R et D en aquaculture au Canada de 2013

Mollusques et crustacés : huîtres

Une approche novatrice pour le tri des naissains dans les petites exploitations aquacoles

Dans le cadre de ce projet, un nouveau système mobile flottant de tri et de manipulation des naissains d’huîtres a été élaboré. Ce projet a impliqué l’achat, l’assemblage et l’essai d’un équipement de manipulation des naissains constitué d’une machine de tri des naissains, d’un radeau de travail spécialisé, d’un boîtier pour le système, d’un équipement de production d’énergie solaire et d’autres pièces d’équipement. Dans le cadre de l’essai de ce système unique, on a effectué une analyse comparative des gains de productivité mesurés par rapport aux valeurs et aux coûts de production observés par le passé.

Le système novateur a apporté une amélioration bien plus importante que prévu du rendement de l’exploitation. On prévoyait une hausse de la production de l’ordre de 75 %, mais elle a plutôt été de plus de 300 %.

Ce système est conçu précisément pour répondre aux besoins des petites exploitations aquacoles. La mécanisation du tri des naissains augmente clairement le taux de production, pour le même effort de travail. Cela permet aux éleveurs de consacrer plus de temps à d’autres étapes de la production et de réduire les coûts totaux par unité.

Little Wing Oysters Ltd. recommande aux autres petites entreprises de songer à faire des investissements similaires. Les éleveurs de partout au Canada peuvent accéder aux plans et à l’évaluation finale du prototype du système en communiquant avec le chargé de projet.

Avr. 2011 – mars 2012

Financement : MPO – Programme d’innovation en aquaculture et d’accès au marché (PIAAM) co-Financement : French’s Clams; Conseil national de recherche du Canada (CNRC); Université de l’île de Vancouver (VIU) – Centre de recherche sur les crustacés et mollusques (CSR)

nom du responsable : Yves Perreault (Little Wing Oysters Ltd.)

Équipe du projet : Edward Bereziak, Bob Paquin (Little Wing Oysters Ltd.)

collaborateurs : Patrice Mulot (S.A.S Mulot); Paul Steffens (Ingénierie PSA); Helen Gurney-Smith (VIU – CSR); Mark Long (ConsuItant en énergie solaire)

Contact : littlewingfarm@telus.net

http://lwo-aimap2011.blogspot.ca/

Système mobile flottant de tri et de manipulation des naissains

Production d’huîtres dans des structures suspendues aux filières des moules aux Îles de la Madeleine

Le principal objectif de ce projet consistait à évaluer le potentiel biologique, économique et technique de la production d’huîtres à l’aide de structures suspendues. Trois structures d’élevage ont été comparées : 1) les lanternes japonaises, 2) les cordages verticaux (collées), et 3) les cordages horizontaux. Ces structures ont été installées sur les filières de deux sites mytilicoles : la lagune du Havre aux Maisons et le site au large de la baie de Plaisance. Ce sont les huîtres sur les cordages verticaux de la lagune qui ont connu la plus forte croissance. Leur taille a doublée (de 30 à 67 mm en moyenne) en un an et demi. Cependant, de forts pourcentages de mortalités et de pertes ont été observés pour ce type de structure. Cette problématique semble être associée aux salissures biologiques présentes sur la coquille des huîtres. Un projet d’une durée de deux ans, qui a été lancé en septembre 2011, visera à examiner les techniques de nettoyage des structures utilisées pour l’élevage des huîtres afin de résoudre le problème des salissures.

Avr. 2010 – Déc. 2013

Financement : Ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation du Québec (MAPAQ); Développement économique Canada

nom du responsable : Lisandre G. Solomon (Merinov)

Équipe du projet : Carole Cyr (Merinov); Jean-François Laplante (UQAR, MAPAQ); Moules de culture des Iles; La moules du large Inc.

