Document de recherche 2006/039

Bilan des conditions météorologiques, des conditions de la glace de mer et des températures de surface de la mer au large de la côte Est du Canada en 2005

Par Petrie, B., R.G. Pettipas, et W.M. Petrie

Résumé

Le présent rapport fait le bilan des conditions météorologiques, des conditions de la glace de mer et des températures de la surface de la mer (TSM) dans l’Atlantique Nord-Ouest en 2005. Après quatre années consécutives de valeurs sous la normale, l’indice d’oscillation nord-atlantique (ONA) a été au-dessus de la normale (~4,1 mb) en 2005. Un indice ONA positif correspond à des vents plus forts soufflant du nord-ouest, à des températures de l’air plus fraîches et à une perte de chaleur plus élevée des eaux océaniques durant l’hiver dans la mer de Labrador et sur une partie du plateau continental de Terre-Neuve et du Labrador. Cependant, sauf pour les observations faites en janvier, les températures de l’air ont été plus chaudes que la normale dans la mer de Labrador; qui plus est, les anomalies des vents d’hiver du National Centre for Environmental Prediction (NCEP) ont été généralement observées vers le nord de la mer de Labrador, contrairement à ce à quoi nous nous attendions pour une anomalie ONA positive. Les températures de l’air annuelles moyennes dans les zones de la mer et du plateau du Labrador, du plateau de Terre-Neuve, du golfe du Saint-Laurent et du plateau néo-écossais ont été de 0,7 °C à 2,2 °C au-dessus de la normale, alors que les températures de l’air dans le golfe du Maine ont été d’environ 0,4 °C sous la normale. À Terre-Neuve et au Labrador, la couverture de glace a été la 5e moins étendue en 43 ans et la saison des glaces a été généralement plus courte que la moyenne. Dans le golfe du Saint-Laurent, en 2005, la couverture de glace a été également inférieure à la normale, soit la 15e moins étendue en 43 ans, et la saison des glaces a été la 6e plus courte en 43 ans. Sur le plateau néo-écossais, la couverture de glace a été la 13e moins étendue en 44 ans et la saison des glaces a été la 17e plus courte en 44 ans, des valeurs qui sont toutes les deux inférieures à la normale. Seuls 11 icebergs ont atteint les Grands Bancs en 2005. Ce nombre est de beaucoup inférieur aux 262 dénombrés en 2004 et est le plus bas enregistré depuis 1985, année à partir de laquelle on commence à disposer de chiffres plus précis. Ce nombre est aussi le 7e plus bas enregistré depuis 126 ans. L’analyse des données satellitaires indique un gradient nord-sud des TSM qui va de pair avec la répartition des températures de l’air. En 2005, on a observé des anomalies positives des TSM annuelles allant de 0,6 °C à 1,3 °C, et ce, depuis la station Bravo, située dans la mer de Labrador, jusqu’au centre du plateau néo-écossais, à l’exception de l’estuaire du Saint-Laurent où l’on a observé une anomalie de près de 0 °C. L’ouest du plateau néo-écossais, le haut-fond Lurcher, la baie de Fundy et le banc Georges ont été plus froids que la normale; on y a observé des anomalies de TSM annuelles allant de 0 °C à 0,9 °C environ.

 Document PDF complet
(43 pages; 3 024 K)

Offre de produire le document dans les deux langues officielles :

Ce rapport contient des termes scientifiques et techniques; il a été publié dans la langue officielle du groupe de travail ou du scientifique expert qui l’a produit. Si ce document n’est pas disponible dans la langue officielle de votre choix, veuillez communiquer avec le Secrétariat.

Avis d’accessibilité :

Ce document est disponible en format PDF. Si le document suivant ne vous est pas accessible, veuillez communiquer avec le Secrétariat pour l’obtenir sous une autre forme (par exemple un imprimé ordinaire, en gros caractères, en braille ou un document audio).

Date de modification :