Les océans du Canada maintenant : Écosystèmes de l’Arctique, 2019

Sur cette page

Information sur le document

Illustrations de Karianne Blank

© Sa majesté la reine du chef du Canada, représentée par le ministre des Pêches et des océans du canada, 2019

No DE CAT. Fs23-549/1-2019F-PDF

ISBN 978-0-660-33045-7

Avant-propos

Les océans du Canada maintenant : Écosystèmes de l’Arctique

Les rapports Les océans du Canada maintenant sont des résumés de l’état actuel des océans du Canada et des tendances qu’ils affichent. Ces rapports sont produits tous les quatre ans, du fait de l’engagement du gouvernement du Canada d’informer ses citoyens de l’état actuel des océans du Canada.

Le rapport Les océans du Canada maintenant : Écosystèmes de l’Arctique fournit de nouvelles connaissances et fait état des tendances connues à l’égard des zones marines de l’Arctique canadien. Le rapport est fondé sur les connaissances scientifiques et inuites (Barre latérale : Connaissances des Inuits), ainsi que sur les conclusions fournies par Pêches et Océans Canada, Environnement et Changement climatique Canada, et des universitaires, des cogestionnaires et des collaborateurs territoriaux.

Le présent rapport s’appuie sur les principales conclusions du Rapport technique canadien des sciences halieutiques et aquatiques 3344, État des mers arctiques du CanadaNote de bas de page 1. Le rapport scientifique présente les constatations relatives à l’avancement des connaissances de base sur les écosystèmes marins de l’Arctique canadien et aux réponses observées des écosystèmes aux changements liés à la glace de mer. Les connaissances scientifiques et inuites décrivent l’état actuel et les tendances relatives aux habitats marins, aux espèces et aux réseaux trophiques, le cycle saisonnier des événements (saisonnalité), la variabilité dans le temps et l’espace, et les liens entre les zones océaniques, y compris les zones côtières. Il existe d’importantes lacunes dans la compréhension des milieux et des espèces marins de l’Arctique canadien. Ces lacunes sont mises en évidence dans le rapport et devront être comblées afin de garantir une gestion efficace des écosystèmes. Ces renseignements seront mis à jour dans les rapports à venir, ce qui permettra de fournir un portrait continu de l’état des écosystèmes marins de l’Arctique canadien et des tendances qu’ils affichent.

Connaissances des Inuits

Le terme « connaissances des Inuits » est l’un des nombreux termes utilisés pour décrire les connaissances détenues par les peuples inuits de l’Arctique, qui peuvent aussi être appelées « connaissances écologiques traditionnelles (CET) », « connaissances indigènes » et « Inuit Qaujimajatuqangit (IQ) ».

Dans le présent rapport, nous utilisons le terme « connaissances des Inuits », tel qu’il est utilisé par les gouvernements territoriaux et tel qu’il est connu dans toutes les collectivités inuites de l’Arctique canadien.

Figure 1 : Les principales constatations sont décrites pour l’Arctique canadien indiquée en jaune.
Graphique. Voir description ci-dessous.
Description longue

Une carte de l’océan Arctique et du nord du Canada montre les emplacements mentionnés dans le présent rapport public. La zone marine délimitée en jaune indique d’où proviennent les renseignements inclus dans le présent rapport.

Figure 2 : L’Inuit Nunangat, la terre natale des Inuits, est composée de quatre régions inuites, soit le Nunavut, le Nunavik, le Nunatsiavut et la région désignée des Inuvialuit. La terre, l’eau et la glace de l’Inuit Nunangat font partie intégrante de la culture et du mode de vie des Inuits. Environ 65 000 Inuits vivent dans des collectivités réparties un peu partout dans les régions.
Graphique. Voir description ci-dessous.
Description longue

Une carte de l’Inuit Nunangat, la terre d’origine des Inuits, montre quatre régions inuites en nuances de jaune et de gris, ainsi que leurs zones marines correspondantes. L’emplacement précis des 51 collectivités arctiques du Canada est montré dans chacune des régions inuites.

1 État de l’océan Arctique canadien

L’Arctique canadien possède la plus grande superficie océanique du pays. Il s’étend sur 30 degrés de latitude, de la baie James au plateau polaire, et couvre un large éventail d’environnements océaniques et côtiers ainsi que leurs écosystèmes interreliés (figure 1). La superficie de l’océan Arctique du Canada couvre 41 % de la superficie terrestre du pays, ce qui en fait une vaste région à comprendre et à gérer. Les nombreuses îles et les longues côtes sont des régions où la glace de mer peut geler solidement attachée à la terre, et cet environnement est essentiel à la survie et à la culture des Inuits. Aucune autre région polaire ne comporte autant de glace attachée à la terre. Voir la figure 3 pour obtenir de plus amples renseignements sur l’envergure et les différents types d’habitats de l’Arctique canadien.

Figure 3 : Eaux de l’Arctique canadien – une terre de glace et d’eau.
Graphique. Voir description ci-dessous.
Description longue

Un infographique montre une scène côtière simplifiée de l’Arctique canadien, accompagnée de différents faits écrits dans des bulles bleues et ailleurs dans l’image. Une figure humaine se tient près d’une petite collectivité sur le littoral, et un béluga nage à proximité de la glace côtière. Plusieurs îles et des morceaux de glace sont illustrés dans l’eau. Dans le haut de l’infographique, la vue du ciel de jour et la vue du ciel de nuit sont séparées. Le ciel de gauche a un soleil; il est jaune et des oiseaux y volent. Le ciel de droite est noir; il comprend des aurores boréales et une lune.

  • Saisons extrêmes avec des périodes de
    • 24 h de lumière en été
    • 24 h de noirceur en hiver
  • Superficie océanique totale de 4 millions de km2
  • Correspond à 41 % de la superficie terrestre du Canada
  • En été, environ 30 % de toute la vieille glace de l’océan Arctique se trouve dans les eaux canadiennes.
  • Zone océanique du plateau continental de 3,2 millions de km2 (excluant les îles)
  • Plus de 70 % du littoral du Canada se trouve dans l’Arctique.
  • Plus de 176 000 km de côtes continentales du Yukon au Labrador.
  • 94 grandes îles et environ 36 470 petites îles
  • 51 collectivités, plus de 70 000 habitants
  • La majorité sont des Inuits
  • La glace de mer, qui est en pleine transformation, a une
  • influence sur toute forme de vie.
Figure 4 : Les effets des changements climatiques ne se manifestent pas seuls; ils interagissent et entraînent des résultats complexes pour les écosystèmes marins.
Graphique. Voir description ci-dessous.
Description longue

Un infographique montre une scène côtière simplifiée de l’Arctique canadien, qui présente les divers types d’effets des changements climatiques sur les écosystèmes. Sur la rive sont illustrées une petite collectivité et une maison en train de glisser près de la ligne de flottaison en raison de l’érosion le long de la côte. Un omble chevalier nageant d’une rivière d’eau douce à l’océan, et un rivage érodé qui pourrait bloquer son passage, figurent sur l’image. Un épaulard croise plusieurs morceaux de glace sur son chemin alors qu’il entre dans l’Arctique. Quatre bivalves sont illustrés près du rivage, à côté d’une flèche descendante indiquant des niveaux de pH inférieurs. Un flétan du Groenland et une crevette se trouvent au large de la côte. L’eau de couleur plus foncée indique une eau plus profonde. Une flèche pointant vers le haut représente une remontée d’eau profonde vers la côte. Plusieurs morues arctiques se trouvent dans l’eau profonde, à proximité d’un groupe de plancton. Au loin, on voit un navire de croisière avec des symboles du bruit qui en émane, se dirigeant vers un béluga qui s’éloigne. Des oiseaux survolent la scène sur fond de coucher de soleil. Un encadré foncé surplombe la scène côtière du Canada arctique. Il comprend un texte décrivant les répercussions directes et indirectes des changements climatiques sur l’écosystème. Des icônes qui décrivent chaque donnée apparaissent près du texte.

