Ce que nous avons entendu : Rapport du Sommet sur l’innovation des engins de pêche

11 et 12 février 2020

Introduction

Le Sommet sur l'innovation des engins de pêche qui s'est tenu à Halifax, en Nouvelle-Écosse, les 11 et 12 février 2020, était une première au Canada. Son objectif? Explorer les technologies et stratégies actuelles et émergentes pour des engins de pêche sans danger pour les baleines, ainsi que les technologies, stratégies et interventions actuelles et émergentes qui sont liées au programme et qui visent à réduire ou atténuer le risque d'abandon, de perte et de rejet d'engins de pêche.

Organisé par Pêches et Océans Canada (MPO), ce sommet a réuni environ 250 pêcheurs, représentants de l'industrie, concepteurs et fabricants d'engins de pêche, scientifiques, organisations non gouvernementales, intervenants dans le domaine des mammifères marins et représentants gouvernementaux, venus du Canada, des États-Unis et d'Europe. L'honorable Bernadette Jordan, ministre des Pêches, des Océans et de la Garde côtière canadienne, a prononcé le discours d'ouverture et a largement participé à cet événement de deux jours.

Le sommet a été conçu autour d'idées, de perspectives et de leçons tirées de l'innovation, des essais et des expériences vécues. Tout comme il n'existe pas de solutions faciles ni de réponses uniques aux questions posées, le sommet n'a pas tenté de se concentrer sur des solutions ou des recommandations. Il s'agissait plutôt de sensibiliser les gens et d'explorer toutes les possibilités en prenant en compte la robustesse des pêches, la sécurité des baleines et l'environnement.

Les présentations d'un groupe diversifié d'experts de l'industrie, de l'environnement et du monde universitaire ont préparé le terrain pour des exposés et un dialogue approfondis, et les participants pouvaient poser des questions tout au long de la session. Le sommet comprenait un salon professionnel bien rodé, qui a permis aux participants d'assister à des démonstrations d'engins de pêche, de discuter avec des développeurs et des fabricants, d'étendre leurs conversations et de réseauter.

Pendant ces deux jours, nous avons entendu parler de défis et de possibilités. Nous avons également entendu parler de l'engagement pris pour s'attaquer aux problèmes critiques et de l'intérêt de se réunir pour trouver des moyens créatifs d'aller de l'avant. Les participants reconnaissent clairement le défi collectif que représentent l'évolution et le maintien d'une pêche dynamique, les populations de baleines menacées, ainsi que la santé et l'avenir des eaux océaniques dont nous dépendons tous.

Nous avons également entendu que les objectifs du sommet ont été atteints. Les technologies novatrices, les expériences et les leçons apprises ont été facilement partagées, tandis que connexions, relations et réseaux ont été établis ou renforcés tout au long du sommet. Le résultat?

« Ne doutez jamais du fait qu'un petit nombre de gens réfléchis et engagés peuvent changer le monde. En fait, c'est ainsi que ça s'est toujours passé. »

Margaret Mead

À propos du présent rapport

Bien que tous les participants aient eu l'occasion d'apprendre, d'explorer et de cibler des approches innovantes pour leur propre suivi, le présent rapport s'efforce de saisir les points forts de ce que nous avons entendu. Nous espérons qu'il servira de référence utile aux participants et à ceux dont les intérêts se recoupent. Nous espérons également que les liens et les relations forgés ou approfondis tout au long du sommet déboucheront sur des réseaux et des partenariats utiles à mesure que ce travail se poursuivra.

Pour le MPO, le présent rapport servira de base à une consultation plus ciblée avec l'industrie, alors que nous continuons à façonner les stratégies et les pratiques de gestion des pêches pour l'avenir. Nous sommes très reconnaissants du temps et des talents investis par tous ceux qui ont fait des présentations, assisté et participé au sommet.

Merci.

