Document de recherche 2012/012

Propriétés optiques, chimiques et biologiques de l’océan dans la région des Maritimes, en 2009 et 2010

Par C. Johnson, G. Harrison, E. Head, J. Spry, K. Pauley, H. Maass, M. Kennedy, C. Porter, I. Yashayaeva et B. Casault

Résumé

On examine les conditions océanographiques optiques, chimiques et biologiques dans la région des Maritimes (banc Georges, est du golfe du Maine, baie de Fundy et plate-forme néo-écossaise) au cours de 2009 et de 2010, puis on les compare aux conditions observées au cours de l'année précédente et à long terme, s’il y a lieu. En plus des descriptions des séries de données de base du Programme de monitorage de la zone atlantique (PMZA) (stations fixes, transects saisonniers, relevés au chalut de l'écosystème ou du poisson de fond, télédétection), on examine un certain nombre de données de l'extérieur de la région afin de donner une vue d’ensemble de la zone.

Les propriétés optiques aux stations fixes de la région des Maritimes en 2009 et en 2010 différaient d’un endroit à l’autre, mais en général, étaient comparables aux conditions observées les années précédentes.

Au cours de l'hiver, les concentrations d'éléments nutritifs dans les eaux de surface à Halifax 2 se situaient à des niveaux habituels en 2009, mais étaient légèrement en dessous de la moyenne en 2010; les concentrations d'éléments nutritifs étaient supérieures à la normale en 2009 et en 2010 à Prince 5. Les concentrations d'éléments nutritifs en profondeur (plus de 50 m) au printemps étaient plus faibles que la normale dans le bassin d'Émeraude et à l'ouest de la plate-forme en 2010, mais étaient supérieures à la normale en été. Dans l'ensemble, les anomalies annuelles relatives aux éléments nutritifs étaient à des niveaux élevés records en 2009 et à des niveaux bas presque records en 2010 dans les eaux de la région des Maritimes.

Le cycle de croissance saisonnière du phytoplancton dans la région des Maritimes en 2009 était anodin, c'est-à-dire qu'il était semblable aux conditions observées précédemment. En 2010, cependant, l'efflorescence printanière a commencé beaucoup plus tôt que d'habitude et était semblable aux conditions observées en 1999 au commencement du Programme de monitorage de la zone atlantique. L'année 2010 peut représenter une forte classe d'âge pour la morue et l'aiglefin, comme en 1999, si l'on tient compte de l'analyse des données préliminaires. La structure de la communauté du phytoplancton aux deux stations fixes en 2009 et en 2010 était semblable à celle observée au cours d'années précédentes avec la domination de diatomées au cours de l'efflorescence printanière, de flagellés au cours de l'été et de l’automne à Halifax 2 et de diatomées dans la communauté à Prince 5 toute l'année. L'abondance relative de ciliés a augmenté dans les deux stations en 2009 et en 2010. Dans l'ensemble, les anomalies annuelles relatives au phytoplancton ont laissé entendre que les conditions étaient presque normales en 2009 et en 2010, malgré le début précoce de l'efflorescence printanière en 2010.

Les anomalies annuelles relatives au phytoplancton étaient inférieures à la normale en 2009 et presque normales en 2010, et la période de biomasse maximale saisonnière était normale ou presque normale au cours des deux années. L'abondance du copépode dominant Calanus finmarchicus et la quantité totale de copépodes étaient inférieures à la normale presque tout au long de l'année 2010 à Halifax 2, mais elles ont connu des pics importants en avril et en juin. Les anomalies relatives à la biomasse et à l'abondance du zooplancton étaient variables sur le plan spatial en 2010, avec des valeurs plus élevées dans le détroit de Cabot et à l'est de la plate-forme néo-écossaise.

L'oscillation nord-atlantique anormalement basse en 2010 peut présager des changements environnementaux en 2011-2012.

 Document PDF complet
(68 pages; 9362 K)

Offre de produire le document dans les deux langues officielles :

Ce rapport contient des termes scientifiques et techniques; il a été publié dans la langue officielle du groupe de travail ou du scientifique expert qui l’a produit. Si ce document n’est pas disponible dans la langue officielle de votre choix, veuillez communiquer avec le Secrétariat.

Avis d’accessibilité :

Ce document est disponible en format PDF. Si le document suivant ne vous est pas accessible, veuillez communiquer avec le Secrétariat pour l’obtenir sous une autre forme (par exemple un imprimé ordinaire, en gros caractères, en braille ou un document audio).

Date de modification :