Cadre de référence

Évaluation de l’impact environnemental du traitement contre le pou du poisson avec le pesticide SLICE® dans des installations aquicoles de Colombie-Britannique

Processus de consultation scientifique régional du Pacifique

Les 18 et 19 octobre 2011
Sidney, C.-B.

Président de la réunion : Andrew Ross

Contexte

Le pou du poisson est un parasite naturel du saumon et d’autres espèces de poissons vivant dans les eaux canadiennes et internationales. Le saumon d’élevage peut être infesté par le pou du poisson, et il est possible que des poux soient transférés entre les populations d’élevage et les populations sauvages. Pêches et Océans Canada (MPO) sait qu’il est possible qu’une forte infestation de poux du poisson ait un impact sur la survie des très jeunes saumons. Les concentrations de poux du poisson font l’objet d’une surveillance attentive dans les installations d’élevage du saumon en Colombie-Britannique, ce qui réduit le risque d’infestation des poissons vivant à l’extérieur des installations. Parmi les stratégies utilisées pour lutter contre le pou du poisson, mentionnons la mise en jachère (modification des cycles de production pour limiter la présence de poissons d’élevage au cours de périodes clés), la récolte et le traitement préventif des installations aquicoles avec des agents chiomiothérapeutiques antiparasitaires. SLICE®, dont la matière active est le benzoate d'émamectine (BE), est le principal produit chimique utilisé pour lutter contre le pou du poisson dans les installations d’élevage en Colombie-Britannique. Lorsque de tels traitements contre le pou du poisson sont utilisés dans des installations d’élevage en cage situées en milieu marin, il est possible que ces produits chimiques contaminent l’environnement en général par diverses voies (p. ex. dissolution, transport des particules et sédimentation). Il est donc possible que des produits chimiques soient présents dans la colonne d’eau, qu’ils s’accumulent dans les écosystèmes benthiques et que des organismes non ciblés y soient exposés. Depuis quelques années, la Direction des sciences du MPO effectue des recherches sur le devenir du BE et les concentrations environnementales de cette substance après l’utilisation de SLICE® à un certain nombre d’installations d’élevage du poisson en C.-B. Cette recherche est en partie financée par le Programme de recherche sur la réglementation de l’aquaculture (PRRA), un programme interne du MPO qui finance des recherches pour accroître la base de connaissances scientifiques servant de fondement aux processus réglementaires et décisionnels environnementaux (axés sur l’écosystème) visant le secteur aquicole (Programme de recherche sur la réglementation de l'aquaculture (PRRA)). Gestion des pêches et de l’aquaculture du MPO a demandé qu’un processus de consultation scientifique régional ait lieu pour que l’on puisse faire le point sur les résultats des recherches que mène le MPO sur le devenir du BE après l’application de SLICE® dans les installations d’élevage en cage situées en milieu marin. On a demandé qu’un examen scientifique soit effectué pour corroborer les voies de dissémination susmentionnées et qu’un avis scientifique soit formulé sur la distribution potentielle et les interactions environnementales du BE à proximité des installations d’élevage du poisson en C.-B.

Objectifs

Le principal objectif de cette réunion du processus de consultation scientifique régionale (PCSR) sera de répondre à la question générale suivante:
Est-ce que l’utilisation actuelle de SLICE® dans les installations d’élevage du poisson en C.-B. fait en sorte que des organismes non ciblés sont exposés à des concentrations de benzoate d'émamectine (BE) suffisamment élevées pour provoquer des effets biologiques? Le document de travail suivant sera passé en revue et servira de fondement pour l’examen des questions ci-après et l’avis sur celles-ci.

Ikonomou, M.G. Environmental Fate and Potential Biological Effects of the Anti-Parasitic Chemo-therapeutant Emamectin Benzoate (active ingredient of SLICE®) (Devenir dans l’environnement et effets biologiques potentiels de l’agent chiomiothérapeutique antiparasitaire benzoate d'émamectine[matière active de SLICE®]) ‑ Document de travail du CASP 2011/P14.

Questions à traiter
  1. Est-ce que le benzoate d'émamectine (BE) est détecté dans les eaux et les sédiments situés à proximité des installations d’élevage du poisson ainsi qu’à des sites de référence éloignés des eaux côtières de la C.-B.?
  2. Le cas échéant, quelle est la distribution spatiale et temporelle du BE à proximité des installations d’élevage du poisson après l’application de SLICE®, et comment cela se compare aux sites de référence?
  3. En quoi les traces de BE sont-elles liées aux conditions locales (p. ex. sites de dépôt vs de dispersion, pH), et est-ce que la distribution et la décomposition du BE peuvent être mieux modélisées?
  4. Comment peut-on comparer les concentrations de BE mesurées dans l’eau et les sédiments aux sites de référence et dans les 300 mètres entourant les installations d’élevage du poisson à celles mesurées chez des organismes non visés (p. ex. crevettes) et à celles qui, selon des études toxicologiques, ont des effets biologiques?

Le but de la première journée sera de passer en revue les résultats d’une récente étude effectuée par les Sciences du MPO dont l’objectif était de mesurer les concentrations de BE dans l’eau et les sédiments aux sites de référence et dans les installations d’élevage du poisson avant, pendant et après l’application de SLICE®. Pendant le jour 1, on procédera également à un bref examen de la méthode élaborée pour l’analyse du BE ainsi que de l’information disponible sur la toxicité du BE pour les organismes marins benthiques. Le but de la deuxième journée sera de traiter du plus grand nombre des questions susmentionnées possible, selon l’information disponible, ainsi que de formuler un avis et des recommandations concernant l’utilisation de SLICE® pour la lutte contre le pou du poisson dans les installations aquicoles en C.-B.

Publications prévues

Les publications prévues comprennent un document de recherche, un avis scientifique et un compte rendu du SCCS.

Participants

Parmi les participants invités, mentionnons des représentants du MPO (Sciences, Gestion de l’aquaculture, Gestion des écosystèmes), d’Environnement Canada, de Santé Canada, des Premières nations, du milieu universitaire, d’organisations non gouvernementales et de l’industrie aquicole ainsi que des fabricants de produits pharmaceutiques pour l’aquaculture, selon les connaissances et l’expertise nécessaires pour ce processus de consultation scientifique.

Date de modification :