  • Les changements climatiques influent directement et indirectement :
    • Conditions environnementales favorables à la vie
    • Changements multiples dans les habitats de glace et d’eau
  • Facteurs de stress environnementaux
    • Eaux acidifiées
    • Affaissement et érosion des côtes
    • Trafic maritime
  • Fonctionnement des écosystèmes
    • Changements multiples dans les interactions entre espèces
  • Les moteurs de ces changements proviennent de l’intérieur et de l’extérieur de l’Arctique canadien.
  • Remontée d’eau profonde
  • pH

Il est difficile d’informer les citoyens canadiens de l’état actuel des eaux de l’Arctique canadien. L’Arctique connaît des changements à l’échelle mondiale, mais le type et la vitesse des changements ne sont pas les mêmes partout. Il est nécessaire de comprendre l’état des écosystèmes de l’Arctique canadien pour expliquer et gérer les conditions actuelles et les changements futurs. L’état d’un écosystème décrit les conditions à un endroit précis – tant les conditions normales que leur évolution dans le temps. Il y a beaucoup à apprendre sur les eaux de l’Arctique canadien et, à de nombreux endroits, il y a peu d’information sur les changements qui touchent les environnements, les réseaux alimentaires et la biodiversité (Barre latérale : Information requise). Les connaissances des Inuits fournissent la plus longue perspective acquise au fil du temps. Ces précieuses connaissances éclairent notre compréhension des zones côtières, surtout là où les Inuits vivent depuis des milliers d’années (figure 2).

Il est plus difficile de déterminer l’état des eaux de l’Arctique canadien que celui des autres océans du Canada. Il y a eu peu de surveillance scientifique soutenue et à long terme des conditions océaniques et des espèces dans l’Arctique canadien. Par conséquent, les preuves scientifiques permettant de déterminer, d’expliquer et de prédire les changements liés aux écosystèmes de l’Arctique canadien sont limitées. Les connaissances des Inuits et la recherche scientifique documentent les conditions variables (fluctuantes) du milieu marin. Les différences d’une année à l’autre sont normales, mais des changements qui s’éloignent de la variation normale surviennent également.

Les changements observés et mesurés dans les eaux de l’Arctique canadien sont directement ou indirectement liés aux changements climatiques (figure 4). Les changements climatiques permettent également à d’autres facteurs de stress d’influer sur les écosystèmes marins (Barre latérale : Stress écosystémique). L’évolution de la glace de mer, qui est surveillée par satellite depuis les années 1970, témoigne clairement de la situation climatique. Les changements liés à la glace de mer ont une incidence sur tous les aspects de l’écosystème.

Les espèces et les environnements ne réagissent pas indépendamment aux changements climatiques ou à tout autre facteur de stress. Il existe une forte interconnexion entre les écosystèmes, les environnements et les espèces qui y vivent. Le présent rapport présente les nouvelles connaissances et les tendances ciblées au cours des cinq dernières années pour les thèmes écosystémiques (figure 5) qui sont tous touchés par l’évolution de la glace de mer. Les conclusions présentées dans ce rapport sont fondées sur les connaissances scientifiques et inuites, qui sont toutes deux nécessaires pour fournir des renseignements liés aux écosystèmes à l’appui de la gestion de l’océan et de ses ressources. La figure 6 fournit des détails sur la cogestion et la nécessité d’obtenir plus d’information pour mieux connaître l’état des milieux marins dans l’Arctique canadien.

Figure 5 : Les cinq thèmes explorés dans ce rapport donnent un aperçu de l’importance de la glace de mer pour la vie dans les écosystèmes marins de l’Arctique canadien.
Graphique. Voir description ci-dessous.
Description longue

Plusieurs cercles reliés sont montrés. Le cercle du centre, qui représente la glace de mer, est bordé de jaune. Cinq cercles entourent le cercle central, et des flèches partant du cercle central pointent vers les cercles périphériques. Des lignes figurent entre chacun des cinq cercles périphériques afin d’indiquer qu’ils sont reliés. Les cercles périphériques montrent des scènes représentant chacun des cinq thèmes décrits dans ce rapport : habitats et réseaux trophiques, variabilité, caractère saisonnier, écosystèmes côtiers et connectivité. Le graphique visuel démontre à quel point la glace de mer est importante pour la vie et est étroitement liée aux cinq thèmes.

Information requise

Certaines zones marines de l’Arctique canadien n’ont jamais été étudiées. Les efforts visant à accroître nos connaissances sur la biodiversité de l’Arctique canadien (p. ex. les poissons hauturiers) ont permis de documenter de nouvelles espèces. Mais ces espèces sont-elles nouvelles dans l’Arctique canadien ou ont-elles seulement été découvertes pour la première fois?

Dans de nombreuses zones, des renseignements sont très rarement recueillis. Par exemple, il peut s’écouler plus de 10 ans entre les relevés des populations de mammifères marins comme le béluga de la mer de Beaufort ou le morse du Haut-Arctique.

Figure 6 : La protection des espèces marines de l’Arctique canadien et de leurs habitats dépend de l’utilisation de renseignements vérifiés. Dans l’Arctique canadien, la prise de décisions implique des partenariats qui exigent le recours aux connaissances scientifiques et inuites.
Graphique. Voir description ci-dessous.
Description longue

Un infographique montre une image simplifiée d’un Inuk et d’un scientifique se tenant debout sur de la glace de mer, sur le bord de l’eau. Il y a deux trous dans la glace, un près de chaque personne. L’Inuk tient une ligne avec un poisson au-dessus du trou dans la glace, alors que le scientifique tient une ligne avec un dispositif d’échantillonnage au-dessus de l’autre. Un coucher de soleil est visible en arrière-plan. De chaque côté de la scène centrale se trouvent des cases bleues contenant des renseignements textuels et des icônes. En haut à gauche se trouve un graphique simplifié; en bas à gauche se trouvent quatre icônes d’espèces et d’habitats de l’Arctique simplifiés. En bas à droite se trouvent des icônes représentant un béluga et un omble chevalier.

  • Les connaissances sur les écosystèmes de l’Arctique sont fragmentaires et intermittentes.
  • Amélioration des connaissances nécessaires à la gestion globale des principaux changements liés aux écosystèmes
  • La gestion du changement exige le recours aux connaissances scientifiques et inuites.
  • Cogestion
  • Gestion des ressources renouvelables fondée sur des ententes entre les Inuits et les gouvernements du Canada, des provinces et des territoires
  • Les connaissances et les pratiques des Inuits sont nécessaires pour cogérer les stocks de poissons et de mammifères marins.

Stress écosystémique

Les changements climatiques constituent le plus grand facteur de stress d’origine humaine ayant une incidence sur l’Arctique canadien. Ils influent directement ou indirectement sur d’autres facteurs de stress d’origine humaine dans le milieu marin, y compris la navigation, la présence de microplastiques et de contaminants, le développement des ressources naturelles, ainsi que la pêche commerciale. Il faut détenir des connaissances sur les espèces et leur environnement pour gérer les effets actuels et futurs des changements climatiques et des facteurs de stress connexes dans l’Arctique canadien.

2 Glace de mer

La glace de mer est la caractéristique la plus influente dans les eaux marines de l’Arctique. La glace de mer est une composante des habitats océaniques de l’Arctique qui influe sur les interactions entre les espèces qui y vivent, ainsi que sur la vie quotidienne des collectivités arctiques. Toutes les glaces de mer ne sont pas identiques. Deux catégories importantes sont la glace saisonnière (se forme et fond au cours d’une année) et la glace pluriannuelle ou vieille glace (survit durant au moins deux étés). La glace de mer située à plus de 50 km des côtes se déplace habituellement toute l’année (banquise mobile). Plus près de la rive, la glace de mer s’attache à la terre (banquise côtière) et reste généralement fixée en place. La glace de mer est une importante voie de déplacement dans l’Arctique. Elle est utilisée par les chasseurs des collectivités pour accéder à la lisière de la banquise, la limite de la banquise côtière où la banquise mobile a été emportée par le vent.