Ce que nous avons entendu sur la technologie sans danger pour les baleines

Trois technologies existantes mises à l'essai sans danger pour les baleines ont été explorées, tout comme la technologie émergente des engins sans fil. Voici ce que nous avons entendu à propos de chacune d'entre elles.

Technologies existantes mises à l'essai sans danger pour les baleines : Faiblesse des cordes, des manchons et des outils de coupe de ligne

Nous avons entendu un échantillon d'experts ayant l'expérience de la conception, de l'adaptation et de l'essai de faiblesse des cordes, des manchons et des outils de coupe de ligne à tension temporelle. De nombreux développeurs et fournisseurs de l'industrie ont également fait des démonstrations et discuté de leur matériel lors du salon professionnel.

En ce qui concerne les principales contraintes liées à chacune de ces technologies, voici ce que nous avons entendu :

En ce qui concerne le délai raisonnable pour mettre en œuvre ces innovations en matière d'engins dans une pêche, voici ce que nous avons entendu :

Nous avons également entendu dire que la coupe de ligne à tension temporelle est, parmi les trois technologies, celle qui est la plus susceptible de permettre la libération d'un engin par une baleine empêtrée. Aucune des technologies présentées ne semble entraîner la perte d'un plus grand nombre d'engins de pêche.

Bien que des questions subsistent sur la technologie, nous avons également entendu que nous ne pouvons pas attendre pour agir. Les menaces qui pèsent sur les baleines noires de l'Atlantique Nord, une espèce menacée, demeurent; il faut agir maintenant. Plus précisément, il faut que les pêcheurs et les experts en technologie s'engagent pleinement à continuer de mettre à l'essai les technologies (y compris à plus grande échelle), en plus de faire évoluer et d'adapter ces technologies à chacune des pêches et des conditions uniques qui composent notre secteur. Pour cela, nous avons besoin de l'engagement et des efforts concertés de chacun.

« Veuillez établir un cadre permettant à toutes les personnes concernées de participer au processus visant à trouver une solution. Un tel cadre crée un soutien parmi les intervenants et facilite le processus. »

Participant au sommet selon l'enquête de suivi

Technologie émergente sans danger pour les baleines : engins sans fil

Nous avons entendu dire que plusieurs technologies sans fil nouvelles et émergentes sont en cours d'exploration. On nous a aussi fait part des expériences de l'industrie et des leçons tirées des récents essais d'engins sans fil. Il s'agit notamment des systèmes de bouées et de marquage, de la technologie de relâchement acoustique sur demande et de la cartographie virtuelle des engins.

Nous avons vu quelques réussites avec les engins sans fil jusqu'à présent (notamment pour la pêche au crabe acadien), ainsi que de réels défis (en particulier, pour la pêche hauturière du homard dans le sud-ouest de la Nouvelle-Écosse). En ce qui concerne le potentiel, l'efficacité pour l'utilisateur et l'application des technologies sans fil, voici ce que nous avons entendu :

On nous a dit que les applications les plus pertinentes et les plus bénéfiques des engins sans fil n'ont pas encore été pleinement comprises. Par conséquent, il y a beaucoup à apprendre et à explorer avant qu'il ne soit raisonnable d'envisager une application généralisée; cependant, nous avons également entendu que nous ne pouvons pas attendre pour agir. Les technologies sans fil peuvent fournir un moyen d'accéder aux pêches fermées dès maintenant, et beaucoup ont demandé des mesures concertées pour commencer immédiatement des essais plus étendus de ces technologies dans des zones fermées, où l'interaction avec les baleines peut être testée et mieux comprise.

Nous avons également entendu que les concepteurs et les producteurs d'engins de pêche sont désireux de travailler avec les pêcheurs pour tester et faire évoluer les engins, alors que l'industrie s'efforce de développer la technologie sans fil comme solution technologique viable et pratique sans danger pour les baleines dans les années à venir.

