuvre sans relâche à la promotion d'une approche multidisciplinaire et intersectorielle de prise en charge des préoccupations écosystémiques. Il est titulaire de la Chaire de recherche du Canada en systèmes océaniques froids et boréaux, dont le travail porte sur le transport, le comportement et la mortalité des larves dans la régularisation des populations et des collectivités benthiques de sédiments marins et de poissons, sur la façon dont les différentes formes de perturbations régularisent les schémas de biodiversité des sédiments marins et sur le rôle de la biodiversité dans la prestation des services écosystémiques charnières pour les sédiments.

    M. Snelgrove est le directeur du Réseau pour des océans canadiens en santé (CHONe), un réseau formé de plus de 65 chercheurs et 100 étudiants de 14 universités, de Pêches et Océans Canada et de sept autres laboratoires du gouvernement, et dont le travail porte sur la science de la biodiversité pour la durabilité des trois océans du Canada. Il a en outre dirigé plusieurs autres initiatives dans le cadre de l'élaboration de projets scientifiques interdisciplinaires à l'échelle régionale, nationale et internationale.

    M. Snelgrove est reconnu internationalement comme chef de file pour son travail dans le Recensement de la vie marine, pour lequel il a été président du groupe de synthèse et membre du comité directeur scientifique. Il est l'auteur de « Discoveries of the Census of Marine Life: Making Ocean Life Count », l'ouvrage qui résume les principaux résultats du programme, intégrant le travail d'environ 2 700 chercheurs de plus de 80 pays et qui a fondamentalement changé la perception qu'ont les chercheurs de la biodiversité marine et grandement amélioré notre compréhension des écosystèmes océaniques. À la suite de ces travaux, M. Snelgrove a été invité à présenter une conférence TED, qui a été vue par plus de 170 000 personnes.

    M. Snelgrove continue de jouer un rôle de premier plan à l'échelle internationale pour trouver des moyens de parfaire nos connaissances de la diversité marine. Il a plus récemment contribué à l'amélioration des programmes scientifiques sur les océans du Canada à titre de membre principal de l'examen des besoins et des priorités du Canada en matière de recherche scientifique sur les océans du Conseil des académies canadiennes. Il a été invité à siéger à de nombreuses commissions d'examen à l'échelle nationale et internationale se penchant sur les priorités de financement de la recherche scientifique, comme le Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada, la Commission européenne et la Fondation européenne de la science, et la National Oceanic and Atmospheric Administration des États-Unis.

    Il est membre du comité de rédaction de cinq revues scientifiques, dont Marine Ecology et Endangered Species Research. Outre les résultats de ses recherches ainsi que son travail de direction et de gestion d'importants programmes de recherche, il est toujours prêt à se dévouer pour encourager et stimuler les jeunes chercheurs et techniciens. Il continue également de donner des cours universitaires généraux et supérieurs chaque année, ce qui va au-delà de ce qui est attendu d'un titulaire de Chaire de recherche du Canada.

  • 2012

    Dr. Louis Fortier

    En tant que spécialiste du zooplancton et du poisson, Louis Fortier a rédigé et corédigé plus de 90 articles scientifiques sur des sujets comme les flux de carbone dans l'océan Arctique ou encore les politiques qui tiennent compte des changements en cours dans l'Arctique. Il œuvre sans relâche à la promotion d'une approche multidisciplinaire et intersectorielle pour les préoccupations écosystémiques soulevées par le réchauffement de l'Arctique. M. Fortier a été mis en candidature pour sa contribution incroyable à la collaboration internationale, pour le mentorat qu'il a offert à des chercheurs interdisciplinaires, notamment dans le cadre d'ArcticNet, et pour ses travaux, qui ont joué un rôle important dans le développement de l'océanographie multidisciplinaire.