Figure 7 : Les écosystèmes marins de l’Arctique canadien sont adaptés à un environnement caractérisé par la présence de la glace de mer.
Graphique. Voir description ci-dessous.
Description longue

Un infographique illustre les différentes façons dont la glace de mer est en train de changer dans l’Arctique canadien et central. Une carte du Haut-Arctique canadien est présentée dans un cercle. En haut à gauche se trouvent des icônes indiquant les changements qui se produisent dans le centre de l’océan Arctique, dont un calendrier avec des gouttes d’eau, des morceaux de glace de mer se transformant en glace de mer plus petite et plus fragile, et des flèches indiquant des vents et des courants d’eau qui déplacent la glace. Une flèche pointe vers le haut de l’Arctique canadien, où un refuge de glace est décrit. En bas à gauche se trouvent des icônes indiquant les changements dans l’Arctique canadien, y compris un calendrier avec des gouttes d’eau et un Inuk debout sur le bord de la glace près de plusieurs morceaux de glace de mer. Deux flèches vers le bas indiquent un amincissement de la glace de mer. En bas à droite se trouve un morceau de glace de mer accompagné de texte décrivant l’épaisseur de la vieille glace.

  • Centre de l’océan Arctique
  • Fonte plus tôt, gel plus tard
  • Perte importante de vieille glace
  • Couverture de glace plus fragile et plus mobile
  • Les vents et les courants poussent la vieille glace vers les eaux canadiennes.
  • Arctique canadien
  • Fonte plus tôt, gel plus tard
  • Emplacements des lisières de glace documentés par les connaissances des Inuits
  • La glace de mer s’amincit.
  • 40 cm par décennie sur le profond bassin Canada
  • Moins de 10 cm par décennie sur le plateau continental peu profond
  • Refuge de glace
  • On s’attend à l’avenir à ce que ça soit le seul endroit dans l’Arctique où l’on puisse observer de la glace de mer estivale.
  • L’épaisseur de la vieille glace n’a pas changé depuis les années 1970 dans certaines parties du Haut-Arctique canadien.

La glace de mer influe sur la façon dont l’atmosphère interagit avec l’océan. Par exemple, les vents forts ne créent pas de grosses vagues en présence de la glace de mer. En absence de glace, les vagues peuvent éroder les rives de l’Arctique. La glace est une plate-forme pour les ours polaires et les phoques, et la glace elle-même abrite une vie microscopique diversifiée, y compris des algues de glace. La glace de mer a une incidence sur le mouvement des espèces et le trafic maritime puisqu’elle permet ou empêche la mobilité. Elle contrôle également le moment des événements annuels, comme la croissance du phytoplancton (plantes microscopiques qui vivent dans l’eau), l’alimentation de l’omble chevalier dans l’océan, ou le moment où certaines baleines quittent l’Arctique pour l’hiver. La glace de mer influe sur les cycles de vie, sur la façon dont l’énergie est transférée par les réseaux trophiques océaniques et sur la façon dont les espèces interagissent les unes avec les autres. Lorsque la glace de mer change, les écosystèmes changent aussi.

Les changements de la glace de mer dans l’Arctique canadien ne sont pas les mêmes à tous les endroits, et chaque type de glace change de façons différentes. La glace de mer s’amincit plus rapidement dans les zones d’eau profonde (bassin Canada) que dans les zones d’eau moins profonde (figure 7). Une perte importante de vieille glace pluriannuelle a été observée dans l’océan Arctique. Cependant, comme les vents transportent la vieille glace de l’océan Arctique jusqu’à la frontière nord de l’Arctique canadien, la perte globale de vieille glace est plus faible dans l’Arctique canadien. On trouve de la vieille glace le long du plateau continental polaire au nord et autour des îles du Haut-Arctique canadien. De nouveaux efforts de conservation sont axés sur la frontière nord du Canada, puisqu’il est reconnu qu’il s’agira probablement du dernier endroit dans tout l’Arctique où il sera possible d’observer de la glace de mer pendant l’été.

Principales constatations : Glace de mer

3 Habitats et réseaux trophiques

Les habitats des eaux de l’Arctique canadien sont diversifiés et comprennent la glace de mer, les différentes couches d’eau et le fond marin. Ces habitats varient selon les emplacements géographiques. La glace de mer saisonnière et pluriannuelle est importante pour les espèces qui vivent sur la glace, dans la glace et sous la glace (Encadré : Les ours polaires et le déclin de la glace de mer). Certaines espèces vivent également sur les fonds marins et à l’intérieur de ceux-ci. Dans certaines parties de l’Arctique canadien, près de 60 % des espèces qu’on s’attend à trouver sur le plancher océanique n’ont pas encore été découvertes (Barre latérale : Découverte de vers).

Les changements liés à la glace de mer et à l’eau de l’Arctique et des océans environnants ont une incidence sur les habitats et les réseaux trophiques de l’Arctique canadien. L’eau elle-même représente des habitats différents d’est en ouest, de même que des côtes et estuaires peu profonds aux eaux plus profondes du large et des bassins profonds. L’habitat aquatique (la colonne d’eau) n’est pas le même de haut en bas. L’océan est constitué de couches qui ont toutes des conditions et des origines différentes (figure 8). Les vents et les courants océaniques peuvent mélanger les couches et modifier les conditions de l’habitat, parfois pour une courte période (de quelques jours à quelques semaines). À mesure que les couches d’eau changent, l’habitat océanique change, ce qui a une incidence sur les poissons marins et d’autres espèces qui préfèrent des couches et des conditions d’eau particulières.

À l’heure actuelle, les changements connus de l’eau de mer dans l’Arctique canadien sont liés à la chimie et à l’approvisionnement en nutriments. Dans différentes régions de l’Arctique canadien, l’eau de mer est devenue plus acide au cours des 10 à 20 dernières années. Bien que cette eau « acidifiée » ne soit pas nocive pour l’homme, la baisse du pH peut endommager les coquilles de certaines espèces, notamment celle des escargots, et peut créer un environnement plus stressant pour les poissons et les invertébrés. Une plus grande quantité de dioxyde de carbone (CO2) pénètre dans les invertébrés. Une plus grande quantité de dioxyde de carbone (CO2) pénètre dans l’océan Arctique. La présence d’une plus grande quantité de CO2 dans l’eau, combinée aux courants océaniques qui emprisonnent la fonte des glaces et l’eau des rivières, entraîne une acidification plus élevée dans le bassin Canada qu’ailleurs dans l’Arctique canadien.

Les conséquences des changements de l’état des glaces et de l’eau sur les réseaux trophiques ne sont pas bien connues dans les différents habitats. S’il y a plus d’habitats en eau libre, cela signifie que le réseau trophique marin peut être soutenu par une croissance accrue des plantes microscopiques présentes dans l’eau (phytoplancton) et moins par celles qui se trouvent dans la glace de mer (algues de glace). Cependant, les changements liés à la disponibilité des éléments nutritifs, et notamment des nitrates – un élément nutritif essentiel utilisé par le phytoplancton – peuvent soutenir ou limiter les augmentations du phytoplancton. Compte tenu des multiples conditions changeantes, il n’est pas possible de dire que la présence de phytoplancton augmente ou diminue systématiquement ni que tous les emplacements marins de l’Arctique canadien changent de la même façon. Dans la baie de Cumberland, les algues présentes dans la colonne d’eau constituent une source d’énergie de plus en plus importante pour le réseau trophique, les algues de glace fournissant moins d’énergie. Les études sur l’alimentation du béluga, du phoque annelé, du flétan noir et de l’omble chevalier de la baie de Cumberland indiquent également des changements dans l’abondance et les types d’espèces proies disponibles dans le réseau trophique (figure 9).

