R et D en aquaculture au Canada de 2013

Poissons – Marins

Innovations en matière de conditionnement et de maintien des stocks de géniteurs de flétan atlantique

Scotian Halibut Limited (SHL) propose d’utiliser des techniques novatrices pour la gestion du stock de géniteurs afin de maximiser la croissance des poissons arrivés à maturité sexuelle et d’ainsi réduire le temps nécessaire à la production des gamètes dans le cadre de la production commerciale de juvéniles. Ceci nécessitera l’installation d’un système amélioré de conditionnement et de maintien pour les stocks de géniteurs. Ce système fournira un milieu qui leur permettra de traverser leurs cycles de croissance en ressentant un minimum de stress, tout en augmentant le nombre de degrés-jours disponibles pour la croissance.

SHL compte mettre en place une capacité de bassin suffisante pour contenir les stocks ayant été sélectionnés pour faire partie du programme sur les stocks de géniteurs parce que leurs individus montraient des signes de développement reproductif, comme la libération de gamètes ou l’augmentation du volume des ovaires. Ceci représente la première étape qui permettra de faire passer le processus de conditionnement du stock de géniteurs au niveau commercial. On prévoit que des bassins supplémentaires seront nécessaires dans les années à venir alors qu’un plus grand nombre de stocks de géniteurs atteindra la maturité sexuelle.

L’installation de ce système permettra à SHL de tirer profit de son programme de reproduction plus rapidement qu’au moyen des techniques classiques. Elle accélérera la mise à disposition de stocks de flétans d’élevage pour l’aquaculture, ce qui augmentera la compétitivité de l’entreprise et de ses clients canadiens sur le marché mondial.

Système de bassins de la zone d’alevinage modifié pour contenir un stock de géniteurs dans les installations de Woods Harbour de la Scotian Halibut Limited.

avr. 2012 – mars 2013

Financement : MPO – Programme d’innovation en aquaculture et d’accès au marché (PIAAM) co-Financement : Agence de promotion économique du Canada Atlantique (APECA) – Fonds d’innovation de l’Atlantique (FIA); Ministère du Développement économique et rural et du Tourisme de la Nouvelle-Écosse

nom du responsable : Brian Blanchard (Scotian Halibut Ltd.)

Équipe du projet : Melissa Rommens, Shelley Leblanc, Philip Nickerson, Peter Corey (Scotian Halibut Ltd.)

collaborateurs : Ministère des pêches et de l’aquaculture de la Nouvelle-Écosse

Contact : brianclanchard@hfx.eastlink.ca

Système de bassins de la zone d’alevinage

Élaboration de régimes de diète et d’alimentation pour les larves de sébaste cuivré

Le sébaste cuivré (Sebastes caurinus) est une espèce indigène de la Colombie-Britannique qui présente un excellent potentiel pour l’aquaculture. Une étude précédente (non publiée) indique que les régimes alimentaires ayant des rapports protéines:lipides optimaux et un contenu élevé d’acide docosahexaénoïque (ADH) peuvent fournir la nutrition nécessaire pour permettre la culture du sébaste cuivré. De plus, notre étude indique que la manipulation de la photopériode peut améliorer considérablement la performance de croissance. Il faut toutefois régler des problèmes de production en écloseries avant de pouvoir lancer l’aquaculture commerciale du sébaste cuivré. À cet égard, il faut établir des protocoles fiables pour l’élevage des larves, de la parturition au stade juvénile. L’objectif de ce projet de recherche est d’élaborer un régime alimentaire pour les larves de sébaste cuivré qui favorisera une bonne performance de croissance et la survie jusqu’au stade d’alevin.

avr. 2011 – mars 2013

Financement : MPO – Programme coopératif de recherche et développement en aquaculture (PCRDA) co-Financement : Totem Sea Farms Inc.

nom du responsable : Ian Forster (MPO)

Équipe du projet : Shannon Balfry (UCB); Jeff Marlaive (Aquarium de Vancouver)

collaborateurs : Gus Angus (Totem Sea Farms Inc.)

Contact : Ian.Forster@dfo-mpo.gc.ca

Sébaste cuivré femelle prête à pondre

Optimisation de la croissance dans les élevages intensifs de loups ocellés

Les loups ocellés se prêteraient bien à l’aquaculture commerciale durable. Il a récemment été démontré que la reproduction du loup ocellé peut être manipulée au moyen d’implants hormonaux, ce qui faciliterait considérablement l’élaboration de programmes de stock de reproduction et d’échéanciers de production. Il est cependant nécessaire de mettre au point des protocoles d’élevage pour déterminer les conditions optimales pour l’élevage des loups ocellés. À cet égard, une nouvelle étude indique que les régimes alimentaires et les rations peuvent être manipulés dans le but d’optimiser la croissance et l’indice de conversion alimentaire. Toutefois, bien que l’augmentation des rations puisse améliorer le taux de croissance, l’indice de conversion ne s’améliore pas nécessairement. Il ressort d’une autre étude qu’un faible taux d’évacuation gastrique pourrait aussi constituer un facteur aggravant. D’autres recherches visant à élaborer des protocoles d’élevage ont montré que l’on peut élever des loups ocellés juvéniles à des densités très élevées (>40 kg/m3) sans aucun effet négatif sur la croissance ou l’état de santé. Des études supplémentaires sont nécessaires pour élaborer des protocoles d’élevage qui servent à améliorer la croissance et l’état de santé des poissons, en plus de déterminer la viabilité de l’élevage commercial de loups ocellés.

