Mer de Beaufort canadienne : Évaluation des écosystèmes marins 2019

Mer de Beaufort canadienne : Évaluation des écosystèmes marins 2019

Carte : Partie canadienne de la mer de Beaufort - Évaluation des écosystèmes marins. Sites d’échantillonnage de l’évaluation environnementale marine de 2019 dans la mer de Beaufort au Canada. © Pêches et Océans Canada (MPO).

À propos de la mission

Une équipe de scientifiques du MPO, de partenaires universitaires et de membres de la communauté naviguera à bord du navire de recherche F/V Frosti dans l’Arctique canadien pour effectuer une évaluation globale de l’écosystème marin, du 1er août au 11 septembre 2019. L’objectif de cette évaluation des écosystèmes marins de la mer de Beaufort au Canada (ÉÉM-MBC) est de comprendre les changements intervenant dans l’écosystème marin de la mer de Beaufort.

Les scientifiques étudient l’écosystème à plusieurs niveaux, des petites bactéries aux baleines boréales, à l’aide de divers outils d’échantillonnage. Bien des disciplines des sciences de l’Arctique sont intégrées avec des partenaires spécialisés de l’Université du Manitoba, de l’Université Laval, de l’Université Memorial et de l’Université McGill en vue de parvenir à une compréhension globale des relations entre les espèces et leurs habitats.

En 2019, l’ÉÉM-MBC sera également intégrée à de multiples autres missions de recherche et missions communautaires dans la mer de Beaufort. La coopération entre les missions génère l’information écosystémique nécessaire à la gestion d’espèces très mobiles comme le béluga et la baleine boréale.

L’ÉÉM-MBC est conçue de concert avec les partenaires de cogestion inuvialuits, notamment le Conseil inuvialuit de gestion du gibier, et des représentants des collectivités de la région désignée des Inuvialuit. Les membres de la collectivité jouent un rôle clé au sein de l’équipe scientifique à bord du F/V Frosti.

La santé et la résilience de l’écosystème de la mer de Beaufort sont une priorité pour les Inuits de la région désignée des Inuvialuit. L’ÉÉM-MBC répond aux priorités communes des collectivités, en fournissant les nouvelles connaissances nécessaires pour comprendre comment les espèces seront influencées par les facteurs de stress marins tels que la navigation dans l’Arctique, l’exploitation pétrolière et gazière et l’acidification des océans.

Outils et techniques de recherche

L’ÉÉM-MBC est unique parmi les programmes de recherche sur les écosystèmes de l’Arctique dans le sens où elle fait appel à un navire, des outils et des techniques spécialisés pour évaluer le rôle et les populations de poissons marins dans l’écosystème marin extracôtier de l’Arctique, en particulier des espèces de poissons importantes comme la morue arctique, le flétan du Groenland et le capelan.

Le navire de recherche F/V Frosti est conçu spécialement pour l’échantillonnage scientifique du poisson et des habitats et réseaux trophiques connexes et pour le remorquage de filets de pêche, qui sont tous des éléments essentiels pour l’évaluation des écosystèmes marins dans la partie canadienne de la mer de Beaufort.

Fait : Depuis 2012, l’ÉÉM-MBC a confirmé la présence de 16 nouvelles espèces de poissons marins (12 sont en cours d’identification taxonomique par des experts) dont on ignorait auparavant la présence dans la partie canadienne de la mer de Beaufort.

À chaque station, un échantillonneur d’eau (Rosette) équipé de multiples instruments océanographiques est utilisé pour échantillonner les propriétés physiques, chimiques et biologiques sur toute la hauteur de la colonne d’eau. Ensuite, à l’aide d’une combinaison de filets horizontaux de type Bongo et d’un échantillonneur vertical de plancton à profondeurs multiples, on échantillonne le zooplancton afin de déterminer les espèces (et le nombre d’espèces) qui occupent les habitats de la colonne d’eau. On prélève aussi des échantillons de sédiments du fond marin à l’aide d’un carottier à boîte pour caractériser les habitats du fond et examiner les types d’animaux qui vivent sous la surface du plancher océanique. Enfin, on déploie un chalut à perche de 3 m et le chalut à panneaux de fond plus grand Atlantic Western IIA pour échantillonner les communautés de poissons et d’invertébrés qui vivent sur le fond marin. Un système hydroacoustique monté sur la coque est utilisé durant la navigation pour évaluer les répartitions des espèces de poissons et de plancton et leurs quantités dans l’eau.

L’équipe

Chercheurs principaux

  • Andrew Majewski, Pêches et Océans Canada
  • Andrea Niemi, Ph.D - Pêches et Océans Canada
  • Jim Reist, Ph.D - Pêches et Océans Canada
  • Robert Young, Ph.D - Pêches et Océans Canada
  • Ashley Stasko, Ph.D - Pêches et Océans Canada
  • Christine Michel, Ph.D - Pêches et Océans Canada
  • Bill Williams, Ph.D - Pêches et Océans Canada
  • Philippe Archambault, Ph.D - Université Laval
  • Maxime Geoffroy, Ph.D - Memorial University

Scientifiques en chef

  • Andrew Majewski - volet 1 (du 1er au 22 août)
  • Jane Eert - volet 2 (23 août au 11 septembre)

Personnel scientifique

  • Caitlin Allison - AAE Tech Services
  • Alexis Burt - Pêches et Océans Canada
  • Glenn Cooper - Pêches et Océans Canada
  • Valérie Cypihot - Université Laval
  • Rachel Hussherr - Pêches et Océans Canada
  • Christie Morrison - Pêches et Océans Canada
  • Krystal Woodward - Pêches et Océans Canada

Participants inuvialuits

  • Corrine Dillon - (Aklavik)
  • Samuel Lennie - (Inuvik)

Soutien sur le rivage

  • Mark Ouellette - Pêches et Océans Canada
  • Oksana Schimnowski - Pêches et Océans Canada

Le F/V Frosti. © Pêches et Océans Canada (MPO).

Galerie de photos

Expéditions précédentes

Date de modification :