Figure 8 : Couches océaniques dans l’Arctique canadien. Les éléments nutritifs qui soutiennent le réseau trophique pénètrent dans les eaux de l’Arctique canadien par l’eau des océans Pacifique et Atlantique. Les processus qui déplacent les nutriments de la couche du Pacifique à la couche de l’Arctique sont très importants pour alimenter les réseaux trophiques marins de l’Arctique.
Graphique. Voir description ci-dessous.
Description longue

Un graphique simplifié montre les couches océaniques dans l’Arctique canadien. Quatre cellules empilées verticalement apparaissent en quatre nuances de bleu et textures à différentes profondeurs. La cellule du bas, la plus foncée, montre une eau centenaire à une profondeur de plus de 3 000 mètres. Au-dessus se trouve la couche de l’Atlantique, à des profondeurs allant de 350 à 3 000 mètres. Au-dessus de celle-ci se trouve la couche du Pacifique, à des profondeurs allant de 75 à 350 mètres. La couche la moins profonde, en haut du graphique, est la couche de l’Arctique à des profondeurs allant de 0 à 75 mètres.

Figure 9 : L’énergie circule dans les réseaux trophiques, reliant la vie microscopique aux mammifères marins et aux humains. Les changements liés à la glace de mer peuvent influer sur l’écoulement et la qualité de la nourriture dans les réseaux trophiques marins de l’Arctique canadien.
Graphique. Voir description ci-dessous.
Description longue

Un infographique illustre les répercussions de la glace de mer changeante sur les réseaux trophiques marins. Un assortiment de photos et d’images simplifiées est affiché sur une carte d’une partie du Canada arctique. En haut à gauche se trouve une photo, prise dans la baie d’Hudson, d’un ours blanc dont les pattes sont tachées d’orange après avoir mangé des œufs. Elle est accompagnée de texte décrivant la scène au-dessus dans une case blanche. Il y a trois grosses bulles bleues au milieu de l’infographique. La bulle de gauche montre une icône d’ours blanc en santé avec une flèche pointant vers un ours blanc plus maigre qui affiche une perte de graisse corporelle. La deuxième bulle montre une icône partielle de béluga avec une morue et un capelan. La troisième bulle montre des icônes de glace de mer avec des algues vertes qui poussent au fond, ainsi que des taches vertes en eau libre représentant le phytoplancton. Une flèche entre les deux types d’algues indique une transition des algues de glace au phytoplancton. À partir des algues de glace, une petite flèche pointe vers un flétan et une grosse flèche pointe vers le même flétan à partir du phytoplancton. La scène simplifiée dans la troisième bulle représente un réseau trophique en plein changement. La deuxième et la troisième bulle sont toutes deux dotées de flèches pointant vers la baie de Cumberland, à l’extrémité nord-est de la carte de l’Arctique. Dans le coin inférieur droit se trouve une photo du navire Nuliajuk dans la baie de Cumberland et d’un crâne de baleine boréale. Dans le coin inférieur gauche se trouve une case blanche contenant une icône jaune affichant un point d’interrogation, qui représente les principaux éléments inconnus.

  • Ours polaire de la baie d’Hudson aux pattes tachées d’œufs. Les ours mangent plus d’œufs lorsqu’ils n’ont pas accès à leur proie préférée, le phoque.
  • Groenland
  • Baie de Baffin
  • Île de Baffin
  • Baie Cumberland
  • La diminution de la qualité et de la disponibilité de la nourriture fait réduire la graisse corporelle de certaines espèces.
  • Les poissons prédateurs et les mammifères se nourrissent de proies différentes dans certaines régions.
  • L’écosystème passe d’un réseau trophique soutenu par la glace (algues de glace) à un réseau trophique soutenu par les eaux libres (phytoplancton).
  • Le Naliajuk au mouillage dans la baie de Cumberland et un crâne de baleine boréale comme vestige d’une ancienne station baleinière
  • Principaux éléments inconnus
  • Les réseaux trophiques changent-ils dans l’Arctique canadien?
  • Les changements du réseau trophique affaibliront-ils les écosystèmes?

Les ours polaires et le déclin de la glace de mer

Près de 20 ans de recherche démontrent les effets qu’ont les changements climatiques sur l’ours polaire, le prédateur le plus charismatique de l’Arctique. Les ours polaires de l’ouest et du sud de la baie d’Hudson sont en moins bonne santé en raison du déclin de la glace de mer et de l’accès réduit à la glace de mer et aux phoques.

Pour en savoir plus

Découverte de vers

En 2013, des millions de vers tubicoles ont été découverts sur des volcans de boue actifs dans la partie canadienne de la mer de Beaufort (à une profondeur de 280 à 740 mètres). Les volcans, d’une largeur de 600 à 1 100 mètres et d’une hauteur de 30 mètres, crachent de la boue et des gaz chauds, y compris du méthane. Les vers n’ont ni œil ni estomac. Pour survivre, ils utilisent les gaz des volcans comme source d’énergie (chimiosynthèse), probablement en combinaison avec des bactéries qui vivent dans leur corps. Cette découverte concerne la première et la seule communauté chimiosynthétique vivante connue dans les eaux de l’Arctique canadien. La communauté similaire la plus proche se trouve dans l’Arctique norvégien.

Qu’allons-nous découvrir d’autre dans l’Arctique canadien?

Principales constatations : Habitats et réseaux trophiques

Changements dans l’habitat

Changements du réseau trophique

4 Caractère saisonnier

L’Arctique canadien subit des changements saisonniers extrêmes – 24 heures d’obscurité et couverture de glace en hiver, et 24 heures de lumière du jour et couverture de glace réduite en été. Les espèces marines et les humains qui vivent dans l’Arctique canadien se sont adaptés au cycle annuel. Les collectivités côtières s’adaptent aux changements saisonniers. Les gens savent comment se rendre sur les territoires de chasse et quand ils peuvent s’attendre à trouver différents poissons et mammifères marins dans leur région (Barre latérale : Inventaire des connaissances). Cependant, le cycle annuel des événements change et les écosystèmes marins ne se comportent pas toujours comme prévu.

La principale raison expliquant les changements saisonniers qui surviennent dans les écosystèmes marins de l’Arctique est le raccourcissement de la période de couverture de glace. La glace de mer se dégage ou fond plus tôt dans l’année. Ce changement influe sur le moment des événements du cycle de vie (p. ex. la mise bas, l’alimentation, la migration). Le prolongement de la période d’eaux libres influe sur les algues de glace et le phytoplancton à la base des réseaux trophiques (Encadré : L’océan en fleurs). Bien que ces changements influent probablement sur l’ensemble du réseau trophique, on ne sait pas très bien comment les individus et les espèces, ainsi que les interactions entre espèces, seront touchés (figure 10).

Le prolongement de la période d’eaux libres peut être bénéfique ou nuisible aux poissons, aux mammifères marins et aux oiseaux, selon leur capacité d’adaptation et leurs interactions avec d’autres espèces. Bon nombre d’entre elles sont des espèces de subsistance importantes pour les peuples autochtones de l’Arctique canadien (figure 11). Des espèces comme l’eider à duvet (canard de mer) peuvent tirer profit d’une adaptation permettant l’éclosion de leurs œufs juste avant les conditions d’eaux libres. Les canetons peuvent alors se nourrir en eaux libres quelques jours seulement après l’éclosion, ce qui augmente leurs chances de survie. Au cours des 20 à 30 dernières années, les mammifères marins étudiés dans la mer de Beaufort ont réagi différemment aux changements liés à l’étendue et à la persistance de la glace de mer. Certaines études indiquent que la santé des jeunes baleines boréales s’est améliorée au fil du temps, mais que la santé du phoque annelé et du béluga pourrait s’être détériorée (Encadré : Phoque annelé de la baie d’Hudson). D’autres recherches sont nécessaires pour surveiller comment les populations de mammifères marins continueront de réagir aux changements relatifs aux saisons arctiques.

Inventaire des connaissances

La relation étroite entre les collectivités côtières du Nunavut et les changements saisonniers qui touchent l’océan se reflète dans les données de l’Inventaire des ressources côtières du Nunavut, un projet dirigé par le gouvernement du Nunavut pour documenter les connaissances des Inuits sur les poissons côtiers et marins, les mammifères marins, les oiseaux, les plantes et les invertébrés. Les collectivités du Nunavut subissent actuellement les conséquences des changements de l’état des glaces de mer.