Contact : lisandre.solomon@merinov.ca

Innovations visant à produire des embryons d’huître individuels dans le détroit de Pendrell, en Colombie-Britannique

Aphrodite’s Garden Oyster Co. utilisera des méthodologies uniques pour produire localement des embryons d’huître individuels en quantités commerciales à partir du naissain d’huître sauvage fixé du détroit de Pendrell, ce qui se traduira par une réduction du coût pour les éleveurs locaux grâce aux innovations concernant le substrat des collecteurs de naissain, le stade initial d’élevage en nurserie, le triage et la transformation en préparation pour la commercialisation. Ces innovations réduisent grandement l’empreinte de carbone du processus de production d’embryons individuels en supprimant des activités d’écloserie qui demandent beaucoup d’énergie. Le plan de travail prévoit l’utilisation de matériel remis à neuf et du cycle naturel de frai de l’huître. Une fois le naissain fixé, sa maturation se fera généralement dans des grappes de deux ou trois huîtres. Aphrodite’s Garden Oyster Co. intervient à ce stade pour produire des embryons uniques, dont la valeur pour les éleveurs est bien plus élevée.

Le projet aura comme résultat l’augmentation de la productivité des exploitations locales, la création d’emploi ainsi que la protection et la mise en valeur d’un atout précieux de la côte de la C.-B. Le projet comportera l’innovation en matière de substrat du collecteur, la mise au point ultérieure d’équipement pour déployer et retirer ces collecteurs, la conception et la construction d’un dégrappeur de naissain et la mise au point d’un processus pour obtenir des embryons individuels à partir des grappes.

Ce projet permettra d’obtenir un produit naturel et économique d’excellente valeur  : du naissain d’huître viable et mature pour les éleveurs locaux. Cette percée permettrait à Pendrell de retrouver la part du marché qu’il occupait avant 1986. Tout cela en augmentant le rendement environnemental grâce à la productivité naturelle dans le détroit de Pendrell et dans le but de proposer une solution de rechange durable au naissain d’écloseries lointaines qui demandent beaucoup d’énergie.

Avr. 2012 – mars 2013

Financement : MPO – Programme d’innovation en aquaculture et d’accès au marché (PIAAM)

nom du responsable : Ed Bereziak (Aphrodite’s Garden Oyster Co.)

Équipe du projet : Lynn Paris, Bernard Hodges, John Svoboda; Dave Hameline (Aphrodite’s Garden Oyster Co.); Yves Perrault (Little Wing Oysters Ltd.); Doug Bruce (U. Brock); Karen Burke Da Silva (U. Flinders)

Contact : Edbereziak1@hotmail.com

Introduction d’une technologie commerciale pour le broyage des coquilles dans le cadre des opérations ostréicoles en Colombie-Britannique

Cette étude comparative menée par l’industrie avait pour objectif de trouver une technologie adéquate pour réduire le volume de coquilles d’huîtres et ainsi diminuer les coûts de manipulation et rendre possibles, après la transformation sur des marchés secondaires, des opportunités apportant une valeur ajoutée. Les aliments complémentaires pour animaux et la filtration de l’eau constituent deux exemples de marché secondaire.

On a testé trois technologies différentes : une déchiqueteuse bi-rotor, un broyeur à marteaux et un broyeur à cage. À travers chaque machine, on a fait passer des lots de coquilles d’huître creuse du Pacifique sous trois conditions différentes : coquilles sèches, humides et fraîches. La déchiqueteuse bi-rotor et le broyeur à marteaux ont obtenu de bons résultats, mais le broyeur à cage n’est pas envisageable en raison de problèmes liés à l’alimentation en matière première. Toutes les machines ont produit des particules beaucoup plus fines que prévu.

L’introduction d’une technologie de broyage de coquilles pour soutenir le secteur conchylicole de la Colombie-Britannique représente l’occasion d’améliorer le rendement environnemental et satisfaire les besoins des marchés secondaires. Nous sommes convaincus que cette technologie sera avantageuse pour l’industrie conchylicole dans son ensemble. Fanny Bay est très bien placée pour contribuer à introduire cette solution et montrer la voie de la production durable.

Avr. 2011 – mars 2012

Financement : MPO – Programme d’innovation en aquaculture et d’accès au marché (PIAAM) co-Financement : Fanny Bay Oysters

nom du responsable : Brian Yip (Taylor Shellfish Canada)

Équipe du projet : Chris Barker (Taylor Shellfish Canada); Alex Munro, Mandy Prowse (Fanny Bay Oysters)

Contact : littlewingfarm@telus.net

www.taylorshellfishfarms.com

Optimisation de la démarche d’assurance qualité pour la commercialisation des huîtres du Nouveau-Brunswick

La Maison Beausoleil (2010) Inc. de Néguac, N.-B. est alimentée en coquillages par plus d’une quarantaine de fournisseurs, et la compagnie peut recevoir des arrivages simultanés de différents producteurs et journaliers d’un même producteur. C’est pourquoi elle souhaite mettre au point une ligne de traitement des huîtres permettant d’automatiser les étapes de réception, de lavage et d’entreposage des huîtres en viviers. Cette automatisation devra s’intégrer dans la démarche de traçabilité du produit dans le but de réduire ses coûts de production, d’augmenter sa productivité et de maintenir sa position relativement aux normes et à la concurrence internationale.