    M. Fortier est le directeur scientifique d'ArcticNet, un réseau canadien de centres d'excellence qui réunit des spécialistes provenant de 27 universités pour l'étude intégrée de la transformation des côtes de l'Arctique canadien, qui a joué un rôle important dans la carrière de nombreux chercheurs et dans notre connaissance de l'Arctique. Outre son travail de professeur à l'Université Laval, M. Fortier est actuellement titulaire de la chaire de recherche du Canada sur la réponse des écosystèmes marins arctiques au réchauffement climatique et chef de projet du Amundsen, un brise-glace de recherche canadien financé par la Fondation canadienne pour l'innovation.

    M. Fortier détient des diplômes de baccalauréat et de maîtrise en sciences de l'Université Laval, obtenus respectivement en 1976 et en 1979. En 1983, il a décroché un diplôme de doctorat de l'Université du Manitoba.

  • 2011

    Dr. Curtis Suttle

    Lors du congrès annuel de la Société canadienne de météorologie et d'océanographie le 7 juin, Siddika Mithani, Ph. D., a remis la médaille Timothy R. Parsons 2011 de Pêches et Océans Canada, décernée pour l'excellence dans les sciences océaniques multidisciplinaires, à Curtis A. Suttle, doyen associé des sciences à l'Université de la Colombie Britannique. Les recherches novatrices de M. Suttle sur les virus marins ont grandement contribué à l'avancement des sciences océaniques multidisciplinaires.

    Les recherches de M. Suttle ont démontré que les virus, en tant que vecteurs de mortalité des producteurs marins primaires, ont un impact majeur sur le parcours des nutriments et le flux énergétique en milieu océanique. Ces résultats ont eu d'importantes répercussions pour de nombreuses autres branches des sciences océaniques.

    Outre la médaille Timothy R. Parsons, M. Suttle a reçu de nombreux prix et distinctions soulignant sa contribution à la science. Entre autres, il a été nommé invité de marque Zheng Zhong par l'Université de Xiamen en Chine en 2010, il a reçu le prix A.G. Huntsman d'excellence dans les sciences marines en 2010, il a été nommé membre de la Société royale du Canada en 2008 et membre de l'Institut canadien de recherches avancées, Programme de biodiversité microbienne intégrée, en 2007.

    M. Suttle a obtenu un baccalauréat en zoologie (avec distinction) de l'Université de la Colombie Britannique en 1978. En 1987, il a obtenu un doctorat en botanique, également de l'Université de la Colombie Britannique. Il a aussi collaboré de façon importante avec de nombreuses institutions. Au fil des années, sa carrière l'a amené à travailler à l'Université de Washington, au Brookhaven National Laboratory, à l'Université de l'État de New York à Stony Brook, à l'Université Duke, à l'Université du Texas à Austin et à l'Université de Constance en Allemagne.

  • 2010

    Dr. Brian Petrie

    M. Brian Petrie est le gagnant de la médaille Timothy R. Parsons décernée pour l'excellence dans les sciences océaniques multidisciplinaires. Cette annonce a été faite par Savithri Narayanan, directrice générale des Sciences océaniques au Service hydrographique du Canada à Ottawa lors de la réunion générale de la SCMO-UGC de 2010.

    Brian est connu pour ses vastes contributions en recherche multidisciplinaire liée à l'océanographie et travaille à Pêches et Océans Canada depuis 35 ans. Il a rejoint les rangs du MPO en 1975 au Laboratoire d'écologie marine à l'Institut océanographique de Bedford où il travaille jusqu'à aujourd'hui.

    Un des premiers principaux services qu'il a rendus à la communauté scientifique et à la province a été sa recherche menée avec le Halifax Harbour Task Force. Ses scénarios fondés sur des modèles construits à la suite d'observations ont servi de fondement quantitatif aux recommandations formulées par la suite et cet ensemble de recherches a établi une nouvelle norme pour la modélisation des égouts en intégrant une vaste suite de variables au-delà du dénombrement des bactéries. Fort de son unique expérience autant théorique que pratique dans le domaine de la surveillance de l'océanographie physique et environnementale, Brian a naturellement contribué de manière importante au développement du programme de surveillance de la zone de l'Atlantique (PSZA) du MPO.