Figure 10 : La base du réseau trophique est constituée d’animaux et de plantes microscopiques qui fournissent l’énergie qui circule dans le réseau trophique. Ces minuscules espèces réagissent rapidement aux conditions des glaces de mer.
Graphique. Voir description ci-dessous.
Description longue

Un infographique montre une scène simplifiée de l’écosystème de l’océan Arctique. À gauche, une figure humaine se tient sur le bord de la glace, avec du texte sous l’image. Sous la glace se trouvent des algues de glace vertes, en dessous desquelles se trouve un réseau trophique simplifié avec une flèche montante pointant vers la figure humaine. Le réseau trophique se compose d’icônes représentant un béluga, une morue arctique, une crevette, du plancton et du phytoplancton. Au centre de l’infographique se trouvent cinq bulles ombragées contenant du texte qui décrit la façon dont la floraison d’algues se forme et se transforme. Des flèches vont des deux bulles du haut vers la bulle du milieu, et de la bulle du milieu vers les deux bulles du bas. Du côté droit de l’image, il y a une autre lisière des glaces avec des algues de glace vertes sous la glace. On voit une petite carte qui indique l’emplacement du plateau du Mackenzie au moyen d’un cercle; il y a également des lignes pointillées qui pointent vers la floraison à la lisière des glaces ainsi que des données sur les niveaux de nutriments. À côté de la carte se trouve une flèche montante pointant vers la lisière des glaces, assortie du texte « NO3 », indiquant le déplacement de l’eau riche en nutriments vers la surface.

  • Le moment de la fonte des glaces influe sur le moment, l’emplacement et les espèces qui forment les floraisons algales.
  • Comment les floraisons changeantes influent-elles sur le reste du réseau trophique?
  • Algues de glace et phytoplancton
    Plantes microscopiques qui ont besoin de lumière et de nutriments pour pousser
  • Nitrate (NO3)
  • Un nutriment important dans l’océan
    Floraison algale
  • Se produit au moment et aux endroits où les conditions de lumière et d’éléments nutritifs sont les meilleures.
  • Les floraisons sont des événements clés qui soutiennent le réseau trophique.
  • Les floraisons surviennent plus tôt et les nutriments sont épuisés plus tôt.
  • Les floraisons à la lisière des glaces sont susceptibles d’augmenter.
  • Sur le plateau du Mackenzie, les eaux riches en nutriments se sont rapprochées de la surface et la présence de phytoplancton a augmenté.

L’océan en fleurs

Les floraisons phytoplanctoniques de courte durée sont des événements importants dans les eaux de l’Arctique canadien. De nombreuses espèces coordonnent leur reproduction et leur alimentation avec le moment de la floraison. Le moment et l’emplacement des floraisons sont fortement contrôlés par la glace de mer et la couverture de neige. Les floraisons à la lisière des glaces peuvent avoir des effets différents sur les nutriments et le réseau trophique selon que la lisière des glaces est située au-dessus d’un bassin profond ou d’une zone moins profonde (plateau continental).

Pour en savoir plus

Les phoques annelés et la fonte de la glace de mer

Le phoque annelé n’est pas en mesure de terminer sa mue (perte et repousse des poils) lorsque la débâcle survient de façon extrêmement précoce. Les températures élevées de l’océan peuvent également faire en sorte que les phoques aient trop chaud et causer un comportement inhabituel qui les expose à un risque accru de prédation. Par exemple, l’année très chaude de 2010 a entraîné des problèmes de santé chez le phoque annelé vivant dans la baie d’Hudson. Les phoques ont subi un stress accru et ont donné naissance à moins de petits au cours des années suivantes.

Pour en savoir plus

Figure 11 : Les espèces utilisées par les Inuits à des fins alimentaires ou autres (espèces de subsistance) sont d’une grande importance dans les écosystèmes de l’Arctique. Pour prendre soin de ces espèces, il est nécessaire de comprendre comment l’évolution de la glace de mer aura une incidence sur leurs déplacements, leur santé et leurs populations.
Graphique. Voir description ci-dessous.
Description longue

Un infographique montre quelques exemples des répercussions que les changements de la saison des glaces ont sur les espèces de subsistance. On retrouve trois cases montrant trois domaines d’impact et contenant divers icônes et renseignements à leur sujet. On voit en haut à gauche une collectivité et une figure humaine qui conduit une motoneige et un traîneau en bordure de la glace de mer, et de nombreux morceaux de glace de mer. En bas à gauche se trouve une case portant sur la zone côtière de la mer de Beaufort, avec une icône d’omble chevalier adjacente à une carte centrale simplifiée de l’Arctique canadien. La zone côtière de la mer de Beaufort est surlignée en bleu marin, le long de la côte ouest. À droite se trouve une case portant sur la baie d’Hudson, avec une icône d’un phoque annelé sur un floe à côté d’un ours blanc sur la rive. Derrière l’ours blanc se trouve un bébé ours blanc qui a disparu. Une icône de béluga est visible dans l’eau au milieu de l’infographique. Un eider à duvet mâle est en train de voler vers un morceau de glace de mer où nichent un eider femelle et un bébé. La carte centrale de l’Arctique canadien met en surbrillance marine la baie d’Hudson.

  • La glace se dégage plus tôt en été et revient plus tard en automne dans l’Arctique canadien.
  • Dans tout l’Arctique canadien, il est plus difficile pour les collectivités d’accéder en toute sécurité à la glace de mer.
    Baie d’Hudson
  • Il est possible que le phoque annelé ne puisse pas terminer sa mue printanière sur la glace, ce qui peut nuire au niveau de stress et à la survie des petits.
  • Les ours polaires de la baie d’Hudson sont en déclin et passent plus de temps sur la terre ferme, où ils n’ont pas accès aux phoques.
  • Les bélugas migrent plus tôt dans la baie d’Hudson et repartent plus tard.
  • Les ours mangent plus d’œufs d’eider à duvet, mais une saison de reproduction plus longue avec moins de glace de mer suggère que les populations d’eiders pourraient demeurer stables.
  • Zone côtière de la mer de Beaufort
  • Certains ombles migrent plus tôt vers les eaux océaniques.
  • Il est bénéfique pour eux de se nourrir plus longtemps dans l’eau de mer.

Principales constatations : Caractère saisonnier

Changements dans l’ensemble du réseau trophique :

Réponses aux changements saisonniers :

5 Variabilité des écosystèmes

Les conditions environnementales observées dans l’Arctique canadien diffèrent d’une année à l’autre et d’une décennie à l’autre. Cette variabilité est une caractéristique normale causée par les changements atmosphériques. La configuration des vents et la pression atmosphérique ont des effets directs sur l’océan et la glace de mer. Ces conditions peuvent survenir sur de longs cycles et afficher des températures plus élevées ou plus basses et des vents plus ou moins forts sur une période allant de 2 à 20 ans, par exemple. Il est essentiel de comprendre l’étendue de cette variabilité naturelle pour faire la distinction entre les conditions variables normales de l’Arctique canadien et les nouvelles tendances liées aux changements climatiques.

Les données satellitaires fournissent 40 ans d’information sur la présence de la glace de mer. La température de l’air, les régimes atmosphériques et les conditions du vent ont également été surveillés dans différentes régions de l’Arctique pendant de nombreuses années. Grâce à ces données à long terme, les cycles prévus des courants océaniques sont également connus. Par exemple, les couches d’eau de surface tournent en un grand cercle au-dessus du profond bassin Canada. Cette eau en rotation est appelée le tourbillon de Beaufort. Les cycles atmosphériques font généralement en sorte que la rotation du tourbillon passe du sens horaire au sens antihoraire tous les cinq à dix ans. Cependant, le tourbillon de Beaufort tourne dans le sens horaire depuis les 19 dernières années (en date de 2017). En conséquence, l’eau douce des rivières et de la fonte des glaces s’est accumulée dans le tourbillon. Il y a maintenant environ 33 % d’eau douce de plus dans le tourbillon qu’en 2003. L’eau douce accumulée crée une barrière aux nutriments retenus dans la couche d’eau plus profonde de l’océan Pacifique (figure 8) et les eaux de surface plus douces deviennent naturellement plus acides.

