Des activités scientifiques qui comptent pour les Canadiens

« Nous sommes à un moment dans l'histoire des pêches et de l'océanographie où nous pouvons reconnaître le début d'une ère nouvelle, une ère où nous pouvons étudier des écosystèmes entiers. Nous avons aujourd'hui une nouvelle génération de chercheurs qui s'emploient à recueillir des données et à en faire des interprétations qui auraient été inimaginables il y a cinquante ans. »

Timothy R. Parsons, chercheur scientifique honoraire à l'Institut des sciences de la mer, Pêches et Océans Canada, professeur émérite à l'Université de la Colombie-Britannique, lauréat du Japan Prize en sciences et technologie, 2001, récipiendaire de la médaille Parsons en océanographie, 2004, et récipiendaire de l'Ordre du Canada, 2006.

Message de la sous-ministre adjointe

La science est à la base des résultats stratégiques de Pêches et Océans Canada (MPO) - des voies navigables sûres et accessibles, des pêches et une aquaculture durables, et des écosystèmes aquatiques sains et productifs.

La science moderne étant de plus en plus complexe, elle doit par conséquent reposer de plus en plus sur la collaboration. Grâce à ses 15 instituts de recherche et laboratoires répartis un peu partout au Canada, le Secteur des sciences du MPO est à la fine pointe de la science. Il participe activement à des réseaux et à des organisations clés d'envergure régionale, nationale et internationale qui nous permettent d'accroître nos capacités et d'élargir nos connaissances par le partenariat et la collaboration.

Le Secteur des sciences du MPO nourrit l'objectif de produire un programme des sciences aquatiques dynamique et fondé sur l'excellence, qui répond aux besoins du Ministère et du gouvernement, et sert les intérêts des Canadiens de la meilleure façon qui soit. Afin d'obtenir un complément à l'information présentée ici sur le Secteur des sciences du MPO, je vous invite à consulter notre site Web à l'adresse www.dfo-mpo.gc.ca/science/.


Wendy Watson-Wright
Sous-ministre adjointe, Secteur des sciences
Pêches et Océans Canada

La structure du Secteur des sciences du MPO

Le MPO est un ministère à vocation scientifique dont le programme scientifique contribue à l'exécution des politiques et des programmes encadrant les activités du Ministère au Canada et ses engagements internationaux.

Un conseil de gestion des sciences établit les priorités stratégiques, et un conseil consultatif des sciences, principalement composé d'experts externes, donne son avis en matière de science et de technologie. La sous-ministre adjointe du Secteur des sciences collabore étroitement avec les directeurs généraux du renouvellement des sciences, de la gestion intégrée des activités, de la science des écosystèmes et de la science des océans et du Service hydrographique du Canada, et avec la directrice exécutive de la Promotion stratégique des sciences. Le Comité national des directeurs des sciences, qui dirige les opérations, est constitué de ces gestionnaires et de six directeurs régionaux des sciences.

Dans ses six régions opérationnelles - Terre-Neuve-et-Labrador, les Maritimes, le Golfe, le Québec, le Centre et l'Arctique, et le Pacifique -, le Secteur des sciences du MPO exploite 15 instituts scientifiques, laboratoires et centres expérimentaux. De plus, les centres d'expertise - la plupart virtuels - se concentrent sur des domaines clés où la création de partenariats tant à l'interne qu'à l'externe est l'option à privilégier pour mener à bien certains dossiers scientifiques particuliers.

La science au travail

Les résultats stratégiques du Ministère, les politiques fédérales, les programmes, les décisions et la réglementation profitent du soutien des activités principales du Secteur des sciences du MPO, à savoir la recherche scientifique, la surveillance, les conseils, les produits et les services, et la gestion des données.

Voies navigables sûres et accessibles

Afin de garantir des voies navigables sûres et accessibles, le Service hydrographique du Canada (SHC) fournit des produits et des services de navigation, entreprend des recherches océanographiques et surveille les marées et les courants océaniques. Les données hydrographiques recueillies servent à appuyer des revendications territoriales et à définir les limites et les frontières internationales, dans l'intérêt de la souveraineté canadienne.