    M. Petrie a reçu de nombreuses médailles pour souligner ces réalisations scientifiques, dont la médaille J. P. Tully de la Société canadienne de météorologie et d'océanographie : « pour sa recherche collaborative et multidisciplinaire ainsi que son leadership continu dans la description, la compréhension et les répercussions de la variabilité de l'océanographie physique dans les zones côtières de l'Atlantique canadien en 2004 ». Il a également été lauréat du Prix d'excellence de la sous-ministre deux fois.

    M. Petrie s'est joint à un groupe distingué de scientifiques avec la médaille Timothy R. Parsons. Félicitations M. Petrie!

  • 2009

    Dr. Richard Thomson

    Richard Thomson, Ph. D., a reçu la médaille Timothy R. Parsons des mains de Faith Scattolon, directrice générale régionale du ministère des Pêches et des Océans, région des Maritimes, au nom de Wendy Watson-Wright, sous ministre adjointe du secteur des Sciences du Ministère. Cette distinction honorifique lui a été remise en reconnaissance de son importante contribution à la recherche océanique multidisciplinaire durant ses 35 années de carrière au ministère des Pêches et des Océans. M. Thomson a reçu son prix au congrès 2009 de la Société canadienne de météorologie et d'océanographie, à Halifax, en Nouvelle-Écosse.

    Auteur prolifique, M. Thomson a rédigé plus de 170 articles dans de grandes revues scientifiques ainsi que deux ouvrages, le succès de vente « Oceanography of the British Columbia Coast » publié en 1981 et l'ouvrage acclamé internationalement « Data Analysis Methods in Physical Oceanography », corédigé avec Bill Emery en 1998 (revu en 2001). Il est aussi l'auteur de nombreux rapports. Tout au long de sa carrière éclectique, il a maintes fois démontré :

    • un désir de partager les résultats de ses recherches dans des revues nationales et internationales de grand renom;
    • le besoin de comprendre les processus biophysiques des régions de champs hydrothermaux des océans du monde, dont la dorsale Endeavour dans le Pacifique Nord Est – première aire marine protégée du Canada;
    • un intérêt de longue date pour l'étude de la formation et de la propagation des tsunamis engendrés à la fois par des séismes et par des glissements sous marins, dont le tsunami dévastateur dans l'océan Indien en 2004;
    • une persévérance inébranlable dans les efforts qu'il a déployés pour comprendre la dynamique des écosystèmes de la côte Ouest de l'Amérique du Nord, dont le paléoclimat de la région à partir de carottes de sédiments prélevées dans des bassins anoxiques;
    • un dynamisme étonnant dans la promotion de l'océanographie opérationnelle pour la prévision de marées de tempête et d'élévations du niveau de la mer d'origine climatique.

    M. Thomson a aussi trouvé le temps d'encourager d'autres scientifiques, des étudiants et le personnel de soutien à contribuer de façon synergique aux recherches multidisciplinaires de la communauté océanographique du Canada et de les encadrer dans leurs efforts. L'ensemble de ses recherches, de ses activités, de ses publications et de son concours à la réglementation révèle l'ampleur de la contribution de Richard, sans compter la richesse de ses idées et de son leadership.

  • 2008

    Dr. Donald C. Gordon Jr.

    Le scientifique Donald C. Gordon Jr., Ph.D., est titulaire de la médaille Timothy R. Parsons, qui souligne l'excellence dans les sciences océaniques multidisciplinaires. Durant sa carrière de recherche qui s'étend sur 35 années au ministère des Pêches et Océans Canada (MPO) et au cours de sa retraite, M.Gordon a été l'auteur de plus de 65 publications primaires et de près de 100 rapports scientifiques analytiques et d'interprétation ainsi que d'articles de vulgarisation. Il a exercé une influence importante sur les politiques et les règlements du gouvernement relativement à la protection et à la gestion écosystémique des ressources océaniques du Canada. Il a joué un rôle dans l'évaluation et la réglementation de l'exploitation pétrolière et gazière en milieu hauturier sur la côte Est, a fourni les fondements scientifiques des fermetures des pêches pour protéger les communautés coralliennes, diriger l'intégration de questions en matière d'habitat aux plans de gestion des pêches et a fourni des renseignements de base sur les habitats benthiques, qui sont nécessaires à l'élaboration de plans de gestion intégrée pour la plate-forme Scotian.