« Le sommet a été un excellent endroit pour faire avancer de nombreuses idées. En particulier, les expositions d'engins du salon professionnel constituaient un pas important pour faire avancer les conversations. »

Participant au sommet selon l'enquête de suivi

Ce que nous avons entendu sur les engins de pêche abandonnés, perdus ou rejetés

Le sommet a été l'occasion d'en apprendre davantage sur les efforts déployés pour résoudre le problème des engins de pêche abandonnés, perdus ou rejetés, que beaucoup appellent « engins fantômes », ou plus exactement « engins perdus ». Les engins perdus sont à la fois mortels et coûteux, car ils présentent des risques d'empêtrement pour les baleines et les engins, des coûts pour les pêcheurs et l'environnement, et des problèmes de sécurité liés aux engins eux-mêmes; cependant, il y a beaucoup à faire pour poursuivre les efforts entrepris jusqu'à présent.

Nous avons entendu des exemples encourageants et inspirants d'efforts fructueux pour réduire, récupérer et recycler les engins perdus, ainsi que les solutions technologiques et les programmes en cours d'élaboration pour soutenir ces travaux. Nous avons également entendu parler des défis inhérents qui doivent être pris en compte pour aller de l'avant, ainsi que des questions auxquelles il faut encore répondre pour s'attaquer efficacement à ce problème. Voici ce qui ressort de la technologie et des programmes dédiés aux engins abandonnés, perdus ou rejetés.

Technologie

Il existe toute une gamme de systèmes de surveillance électronique et d'outils de visualisation, qui sont utilisés pour permettre la surveillance des engins, la prévention des pertes et les initiatives de récupération dans le monde entier. Ces outils se concentrent sur la manière d'améliorer les connaissances et la précision de la localisation des engins, tout en fournissant un moyen utile de déterminer la meilleure stratégie de récupération, que ce soit par plongée, grappin, chalut, systèmes de flottaison pour l'enlèvement en surface, ou engins sous-marins téléguidés. Des exemples notables ont été présentés, provenant de la côte ouest et de la région du Pacifique ainsi que de l'Europe, y compris l'Islande et la Norvège, et les efforts de collaboration menés par la collaboration avec KIMO International.

Signalement des engins de pêche – Lorsque nous avons parlé d'avoir recours au signalement des engins de pêche pour la durabilité des pêches, nous avons entendu dire qu'il y a des avantages très réels à en tirer, notamment une traçabilité accrue des engins, la possibilité de récupérer les engins et l'atténuation des empêtrements (baleines et engins). En outre, la surveillance représente une occasion de déterminer les tendances en matière de perte et les conditions pertinentes, afin de contribuer à la prévention des pertes futures. La durabilité des engins actuels, par exemple la résistance des cordes, a également été ciblée comme faisant partie du problème des engins perdus. À plus long terme, la question est donc de savoir comment les futures options de conception et de modification des engins pourraient être développées pour assurer une utilisation et une santé plus durables des océans.

Nous avons également entendu parler des questions et des préoccupations soulevées par le suivi et le signalement des engins de pêche. Plus précisément, comment les renseignements sur les engins perdus seront-ils utilisés et diffusés? Quelles sont les répercussions pour les sanctions ou les changements de réglementation liés à l'intervention? Et quelles sont les préoccupations en matière de protection de la vie privée qui pourraient exister ou émerger? Nous avons entendu qu'un flux significatif d'information est fortement souhaité, et qu'il existe une occasion pour les pêcheurs de participer à la conception de solutions pertinentes, y compris de contribuer aux réglementations qui pourraient être envisagées.