Pêches et aquaculture durables

Le Secteur des sciences du MPO soutient les pêches et l'aquaculture durables au moyen de conseils et de recommandations fondés sur la recherche scientifique et qui concernent l'état des ressources halieutiques, le contrôle et la gestion de l'information et des produits et des services associés aux eaux canadiennes.

En conformité avec la Loi sur les espèces en péril, le Secteur des sciences du MPO évalue l'état des espèces aquatiques en péril et donne des avis à ce sujet, fournit des conseils sur les permis et les ententes, et contribue au recensement des habitats essentiels et à la formulation de plans de rétablissement.

Afin de prévenir l'introduction et la dissémination d'espèces envahissantes, le programme scientifique comprend des activités de recherche ainsi que la conception et l'application de nouvelles méthodes de détection et de contrôle. Les risques sont évalués, et les populations existantes sont surveillées pour favoriser une intervention rapide en cas d'introduction de nouvelles espèces.

Le Secteur des sciences du MPO s'occupe de la surveillance et de la détection des maladies chez les animaux aquatiques sauvages et d'élevage, et de la production de rapports s'y rapportant, afin d'empêcher les épidémies graves et de faire en sorte que le Ministère s'acquitte de ses responsabilités à l'égard du public et de l'industrie de la pêche (poisson et fruits de mer) en vertu de la Loi sur la santé des animaux et de la Loi sur les pêches.

L'amélioration de la nutrition, de la santé et de la production, et l'élargissement des connaissances sur les interactions entre l'aquaculture et l'environnement font partie des rôles du Secteur des sciences dans le domaine de l'aquaculture. Ce savoir permet la formulation de décisions et de politiques éclairées, et aide l'industrie à adopter des pratiques qui accroissent la durabilité.

L'avancement de la génomique et l'application des outils de recherche de la biotechnologie aux sciences aquatiques améliorent la capacité du Ministère à protéger les espèces en péril, à gérer l'ouverture et la fermeture de la pêche, à éviter la surexploitation des ressources, à poursuivre les braconniers, à améliorer les pratiques d'aquaculture, à juguler les épidémies, à restaurer des sites contaminés et à acquérir les connaissances nécessaires pour soutenir la réglementation et les évaluations des risques entourant les organismes aquatiques à caractères nouveaux.

Écosystèmes aquatiques sains et productifs

L'exploration, la mise en valeur et la production pétrolières et gazières, la foresterie, les mines, la production d'énergie hydroélectrique et l'agriculture sont autant d'activités qui peuvent avoir des effets néfastes sur l'habitat des poissons. Le Secteur des sciences du MPO donne des conseils sur les impacts potentiels des contaminants et des substances toxiques sur l'habitat du poisson de mer et d'eau douce, les mesures d'atténuation et les risques, et les règlements qui confèrent des pouvoirs sur la gestion de l'habitat du poisson en vertu de la Loi sur les pêches, de la Politique de gestion de l'habitat du poisson, de la Loi sur les espèces en péril, de la Loi sur les océans, de la Loi sur la protection des eaux navigables et de la Loi canadienne sur l'évaluation environnementale.

Les utilisations multiples et parfois conflictuelles de nos océans rendent difficile la gestion intégrée des écosystèmes aquatiques. Le Secteur des sciences offre des conseils, de l'information et des services de gestion des données afin d'appuyer les programmes de gestion intégrée des océans comme la délimitation des zones de protection marine (ZPM) par la cartographie des océans, la préparation de rapports d'examen et d'évaluation de l'écosystème dans les zones étendues de gestion des océans, et les cadres relatifs aux zones océaniques d'importance écologique et biologique.

Bordé par trois océans interreliés, le Canada, tout comme la communauté internationale, a intérêt à comprendre le rôle des océans dans le climat mondial et les répercussions des changements climatiques sur les écosystèmes aquatiques. Le programme de climatologie océanique du Secteur des sciences du MPO examine l'interaction entre les océans, les glaces et l'atmosphère afin de prévoir les réactions des océans aux changements climatiques, et évalue les impacts potentiels sur le milieu, les écosystèmes, les poissons et les mammifères marins.