    M.Gordon s'est joint au MPO en 1970 et dès son entrée en service, il a démontré de solides compétences en matière de leadership scientifique et a proposé une approche holistique pour la résolution de problèmes liés aux déversements d'hydrocarbures et leurs incidences sur les milieux océaniques et côtiers de la côte atlantique du Canada. Il a déployé beaucoup d'efforts pour apporter des éclaircissements sur les sciences à l'intention des autorités de réglementation, et la majorité de ses travaux réalisés à cette époque servent de références pour les méthodes normalisées aujourd'hui. Il a communiqué avec la communauté et l'industrie, initié un atelier qui s'est développé en un atelier régional annuel dans l'Atlantique et qui a suscité la participation internationale.

    Il s'est ensuite tourné vers une approche holistique pour l'étude de l'énergie marémotrice dans la baie de Fundy. L'extraction de l'énergie à partir de l'énergie marémotrice est devenue un point central de ses recherches à la fin des années 1970 en raison de l'accroissement du prix du pétrole brut. M.Gordon s'est attaqué à ce problème en faisant des prévisions sur les incidences écologiques de l'exploitation de l'énergie marémotrice sur la zone côtière macrotidale. Suite à des consultations, il a formé une équipe multidisciplinaire de chercheurs du MPO, de Ressources naturelles Canada (RNCan), d'Environnement Canada (EC) et des universités, y compris les suivantes : Dalhousie, Acadia, Mount Allison et l'Université du Nouveau-Brunswick, qui ont mené des études sur le terrain dans les zones intertidales et infralittorales des bassins de Cumberland et de Minas. Les recherches comprenaient la gamme entière des fonctions écosystémiques allant de la production primaire à la dynamique des nutriments et de la glace. Le scientifique Gordon a été l'initiateur de la collaboration des scientifiques de la Hollande et du Royaume-Uni en vue d'appliquer la modélisation écosystémique pour l'orientation de la recherche et l'interprétation holistique des études de recherche. Il a publié en collaboration un grand nombre d'examens à l'échelle de l'écosystème, qui portent sur nos connaissances de base et notre capacité à faire des prévisions sur les impacts. À la fin du programme de recherche exhaustif sur le terrain, de l'analyse des données et de la publication des résultats, il a présidé un atelier régional qui visait à examiner les résultats de recherche pertinents et il a fourni un sommaire des connaissances scientifiques sur les conséquences potentielles de l'exploitation de l'énergie marémotrice dans les tronçons supérieurs de la baie de Fundy. À cette époque, l'approche écosystémique utilisée pour la recherche était novatrice, mais à l'heure actuelle, elle est considérée essentielle à la fourniture d'avis scientifiques rigoureux sur la gestion des activités humaines dans nos océans.

    À la fin des années 1980, M.Gordon a donné des avis scientifiques sur les incidences potentielles des activités de forage pétrolier proposé sur le banc Georges. Il a formé une équipe scientifique multidisciplinaire qui a élaboré un rapport influent visant à examiner l'état des connaissances de l'écosystème du banc Georges et la façon dont les diverses activités associées au forage pétrolier pourraient avoir des impacts sur ce milieu. Par la suite, un moratoire de 10 ans a été imposé sur l'exploration pétrolière sur le banc Georges, et des fonds spéciaux ont été affectés pour appuyer la recherche afin de combler certaines lacunes importantes en matière de connaissances, qui ont été cernées lors de l'examen scientifique.