Le projet vise la mécanisation et l’automatisation de l’étape de lavage des huîtres au moment de la réception et de la mise en charge dans les bacs d’entreposage en viviers. La plupart des composantes de la ligne de production automatisée devront être développées tandis que les autres devront être adaptées pour s’intégrer aux différentes composantes.

Une ligne de production incluant un dépileur de bacs pleins, un convoyeur de bacs pleins, un retour de bacs vides, un retourneur de bacs pleins, un laveur, un chargeur de casier et un élévateur de casiers seront développés et mis en place au niveau de l’aire de réception à l’usine.

mars 2011 – mars 2013

Financement : MPO – Programme d’innovation en aquaculture et d’accès au marché (PIAAM); Conseil national de recherche du Canada (CNRC) – Programme d’aide à la recherche industrielle (PARI); Province du N.-B.

nom du responsable : Amédée Savoie (La Maison Beausoleil Inc.)

Équipe du projet : Annie Thibodeau, Martial LeClerc (La Maison Beausoleil Inc.); Cube Automation; Vendée Concept

Contact : amédée@maisonbeausoleil.ca

Création d’une épreuve modifiée pour usage dans les eaux tempérées et application au moyen d’une évaluation de la tolérance au stress dans les stocks d’huîtres ayant différents degrés d’hétérozygotie

De nombreux facteurs contribuent aux pertes d’huîtres, mais ces facteurs sont pour la plupart liés au stress. Le stress peut être dû à des pratiques d’élevage sous-optimales, aux conditions environnementales ou à la présence de pathogènes. On peut effectuer des évaluations initiales rapides de l’état immunitaire des bivalves à l’aide de biomarqueurs cellulaires au lieu de se servir des indicateurs à long terme plus traditionnels comme les taux de croissance, la mortalité et l’indice de condition. La présente enquête servira à vérifier le potentiel d’erreurs lié à l’utilisation d’un biomarqueur cellulaire (épreuve de rétention du rouge neutre) dans des huîtres exposées à de faibles températures de l’eau, et elle tentera d’améliorer cette méthode dans un milieu contrôlé pour pouvoir l’appliquer en toute confiance sur le terrain. On évaluera la valeur sélective des sources de stock d’huîtres en mesurant le taux de variation génétique d’une population (hétérozygotie). Une fois ces taux mesurés, on évaluera la tolérance au stress des sources de stock qui présentent les taux d’hétérozygotie les plus élevés et les plus faibles.

MAI 2011 – mars 2013

Financement : MPO – Programme coopératif de recherche et développement en aquaculture (PCRDA) co-Financement : Elsipogtog Fisheries

nom du responsable : Carla Hicks (MPO)

Équipe du projet : Denise Méthé, Luc Comeau (MPO); Réjean Tremblay (UQAR)

collaborateurs : Blayne Peters (Elsipogtog Fisheries)

Contact : Carla.Hicks@dfo-mpo.gc.ca

Essai de base d’un plateau amovible pour un système de nurserie flottant de remontée d’eau

Mac’s Oysters Ltd. effectuera une première commercialisation et l’essai de base d’un système de râteliers et de plateaux amovibles pour les casiers d’un système de nurserie flottant de remontée d’eau (FLUPSY). Le système comportera des râteliers en aluminium qui peuvent accueillir des plateaux de naissain et qui sont suspendus dans les casiers du FLUPSY. Ces casiers augmentent la surface de culture, ce qui permet d’obtenir un volume de naissain que l’on ne pouvait pas atteindre auparavant. Le système réduit les problèmes d’entassement et présente un potentiel énorme pour améliorer la production grâce à des taux de survie plus élevés et à des densités de mise en charge potentiellement supérieures.