Prévention ou récupération pour le Canada – En ce qui concerne la question de l'investissement technologique pour le Canada en 2020 (prévention ou technologie), les avis sont partagés. Cependant, nous avons entendu que les deux sont nécessaires : la récupération peut améliorer les efforts de prévention en retirant les engins qui présentent un risque d'empêtrement pour les baleines ainsi que d'autres engins. La prévention est la clé d'un changement systémique à long terme et de la réduction globale des engins perdus. En fin de compte, une approche globale qui reflète ces deux aspects et qui fait appel à tous les partenaires sera nécessaire pour parvenir à une solution complète. En attendant, les stratégies de réduction et de prévention existantes à l'échelle mondiale fournissent d'excellents renseignements et des modèles éprouvés sur lesquels s'appuyer.

Utilisation de la surveillance électronique actuelle pour atténuer l'incidence des engins abandonnés, perdus ou rejetés – La surveillance électronique des engins, le radar à balayage latéral pour cartographier et identifier les engins perdus, et les outils de visualisation font partie des innovations technologiques dont nous avons discuté. Nous avons entendu qu'une utilisation efficace de ces outils peut accroître la sensibilisation aux engins perdus, leur localisation et leur récupération, ainsi que réduire le vandalisme et le vol d'engins. On nous a dit que la récupération n'est qu'un élément d'une approche efficace.

« Le MPO peut continuer à faire des progrès dans la technologie des engins de pêche grâce à des mécanismes de financement et à des partenariats avec l'industrie, les ingénieurs et les scientifiques. »

 Participant au sommet selon l'enquête de suivi

Programmes

Nous avons entendu que les programmes et les efforts de collaboration sont aussi importants que la technologie et l'innovation pour relever les défis complexes que posent les engins abandonnés, perdus ou rejetés. Il est important de noter qu'il existe de nombreux exemples remarquables et inspirants dont nous pouvons tirer des enseignements. Des projets et des modèles de collaboration existent dans de nombreux pays à des degrés divers, peut-être plus particulièrement dans les pays européens. À l'échelle mondiale, l'initiative Global Ghost Gear Initiative (GGGI), axée sur la réduction, le retrait et le recyclage, représente une occasion importante de travailler collectivement à la résolution du problème des engins perdus. Le Canada est désormais signataire de la GGGI et a des projets actifs en cours.

Exigences d'un partenariat efficace – Nous avons entendu dire que la confiance, la transparence, la participation des pêcheurs et des collectivités locales, la collaboration avec les partenaires industriels concernés, la formation continue et une approche « sans reproche » sont essentielles à un partenariat efficace. Les pêcheurs, les organisations non gouvernementales, le gouvernement, les installations de collecte des déchets, les groupes côtiers, les habitants locaux et les collectivités locales ont tous un rôle à jouer dans la réalisation de changements durables. Pour réussir, il est également essentiel d'amener tous les partenaires à se réunir pour se concentrer sur les solutions, plutôt que de blâmer les partenaires.

Ressources nécessaires pour le recyclage – La récupération, la collecte et le traitement efficaces des engins perdus sont une entreprise coûteuse, qui nécessite de nombreux participants et des installations appropriées, notamment pour la collecte, la manipulation, le transport et le traitement. Ce processus nécessite des investissements en capital ainsi que des frais de fonctionnement permanents, et l'accès aux installations nécessaires peut entraîner des difficultés et des coûts de transport importants, en particulier entre les sites éloignés et les installations de traitement. Les options de fin de vie pour les vieux équipements constituent également un défi, et il n'existe actuellement aucune option de recyclage pour les plastiques mélangés.

Rôle de l'éducation et de la sensibilisation – Le problème des engins perdus est une question complexe qui nécessite un effort soutenu et hautement collaboratif pour être traitée. Par conséquent, l'éducation et la sensibilisation de l'industrie sont essentielles à la réussite des efforts de prévention et de récupération. Nous avons également entendu que la pollution marine de toutes origines est un problème encore plus important que les engins perdus et qu'il est très important aux yeux des consommateurs. Cependant, les consommateurs ne sont généralement pas conscients que leur comportement individuel en matière d'élimination des déchets et des plastiques est un facteur important. Néanmoins, le potentiel est bien réel pour attirer directement les consommateurs en soutenant les efforts collectifs de l'industrie pour récupérer et enlever les engins de pêche perdus, et ainsi nettoyer nos océans pour le bénéfice et le plaisir de tous.

