Document de recherche 2013/058

Conditions météorologiques, de la glace de mer et océanographiques physiques sur le plateau néo-écossais et dans le golfe du Maine en 2012

Par D. Hebert, R. Pettipas, D. Brickman et M. Dever

Résumé

En 2012, l'indice d'oscillation nord-atlantique en hiver était supérieur à la moyenne de 1981 à 2010 (+ 11,8 hPa, + 1,3 ÉT [écart type]), se classant ainsi au quatrième rang des valeurs les plus élevées, et ce, deux ans après avoir atteint la valeur la plus basse enregistrée. Supérieures à celles observées en 2011, les températures atmosphériques moyennes s'échelonnaient entre + 1,3 °C (Saint John, au Nouveau-Brunswick) et + 1,7 °C (Shearwater [Halifax], île de Sable et Sydney, en Nouvelle-Écosse) au-dessus de la normale en 2012, avec un écart type de + 1,8 à + 2,5. Il n'y a pratiquement pas eu de glace sur le plateau néo-écossais à partir du mois d'avril 2009, jusqu'à la fin de la saison en mai 2012. Le volume de glace pour 2012 se situait au quatrième rang des volumes les plus bas enregistrés en 51 ans. Seules les années 1969, 2010 et 2011 ont connu une couverture et un volume de glace plus faibles. Des anomalies de température positive de la surface de la mer (SST) ont prévalu dans toute la région en 2012, avec des valeurs représentatives d'environ + 1,7 à + 2,5 °C (+ 1,4 à + 3,2 ÉT). Aux sites de surveillance côtière à long terme de St. Andrews, au Nouveau-Brunswick, et de Halifax, en Nouvelle-Écosse, on a enregistré de faibles anomalies de SST annuelle de + 1,8 °C (+ 3,2 ÉT) et de + 1 °C (+ 1,4 ÉT) en 2012, qui étaient supérieures de + 1 °C et de + 0,5 °C à celles observées en 2011. À des endroits choisis à l’échelle de la région, les anomalies annuelles de température étaient positives en 2012 : + 0,9 °C (+ 2,7 ÉT) entre 200 et 300 m dans le détroit de Cabot (le plus chaud en 61 ans), + 1,3 °C (+ 2 ÉT) dans la strate de 100 m du banc de Misaine (second rang des années les plus chaudes), + 0,7 °C (+ 0,9 ÉT) dans la strate de 250 m du bassin Émeraude, + 3,4 °C (+ 4,3 ÉT) dans la strate de 50 m du haut-fond Lurcher (année la plus chaude) et + 0,5 °C (+ 0,9 ÉT) dans la strate de 200 m du bassin Georges (les deux années précédentes ont connu les températures les plus élevées). Les anomalies de température au fond dans les divisions 4VWX de l’Organisation des pêches de l'Atlantique Nord-Ouest étaient toutes positives en 2012 et allaient de + 0,5 °C (+ 1,2 ÉT) dans la zone 4Vn à + 2,1 °C (+ 3 ÉT) dans la zone 4X. La stratification moyenne sur le plateau néo-écossais a considérablement augmenté par rapport à 2011, atteignant une valeur semblable à celle observée en 2010 de même que le quatrième rang sur le plan de la stratification la plus forte jamais enregistrée. Cette augmentation de la stratification de 2011 à 2012 s'explique principalement par la hausse de la température de la surface. Depuis 1950, la stratification a lentement augmenté sur le plateau néo-écossais principalement en raison d'une dessalure des eaux superficielles. Un indice composite composé des températures de la mer de la surface au fond à l’échelle de la région révèle que 2012 était l'année la plus chaude en 43 ans, avec une anomalie normalisée de + 2,8 ÉT par rapport à la période allant de 1981 à 2010.

 Document PDF complet
(51 pages; 7472 K)

Offre de produire le document dans les deux langues officielles :

Ce rapport contient des termes scientifiques et techniques; il a été publié dans la langue officielle du groupe de travail ou du scientifique expert qui l’a produit. Si ce document n’est pas disponible dans la langue officielle de votre choix, veuillez communiquer avec le Secrétariat.

Avis d’accessibilité :

Ce document est disponible en format PDF. Si le document suivant ne vous est pas accessible, veuillez communiquer avec le Secrétariat pour l’obtenir sous une autre forme (par exemple un imprimé ordinaire, en gros caractères, en braille ou un document audio).

Date de modification :