Observation d’animaux marins

Prudence avec les baleines
Prudence avec les baleines

Pour plus d'information, consultez :

Remarques sur l’observation des baleines dans le parc marin du Saguenay-Saint-Laurent

Des travaux de recherche sur les mammifères marins sont en cours dans le Saint-Laurent. Les chercheurs doivent obtenir les permis nécessaires auprès des autorités pertinentes, et les navigateurs dans le parc marin du Saguenay-Saint-Laurent doivent s’assurer que leur embarcation se trouve à plus de 200 m de toute baleine (sauf pour les entreprises commerciales d’observation des baleines, qui doivent maintenir une distance de 100 m).

Dans le Saint-Laurent, vous pourriez voir des baleines qui sont menacées ou en voie de disparition et qui font l’objet d’une protection spéciale en vertu de la Loi sur les espèces en péril. Apprenez-en plus sur les espèces aquatiques en péril.

Il faut éviter de s’approcher de ces baleines pour les observer. Ces espèces comprennent le béluga, le rorqual bleu et la baleine noire.

Si vous rencontrez l’une de ces espèces :

  • Ralentissez en évitant les changements brusques de vitesse ou de direction.
  • Contournez-les lentement et à distance.
  • Ne vous en approchez pas. Respectez une distance de 400 mètres.
  • Si votre embarcation se trouve par inadvertance à moins de 400 mètres d'une baleine, arrêtez-vous ou gardez le bateau stationnaire et laissez passer l’animal.

Pour signaler des cas de perturbation ou de harcèlement de mammifères marins

Veuillez consulter Signaler une observation ou un incident.

Les longues côtes du Canada fournissent une foule d’occasions d’observer les baleines et d’autres mammifères marins dans leur environnement naturel. L'observation des baleines et des autres mammifères marins est une activité de plaisance passionnante à laquelle s'adonnent chaque année bon nombre de Canadiens et Canadiennes et de touristes étrangers.

L'observation des mammifères marins dans leur environnement naturel donne au public l'occasion de mieux comprendre ces créatures majestueuses. Absorbés par l’intensité du moment, nous oublions parfois que notre présence a un effet sur les animaux et leur habitat.

Tout comme nous, les mammifères marins ont besoin d’espace pour trouver de la nourriture, choisir leurs partenaires, élever leurs petits, socialiser et se reposer. Lorsque nous les côtoyons de trop près, les approchons trop rapidement ou faisons trop de bruit, nous risquons de perturber ces activités et de stresser inutilement les mammifères marins. Dans certains cas, nous risquons de mettre leur vie en danger.

Apportez vos jumelles, suivez ces directives et amusez-vous à observer les animaux marins de façon responsable et sécuritaire.

Observation des baleines

Pêches et Océans Canada est résolu à assurer le bien-être des mammifères marins et, à ce titre, souhaite offrir au public les conseils suivants afin de veiller à ce que vous profitiez de votre expérience de la faune tout en réduisant le risque de déranger les mammifères marins.

Lorsque vous vous trouvez sur l’eau, à bord de n’importe quel type de navire, et que vous apercevez des baleines, veuillez vous rappeler ces directives fondamentales :

Ralentissez :
  • Approchez-vous très prudemment des secteurs où la faune marine est supposée ou réputée être présente.
  • Ralentissez lorsque vous vous approchez des baleines. Évitez tout changement brusque de vitesse ou de direction.
Restez à l’écart :
  • Ne vous approchez pas des baleines qui sont au repos en flottant à la surface ou près de la surface.
  • N'encerclez pas les animaux.
  • Ne vous approchez pas de mammifères marins à l’aide d’un aéronef.
  • Ne vous mettez pas sur le chemin des baleines. Si les baleines s’approchent de vous, éloignez-vous prudemment.
Approchez-vous par le côté :
  • Évitez de vous approcher des baleines de face ou par derrière. Éloignez-en vous par le côté en vous déplaçant parallèlement à leur route.
  • Évitez de vous approcher ou de placer votre embarcation à moins de 100 mètres de toute baleine. Si votre embarcation se trouve par inadvertance à moins de 100 mètres d’une baleine, mettez le moteur au point mort et laissez passer l’animal.
  • Restez du côté rivage de la baleine quand elle nage près du rivage.
  • Limitez votre observation à 30 minutes. Vous minimiserez ainsi les effets cumulatifs résultant de la présence des autres navires de la région et donnerez une chance d’observation à d’autres personnes.
N’interagissez pas :
  • Ne nagez pas en compagnie des baleines et ne plongez pas avec elles.
  • Ne nourrissez pas les baleines.
  • Ne touchez pas aux baleines.

