Le Site d'intérêt (SI) Estuaire du Saint-Laurent

Remarque :

Les cartes, diagrammes et coordonnées sur ce site Web sont fournis à titre d'information seulement et ne doivent pas être utilisés pour la pêche, la navigation ou autres. Veuillez communiquer avec votre bureau régional du MPO pour obtenir les coordonnées officielles.

Emplacement

Le site d’intérêt de l'estuaire du Saint-Laurent a une superficie d'environ 6 000 km2 et il est adjacent et complémentaire au parc marin du Saguenay-Saint-Laurent, une aire marine protégée créée en 1998 par des lois miroirs du Québec et du Canada et cogérée par Parcs Canada et la Société des établissements de plein air du Québec.

Importance écologique

Le site d’intérêt correspond à une zone importante pour l'habitat et l'alimentation d’environ une dizaine d'espèces de mammifères marins. Selon le Comité sur la situation des espèces en péril au Canada, près de la moitié de ces espèces sont en péril (p. ex. le rorqual bleu, le rorqual commun et le béluga du fleuve Saint-Laurent). Le site d’intérêt correspond à l’aire de répartition estivale du béluga, à la grande majorité des sites fréquentés par la population de phoque commun de l’estuaire, et à d’importantes aires d’alimentation du rorqual bleu et plusieurs espèces de mammifères qui fréquentent la zone de façon saisonnière, occasionnelle, ou même, exceptionnelle. En effet, l'estuaire du Saint-Laurent contient de fortes concentrations de krill et de capelan, ce qui en fait une aire d'alimentation essentielle pour un grand nombre de ces espèces. La grande diversité et la densité élevée d'espèces de mammifères marins observées dans l'estuaire, la proximité des sites d'observation et les eaux relativement calmes de l'estuaire font de ce SI l'un des meilleurs sites d'observation de mammifères marins au monde.

Compte rendu d'un atelier scientifique sur les mammifères marins, leurs habitats et leurs ressources alimentaires (2008)

Principaux objectifs et approche

Le site d’intérêt coïncide avec la partie du Saint-Laurent où la pression exercée par les activités humaines sur les mammifères marins (p. ex. perturbation ou destruction de leur habitat, exposition à des matières chimiques toxiques, risques de collision avec des navires, exposition au bruit et à la perturbation) est la plus forte.

La zone de protection marine de l’estuaire du Saint-Laurent a été proposée afin d’assurer la conservation et la protection à long terme des mammifères marins, de leurs habitats et de leurs ressources alimentaires. Cela inclut les espèces qui y vivent à l’année, dont le béluga et le phoque commun, de même que les espèces migratrices, telles que le rorqual bleu et le rorqual commun, le marsouin commun, etc.

Recherche et publications
Date de modification :