Priorités en vue d'une approche des sciences axée sur l'écosystème

Diverses activités à court, moyen et long termes, fondées sur les priorités suivantes, aident le Secteur des sciences du MPO à passer à une approche des sciences axée sur l'écosystème :

  1. Établir des objectifs clairs pour la surveillance et la protection des écosystèmes;
  2. Élaborer des indicateurs et des systèmes de production de rapports pour les écosystèmes;
  3. Élaborer des cadres fondés sur les risques;
  4. Produire des informations intégrées sur les écosystèmes pour la gestion des pêches et de l'aquaculture;
  5. Répertorier les habitats particulièrement importants et vulnérables;
  6. Déterminer les effets sur la biodiversité aquatique (espèces en péril et espèces aquatiques envahissantes);
  7. Comprendre les voies d'entrée des causes des changements;
  8. Comprendre la variabilité du climat et ses effets sur les ressources.

Les sciences à l'échelle du Canada

Carte du Canada indiquant l'emplacement des instituts scientifiques suivants :

  1. Institut des sciences de la mer (Sidney)
  2. Station biologique du Pacifique (Nanaimo)
  3. Centre de recherche sur l'aquaculture et l'environnement (Vancouver)
  4. Laboratoire de recherche sur le saumon de Cultus Lake (Cultus Lake)
  5. Institut des eaux douces (Winnipeg)
  6. Région des lacs expérimentaux (nord de l'Ontario)
  7. Centre de contrôle de la lamproie de mer (Sault Ste. Marie)
  8. Institut Bayfield (Burlington)
  9. Service hydrographique du Canada (Ottawa)
  10. Institut Maurice-Lamontagne (Mont-Joli)
  11. Centre des pêches du Golfe (Moncton)
  12. Laboratoire de bioconfinement des agents pathogenèses propres aux animaux aquatiques de Charlottetown
  13. Station biologique de St. Andrews (St. Andrews)
  14. Institut océanographique de Bedford (Dartmouth)
  15. Centre des pêches d'Atlantique nord-ouest (St. John's)

La science au travail avec les navires de la garde côtière

Le MPO compte aussi sur les navires de la Garde côtière canadienne (GCC) pour mener à bien son programme scientifique. La GCC est la division maritime du MPO; à ce titre, elle gère et exploite une flotte de navires pour assurer l'exécution des programmes du MPO : aides à la navigation, déglaçages, recherches et sauvetages, interventions environnementales, sciences, et conservation et protection des pêches.

Le programme scientifique comprend diverses activités, notamment la recherche halieutique, l'évaluation des populations, la recherche océanographique et les levés hydrographiques, menées au large des côtes atlantique et pacifique, ainsi que sur les Grands Lacs et dans les eaux intérieures par des chercheurs du MPO, d'autres ministères et des universités. Les projets de recherche marine menés dans l'Arctique par le Canada pour son compte ou celui de la communauté internationale sont appuyés par des chalutiers de recherche, des navires de levés océanographiques et hydrographiques et des navires de recherche de plus petite taille, auxquels s'ajoutent les brise-glace de la Garde côtière, dont le navire amiral de la flotte, le NGCC Louis S. St-Laurent. Ces tâches s'ajoutent à celles effectuées dans le cadre du déploiement annuel habituel des navires de la GCC dans l'Arctique pour soutenir la navigation commerciale et le réapprovisionnement des collectivités nordiques. Durant la saison des eaux libres, le brise-glace Amundsen de la GCC est affecté à la mission scientifique ArcticNet, dirigée par l'Université Laval; l'hiver, le navire reprend ses activités de déglaçage dans l'estuaire et le golfe du Saint-Laurent.

Le Secteur des sciences du MPO exploite ces services de données de première importance

Le Service hydrographique du Canada (SHC) fournit aux clients des produits et services hydrographiques à jour, utiles et exacts afin d'assurer une navigation sûre et efficace dans les eaux navigables du Canada, et s'associe à des partenaires nationaux et internationaux pour l'élaboration et l'application de la technologie des océans. Pour en savoir davantage, veuillez consulter le site www.charts.gc.ca.

Le service Gestion intégrée des données scientifiques du MPO assure la gestion et l'archivage de données environnementales sur le milieu marin, et diffuse des données scientifiques, des produits et des services. Le service est membre de l'Échange international de données et d'information océanographiques (www.meds-sdmm.dfo-mpo.gc.ca.