La demande en naissain continue d’augmenter, mais la production du FLUPSY demeure stable. Le taux de mortalité constitue le facteur principal qui limite la production globale. Celui-ci est attribuable à des périodes de croissance rapide à la suite desquelles le volume de naissain dépasse la capacité de charge du système. L’augmentation de la surface de culture à l’aide du système de râtelier et de plateaux, devrait être en mesure de réduire considérablement ce taux de mortalité et d’augmenter du même coup la productivité globale. Deux systèmes seront mis en œuvre et testés  : un râtelier qui permet la remontée d’eau à travers la partie inférieure de tous les plateaux et un système empilable de remontée d’eau de type raceway où l’eau pénètre par la partie inférieure du casier et circule horizontalement sur chaque plateau.

Les résultats des essais préliminaires s’avèrent favorables en ce qui concerne la croissance et la survie. Pour cette raison, Mac’s Oysters Ltd. se sent prêt à développer le système à l’échelle commerciale.

Avr. 2012 – mars 2013

Financement : MPO – Programme d’innovation en aquaculture et d’accès au marché (PIAAM)

nom du responsable : Rob Marshall (Mac’s Oysters Ltd.)

Équipe du projet : Ron Willis, John Foster, Tom Haas, Janet Clark (Mac’s Oysters Ltd.)

Contact : rob@macsoysters.com

www.macsoysters.com

Conchyliculture en C.-B.

Nouvelle méthode pour la culture de bivalves en suspension

À l’heure actuelle, l’élevage de bivalves se fait principalement au moyen de deux méthodes d’élevage  : la culture intertidale (au fond ou sur la plage) et la culture en eau profonde (en suspension). La culture en suspension offre un certain nombre d’avantages, mais est souvent confrontée à deux problèmes, soit la salissure marine et la déformation des coquilles. L’objectif de notre projet est d’évaluer l’efficacité des agrégats d’argile élargis et des pierres de lave comme nouveau milieu de croissance pour les bivalves dans les cultures en suspension. Les deux milieux sont légers, naturels, inertes sur le plan chimique, abordables ainsi que réutilisables, et ils ont également un pH neutre. Nous prévoyons que ces milieux élimineront les salissures biologiques, fourniront un support structurel, et agiront comme un agent de polissage afin de prévenir l’agglutination et la déformation des coquilles. Nous mettons l’accent sur les deux principales espèces de mollusques bivalves élevées en Colombie-Britannique, soit l’huître creuse du Pacifique (Crassostrea gigas) et la palourde japonaise (Venerupis philippinarum), pendant les étapes de nurserie et de grossissement. Notre méthode pourrait améliorer l’efficacité des systèmes de grossissement pour ces espèces et d’autres espèces de bivalves.

jan. 2011 – mars 2012

Financement : MPO – Programme coopératif de recherche et développement en aquaculture (PCRDA) co-Financement : Mac’s Oysters Ltd.

nom du responsable : Anya Dunham (MPO)

Équipe du projet : Rob Marshall (Mac’s Oysters Ltd.)

collaborateurs : Mac’s Oysters Ltd.

Contact : Anya.Dunham@dfo-mpo.gc.ca

Élaboration d’une technologie de tri des huîtres axée sur la taille (longueur) ainsi que de l’unité adaptée aux activités des éleveurs

Ce projet implique l’élaboration, l’adaptation et la démonstration d’une technologie qui favorisera l’agrandissement des sites et une production accrue d’huîtres, et qui permettra de diminuer les coûts de production tout en augmentant les marges bénéficiaires pour les éleveurs. Ce projet sera réalisé à Bouctouche, au Nouveau-Brunswick, et il implique une technologie de tri et de dénombrement des huîtres, la préparation de l’aménagement de l’usine pour recevoir la nouvelle technologie novatrice, l’acquisition, la mise en service et la validation de l’équipement, le développement d’un système de nettoyage des huîtres, une étude de rentabilité ainsi qu’un rapport final et des communications.

mars 2012 – mars 2013

Financement : MPO – Programme d’innovation en aquaculture et d’accès au marché (PIAAM) co-Financement : Conseil national de recherches Canada (CRNC) – Programme d’aide à la recherche industrielle (PARI); Province du Nouveau-Brunswick

nom du responsable : Donald Jaillet (Jaillet Aquaculture Inc.)

Équipe du projet : Mike McKenna (Atlantic System Manufacturing); Carl Brothers (Frontier Power Systems Inc.)

