Espèces de phoques

Six espèces de phoques fréquentent les eaux au large de la côte atlantique du Canada (le phoque du Groenland, le phoque à capuchon, le phoque gris, le phoque annelé, le phoque barbu et le phoque commun), bien que le phoque annelé et le phoque barbu soient des espèces de l'Arctique à proprement parler.

Phoque du Groenland

Photo : Mike Hammill

Taille : Les phoques du Groenland mâles et femelles présentent une taille similaire, les adultes atteignant en moyenne 1,6 m de longueur et pesant entre 130 et 150 kg.

Habitudes alimentaires et incidence sur l'écosystème : Le phoque du Groenland se nourrit d'une variété de poissons, comme le capelan, la morue arctique, le hareng, le chabot, la morue franche, le flétan du Groenland, le sébaste et la plie. Il consomme également des crustacés et des crevettes.

Le MPO a mené de nombreuses études sur les interactions liées aux phoques, dans le cadre desquelles on a évalué l'effet des phoques sur les stocks de poisson. Les résultats laissent penser que la prédation du phoque du Groenland n'est pas un facteur important jusqu'ici dans l'absence de rétablissement de la morue et que la faible productivité caractérisant le rétablissement est associée à une faible abondance du capelan. Dans le golfe du Saint-Laurent, l'absence de rétablissement de la morue semble grandement attribuable aux conditions environnementales, à la pêche et à la prédation par le phoque du Groenland.

Reproduction et cycle de vie : Les femelles donnent naissance à un seul petit par année (entre la fin février et la fin mars) et ont besoin de glaces stables pour mettre bas et élever leurs petits. Les nouveau-nés pèsent environ 11 kg et mesurent entre 80 à 85 cm. Ils sont allaités en moyenne pendant 12 jours et prennent plus de 2,2 kg par jour. Lorsque les petits sont sevrés, les femelles quittent la banquise pour s'accoupler. Les petits commencent à perdre leur fourrure blanche vers 10 jours. À trois semaines, ils ont complètement mué et on les appelle des « brasseurs » à cause de la façon dont ils nagent.

Espérance de vie : 25 à 35 ans.

Répartition : Les phoques du Groenland fréquentent les eaux de l'Atlantique Nord. L'espèce se répartit en trois populations distinctes, chacune se reproduisant dans des aires de mise bas bien précises. Le stock de l'Atlantique Nord-Ouest (figure 1), le plus imposant, se situe dans les eaux littorales de l'Est du Canada et de l'ouest du Groenland. Cette population forme trois troupeaux distincts en fonction de l'aire de reproduction. Le troupeau de la région du Front se reproduit au large du sud du Labrador et du nord de Terre-Neuve, et le troupeau du Golfe se reproduit à proximité des îles de la Madeleine, au milieu du golfe du Saint-Laurent. Un troisième troupeau plus petit vit dans le nord du Golfe. Un deuxième stock (la population de la mer du Groenland) met bas au large du sud-est du Groenland tandis que le troisième stock (mer Blanche ou mer de Barents) met bas dans la mer Blanche, au nord de la Russie.

Figure 1. Aire de répartition, voies migratoires et aires de mise bas des phoques du Groenland dans l'Atlantique Nord-Ouest

Tendances démographiques : La population de phoques du Groenland de l'Atlantique Nord-Ouest est abondante et se porte bien. Elle est estimée à 7,4 millions d'individus, soit presque 6 fois plus que dans les années 1970. Certaines données donnent à penser que la population de phoques du Groenland dans l'Atlantique Nord-Ouest a peut-être atteint des niveaux se rapprochant de ceux de sa capacité de charge naturelle, soit le nombre maximal d'individus d'une espèce en particulier qui peut être soutenu par l'écosystème de cette espèce.

Depuis 2014, la population de phoques du Groenland comprend 7 à 7,8 millions d'individus. On pense que ces chiffres pourraient être dus à une baisse de la productivité du troupeau, qui est probablement liée aux ressources alimentaires. Le taux de mortalité juvénile variable (lié au mauvais état des glaces, en particulier dans le golfe du Saint-Laurent de 2010 à 2013) a peut-être également contribué à cette absence d'augmentation. Cependant, les glaces ont été en très bon état pour la survie des juvéniles, en 2014 et en 2015. Le Ministère surveille la situation de près, et toute hausse de mortalité causée par les glaces cette année sera prise en considération lorsqu'il s'agira de prendre des décisions de gestion futures.