Centres d'expertise

Les centres d'expertise du Secteur des sciences du MPO se concentrent sur les domaines où la création de partenariats tant à l'interne qu'à l'externe est l'option à privilégier pour arriver aux résultats souhaités. Certains d'entre eux utilisent l'infrastructure régionale, tandis que d'autres sont des centres virtuels regroupant des spécialistes de différents endroits pour des projets particuliers.

Le Centre de recherche sur le pétrole, le gaz et autres sources d'énergie extracôtières (CRPGEE) est un centre d'expertise virtuel qui coordonne les travaux de recherche portant sur les répercussions environnementales et océanographiques de l'exploration, de la production et du transport du pétrole extracôtier. Le CRPGEE met l'accent sur le partage des connaissances et des ressources à l'échelle internationale. Pour en savoir davantage, consultez le site www.dfo-mpo.gc.ca/science/coe-cde/cooger-CRPGEE/index-fra.htm.

Le Centre national d'excellence pour la recherche aquatique dans l'Arctique (CNERAA) a pour mandat d'accroître les connaissances sur les écosystèmes marins et d'eau douce de l'Arctique. À partir des recommandations de ministères fédéraux, des groupes de cogestion des questions nordiques, d'universités et de l'industrie, le CNERAA contribue de près à la création de partenariats nationaux et internationaux pour faire avancer la recherche dans les domaines prioritaires. Son secrétariat, installé à Winnipeg, coordonne les occasions de recherches scientifiques à bord des navires de la Garde côtière du Canada, et l'infrastructure nécessaire à la conduite des activités de recherche aquatique dans le Nord.

ArcticNet et Année polaire internationale

Les chercheurs du MPO collaborent à ArcticNet, regroupement de centres d'excellence au Canada qui contribue au développement et à la diffusion des connaissances nécessaires pour formuler des stratégies d'adaptation et des politiques nationales visant à aider les Canadiens à faire face aux impacts et aux possibilités qu'entraînent les changements climatiques et la mondialisation dans l'Arctique. Le navire de recherche du MPO, le NGCC Amundsen, joue un rôle crucial dans cette démarche multidisciplinaire, dans le cadre de laquelle des chercheurs de 27 universités canadiennes et de cinq ministères fédéraux collaborent avec des chercheurs de 11 autres pays. Pour en savoir davantage, consultez le site http://www.arcticnet.ulaval.ca.

Le Secteur des sciences du MPO est également un acteur de premier plan dans le cadre de l'Année polaire internationale (API) 2007-2008. Le programme de recherche scientifique de l'API, échelonné sur deux ans, vise à faire avancer les connaissances des processus géophysiques, climatiques et biologiques, de même que notre compréhension des dimensions culturelle, sociale, économique et sanitaire dans les régions polaires. Pour en savoir davantage, consultez le site Web de l'administration fédérale consacré à l'API à l'adresse www.ipy-api.gc.ca.

Le Centre d'expertise sur les mammifères marins (CEMAM) met en contact des spécialistes des mammifères marins d'un peu partout au Canada avec un secrétariat situé à l'Institut Maurice-Lamontagne à Mont- Joli (Québec). Les chercheurs collaborent à un vaste éventail de projets pour obtenir de l'information sur la dynamique, l'écologie et la santé des mammifères marins. Pour en savoir davantage, veuillez consulter le site http://www.dfo-mpo.gc.ca/science/coe-cde/cemam/index-fra.html.

Le Centre de recherche environnementale sur les pesticides (CREP) est situé à l'Institut des eaux douces, à Winnipeg. Il est chargé des travaux de recherche axés sur les effets que pourraient avoir les pesticides sur le poisson et son habitat dans les écosystèmes marins et d'eau douce. Les travaux sont entrepris en collaboration avec d'autres ministères fédéraux, et les résultats sont présentés à l'organisme responsable de la réglemention de l'utilisation des pesticides au Canada, l'Agence de réglementation de la lutte antiparasitaire (ARLA).

