Lagunes des îles de la Madeleine (6 fermetures se chevauchent)

Emplacement
Biorégion de l’estuaire et golfe du Saint-Laurent (Québec)
Contribution approximative en taille (km2) aux objectifs de conservation marine
136 km2
Contribution approximative en pourcentage de couverture aux objectifs de conservation marine
<0,01 %
Objectifs de conservation
Protéger l'habitat du homard et conserver les zones de frai du hareng

Composantes écologiques d'intérêt

Lagunes des îles de la Madeleine (6 fermetures se chevauchent)

Lagunes des îles de la Madeleine (6 fermetures se chevauchent)

Espèces d'importance régionale : homard d'Amérique et hareng.

Habitat important pour la conservation de la biodiversité : habitat du homard d'Amérique et zone de frai du hareng

Interdictions

Les composantes écologiques d’intérêt sont efficacement conservées grâce aux interdictions suivantes :

Autres Considérations

Aucune activité anthropique incompatible avec la conservation des composantes écologiques qui revêtent un intérêt particulier ne peut être exercée ou prévue dans la zone.

Contexte environnemental

Les lagunes des îles de la Madeleine servent de lieux de frai et de croissance, de pouponnières et de refuges à de nombreuses espèces aquatiques.

En protégeant l’habitat de fond, cette fermeture peut également contribuer à protéger l’habitat d’un grand nombre d'espèces de poissons et d’invertébrés , notamment les espèces d’importance commerciale comme la mactre de l’Atlantique, le couteau de mer, la plie rouge, la limande à queue jaune et le hareng de l’Atlantique.

Cette zone de fermeture abrite des herbiers de zostère, une espèce d’importance écologique (EIE) constituant un écosystème très productif pouvant soutenir une grande variété d'espèces lors de stades biologiques importants. Des marais, représentant un habitat côtier unique, se trouvent également dans cette zone.

Cette fermeture contribue également à protéger l’habitat de l’anguille d'Amérique, qui est une espèce menacée.

Date de modification :