Contact : djaillet@nb.sympatico.ca

Élaboration d’outils pour évaluer la durée de conservation de l’huître américaine

L’huître demeure un fruit de mer populaire et apprécié par de nombreuses personnes. Puisque les huîtres fraîches en écailles sont des organismes vivants, elles doivent être entreposées dans des conditions optimales afin d’empêcher une dégradation rapide de la qualité. Au Canada atlantique, les éleveurs ont indiqué qu’il existe des variations saisonnières en matière de conservation de l’huître. Les études antérieures étaient axées principalement sur les marchés traditionnels tenus durant l’hiver, sans prendre en considération les effets que pouvaient avoir la période de récolte et les autres pratiques d’élevage sur la durée de conservation de l’huître. La présente recherche sera axée sur l’élaboration d’outils ou de techniques permettant de : 1) déterminer la durée de conservation de la C. virginica, et 2) prévoir la durée de conservation de l’huître avant l’entreposage.

sept. 2011 – mars 2013

Financement : MPO – Programme coopératif de recherche et développement en aquaculture (PCRDA) co-Financement : La Maison BeauSoleil Inc.

nom du responsable : Daniel Bourque (MPO)

Équipe du projet : Luc Comeau (MPO)

collaborateurs : Amédée Savoie (La Maison BeauSoleil Inc.)

Contact : Daniel.Bourque@dfo-mpo.gc.ca

Comparaison d’un site ostréicole côtier et extracôtier

Comparaison d’un site côtier et d’un site extracôtier de la baie des Chaleurs, N.-B., où l’ostréiculture est réalisée au moyen de la technique française sur ficelles. Le projet a pour objectif primaire d’évaluer le rendement, c’est-à-dire la capacité d’atteindre rapidement une taille marchande, d’huîtres cultivées en suspension sur des ficelles dans un milieu extracôtier exposé en comparaison d’huîtres cultivées dans un milieu côtier protégé.

Nous comparerons les taux de croissance des coquilles et les taux de reproduction sur les sites côtiers et extracôtiers. Les objectifs précis de cette étude sont de : 1) transférer la technique méditerranéenne de culture des huîtres (en suspension) dans un site extracôtier du N.-B., 2) comparer la croissance, les conditions de reproduction, la survie et la qualité marchande des huîtres d’un site côtier et d’un site extracôtier, 3) comparer la présence de salissures dans les deux sites, et 4) surveiller les paramètres environnementaux des deux sites.

juil. 2009 – mars 2011

Financement : MPO – Programme coopératif de recherche et développement en aquaculture (PCRDA) co-Financement : Kenny Aquaculture

nom du responsable : Monique Niles (MPO)

Équipe du projet : Luc Comeau, Leslie-Anne Davidson (MPO); Sylvio Doiron (MAAP)

collaborateurs :Thomas Kenny (Kenny Aquaculture); Marcel Poirier (MP Aquaculture Inc.)

Contact : Monique.Niles@dfo-mpo.gc.ca

Technique méditerranéenne française sur ficelles modifiée

Retournement des cages OysterGro

Notre projet vise à mettre au point une méthode fiable pour le retournement des cages afin de lutter contre les salissures marines sur les cages et les huîtres qu’elles contiennent, en vue d’améliorer la productivité nette et la viabilité économique de l’industrie de la sélection d’huîtres.

Le premier objectif consiste à déterminer la fréquence optimale de retournement des cages afin d’éliminer la plus grande proportion de salissures marines tout en réduisant les pertes économiques encoures lors de la sortie des cages hors de l’eau et de la rupture des franges. Les résultats s’appliqueront à l’ensemble de l’industrie ostréicole du sud-est du N.-B.

Le deuxième objectif consiste à déterminer le temps minimal d’émersion des cages hors de l’eau qui est nécessaire pour une élimination optimale des salissures marines. Le taux de mortalité des huîtres augmente avec le temps d’exposition à l’aire libre. Ainsi, afin d’optimiser la survie et la croissance des huîtres, il est nécessaire de déterminer le temps d’exposition favorisant l’élimination des salissures marines en fonction de la taille des huîtres.

sept. 2009 – mars 2012

Financement : MPO – Programme coopératif de recherche et développement en aquaculture (PCRDA) co-Financement : Aquaculture Acadienne Ltée; King Aquaculture; Donald Jaillet

nom du responsable : Angeline Leblanc

Équipe du projet : Marc Ouellette (MPO); Marie-Josée Maillet, Marcel Léger (MAAP); Florent Garnerot, Chantal Gionet (IRZC); Erick Battaler (U. Moncton)

collaborateurs : Maurice Daigle (Aquaculture Acadienne Ltée); Armand King (King Aquaculture); Donald Jaillet