Le Centre d'expertise pour l'analyse des risques aquatique (CEARA) établi à Burlington en Ontario, concentre ses travaux sur les principales voies d'entrée des espèces aquatiques envahissantes dans les écosystèmes marins et d'eau douce au Canada, dans le but de caractériser les facteurs qui ont une incidence sur l'établissement de ces espèces, et élabore des modèles d'évaluation des risques qui régiront les politiques de gestion futures. http://www.dfo-mpo.gc.ca/science/coe-cde/ceara/index-fra.htm

Le CEARA est lié au Réseau national de recherche sur les espèces aquatiques envahissantes, qui est financé par le Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie, le MPO, Transports Canada et d'autres organismes.

Le Centre de développement et d'application de modèles océaniques (CDAMO) coordonne les activités de développement de modèles informatiques du MPO visant à améliorer et à accroître l'information sur la variabilité des écosystèmes océaniques et marins au large des côtes canadiennes. Au nombre des activités du Centre figure l'élaboration, en collaboration avec Environnement Canada, d'autres organismes et des chercheurs universitaires, d'un système capable de fournir des prévisions nationales sur la température des océans, les courants et la salinité en tenant compte des conditions atmosphériques et de la glace marine.

Le Centre d'expertise sur l'hydroélectricité et ses impacts sur le poisson et l'habitat du poisson (CHIP). Par des partenariats avec l'industrie canadienne de l'hydroélectricité et en collaboration avec le milieu académique, le CHIP établit les priorités et coordonne les activités de recherche du ministère à l'échelle nationale sur les impacts de l'hydroélectricité sur le poisson et l'habitat du poisson. Le Centre s'intéresse particulièrement aux impacts cumulatifs tant en eau douce que sur les milieux côtier et marin.

Le Centre d'expertise sur la sante des animaux aquatiques, recherche et diagnostique (CSAARD) est un réseau virtuel d'experts qui effectue les recherches nécessaires en matière de réglementation pour appuyer le Programme national sur la santé des animaux aquatiques (PNSAA).

Les laboratoires d'expertise en analyse des produits chimiques en milieu aquatique, situés à l'Institut des sciences océanographiques de Sidney, en Colombie-Britannique, et à l'Institut Maurice-Lamontagne de Mont-Joli, au Québec, offrent des services d'analyse courante et de soutien à la recherche.

Le Centre des sciences intégrées de l'aquaculture mènera ses activités dans les locaux de divers instituts, dont la Station biologique de St. Andrews, au Nouveau-Brunswick, et de manière virtuelle au besoin, afin de servir de point de convergence des ressources en recherche pour répondre aux besoins en constante évolution à l'échelle du Canada.

Biotechnologie et génomique

Le Secteur des sciences du MPO contribue à une initiative à grande échelle de codage à barres de l'ADN dans le contexte du Réseau du code à barres canadien de la vie. Ce réseau national de scientifiques s'emploie à mettre au point des technologies ADN et à les appliquer à l'identification des espèces. Les premiers travaux portent sur l'établissement du code à barres de l'ADN des espèces d'importance économique, sociale ou environnementale.

Pour en savoir davantage sur le Secteur des sciences du MPO et ses recherches en biotechnologie et en génomique, consultez le site Web à l'adresse www.dfo-mpo.gc.ca/science/biotech-genom/index-fra.htm.

Attirer les éléments les plus talentueux

Le Secteur des sciences du MPO recrute et forme des candidats hautement qualifiés en vue de se constituer un effectif fondé sur l'excellence scientifique dans une culture scientifique. Nous sommes dans une ère nouvelle caractérisée par une multidisciplinarité dans la science des écosystèmes qui donne aux chercheurs la liberté intellectuelle de collaborer avec des partenaires du Canada et d'ailleurs. Cette culture favorise l'apprentissage continu et le mentorat; met l'accent sur le renforcement de la capacité scientifique et de la capacité de gestion; et tient compte du fait qu'en comblant les lacunes de l'équité en matière d'emploi, on crée un milieu de travail équitable. Pour en savoir davantage sur le travail scientifique à Pêches et Océans Canada, consultez notre site à l'adresse www.dfo-mpo.gc.ca/science/career-carriere/index-fra.html.

Les travaux de recherche publiés par le MPO font l'objet d'un examen rigoureux par des pairs. Pour en savoir davantage sur le Secrétariat canadien de consultation scientifique, consultez le site www.dfo-mpo.gc.ca/csas/Csas/Home-Accueil_f.htm.

Date de modification :