État de conservation au Canada : Avec une population estimée à 7,4 millions d'individus, les phoques du Groenland sont abondants. Cette espèce est la seule à ne pas avoir été évaluée par le Comité sur la situation des espèces en péril au Canada (COSEPAC).

Phoques gris

Photo : D. Bowen

Taille : Les phoques gris mâles peuvent atteindre 2,3 m de long et peser jusqu'à 350 kg. Les femelles sont plus petites, mesurant jusqu'à 2 m de long et pesant jusqu'à 227 kg.

Habitudes alimentaires et incidence sur l'écosystème : Les phoques gris se nourrissent d'une grande variété de poissons, comme la morue, la merluche blanche, les poissons plats, le hareng, la raie, la pieuvre et le homard.

En collaboration avec l'industrie de la pêche et des experts scientifiques indépendants, le MPO a mené des recherches scientifiques approfondies pour améliorer notre compréhension des relations complexes qui existent entre le phoque gris et d'autres éléments de l'écosystème côtier de l'Atlantique, dont fait partie la morue franche.

Alors qu'il reste beaucoup de recherches à faire, le non-rétablissement de la morue dans le sud du golfe du Saint-Laurent semble être dû à un taux de mortalité élevé chez les morues de plus grande taille. La prédation par les phoques gris peut représenter jusqu'à 50 % de cette mortalité naturelle, ce qui fait de cette espèce un important facteur limitant au rétablissement de ce stock de morue. Le Ministère continue d'étudier l'interaction entre le phoque gris et la morue au Québec et au Canada atlantique, et l'information qui en découlera servira à éclairer la gestion de la chasse au phoque et celle de la pêche à la morue.

Lien Les phoques gris et la morue

Reproduction et cycle de vie : Les blanchons gris naissent à partir de la fin de décembre jusqu'au début de février dans l'Atlantique Ouest. Durant leur période d'allaitement de deux semaines, ils doublent leur poids qui atteint environ 50 kg au sevrage. Au cours de leur premier mois, leur pelage blanc mue en une fourrure dense imperméable, et ils partiront bientôt pour la mer afin d'apprendre à se nourrir seuls.

Espérance de vie : 30 à 40 ans

Répartition : On trouve le phoque gris sur les deux rives de l'océan Atlantique Nord. Au Canada, on le trouve dans le golfe du Saint-Laurent, sur les côtes du Québec, du Nouveau-Brunswick, de l'Île-du-Prince-Édouard, de la Nouvelle-Écosse et de Terre-Neuve.

Tendances démographiques : La population de phoques gris a augmenté de façon constante au cours des 30 dernières années. En 2014, la taille de la population totale de phoques gris (y compris les petits) était estimée à 505 000 individus. Les phoques gris de l'Atlantique Nord-Ouest forment une seule population. Toutefois, aux fins de gestion, elle est généralement divisée en trois troupeaux, selon l'emplacement de leurs aires de reproduction. Ces trois troupeaux se trouvent dans l'île de Sable, au large des côtes de la Nouvelle-Écosse et dans le golfe du Saint-Laurent. Le troupeau de l'île de Sable a rapidement augmenté, passant de 1 300 individus en 1960 à un total estimé de 394 000 individus en 2014. Dans le Golfe, la population s'est accrue plus lentement en raison d'un taux plus élevé de mortalité chez les jeunes de l'année, causé par de mauvaises conditions de glace nuisant à la reproduction et par un plus grand nombre de captures. La population du Golfe a augmenté, passant de 5 000 individus en 1960 à un total estimé de 98 000 individus en 2014. Le troupeau au large de la Nouvelle-Écosse comprend moins d'individus. Dans cette zone, le nombre total de phoques a augmenté, passant d'environ 1 000 individus en 1960 à un total estimé de 14 000 individus en 2014.

Situation en matière de conservation au Canada : Le COSEPAC a désigné les phoques gris comme espèce « non en péril », en avril 1999.