    Après plusieurs années de gestion de programmes scientifiques, M.Gordon a repris ses activités de recherche au début des années 1990 pour examiner la préoccupation croissante découlant des incidences des engins de pêche mobiles sur les communautés benthiques. Une fois de plus, M.Gordon a suscité la collaboration de scientifiques du MPO et de RNCan pour s'attaquer à ce problème de recherche complexe et a élaboré une approche novatrice pour l'échantillonnage de l'habitat benthique en utilisant une combinaison de techniques : vidéos et photos, échantillons instantanés, échantillons acoustiques et chalutage dirigé. L'analyse des données a nécessité l'élaboration d'un logiciel fait sur mesure pour gérer et analyser la gamme complexe de données géoréférencées. Les résultats de cette recherche ont contribué de façon importante à la politique du Canada sur la réglementation de la pêche au chalut de fond. Parallèlement à ces travaux, il a amorcé la première cartographie dirigée des eaux coralliennes froides de la côte atlantique du Canada. Cela a entraîné rapidement la fermeture de la pêche dans certaines zones établies pour protéger cet habitat essentiel pour le poisson.

    Après avoir apporté une contribution importante au débat mondial entourant les impacts du chalutage, l'équipe de M.Gordon s'est attaquée au problème connexe, mais plus complexe de la définition de l'habitat essentiel pour le poisson sur la plate-forme Scotian. Ces travaux sont en cours et font appel à de nombreuses techniques élaborées pour les études concernant les impacts du chalutage et ajoutent une troisième dimension, l'activité du poisson ainsi que les caractéristiques physiques et chimiques des eaux sus-jacentes. Le but est d'être en mesure de faire des prévisions sur la structure et l'abondance de la communauté de poissons en se fondant sur les connaissances liées aux milieux biotique et abiotique. Ses travaux ont fait l'objet d'une série d'ateliers régionaux visant à classifier les communautés benthiques de la plate-forme Scotian et à fournir aux gestionnaires des pêches et des océans des lignes directrices sur l'utilisation de ces systèmes de classification. De telles connaissances seront fondamentales à la fourniture d'avis pour une approche écosystémique de la gestion des activités océaniques.

    La contribution la plus importante du chercheur a peut-être été l'influence qu'il a exercée pour motiver et encadrer d'autres scientifiques, le personnel de soutien et les étuidants, et leur assurer un leadership en vue de contribuer de façon synergique à des recherches multidisciplinaires. Il a démontré à maintes occasions la valeur de l'approche holistique, qui non seulement intègre tous les aspects scientifiques du problème, mais suscite également la participation de tous les intéressés à l'ensemble du processus.

    Félicitations Don Gordon!

  • 2007

    Dr. Carl J. Walters

    M. Carl J. Walters est le gagnant pour 2007 de la médaille Timothy R. Parsons, qui souligne l'excellence dans les sciences océaniques multidisciplinaires. Tant écologiste que mathématicien, Carl J. Walters a mis à l'épreuve de nouvelles théories et pratiques écologiques et une nouvelle approche de gestion (à l'aide de systèmes informatiques de pointe dont il a lui-même contribué à la conception) qui occupent aujourd'hui une place centrale dans un domaine multidisciplinaire en expansion : la science de l'environnement aquatique et océanique.

    M. Walters est considéré comme le créateur de la théorie et de la pratique de la gestion adaptative, laquelle représente une révolution dans l'étude statistique, mathématique et empirique des systèmes dynamiques complexes. Son approche a donné naissance à Ecosim, un cadre de modélisation utilisé partout dans le monde pour prédire les modifications dans les écosystèmes qui découlent des changements dans les pêches et les milieux marins.

    Il a mis ses recherches à l'essai dans des études de cas portant entre autres sur la Grande Barrière d'Australie, les Everglades de Floride et la pêche au saumon rouge dans le fleuve Fraser de Colombie-Britannique. Il a travaillé sur la prédiction des patrons des interactions trophiques dans les écosystèmes aquatiques (ce qui est généralement appelé foraging arena theory) et sur la théorie et la pratique de l'évaluation des stocks.

