Document de recherche 2009/022

État des ressources physiques et biologiques et de certaines ressources halieutiques des écosystèmes des eaux canadiennes du Pacifique

Par W.R. Crawford et J.R. Irvine

Résumé

Les eaux au large de la côte canadienne du Pacifique étaient les plus froides en 50 ans, et ce refroidissement s’étendait loin dans l'océan Pacifique et au sud le long de la côte américaine. Les températures près des côtes ont aussi baissées, de même que la température des eaux profondes du détroit de Géorgie. Seules les températures de surface dans le détroit de Géorgie sont restées près ou au-dessus de la normale. Ce refroidissement est associé aux conditions météorologiques typiques de La Niña et de la phase froide locale de l’oscillation décennale du Pacifique (ODP).

Les concentrations de phytoplancton et de zooplancton dans les eaux de surface du golfe de l’Alaska étaient, selon une décennie d’observation, plus élevées que jamais en août et en septembre 2008. On n’en connaît pas encore la cause, mais on pense que ce pourrait être dû à une injection de fer par les vents ou par les courants (le fer est un élément nutritif limitant dans cette région), ainsi qu’à des niveaux plus élevés de nitrate et de silicate au printemps. Un échantillonnage à bord de navire du phytoplancton dans le détroit de Juan de Fuca a indiqué de fortes concentrations dans les eaux de surface au début de septembre. Les populations de zooplancton côtières et du large tendent de plus en plus vers les espèces d’eau froide et vers une prolifération printanière retardée. Dans le golfe de l'Alaska, la couche mélangée océanique était relativement profonde au début de 2008 et les concentrations d’oxygène de surface étaient relativement élevées au début de 2009. Cependant, au cours des dernières décennies, les concentrations d’oxygène ont en général diminué dans les eaux profondes, le long de la pente continentale. Il est probable que le déclin soudain en 2008 de la concentration d’oxygène dans les eaux de fond du plateau continental était dû à une remontée d'eau plus dense ayant une faible teneur en oxygène plutôt qu'à une baisse d’oxygène d’une masse d'eau particulière. Cette baisse d’oxygène a pu jouer un rôle dans le mouvement de certaines espèces de poisson de fond vers les eaux moins profondes en 2008.

En règle générale, des conditions marines froides améliorent le taux de survie marine du saumon. Cependant, en dépit des conditions océaniques plutôt froides en 2007 et en 2008, plusieurs populations de la C.-B. demeurent faibles en raison du faible nombre de géniteurs de l’année, en partie à cause des eaux océaniques chaudes de 2003 à 2005. Le retour des saumons rouges demeure généralement faible sur l’ensemble de la côte, sauf pour le saumon rouge de l'Okanagan qui retourna en nombre record en 2008. Les populations de saumon rouge du bassin hydrologique du fleuve Fraser ont subi en 2008 un fort taux de mortalité pendant la période précédant le frai et les adultes sont entrés dans le fleuve généralement tôt. Les populations de saumon coho du sud de la C.-B. restent très faibles, alors que les populations du nord se sont améliorées. La situation est d’une certaine façon renversée pour le saumon quinnat - les populations du nord continuent leur déclin alors que l’état du saumon quinnat du sud est fortement variable.

La classification des prédictions du taux de survie marin du saumon selon l’approche du «poids des indices» se montre prometteuse. En général, on prédit que le taux de survie du saumon coho et du saumon rouge qui sont allés en mer en 2008 sera moyen ou supérieur à la moyenne, ce qui suggère des retours améliorés du saumon coho en 2009 et du saumon rouge en 2010, par rapport à l’effectif de l’année d'éclosion. Une exception pourrait être le saumon coho du détroit de Géorgie. La biomasse des cinq stocks importants de hareng de la C.-B. a récemment diminué. Dans le bassin de Géorgie où la biomasse de hareng était à un niveau record au début du siècle, la biomasse a diminué en 2008 à un niveau près de celui de la limite de fermeture de pêche. Trois autres stocks canadiens de hareng se situaient à la limite de pêche ou au-dessous. Les populations d'eulakane demeurent faibles. Bien qu'il n'y ait eu aucun relevé de merlu à grande échelle en 2008, leur nombre sur le plateau continental de la C.-B. semble avoir été très bas, surtout sur les lieux traditionnels de pêche près du banc La Perouse; cette tendance se maintient depuis environ 2003-2004. Le nombre de crevettes roses et de soles anglaises le long de la côte ouest de l'île de Vancouver a augmenté en 2008.

Pour nombre de nos espèces de poissons, dont le saumon, les conditions de l'océan Pacifique se sont améliorées depuis l'année extrêmement mauvaise de 2005. L'eau froide a entraîné un contrôle ascendant du réseau trophique, ce qui a mené à l’amélioration du taux de survie marine pour plusieurs poissons juvéniles. On ne comprend pas pleinement les liens entre les conditions océaniques et le taux de survie des poissons et une étude plus approfondie des données existantes s’avère nécessaire.

 Document PDF complet
(129 pages; 6942K)

Offre active de produire le document dans les deux langues officielles :

Ce rapport contient des termes scientifiques et techniques; il a été publié dans la langue officielle du groupe de travail ou du scientifique expert qui l’a produit. Si ce document n’est pas disponible dans la langue officielle de votre choix, veuillez communiquer avec le Secrétariat.

Avis d’accessibilité :

Ce document est disponible en format PDF. Si le document suivant ne vous est pas accessible, veuillez communiquer avec le Secrétariat pour l’obtenir sous une autre forme (par exemple un imprimé ordinaire, en gros caractères, en braille ou un document audio).

Date de modification :