La variabilité naturelle de la vie marine dans les eaux de l’Arctique canadien n’est pas aussi bien connue. On dispose de peu d’information sur les changements qui surviennent au sein des populations au fil du temps, ainsi que sur les changements liés à la répartition des individus ou des groupes d’espèces. Les espèces pêchées commercialement, comme le flétan noir et la crevette, sont étudiées chaque année dans la baie de Baffin et le détroit de Davis afin de comprendre la variabilité de ces espèces particulières. Les populations sont variables, mais globalement stables (figure 12). Des écosystèmes complets, du phytoplancton aux baleines, peuvent être très différents pendant une seule année (Encadré : Une année différente). Il est important de savoir si les années de faible abondance de la morue arctique ou de répartition inattendue des bélugas deviennent plus courantes pour prédire les changements futurs.

Figure 12 : Il existe des tendances démographiques connues pour certains poissons et mammifères marins commerciaux et de subsistance dans l’Arctique canadien. Les tendances relatives aux espèces dont ils se nourrissent ne sont pas connues.
Graphique. Voir description ci-dessous.
Description longue

Un infographique sous forme de carte montre les répercussions que les liens avec les environnements avoisinants ont sur les espèces et l’environnement. Une carte de l’Arctique est en arrière-plan et plusieurs bulles d’information sont affichées. Le Groenland se situe en haut de la carte. Dans le coin supérieur gauche se trouve une légende montrant des cases orange, jaunes et grises. Elles indiquent, respectivement, des zones permanentes, été-automne et hiver-printemps utiles pour les prédateurs mobiles. Plusieurs sections apparaissent sur la carte de l’Arctique en orange, en jaune et en gris pour indiquer des changements dans les routes migratoires des prédateurs mobiles d’une saison à l’autre. À l’extrême gauche de la carte, le long de la côte du Pacifique, se trouve une flèche bleu foncé pointant vers le nord en direction de l’océan Arctique. Elle indique le déplacement des nutriments de l’océan Pacifique vers l’océan Arctique. Une bulle bleue surplombe l’Alaska, et une ligne pointillée pointe vers la flèche du Pacifique pour indiquer un déplacement de l’eau acide du Pacifique. Dans la partie supérieure centrale de la carte, une bulle blanche affiche une icône de requin du Groenland avec une flèche sur la carte qui illustre la migration du détroit de Jones vers le nord du Groenland. Une bulle blanche au milieu de la carte montre une icône d’Eider royal avec une flèche vers le nord pointant le Groenland. À sa droite, une flèche pointe vers le bas, de l’océan Atlantique à l’est de l’Arctique et à la baie d’Hudson. Elle est associée à une bulle blanche, en bas au centre de la carte, qui affiche un épaulard pourchassant un narval avec des flèches vers l’avant. À l’extrême droite de l’infographique se trouve une bulle blanche avec une icône de goéland argenté assortie d’une flèche orientée vers le sud. Dans le coin extrême droit de la carte se trouve une flèche bleu foncé orientée vers l’ouest, qui montre le déplacement des nutriments de l’océan Atlantique vers l’Arctique.

  • Les prédateurs mobiles se déplacent dans plusieurs zones au cours de l’année.
  • Toute l’année
  • Été et automne seulement
  • Hiver et printemps seulement
  • Nutriments
  • Le pH de l’eau de l’océan Pacifique qui s’écoule dans l’Arctique est devenu plus acide.
  • Les requins du Groenland migrent du détroit de Jones vers le nord du Groenland.
  • Les eiders à tête grise migrent vers le Groenland.
  • Les épaulards se déplacent de l’Atlantique vers l’est de l’Arctique et la baie d’Hudson, ce qui perturbe les autres mammifères marins.
  • Les goélands argentés migrent de l’Arctique vers le golfe du Mexique.
  • La connaissance des liens qui existent entre les océans et entre les régions arctiques est nécessaire pour comprendre et gérer les changements.

Certains habitats importants qui sont utilisés régulièrement par les mammifères marins et d’autres espèces peuvent changer considérablement d’une année à l’autre. C’est le cas notamment de l’emplacement et de la taille des polynies, des zones de glace mince et d’eaux libres où de nombreuses espèces survivent à l’hiver (Encadré : Sanctuaire arctique). La variabilité de l’abondance et de la répartition des espèces est étroitement liée à la variabilité de l’habitat.

La connaissance de la variabilité naturelle est nécessaire pour décrire l’état d’un écosystème. L’information de base sur les écosystèmes marins de l’Arctique canadien augmente, mais les tendances au fil du temps demeurent rares. Comme les données à long terme sur les eaux de l’Arctique canadien sont limitées, l’information nécessaire pour déterminer, expliquer et gérer les changements actuels et futurs des écosystèmes est inférieure à celle qui se rapporte aux autres océans du Canada (figure 13).

Figure 13 : L’information vérifiée qui est utilisée pour appuyer les décisions visant à protéger les eaux arctiques du Canada doit comprendre une mesure des différences d’une année à l’autre, ainsi que la capacité à cibler les conditions normales par rapport aux conditions changeantes.
Graphique. Voir description ci-dessous.
Description longue

Un infographique décrit les éléments nécessaires pour mieux comprendre le changement dans l’Arctique canadien. Dans le panneau supérieur, un graphique décrit la variabilité normale et un deuxième graphique, le changement. Le graphique de la variabilité normale comporte des valeurs qui fluctuent à la hausse et à la baisse; la ligne bleue représente la variabilité d’une année à l’autre. Une ligne jaune monte et descend sur une période de 10 ans, ce qui indique une variabilité d’une décennie à l’autre. Au milieu, une ligne blanche horizontale qui traverse le graphique indique l’absence de changement global sur une période de 20 ans. En haut à droite se trouve un graphique qui montre la variabilité avec le changement. Le graphique comprend une ligne qui le traverse vers le haut et aucun changement global n’est flagrant, malgré des fluctuations dans les points de données. Le panneau inférieur montre deux graphiques. À gauche, un graphique affiche des cercles bleus qui représentent les données recueillies de manière uniforme sur 20 ans. Une ligne blanche qui traverse les données indique une tendance à la hausse. Dans le graphique de droite, les mêmes données sont présentées; toutefois, certains des cercles sont gris, ce qui signale des données manquantes. La ligne blanche traverse les données disponibles, en bleu. Cette ligne horizontale n’affiche aucune tendance à la hausse en raison des points de données manquants. Le texte au bas de la figure décrit l’importance de la surveillance à long terme.

  • Qu’est-ce que la variabilité? Qu’est-ce que le changement?
  • Variabilité d’une année à l’autre
  • Variabilité d’une décennie à l’autre
  • Changement global
  • Variabilité normale
    Les écosystèmes changent naturellement au fil du temps.
  • 20 ans
  • Variabilité et changements
  • Les données à long terme peuvent montrer un changement réel.
  • Une collecte de données cohérente est nécessaire pour détecter les changements.
  • Données complètes
  • Changement observé en fonction de données complètes
  • Données incomplètes
  • Semble inchangé au fil du temps parce que des données sont manquantes. La variabilité normale peut masquer les changements lorsque les données sont incomplètes.
  • Une surveillance à long terme est nécessaire pour cibler et expliquer les changements qui surviennent dans les écosystèmes marins de l’Arctique.
  • Données manquantes
  • Conclusion erronée

Une année différente

Une différence notable a été observée dans l’écosystème de la mer de Beaufort en 2014. Même si les niveaux de phytoplancton observés étaient beaucoup plus élevés que pour les années précédentes, la morue arctique n’a pas été trouvée en grand nombre dans les couches océaniques qu’elle préfère habituellement. Les bélugas étaient également répartis différemment et la communauté d’Ulukhaktok n’avait jamais récolté autant de baleines auparavant. Des études écosystémiques sont nécessaires pour comprendre la variabilité de l’environnement et du réseau trophique.