Phoque à capuchon

Photo : Mike Hammill

Taille : Le phoque à capuchon mâle adulte mesure en moyenne 2,6 mètres de long et pèse de 300 à 460 kg. La femelle mesure en moyenne 2,03 mètres de long et pèse de 145 à 300 kg.

Habitudes alimentaires : Le régime alimentaire du phoque à capuchon varie selon la région. Il inclut le calmar, le flétan du Groenland, le sébaste, la morue franche, la grande argentine, les amphipodes, les euphausiacés et le capelan.

Reproduction et cycle de vie : Les phoques à capuchon donnent naissance sur la banquise de la mi-mars à la fin mars. Les bébés phoques naissent avec un pelage bleu ardoise (dos bleu) et muent vers 16 mois, même s'il arrive qu'ils gardent leur couleur bleue une année de plus. Les femelles allaitent leurs jeunes pendant seulement quatre jours en moyenne au cours desquels les bébés doublent leur poids.

Espérance de vie : 30 ans.

Répartition : On trouve le phoque à capuchon seulement dans l'aire de répartition de la partie centrale et nord-ouest de l'Atlantique, soit du Svalbard à l'est au golfe du Saint-Laurent à l'ouest. On compte deux populations distinctes. La population de la mer du Groenland met bas sur la banquise au large de la côte est du Groenland. La population de l'Atlantique Nord-Ouest met bas dans la région du Front (au large des côtes au nord de Terre-Neuve et au sud du Labrador), dans le sud du golfe du Saint-Laurent, ainsi que dans le détroit de Davis (entre le Groenland et le Nord du Canada). Après la saison de reproduction, les phoques à capuchon de l'Atlantique Nord-Ouest se dispersent pour se nourrir et migrent vers des zones de mue au sud-est du Groenland. Après la mue en juillet, ils migrent le long du littoral du Groenland jusqu'à la baie de Baffin et le détroit de Davis où ils se nourrissent avant de retourner dans les aires de reproduction à la fin de l'hiver.

Tendances démographiques : L'abondance des phoques à capuchon est évaluée à partir d'un modèle démographique qui comprend les données sur les taux de reproduction, la chasse et les nouveau-nés. Les tendances historiques concernant l'abondance des phoques à capuchon dans l'Atlantique Nord-Ouest sont peu connues, mais on présume que la population se situe à des niveaux historiques ou au-dessus de ces niveaux et qu'elle va en augmentant. Au Canada, la population totale estimative en 2005 (dernière évaluation) était de 593 500 individus. On estime que la population de phoques à capuchon de la mer du Groenland a été réduite à moins de 30 % de ses chiffres historiques, sa démographie actuelle étant d'environ 83 000 individus.

Situation en matière de conservation au Canada : Le COSEPAC a désigné le phoque à capuchon comme espèce « non en péril », en avril 1986.

Phoque annelé

Photo : Mike Hammill

Taille : En tant que plus petite espèce de la famille des phoques, le phoque annelé mesure en moyenne environ 1,5 m de et pèse entre 50 et 70 kg.

Habitudes alimentaires : Les phoques annelés se nourrissent d'une variété de petites proies, dont les mysidacés, les crevettes, la morue arctique, le hareng, l'éperlan, le corégone, le chabot, la perchaude et d'autres petits poissons ou crustacés.

Reproduction et cycle de vie : Les femelles donnent naissance à un seul petit en mars ou en avril. Les petits naissent dans un abri de neige où ils sont protégés contre l'environnement et les prédateurs. Ils sont sevrés après un mois.

Espérance de vie : 25 à 30 ans.

Répartition : Le phoque annelé réside dans les eaux arctiques et est communément associé à des couches de glace flottante et des banquises. Le phoque annelé maintient un trou de respiration dans la glace, ce qui lui permet d'utiliser l'habitat de banquise que les autres phoques n'utilisent pas. Les phoques annelés ont une répartition circumpolaire à partir de 35° N environ en allant vers le Pôle Nord et elle a lieu dans toutes les mers de l'océan Arctique. Dans le Pacifique Nord, on le retrouve dans la partie sud de la mer de Béring et aussi loin au sud que les mers d'Okhotsk et du Japon.