    Carl J. Walters est professeur à l'Université de Colombie-Britannique (UBC) depuis 1969 et a récemment été élu membre de la Société royale du Canada. En 2006, en compagnie de deux autres membres du Fisheries Centre de la UBC – Daniel Pauly, Ph. D., et Ray Hilborn, Ph. D. –, il a reçu le Volvo Environment Prize, un prix accordé pour des « innovations ou découvertes scientifiques, socioéconomiques ou technologiques remarquables qui ont une pertinence directe ou indirecte sur l'environnement et revêtent une importance mondiale ou régionale.

  • 2006

    Dr. Ken Denman

    Ken Denman a été récipiendaire de cette médaille pour sa contribution, tout au long de sa carrière, à l'étude de l'influence des processus physiques sur la productivité océanique et pour avoir été l'un des premiers à faire des recherches océanographiques physiques, biologiques et chimiques intégrées. Chercheur infatigable débordant d'idées originales, il est l'auteur de nombreuses publications de prestige, notamment des articles qui ont pavé la voie à l'étude des interactions physiques et biologiques aux niveaux inférieurs du réseau alimentaire et le couplage des systèmes climatiques et des cycles biogéologiques. Spécialiste de renom de la modélisation des écosystèmes marins et du climat maritime, il a prodigieusement contribué à la science du changement climatique en identifiant les processus par lesquels les écosystèmes marins réagissent au climat et l'influencent à leur tour. Ken Denman travaille au Centre canadien de la modélisation et de l'analyse climatiques à l'Université de Victoria, et à l'Institut des sciences de la mer du MPO, à Sidney, en Colombie-Britannique.

    Dr. Trevor Platt

    Cette médaille a également été décernée à Trevor Platt pour sa contribution exceptionnelle aux domaines de l'océanographie biologique et de l'écologie marine, de la thermodynamique de l'écosystème de la haute mer et de l'approche écosystémique de gestion des pêches. M. Platt est un meneur dans la recherche océanographique interdisciplinaire, un pionnier des nouvelles méthodes quantitatives et de l'utilisation de données satellitaires de télédétection pour mesurer les processus océaniques. C'est un auteur scientifique prolifique, qui compte plus de 285 publications à son actif. De par sa participation aux travaux du Programme international géosphère-biosphère, du Comité scientifique sur la recherche océanique, de l'Étude conjointe sur les flux océaniques mondiaux et du Groupe de coordination international des données sur la couleur de l'océan, M. Platt exerce une grande influence à l'échelon international. Il travaille à l'Institut océanographique de Bedford du MPO, situé à Dartmouth, en Nouvelle-Écosse, et est professeur adjoint à l'Université Dalhousie, à Halifax, en Nouvelle-Écosse.

  • 2005

    Dr. Timothy R. Parsons

    La médaille a été décernée pour la première fois à M. Timothy R. Parsons lui-même. Voir sa notice biographique à Dr. Timothy R. Parsons.

    Dr. Daniel Ware

    La deuxième médaille a été remise à M. Daniel Ware pour sa contribution exceptionnelle dans le domaine de l'océanographie des pêches. M. Ware, qui est décédé quelques mois à peine après avoir reçu cette médaille, était un chercheur de renommée nationale et internationale, directeur de multiples recherches et auteur de nombreux écrits multidisciplinaires liés à l'écologie. Il a passé les dix premières années de sa carrière à l'Institut océanographique de Bedford, et les vingt années suivantes à la Station biologique du Pacifique. En 1990, il a été nommé premier président du Conseil des sciences de l'Organisation pour les sciences marines dans le Pacifique Nord (OSMPN). Il est un pionnier de l'étude des interrelations entre les stocks de poissons et les facteurs environnementaux physiques. Pendant sa carrière, M. Ware s'est employé à quantifier les effets de la variabilité de l'environnement sur les communautés de poissons par le biais de recherches sur le terrain et de travaux de modélisation. Tout au long de sa carrière, il a remis en question les idées traditionnelles et rédigé des articles importants qui ont changé la façon dont les chercheurs et les gestionnaires du domaine des pêches voient le monde.

Date de modification :