Commentaires reçus sur le sommet

Nous avons reçu des commentaires très positifs sur le sommet, en particulier sur la structure et le programme, la composition des participants, l'expérience globale et les points à retenir. Quelques thèmes sont ressortis.

Le dialogue et la collaboration sont essentiels – Les questions au cœur du sommet sont complexes et cruciales, et chacun a un rôle à jouer. Le sommet a été une formidable occasion de réunir un groupe diversifié de membres du secteur pour partager, apprendre et explorer ce qui est possible pour permettre la croissance et le succès continus de nos pêches, la santé et l'avenir des baleines noires menacées, et les océans dont tous deux dépendent. La diversité des participants a été remarquée et appréciée : pêcheurs/récoltants, développeurs et producteurs de technologies, scientifiques, organisations non gouvernementales, intervenants dans le domaine des mammifères marins et gouvernement.

Poursuivre (et élargir) la conversation – Nous avons entendu qu'il y a un intérêt à poursuivre la conversation, avec l'inclusion d'un nombre encore plus important de pêcheurs dans le processus, ainsi que des représentants de l'industrie de l'aquaculture, qui est devenue un membre important de l'industrie. Les pêcheurs ont parlé de l'importance de conversations plus ciblées pour explorer les défis et les possibilités uniques associés à chaque pêche et à chaque zone, ainsi que l'emplacement, les conditions océaniques et les facteurs de saisonnalité pour chacun. De nombreux participants souhaitent également que les fonctionnaires du MPO jouent un rôle plus important dans les présentations officielles des prochains sommets et qu'ils abordent les questions relatives au cadre réglementaire ainsi qu'aux décisions de gestion, aux processus décisionnels et aux calendriers.

« Parlez avec les pêcheurs, ils ont les meilleures connaissances en matière de faisabilité des technologies et des innovations dans le domaine de la pêche. Comprenez que chaque pêche dans chaque zone est différente et qu'il est donc déconseillé de prendre des décisions pour plusieurs zones en se basant sur la consultation et l'information d'une seule zone ou de quelques zones limitées. Entretenez le sentiment de confiance et faites preuve de transparence dans la communication avec les pêcheurs. Il est beaucoup plus facile de perdre la confiance que de la gagner, et sans confiance, rien ne peut être accompli efficacement. »

Participant au sommet selon l'enquête de suivi

L'optimisme, la détermination et l'espoir existent – Nous avons entendu tous ces sentiments, ancrés dans les antécédents d'innovation et de créativité qui sont au cœur du secteur de la pêche. Comme l'a résumé avec passion l'un des participants : « Les pêcheurs savent résoudre les problèmes de manière fondamentalement créative et savent trouver des solutions innovantes; c'est la nature de leur travail. Il y a de l'espoir par rapport à ce qu'il est possible de faire. ».

Le format fonctionnait bien; la période de questions et réponses était courte – Le format du sommet a offert une réelle occasion d'apprendre, d'échanger et d'explorer. Les présentations et le temps de dialogue de grande qualité, ainsi que le salon professionnel bien rodé présentant des technologies et des initiatives innovantes, ont assuré que le temps passé au sommet était bien investi.

La période de questions et réponses a représenté un défi tout au long du sommet et les participants avaient beaucoup de questions à poser aux présentateurs, dont plusieurs sont restées sans réponse. Ces questions ont été saisies en ligne sur SLIDO et distribuées aux présentateurs après le sommet.

Résultats de l'enquête postérieure au sommet – Environ 20 % des participants ont fait part de leurs commentaires dans l'enquête postérieure au sommet.

 

Date modified:
Date de modification :