Expédition dans l’Extrême-Arctique canadien

Expédition dans l’Extrême-Arctique canadien

Carte: Expédition dans l’Extrême-Arctique canadien

Carte: Expédition dans l’Extrême-Arctique canadien

À propos de la mission

Pêches et Océans Canada (MPO), en collaboration avec des experts internationaux, le milieu universitaire et d’autres ministères du gouvernement, dirige une mission de recherche pour étudier l'écosystème de la glace de plusieurs années dans l’Extrême-Arctique canadien du 25 avril au 6 juin 2018. Cette mission fournira la première évaluation écologique du Nord de l'archipel arctique canadien, la seule région où l’on trouve toujours de la glace de plusieurs années dans l'océan Arctique. Cette connaissance est fondamentale pour comprendre la structure, la fonction et le rôle de l'écosystème associé à la banquise dans l'océan Arctique.

Des chercheurs du MPO et de l'Institut Alfred Wegener (Allemagne) mèneront des études de terrain sur la banquise à partir d'un camp temporaire sur la glace, situé au large de la base de la station des Forces canadiennes Alert. L'équipe recueillera des données climatiques et océanographiques, ainsi que des mesures de l'écosystème de la glace pour aider à éclairer les sciences sur l'Arctique et le changement climatique. L'équipe procédera également à l’évaluation de la présence et de la répartition des mammifères marins ainsi que de leur utilisation de l'habitat au large de l'île d'Ellesmere.

À propos de la région

La partie canadienne de l’Extrême-Arctique, également connue sous le nom de « dernière zone de glace », est la zone située entre l’ouest du Groenland et l'archipel Arctique canadien. Selon certaines prévisions, cette zone conserverait sa glace de plusieurs années dans l'avenir, alors qu’une bonne partie de la glace de mer dans la zone environnante sera perdue en raison du changement climatique. Cette mission étudiera les écosystèmes uniques, associés à la banquise et situés au nord de l'île d'Ellesmere, au Nunavut.

On s'attend à ce que ces zones servent d’habitat important pour des espèces dépendantes de la glace et suscitant un intérêt important sur le plan culturel, comme l'ours polaire, le béluga, le narval, le morse et le phoque ainsi que les collectivités qui en dépendent.

Les zones sélectionnées revêtent une importance écologique et une importance particulière sur le plan culturel pour les collectivités inuites de l'Arctique canadien. L'histoire orale inuite décrit la zone au large de la côte nord de l'île d'Ellesmere comme étant une partie de l’itinéraire entre le Canada et le Groenland, parcouru par le premier Inuit qui s’y est installé.

L'équipe

Les membres de l'équipe du MPO et les participants sur le terrain

  • Christine Michel, chercheuse scientifique principale (responsable du programme)
  • Pierre Coupel, chercheur scientifique (chercheur principal)
  • Steve Ferguson, chercheur scientifique principal (chercheur principal)
  • Andrea Niemi, Chercheuse scientifique (chercheuse principale)
  • Clark Richards, chercheur scientifique (chercheur principal)
  • Benjamin Lange, titulaire d'une bourse de recherche postdoctorale, coordonnateur des programmes sur le terrain
  • Pascal Tremblay, technicien en recherche
  • Steve Duerksen, biologiste
  • Joannie Charette, biologiste
  • Cody Carlyle, biologiste
  • Melissa Galice, étudiante
  • Brent Young, titulaire d’une bourse de recherche postdoctorale
  • Anke Reppchen, biologiste
  • Shannon Nudds, spécialiste en océanographie physique
  • Emmanuel Devred, chercheur scientifique
  • Constance Duffaud, étudiante en maîtrise ès sciences

Nos partenaires

Institut Alfred Wegener (Allemagne)
  • Christian Haas
  • Hauke Flores
  • Christian Katlein
  • Philipp Anhaus
  • Arttu Jurtila
  • Jana Hildebrant
  • Ron ten Boer
Institut Méditerranéen d’Océanographie (France)
  • Lars-Eric Heimbürger
Université d'Essex (Royaume-Uni)
  • Graham Underwood
Université de Bristol (Royaume-Uni)
  • Alexandre Anesio
  • Karley Campbell
Université Laval
  • Jean-Éric Tremblay
Université du Québec à Rimouski
  • Michel Gosselin
Environnement et Changement climatique Canada
  • Andrew Platt
  • Alexandra Steffen
Programme du plateau continental polaire, Ressources naturelles Canada
  • Michael Jordan
Association des chasseurs et des trappeurs de Resolute
Outils et techniques de recherche
VTG Phantom (Récifs d’éponges siliceuses dans le passage Chatham)

VTG Phantom (Récifs d’éponges siliceuses dans le passage Chatham)

Gros plan du VTG Phantom - CROISIÈRE HÉCATE 2017

Gros plan du VTG Phantom - CROISIÈRE HÉCATE 2017

ROVnet

Les véhicules sous-marins téléguidés (VTG) sont des véhicules sous-marins sans équipage attachés par un câble utilisés pour filmer des séquences vidéo et recueillir des échantillons sous la surface de l’eau. Contrôlés manuellement par les chercheurs à partir d’ordinateurs à terre ou à bord d’un navire ou sur la glace en l’occurrence, ils sont équipés de caméras haute définition, de capteurs et d’autres dispositifs, comme des bras motorisés qui peuvent prélever des échantillons. Ce VTG de l’Institut Alfred Wegener (AWI) sera équipé d'un filet qui permettra de recueillir des échantillons de la faune sous la glace tandis que le VTG lui-même recueillera des données de l’écosystème sous la glace au moyen de capteurs.

Drone posé sur un rocher. Crédit photo : Peter Wall (Canada C3)

Drone posé sur un rocher. Crédit photo : Peter Wall (Canada C3)

Drone retenu par les mains. Crédit photo : Canada C3

Drone retenu par les mains. Crédit photo : Canada C3

Véhicule aérien sans pilote

Les véhicules aériens sans pilote (UAV), également connus sous le nom de drones, sont de petits véhicules aériens téléguidés, le plus souvent équipés de caméras. Au cours de cette mission, ces UAV voleront dans des grilles systématiques qui se chevauchent afin de recueillir des données à l’aide de caméras visuelles, infrarouges thermiques et multispectrales. Ces données seront utilisées pour créer des cartes topographiques en trois dimensions de la surface de la neige et de la glace de mer. La caméra infrarouge sera également utilisée pour déterminer la présence de mammifères marins (phoques annelés et ours polaires) dans la zone.

Les avions Twin Otter sont de petits avions à hélices souvent utilisés pour observer visuellement des mammifères marins. Un Twin Otter équipé d'une caméra sera utilisé pour effectuer un relevé aérien de la zone de la lisière des glaces, où les mammifères marins sont censés se regrouper.

Galerie de photos

Date de modification :