Pour en savoir plus

Sanctuaire arctique

Les eaux du Nord, Pikialasorsuaq (figure 1), sont un endroit spécial dans l’océan Arctique canadien. Elles fournissent des zones d’eau libre vitales pour les oiseaux de mer et de multiples espèces de mammifères marins. Bien que cette polynie soit reconnue depuis de nombreuses années pour ses ressources abondantes et vitales, les conditions environnementales varient énormément d’une année à l’autre. Des données récentes suggèrent qu’il pourrait y avoir une diminution des ressources à la base du réseau trophique. La question est de savoir si ces changements font partie de la variabilité naturelle de la polynie ou s’il s’agit d’une tendance émergente résultant des changements climatiques.

Pour en savoir plus

Principales constatations : Variabilité des écosystèmes

Types de variabilité :

Défis de la variabilité et du changement :

6 Liens avec les environnements avoisinants

L’Arctique canadien ne peut être compris si on l’étudie de façon isolée. Les eaux canadiennes sont reliées au grand océan Arctique, et les eaux proviennent des océans Atlantique et Pacifique. La glace de mer dans l’Arctique canadien peut avoir parcouru de grandes distances en provenance d’autres régions de l’Arctique. Cela signifie que les facteurs (forces naturelles) et les stress (d’origine humaine) qui influent sur les écosystèmes de l’Arctique canadien proviennent souvent d’autres océans et d’autres pays.

L’eau de l’océan Pacifique qui se déverse dans l’Arctique canadien transporte les nutriments essentiels qui contrôlent la croissance à la base du réseau trophique. Cette eau du Pacifique fournit également une eau plus acide qu’il y a 20 ans, ce qui contribue à l’acidification des océans dans l’Arctique canadien. Il est nécessaire de surveiller l’état de l’eau qui entre dans l’Arctique canadien et qui en sort pour comprendre comment les habitats océaniques changent et comment les liens océaniques peuvent avoir une incidence sur les pêches de subsistance et les pêches commerciales (figure 14).

Le pistage des migrations permet de cibler les connexions longue distance entre les océans et met en évidence la façon dont les habitats sont utilisés à différentes périodes de l’année (Encadré : Points chauds). On a récemment découvert que les requins du Groenland peuvent migrer du détroit de Jones sur l’île de Baffin vers le nord-ouest du Groenland. On continue de découvrir de nouveaux liens et des détails sur les voies de migration des oiseaux migrateurs, des mammifères marins et des poissons qui dépendent des écosystèmes de l’Arctique canadien. On étudie actuellement les habitudes de déplacement du flétan noir, une importante espèce exploitée commercialement, et de certains poissons de la baie Cumberland qui se déplacent jusqu’aux Grands Bancs et sur la côte ouest de l’Islande.

La migration des mammifères marins peut être interrompue par la glace de mer. Les connaissances des Inuits documentent les conséquences graves qui subissent les mammifères marins qui n’ont pas accès aux connexions nécessaires entre les zones (Barre latérale : Perte de connexion). Par contre, le prolongement de la période d’eaux libres dans l’Arctique canadien permet maintenant l’établissement et l’expansion de connexions. Par exemple, les épaulards pénètrent plus fréquemment dans l’est de l’Arctique, surtout dans la baie d’Hudson. La présence accrue d’épaulards dans l’Arctique canadien modifie le comportement des autres baleines qui tentent d’éviter ces prédateurs agressifs (Encadré : Extension de l’aire de répartition). Il est essentiel de savoir si les nouvelles connexions ou les connexions existantes changeront ou demeureront les mêmes pour gérer les populations de poissons et de mammifères marins (p. ex. les connexions eau douce-océan pour l’omble chevalier).

Figure 14 : De nouvelles connaissances décrivent et cartographient les liens entre les océans et les zones marines de l’Arctique canadien. Les connexions océaniques ont une incidence sur les habitats marins et démontrent que l’Arctique canadien abrite de nombreuses espèces mobiles.
Graphique. Voir description ci-dessous.
Description longue

Un infographique sous forme de carte montre l’état d’espèces marines de subsistance et commerciales dans l’Arctique canadien. Une carte de l’Arctique est en arrière-plan, et sept bulles d’information blanches la surplombent. Chaque bulle représente un groupe d’espèces différent; des flèches indiquent son emplacement précis dans l’Arctique canadien sur la carte et une icône indique s’il s’agit d’une espèce commerciale ou de subsistance. Dans le coin inférieur droit de l’infographique se trouve une légende : le signe de dollar représente une espèce commerciale, alors qu’un bol représente une espèce de subsistance. Dans la bulle en haut à gauche se trouvent un bol, et des icônes représentant un béluga et un phoque avec des points d’interrogation comme leurs tendances en matière de population sont largement inconnues. Dans la bulle en bas à gauche se trouvent un bol et une icône de béluga avec une flèche vers le bas; une ligne pointillée pointe vers Aklavik sur la carte. La bulle du milieu en haut affiche un signe de dollar et une icône de flétan du Groenland avec une flèche vers la droite, et une ligne pointillée pointe vers la baie de Baffin et le détroit de Davis sur la carte. La bulle au milieu de l’infographique affiche un signe de dollar et une icône de crevette avec une flèche vers la droite indiquant une abondance stable; une ligne pointillée pointe vers la baie de Baffin. La bulle du milieu en bas affiche un bol et une icône de baleine boréale avec une flèche vers le haut indiquant l’abondance croissante de cette espèce. En haut à droite, une bulle affiche un signe de dollar et une icône de flétan du Groenland avec une flèche courbée qui pointe vers le bas, puis vers le haut, pour indiquer le rebond de la pêche du flétan du Groenland. Enfin, la bulle dans le coin inférieur droit affiche un signe de dollar et un bol, ainsi qu’une icône d’omble chevalier avec un point d’interrogation indiquant le manque de renseignements au sujet des stocks.

  • Les tendances relatives aux populations de morses, de phoques, de narvals et de bélugas sont largement inconnues.
  • La récolte de bélugas par la collectivité d’Aklavik a diminué en raison de l’augmentation des tempêtes et de l’érosion, ainsi que des changements économiques et culturels.
  • Le stock de flétan noir dans la baie de Baffin et le détroit de Davis est stable.
  • Les stocks de crevettes nordiques et de crevettes rayées sont stables.
  • La baleine boréale est la seule baleine résidente dont l’augmentation en abondance a été confirmée, alors qu’elle se rétablit de la chasse pratiquée autrefois.
  • Jusqu’à 400 stocks d’omble sont récoltés, parmi lesquels seulement 20 font l’objet d’une surveillance.
  • La plupart des stocks surveillés sont stables ou en augmentation.
  • Pêche communautaire hivernale à la ligne et à l’hameçon du flétan noir dans la baie de Cumberland
  • La réduction des glaces de mer a forcé les pêcheurs à se tourner vers les eaux moins profondes. Les prises ont bondi après la découverte d’habitats en eau profonde non cartographiés plus près du rivage.
  • Pêche commerciale
  • Pêche de subsistance

Perte de connexion

La connectivité est essentielle à la survie de nombreuses espèces marines dans l’Arctique canadien. La perte de connectivité peut être nuisible aux individus et aux populations. L’exemple le plus frappant est le piégeage des baleines dans la glace de mer avant leur départ à la fin de l’été. On ne connaît pas la fréquence des cas de piégeage, mais en 2008 et 2015, deux grands cas du genre ont été mortels pour des centaines de narvals du stock du détroit d’Éclipse. Des cas de piégeages mortels de bélugas et d’épaulards ont également été signalés par les collectivités.