Contact : Angeline.Leblanc@dfo-mpo.gc.ca

Effets de l’ostréiculture sur les populations de zostères marines et leur rétablissement

Ce projet vise à déterminer la portée et le taux de rétablissement des zostères marines dans les zones exposées à deux méthodes d’ostréiculture (c.-à-d., poches suspendues, ostréiculture surélevée sur table) afin de mettre au point des pratiques de gestion exemplaires pour atténuer les effets sur l’habitat benthique. Le premier objectif consiste à surveiller, selon une petite échelle spatiotemporelle, le rétablissement des zostères marines qui sont exposées à différents niveaux d’ombrage et d’enrichissement biologique produits par le matériel de culture en suspension à partir de poches en fonction de différentes densités d’ensemencement d’huîtres. Le second objectif consiste à fournir des renseignements à l’échelle régionale concernant les effets des activités de culture surélevée (sur table) de l’huître américaine sur les zostères marines tout en déterminant l’étendue de leur rétablissement pendant les périodes de mise en jachère propres à cette méthode d’élevage. Il existe peu de renseignements fiables concernant la meilleure façon de placer, à l’avenir, les tables à huîtres dans le but d’atténuer les effets cumulatifs sur l’habitat benthique des zostères marines. Bien qu’il existe des données concernant les effets de cette méthode d’élevage sur les zostères, très peu de recherches ont été effectuées sur le rétablissement des zostères à la suite de tels effets. De plus, il n’existe aucun résultat publié concernant les effets sur les zostères marines, leur rétablissement ainsi que leur rendement ultérieur dans le cadre de divers scénarios de rétablissement. Ce projet permettra à l’industrie de mettre au point de meilleures pratiques de gestion dans le but d’atténuer les effets initiaux sur l’habitat benthique et de favoriser son rétablissement lorsque des effets se produisent.

MAI 2010 – mars 2013

Financement : MPO – Programme coopératif de recherche et développement en aquaculture (PCRDA) co-Financement : L’Étang Ruisseau Bar Ltée

nom du responsable : Marie-Hélène Thériault (MPO)

Équipe du projet : Simon Courtenay, Marc Skinner (MPO)

collaborateurs : André Mallet, Claire Carver (L’Étang Ruisseau Bar Ltée)

Contact : Marie-Helene.Theriault@dfo-mpo.gc.ca

Zostère

Étude du déclin de la production d’huîtres dans la région de la baie d’Hillsborough, Île-du-Prince-Édouard

Le but global de ce projet est d’étudier le déclin de la production d’huîtres dans les populations naturelles et rehaussées des rivières de l’est, de l’ouest et du nord de la région de la baie d’Hillsborough.

Les objectifs précis du projet sont les suivants : 1) découvrir si le problème de production des huîtres concerne le recrutement, la croissance ou la mortalité, 2) cerner l’étendue spatiale du problème de production des huîtres, 3) recenser les activités environnementales ou humaines qui causent le déclin de la production en détériorant l’environnement par la perturbation du fond de la colonne d’eau, de la prédation, de la sédimentation, de la qualité de l’eau et de la disponibilité de la nourriture, 4) produire un document décrivant l’importance des problèmes de production d’huîtres dans les embouchures de la baie d’Hillsborough et les causes les plus probables au moyen de l’analyse des données et selon la plausibilité biologique, et 5) élaborer des mesures d’atténuation éventuelles pour améliorer la pêche des huîtres dans ces rivières (c.-à-d., trouver les endroits où l’on pourrait rehausser la production et pêcher l’huître sauvage).

