Avis scientifique 2019/022

Avis découlant de l’évaluation des risques pour le saumon rouge du fleuve Fraser que représente le transfert de l’orthoréovirus pisciaire (RVP) à partir des fermes de saumon de l’Atlantique situées dans la région des îles Discovery, en Colombie-Britannique

Sommaire

Évaluation des risques que représente le transfert de l’orthoréovirus pisciaire (RVP-1)

  • Il a été établi que le RVP-1 disséminé à partir des fermes de saumon de l’Atlantique (Salmo salar) exploitées dans la région des îles Discovery présente un risque minimal pour l’abondance et la diversité du saumon rouge du fleuve Fraser (Oncorhynchus nerka). Les incertitudes varient d’une certitude élevée à une forte incertitude (voir ci-dessous).
  • L’évaluation a été effectuée à l’aide de données scientifiques pertinentes sur l’orthoréovirus pisciaire (RVP-1), y compris des données sur la santé des poissons d’élevage, des pratiques actuelles de gestion de la santé des poissons, des enquêtes et des études sur le saumon sauvage et le saumon mis en valeur en Colombie-Britannique.
  • L’évaluation des risques a été effectuée d’après les constatations selon lesquelles toutes les fermes actives finissent probablement par révéler la présence du RVP-1 et le saumon rouge du fleuve Fraser est sensible à l’infection par le RVP-1.
  • L’évaluation des risques suppose :
    • l’excrétion continue du RVP-1 à partir des fermes, que le temps et la dose d’exposition sont suffisants pour entraîner une infection chez au moins un saumon rouge du fleuve Fraser lors de sa migration dans la région des îles Discovery;
    • que les résultats des études de laboratoire sur l’incidence de l’infection par le RVP‑1 chez le saumon rouge juvénile sont représentatifs de ce qui se passe dans les milieux marins.
  • L’évaluation globale de la probabilité a permis de conclure que l’infection par le RVP-1 d’au moins un saumon rouge du fleuve Fraser, au stade juvénile ou adulte, attribuable au saumon de l’Atlantique de la région des îles Discovery est très probable, les incertitudes aux différentes étapes variant d’une certitude élevée à une forte incertitude.
  • L’évaluation des conséquences a permis de conclure que l’ampleur potentielle des conséquences sur l’abondance et la diversité du saumon rouge du fleuve Fraser est négligeable, avec une certitude raisonnable pour les juvéniles et une incertitude raisonnable pour les adultes. Les niveaux d’incertitude de cette conclusion ont fait l’objet de discussions et les participants sont arrivés à des conclusions différentes sur l’applicabilité et l’abondance des données à l’appui des estimations de l’incertitude.
  • Les principales incertitudes dans cette évaluation des risques sont :
    • la forte incertitude liée à la probabilité d’infection du saumon rouge du fleuve Fraser par le RVP-1 à partir des fermes de saumon de l’Atlantique infectées, compte tenu du manque de données permettant d’estimer la concentration du RVP-1 attribuable aux fermes de saumon de l’Atlantique infectées et puisque la durée d’exposition requise pour que l’infection par le RVP-1 se produise et la dose infectieuse minimale du RVP-1 pour le saumon rouge sont inconnues;
    • l’incertitude raisonnable liée à l’évaluation des conséquences étant donné l’applicabilité des données indirectes et des études de laboratoire pour estimer les conséquences pour le saumon rouge adulte.
  • Cette évaluation des risques s’est appuyée sur un résumé de l’état actuel des connaissances relatives à l’orthoréovirus pisciaire (RVP) et aux maladies connexes (Polinski et Garver, 2019), dont les principaux éléments sont résumés ci-dessous.

Caractérisation de l’orthoréovirus pisciaire (RVP) et des maladies connexes

  • Des trois génogroupes connus de RVP, le RVP-1 est présent en Colombie-Britannique, en Norvège et dans d’autres régions. La variante du RVP-1 trouvée en Colombie‑Britannique fait l’objet de l’évaluation des risques.
  • Les données norvégiennes suggèrent qu’il existe une variation de la virulence parmi les souches de RVP-1. Le RVP-1 de la Colombie-Britannique présente une variabilité génétique moindre et une virulence moindre pour le saumon de l’Atlantique que le RVP-1 de la Norvège.
  • Le RVP-1 est omniprésent et très répandu chez le saumon de l’Atlantique et le saumon quinnat d’élevage en parcs en filet marins de la Colombie-Britannique. Le RVP-1 a une vaste aire de répartition géographique parmi le saumon sauvage du Pacifique (C.-B., Alaska et Washington), mais sa prévalence est plus faible que celle du saumon d’élevage et elle varie selon les espèces et les stocks.
  • La preuve de l’infection par le RVP-1 repose sur l’utilisation de méthodes moléculaires qui détectent la présence de matériel génétique du RVP-1, mais cela n’indique pas que le RVP-1 est infectieux.
  • Le RVP-1 infecte les globules rouges. Des charges élevées du RVP-1 ont été signalées dans des essais de provocation en laboratoire menés sur des saumons de l’Atlantique ou des saumons rouges juvéniles. Cependant, cela ne permettait pas de prédire l’évolution de la maladie.
  • Les saumons d’élevage et les saumons sauvages de la Colombie-Britannique semblent les plus susceptibles d’être infectés par le RVP-1 dans l’eau de mer, bien que des infections chez des saumons juvéniles aient été signalées en eau douce.
  • Le saumon rouge semble moins sensible à l’infection que le saumon de l’Atlantique en Colombie-Britannique après une exposition expérimentale.
  • Dans les parcs en filet marins, le RVP-1 a été associé à une grave inflammation cardiaque chez le saumon de l’Atlantique d’élevage et au syndrome de l’anémie et de la jaunisse chez le saumon quinnat d’élevage en Colombie-Britannique, mais aucun lien de causalité n’a été établi.
  • Dans des essais de provocation en laboratoire menés sur des saumons de l’Atlantique juvéniles, lorsque des charges virales élevées ont été générées, la variante du RVP-1 de la Colombie-Britannique a révélé une augmentation de la prévalence des lésions cardiaques de mineures à modérées, sans aucun mortalité de poissons, signes cliniques, ni anémie.
  • Dans quatre essais de provocation en laboratoire menés sur des saumons rouges juvéniles, des charges virales élevées du RVP-1 ont été générées sans aucun mortalité de poissons, signes cliniques, ni anémie. Les résultats de l’histopathologie n’ont pas pu être attribués au RVP-1.
  • Aucune altération de la fonction respiratoire n’a été démontrée chez les saumons de l’Atlantique ou les saumons rouges juvéniles infectés par le RVP-1 de la Colombie‑Britannique dans des conditions expérimentales.
  • D’après les observations décrites ci-dessus, les données actuelles ne permettent pas de conclure que le RVP-1 de la Colombie-Britannique entraîne des maladies ou la mortalité chez le saumon rouge.

This Science Advisory Report is from the January 28-30, 2019 National Peer Review Meeting on Assessment of the risk to Fraser River Sockeye Salmon due to piscine orthoreovirus (PRV) transferred from Atlantic Salmon farms located in the Discovery Islands area, British Columbia. Additional publications from this meeting will be posted on the Fisheries and Oceans Canada (DFO) Science Advisory Schedule as they become available.

 Document PDF complet

Avis d’accessibilité :

Ce document est disponible en format PDF. Si le document suivant ne vous est pas accessible, veuillez communiquer avec le Secrétariat pour l’obtenir sous une autre forme (par exemple un imprimé ordinaire, en gros caractères, en braille ou un document audio).

Date de modification :