Extension de l’aire de répartition

Des espèces qui étaient autrefois rares dans les écosystèmes marins de l’Arctique canadien ont pris de plus en plus d’importance au cours des dernières années et risquent d’entrer en concurrence avec certaines espèces arctiques pour leurs proies et leur habitat. Bien que le saumon du Pacifique, les épaulards et les phoques du Groenland ne soient pas nouveaux dans l’Arctique, leur nombre et leur emplacement augmentent. Les observations et les recherches communautaires aident à comprendre les effets de l’extension de ces aires de répartition sur d’autres mammifères marins et d’autres espèces locales d’omble.

Pour en savoir plus

Points chauds de l’arctique

Le pistage des déplacements des différentes espèces marines révèle la distance incroyable qu’elles parcourent et donne un aperçu de la façon dont elles interagissent avec la glace de mer et d’autres espèces. Les données du pistage des poissons, des mammifères marins et des oiseaux offre un nouveau point de vue sur la façon dont l’Arctique canadien fonctionne en tant qu’ensemble d’environnements liés. Ces renseignements permettent de cibler les points chauds de l’Arctique, c’est-à-dire les endroits qui sont utilisés fréquemment et de façon répétée par de nombreuses espèces. Les points chauds sont d’importants secteurs d’échange d’énergie au sein des réseaux trophiques marins de l’Arctique qui représentent les endroits où l’énergie est transportée dans les eaux de l’Arctique canadien, ou en est retirée.

Pour en savoir plus

Principales constatations : Liens avec les environnements avoisinants

Découverte de liens entre les espèces :

Liens modifiés :

7 Cogestion

Les eaux côtières de l’Arctique canadien font partie intégrante de la survie et de la culture autochtones. Les collectivités de l’Arctique canadien dépendent des eaux côtières et des régions adjacentes pour leur subsistance et leurs possibilités économiques. La protection des stocks de poissons et de mammifères marins et des habitats qui les soutiennent repose sur des ententes globales de règlement des revendications territoriales qui comprennent des conseils de cogestion pour gérer les pêches et la faune. Les processus de cogestion varient d’une région à l’autre du Canada (région désignée des Inuvialuit, Nunavut, Nunavik et Nunatsiavut), collectivement appelée Inuit Nunangat (figure 2). L’utilisation des connaissances scientifiques et inuites est essentielle pour faire face aux changements liés aux écosystèmes côtiers de l’Arctique canadien (Encadré : Intégration des connaissances).

Dans l’ouest de l’Arctique canadien, l’érosion et l’effondrement du littoral et des zones côtières (delta) en période de dégel interrompent l’accès à la côte tant pour les poissons que pour la population (figure 15). Au cours des 20 à 30 dernières années, les taux d’érosion ont plus que doublé dans de nombreuses régions de la côte de la mer de Beaufort.

Le littoral changeant abrite différents groupes de poissons. Il est important de comprendre les interactions entre les espèces d’eau douce, les espèces marines côtières et les espèces anadromes (poissons qui se déplacent entre les eaux douces pendant l’hiver et les zones côtières pendant la saison des eaux libres) pour protéger et gérer les espèces de subsistance. Cependant, il faut acquérir des connaissances de base sur leur croissance et les habitats qu’ils utilisent tout au long de l’année.

L’information recueillie auprès des pêcheurs communautaires actuels et passés améliore la compréhension des caractéristiques des poissons côtiers et des taux de capture. Les programmes communautaires et les programmes dirigés par les collectivités, ainsi que la collecte de connaissances inuites, fournissent des renseignements nouveaux et historiques sur les régions côtières. Les connaissances des Inuits décrivent la présence accrue de certaines espèces (le capelan et l’épaulard, par exemple), la variabilité des conditions des glaces côtières et l’évolution des tendances saisonnières relatives aux espèces au cours des dernières décennies (Encadré : Surveillance communautaire). Les pêcheurs communautaires, particulièrement dans l’ouest de l’Arctique, surveillent l’augmentation de la présence du saumon du Pacifique. Bien que l’on trouve ces saumons dans les régions côtières de l’ouest de l’Arctique canadien, on ne sait pas encore s’ils peuvent s’y reproduire et coloniser la partie nord de leur aire de répartition.

Surveillance communautaire

Des programmes communautaires et dirigés par les collectivités sont mis en œuvre dans l’ensemble de l’Arctique canadien et permettent la collecte de données et d’échantillons pour une vaste gamme d’espèces, dont le béluga, le phoque, le saumon et les ombles. Les données sont souvent recueillies dans le cadre d’activités traditionnelles de pêche, de récolte et de voyage. Les données sur les récoltes éclairent les évaluations des stocks et reflètent les choix de récolte des membres de la collectivité. Les connaissances des Inuits d’Inuvik, de Tuktoyaktuk et de Paulatuk ont permis d’améliorer les modes de surveillance de la santé des bélugas dans la zone de protection marine de Tarium Niryutait.

Pour en savoir plus

Intégration des connaissances

La disponibilité et l’application des connaissances scientifiques et inuites sont essentielles aux décisions de gestion dans l’Arctique canadien. Dans la région désignée des Inuvialuit, cette information a été nécessaire pour prendre des décisions relatives à l’observation des baleines dans la mer de Beaufort et aux activités de pêche menées le long de la nouvelle route Tuktoyaktuk. Le codéveloppement de connaissances qui s’appuient sur un large éventail de connaissances scientifiques et inuites est nécessaire pour appuyer la prise de décisions par les conseils de cogestion.

Pour en savoir plus

Figure 15 : Dans l’ensemble de l’Arctique canadien, les programmes communautaires recueillent l’information nécessaire à la gestion des poissons et des mammifères marins et de leurs habitats.
Graphique. Voir description ci-dessous.
Description longue

Un infographique présente de l’information sur la façon dont les collectivités influencent les écosystèmes côtiers. Deux cases d’information en couleur sont disposées de chaque côté d’une scène du milieu arctique côtier simplifiée. La case de gauche montre une icône de béluga avec une section agrandie mettant en évidence la couche de graisse sous la peau de l’animal. Au centre de l’infographique se trouve une scène mettant en vedette une collectivité côtière de l’Arctique et une figure humaine qui agite la main depuis la glace de mer. La case de droite montre une icône représentant trois personnes assises à une table ronde avec un rapport et une icône d’écran d’ordinateur avec une personne et une bulle de dialogue. Au bas de l’infographique se trouvent trois icônes et des encadrés informatifs. L’icône à gauche représente une côte de l’Arctique simplifiée avec un coucher de soleil et de la glace de mer. L’icône centrale représente une tête de poisson et l’icône à droite, une tête de béluga.

  • Les connaissances des Inuits ciblent des indicateurs écologiques importants pour la surveillance des espèces.
  • La texture de la graisse (uqsuq) est un indicateur utilisé pour surveiller la santé des bélugas dans la zone de protection marine de Tarium Niryutait.
  • Les programmes de surveillance communautaires et dirigés par les collectivités fournissent de l’information sur les espèces et leur environnement.
  • Partage des connaissances
  • Les sites Web et les médias sociaux permettent l’échange de renseignements entre les détenteurs de connaissances scientifiques et autochtones.
  • Température de l’eau, épaisseur de la glace
  • ADN environnemental (ADNe)
  • Surveillance des espèces envahissantes
  • État du stock d’ombles
  • Présence de saumon
  • Marquage des poissons et des mammifères marins
  • Santé et récolte du béluga
  • Observations de bélugas et d’épaulards
  • Baleines piégées

Principales constatations : Cogestion

8 Conclusion

État des écosystèmes marins de l’arctique canadien

Les connaissances sur les écosystèmes marins de l’Arctique canadien s’améliorent, mais on ne dispose pas de renseignements de base sur certaines régions. Les connaissances scientifiques et inuites sont nécessaires pour mieux comprendre les différences qui surviennent d’une année à l’autre et les changements au fil du temps. On s’attend à ce que l’ensemble des écosystèmes marins de l’Arctique continuent d’être touchés par la variabilité et les changements liés à la glace de mer. Une approche globale doit être adoptée à l’égard de la surveillance des océans pour qu’on puisse détecter et expliquer les changements, et ainsi appuyer la gestion des écosystèmes marins dans l’Arctique canadien.

Date de modification :