MAI 2012 – juil. 2013

Financement : PEI Aquaculture and Fisheries Research Initiative; Ministère provincial des Pêches, de l’Aquaculture et du développement rural à l’Île-du-Prince-Edward (PEI – DFARD) co-Financement : PEI Shellfish Association (PEI SA)

nom du responsable : Sophie St-Hilaire (UIPE)

Équipe du projet : Jeff Davidson, Pedro Quijon, Erin Rees, Jonathan Hill (UIPE); Frank Hansen (PEI SA); Aaron Ramsay (PEI – DFARD)

collaborateurs : PEI Shellfish Association; (PEI – DFARD)

Contact : ssthilaire@upei.ca

Bassins d’élevage larvaire à haute densité pour le programme de sélection génétique de l’huître américaine au Nouveau-Brunswick

L’Institut de recherche sur les zones côtières (IRZC) a récemment fait l’acquisition de bassins d’élevage larvaire à haute densité développés à l’institut Cawthron de la Nouvelle-Zélande. Ces bassins, d’un volume de 2,6 litres et au nombre de 60, vont permettre d’augmenter de manière substantielle le nombre de familles et de larves pouvant être produites, et ainsi accélérer le processus de développement de naissains à haute performance. Cet accroissement de la capacité en innovation vient bonifier le programme d’amélioration génétique de l’huître américaine (Crassostrea virginica) initié en 2005 à l’IRZC grâce à la contribution financière de l’Agence de promotion économique du Canada atlantique (APECA) et le Ministère de l’Agriculture, de l’Aquaculture et des Pêches du Nouveau-Brunswick (MAAP). Deux cohortes de premières générations (F1) furent produites en 2005 et 2007 avec des résultats forts prometteurs (taux de croissance de 10 à 21 % fois supérieures pour certaines familles). En 2012 – 2013, l’IRZC débutera la production de cohortes de deuxièmes générations (F2) et le programme de sélection génétique entrera dans une nouvelle ère au bénéfice des écloseries commerciales et des producteurs d’huîtres du N.-B.

mars 2012 – mars 2013

Financement : MPO – Programme d’innovation en aquaculture et d’accès au marché (PIAAM); Ministère de l’Agriculture, de l’Aquaculture et des Pêches du Nouveau-Brunswick (MAAP); Association des conchyliculteurs professionnels du Nouveau-Brunswick (ACPNB)

nom du responsable : Chantal Gionet (IRZC)

Équipe du projet : André Dumas, Steven Mallet, Mélanie DeGrace, Josée Duguay, Rémy Haché, Yves Hébert, Isabelle Thériault, Marc-André Paulin (IRZC)

Contact : Chantal.Gionet@irzc.umcs.ca

Bassins d’élevage de larves à haute densité

Évaluation des variations saisonnières de l’état de santé physiologique des huîtres

Le taux de mortalité cumulative constitue un enjeu important pour l’ostréiculture. Dans des conditions optimales, un taux de mortalité de 5 % par année est souvent observé. Cependant, ce pourcentage peut varier considérablement d’une concession à l’autre. Les producteurs compensent ces pertes en augmentant le nombre d’huîtres cultivées sur leurs concessions. Toutefois, l’augmentation du nombre d’huîtres dans chaque concession peut avoir d’importantes répercussions sur l’empreinte écologique du site. De plus, elle peut entraîner la perte de ressources importantes dans l’écosystème (p. ex., phytoplancton, nutriments) et l’augmentation de la biodéposition sur le site, et ce sans que des huîtres supplémentaires ne soient produites au profit de l’industrie et des consommateurs. Ces répercussions sur l’environnement sont encore plus grandes dans les zones où l’échange d’eau est réduit et les zones où la capacité de charge est à son maximum. Au N.-B., la mortalité des huîtres semble être étroitement liée aux facteurs environnementaux (p. ex., température, salinité) et aux pratiques d’élevage. L’état de santé physiologique d’un animal permet de déterminer dans qu’elle mesure il s’adapte à l’exposition à des agents de stress potentiels et s’en rétablit. La présente étude servira à évaluer les variations de la santé et de l’état des huîtres (Crassostrea virginica) du N.-B. en réaction aux changements environnementaux afin de déterminer les périodes critiques de stress physiologique. Ces renseignements permettront d’élaborer des plans de gestion et des pratiques exemplaires visant à aider les producteurs d’huîtres à éviter les agents de stress supplémentaires et ainsi réduire les taux de mortalité et optimiser l’utilisation des ressources. Cela pourrait permettre à l’industrie de l’ostréiculture d’adopter des pratiques opérationnelles plus respectueuses de l’environnement.

Avr. 2012 – Mars 2015

Financement : MPO – Programme coopératif de recherche et développement en aquaculture (PCRDA); La Maison BeauSoleil Inc.

nom du responsable : Daniel Bourque (MPO)

Équipe du projet : Denise Méthé (MPO)

Contact : daniel.bourque@dfo-mpo.gc.ca