Document de Recherche 2000/059

Overview of meteorological and sea ice conditions off eastern Canada during 1999

Par K.F. Drinkwater, R.G. Pettipas, et W.M. Petrie

Résumé

Les conditions météorologiques et les conditions des glaces de mer au large de la côte est du Canada en 1999 sont passées en revue. Les températures annuelles moyennes de l’air dans presque tout le nord-ouest de l’Atlantique ont augmenté par rapport à 1998, établissant de nouveaux records entre le sud du Labrador et le cap Cod. Les anomalies maximales de la température de l’air et les plus fortes augmentations par rapport à 1998 ont été observées dans le golfe du Saint-Laurent et les régions du plateau néo-écossais et de l’est de Terre-Neuve. Sur le plan saisonnier, les températures de l’air dans la majeure partie du nord-ouest de l’Atlantique ont été supérieures à la normale pour 10 des 12 mois de l’année 1999. Seule la partie de la mer du Labrador située à l’ouest du Groënland n’a pas connu de températures chaudes. L’indice de l’oscillation nord-atlantique (ONA) pour 1999 a nettement dépassé la normale et inversé la tendance des trois dernières années qui affichait des valeurs inférieures ou près de la normale. Cette augmentation indique que la circulation atmosphérique à grande échelle, y compris la dépression d’Islande et l’anticyclone des Açores, s’est intensifiée. L’indice de 1999 est similaire aux valeurs obtenues durant la période froide du début des années 1990. Sur les plates-formes du sud du Labrador et de Terre-Neuve, l’apparition des glaces a généralement suivi le calendrier normal, mais leur disparition a été hâtive. Les glaces ont donc été présentes moins longtemps que d’habitude. En outre, leur couverture dans ces zones a été inférieure à la moyenne de 1999, quoique similaire à 1998. Seulement 22 icebergs ont atteint les Grands Bancs, comparativement à 1 384 l’année précédente. Le nombre plus faible d’icebergs de 1999 concorde avec la moindre couverture des glaces à la fin de la saison et avec les températures de l’air généralement supérieures à la normale. Dans le golfe du Saint-Laurent, l’apparition des glaces de mer a également suivi le calendrier normal et, malgré une tendance à disparaître plus tôt que la normale, leur disparition sur de grandes étendues a été plus tardive que la normale. Peu ou pas de glaces ont atteint le plateau néo-écossais, et la superficie couverte par les glaces dans la zone de Sydney Bight au large du cap Breton a été très inférieure à la normale.

 Document PDF complet
28 pages (2547K)

Offre de produire le document dans les deux langues officielles :

Ce rapport contient des termes scientifiques et techniques; il a été publié dans la langue officielle du groupe de travail ou du scientifique expert qui l’a produit. Si ce document n’est pas disponible dans la langue officielle de votre choix, veuillez communiquer avec le Secrétariat.

Avis d’accessibilité :

Ce document est disponible en format PDF. Si le document suivant ne vous est pas accessible, veuillez communiquer avec le Secrétariat pour l’obtenir sous une autre forme (par exemple un imprimé ordinaire, en gros caractères, en braille ou un document audio).

Date de modification :