Surveillez les signes avant-coureurs indiquant le harcèlement d’une baleine :

Lorsque vous participez à des activités d'observation, surveillez les signes indiquant que vous dérangez un mammifère marin :

  • Il change constamment sa vitesse de nage ou sa direction
  • Il plonge plus souvent
  • Il interrompt ses activités – vocalisation, alimentation, repos, élevage des petits ou socialisation
  • Il quitte la zone
  • Il commence à effectuer ou cesse d'effectuer des comportements en surface – frappement de la queue, frappement des nageoires ou sauts hors de l'eau

Si vous remarquez un de ces signes, déplacez soigneusement votre bateau loin de la baleine.

Rappel :

On peut observer les baleines à partir de la rive sans que cela n’entraîne d’effets négatifs sur les animaux ou leur environnement. Ne dérangez pas les mammifères marins; vous ne devez ni les toucher ni les nourrir, même s’ils s’approchent d’un quai ou du rivage.

Marsouins et dauphins

  • Ne passez pas à travers un groupe de marsouins ou de dauphins.
  • Si des dauphins ou des marsouins décident de jouer dans votre vague d’étrave, évitez les changements de cap abrupts. Maintenez votre route et réduisez votre vitesse progressivement.

Phoques et otaries rencontrés à terre

  • Soyez prudent et calme lorsque vous vous trouvez aux alentours des sites d’échouerie, surtout lorsque c’est la saison de se reproduire ou d’élever leurs petits (en général de mai à septembre).
  • Ralentissez, réduisez les remous et le bruit que produit votre embarcation et continuez votre route sans vous arrêter. Évitez d’approcher à moins de 100 mètres d’un mammifère marin.
  • Soyez attentif et éloignez-vous au moindre signe d’agitation chez l’animal. Si l’animal s’agite ou s’enfuit, c’est que vous êtes trop proche.
  • Ne vous permettez jamais de déranger, de déplacer, de nourrir ou de toucher des mammifères marins, y compris les blanchons. Si vous êtes préoccupé par le fait que des animaux pourraient être malades ou en détresse, contactez au besoin votre réseau local de soutien aux animaux en détresse.

Phoques sur les échoueries

Les lieux où les phoques s’attroupent hors de l’eau sont appelés des échoueries. Il peut s’agir d’îles, d’îlots, et même de rochers (cayes) et de battures. Plusieurs de ces échoueries sont utilisées pour des activités essentielles à la survie des phoques, notamment la mise-bas, l’allaitement et la mue.

Voici les comportements à adopter lorsque vous observez des phoques sur les échoueries :

  • Ne débarquez pas sur des sites d’échouerie ou à proximité.
  • Ralentissez. Réduisez votre vitesse à l’approche des échoueries. Évitez des changements brusques de vitesse et de direction.
  • Respectez une distance raisonnable autant lors des observations en mer qu’à partir de la rive. En ce sens, éloignez-vous au moindre signe d’agitation chez les animaux. S’ils démontrent des signes de nervosité et commencent à plonger dans l’eau, c’est que les phoques sont déjà dérangés. Privilégiez l’usage de jumelles.
  • Ne nagez pas et ne plongez pas en compagnie des phoques et ne les nourrissez pas.

Phoques dans l’estuaire du Saint-Laurent

Dans l’estuaire du Saint-Laurent, l’état de la population du phoque commun est inquiétant. Les échoueries y sont également en nombre limité et ne bénéficient actuellement d’aucune protection.

L’observation des phoques du Groenland sur les banquises dans le golfe du Saint-Laurent est une situation particulière. Référez-vous au bureau de secteur de Pêches et Océans Canada aux Îles-de-la-Madeleine pour plus d’information :  418-986-2390.

Jeunes phoques échoués sur la rive

Si vous découvrez un jeune phoque et qu’il paraît seul et en détresse :

  • Gardez vos distances. Sa mère n’est probablement pas loin.
  • Ne tentez pas de le manipuler. C’est un animal sauvage. Il peut vous mordre et il y a possibilité de transmission de maladies infectieuses de la bête vers l’humain et vice-versa. La mère peut abandonner son petit s’il est associé à l’odeur ou à la présence humaine.
  • Ne tentez pas de le remettre à l'eau. Les phoques passent normalement de grandes périodes hors de l’eau pour se reposer. Il ne faut pas les déranger.
  • Gardez vos animaux domestiques à distance.

N'ignorez pas la situation. Si le jeune est blessé ou s’il semble malade (respiration bruyante, toux, écoulement nasal), ou si vous découvrez un phoque mort, n’y touchez pas et signalez-le au Réseau québécois d’urgences pour les mammifères marins ( 1-877-722-5346). Pour les autres régions, veuillez communiquer avec le personnel de votre détachement local.

Pour plus d’information

Une foule d’information et d’outils de sensibilisation sur les mammifères marins (comportement, mesures de protection, etc.) sont disponibles sur les sites suivants :

Date de modification :