Tendances démographiques : On en sait très peu sur la population de phoques annelés de l'Atlantique Nord-Ouest. Toutefois, la North Atlantic Marine Mammal Commission estime qu'il faudrait près de 1,2 million de phoques annelés pour remplacer le nombre de phoques chassés et tués par les ours polaires dans la baie de Baffin.

Situation en matière de conservation au Canada : Le COSEPAC a désigné le phoque à capuchon comme espèce « non en péril », en avril 1989. Le sous-comité des mammifères marins du COSEPAC a recommandé de faire une nouvelle évaluation.

Phoque commun

Photo : Jean-François Gosselin

Taille : Les adultes peuvent mesurer 1,85 m de long et peser environ 110 kg.

Habitudes alimentaires : Le phoque commun se nourrit d'une variété de poissons et d'invertébrés, notamment de lançon, de hareng, de goberge, de morue, de capelan et de calmar.

Reproduction et cycle de vie : La naissance des petits a lieu chaque année sur la côte. La saison de mise bas varie selon la région : elle débute en février chez les populations des latitudes inférieures et se prolonge qu'en juillet dans la zone subarctique. Les petits sont capables de nager et de plonger dans les quelques heures qui suivent leur naissance et sont allaités pendant trois à quatre semaines, doublant ainsi leur poids avant le sevrage.

Espérance de vie : 30 à 35 ans pour les femelles et 20 à 25 ans pour les mâles.

Répartition : On trouve le phoque commun le long des côtes maritimes tempérées et arctiques de l'hémisphère Nord. On le trouve dans les eaux côtières de l'Atlantique Nord et du Pacifique, ainsi que dans celles de la mer Baltique et de la mer du Nord. Au Canada, on peut les trouver dans les eaux côtières de la Colombie-Britannique, du Nunavut, du Manitoba, de l'Ontario, du Québec, du Nouveau-Brunswick, de l'Île-du-Prince-Édouard, de la Nouvelle-Écosse et de Terre-Neuve-et-Labrador.

Tendances démographiques : La population mondiale de phoque commun représente 5 à 6 millions d'individus, mais les sous-espèces dans certains habitats ont été réduites ou éliminées en raison d'éclosions de maladie (notamment la peste du phoque) et de conflits avec les humains. Les populations de phoque commun en Colombie-Britannique augmentent depuis la fin de la chasse en 1967 et comprennent, selon les estimations, environ 100 000 individus. L'abondance au Canada atlantique est inconnue, mais on pense qu'elle a été réduite en raison de la chasse et du programme de primes qui s'est terminé au début des années 1970. On estime qu'il y a de 20 000 à 30 000 phoques communs au Canada atlantique.

Situation en matière de conservation au Canada : Le COSEPAC a désigné le phoque commun en tant qu'espèce « non en péril », en novembre 2007.

Phoque barbu

Photo : Mike Hammill

Taille : Le phoque barbu mesure de 2,1 m à 2,7 m de long environ et pèse de 200 à 430 kg.

Habitudes alimentaires : Le phoque barbu se nourrit d'une variété de petites proies le long du plancher océanique, notamment le crabe, la mye, le calmar et des petites quantités de poissons. Ses moustaches servent d'antennes dans les sédiments de fonds meubles.

Reproduction et cycle de vie : Dans l'Arctique canadien, les blanchons naissent en mai. Plus au sud, en Alaska, la plupart des phoques naissent à la fin avril. Ils naissent sur de petites plaques de glace flottante dans des eaux peu profondes et ils entrent dans l'eau quelques heures seulement après leur naissance et deviennent rapidement des plongeurs chevronnés. L'allaitement dure 18 à 24 jours, période au cours de laquelle ils engraissent à un rythme de 3,3 kg par jour.

Espérance de vie : 25 ans.

Répartition : On retrouve le phoque barbu dans l'hémisphère Nord avec une répartition circumpolaire qui ne dépasse pas au nord le 80e parallèle. Au Canada, on le retrouve partout dans l'Arctique et le long du littoral du Labrador, au sud de la partie nord de Terre-Neuve.

Tendances démographiques : Inconnues.

État de conservation au Canada : Le COSEPAC définit l'état du phoque barbu comme présentant des « données insuffisantes ».