avr. 2011 – mars 2012

Financement : MPO – Programme coopératif de recherche et développement en aquaculture (PCRDA) co-Financement : Island Scallops Ltd.

nom du responsable : Steve MacDonald (MPO)

Équipe du projet : Shannon Balfry (UCB); Jeff Marliave (Aquarium de Vancouver)

collaborateurs : Rob Saunders (Island Scallops Ltd.)

Contact : Steve.MacDonald@dfo-mpo.gc.ca

Loups ocellés dans un bassin de culture de type « raceway »

Recherche sur la nutrition de la morue charbonnière : besoins en protéines et en énergie

L’objectif de ce projet est de fournir des renseignements pour la mise au point d’aliments améliorés en vue d’élargir la production d’une aquaculture viable et durable de la morue charbonnière en Colombie­Britannique. L’étude comporte trois essais qui fourniront des renseignements sur : 1) l’effet du niveau des lipides alimentaires sur le taux de croissance de la morue charbonnière pendant la période de « faible croissance » entre 1 et 1,5 kg, 2) l’optimisation de l’utilisation d’huile de poisson alimentaire et de farine de poisson pour assurer la croissance de la morue charbonnière, au lieu de l’utilisation d’huiles végétales, et 3) l’effet de la réduction de la teneur en farine de poisson dans les régimes alimentaires de croissance de la morue charbonnière. La collecte de données pour les essais 1 et 3 se poursuit, mais les résultats de l’essai 2 indiquent que le meilleur taux de croissance des poissons juvéniles a été atteint en utilisant des niveaux très élevés de lipides (environ 33 %) et de farine de poisson (43 %), et peu d’hydrates de carbone. Ces renseignements sont utiles à l’industrie alimentaire pour améliorer la production de poissons comestibles indigènes à valeur élevée.

avr. 2010 – mars 2012

Financement : MPO – Programme coopératif de recherche et développement en aquaculture (PCRDA) co-Financement : Sable Fish Canada Inc.

nom du responsable : Ian Forster (MPO)

Équipe du projet : Mahmoud Rowshandeli (MPO); Jamie Bridge (Sable Fish Canada Inc.)

collaborateurs : Briony Campbell (Sable Fish Canada Inc.)

Contact : Ian.Forster@dfo-mpo.gc.ca

Morues charbonnières

Stratégies de fécondation de la plie rouge  : effets de la densité du sperme et de la durée de réceptivité des gamètes

Le modèle de la plie rouge est l’un des plus utilisé pour l’étude de l’ichtyobiologie en Amérique du Nord; cependant, on ne connaît pas très bien l’écologie de leur reproduction, surtout pendant les périodes de frai. Cette recherche avait pour objectifs  : 1) de déterminer le nombre optimum de spermatozoïdes requis pour fertiliser les œufs, et 2) de connaître la durée pendant laquelle les spermatozoïdes (30-240 s après l’activation) et les œufs (30-7 680 s après l’activation) sont capables d’effectuer la fertilisation après avoir été exposés à l’eau de mer. Nous avons mené des expériences au moyen de gamètes provenant de poissons sauvages capturés, et nous avons mesuré le succès de la fertilisation en examinant les œufs cinq ou six jours après la fertilisation. En moyenne, 34 038 spermatozoïdes par œuf ont été nécessaires pour fertiliser 81,3 % des œufs. La durée suivant l’activation des spermatozoïdes a influencé le succès de la fertilisation. À 30 s après l’activation des spermatozoïdes, 98 % des œufs ont été fertilisés. On a remarqué une diminution importante du succès de la fertilisation après 60 s. La durée suivant l’exposition des œufs à l’eau de mer a influé sur la proportion d’œufs fécondés. Entre 30 et 1 920 s après l’exposition à l’eau de mer, le pourcentage d’œufs fertilisés variait de 61 à 90 %. Une diminution importante, à 11 %, a eu lieu à 3 840 s après l’exposition des œufs. Ces résultats auront des répercussions sur l’optimisation des protocoles de fertilisation pour la production en écloserie et la gestion des banques de sperme.

jan. 2006 – jan. 2012

Financement : Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada (CRSNG); AquaNet; Fondation de l’innovation du Nouveau-Brunswick (FINB); Ministère de la recherche et de l’innovation de l’Ontario co-Financement : George Guptill (Bayshore Lobster Ltd.)

nom du responsable : Ian A.E. Butts (U. Windsor)

Équipe du projet : Paymon Roustaian (UNB); Matthew Litvak (Université Mount Allison)

Contact : iana.e.butts@gmail.com

Collection du sperme d'une plie rouge
Plie rouge géniteur
Embryons de plie rouge

Construction et mise à l’essai d’un système modulaire de première génération à environnement contrôlé pour le transport de morues charbonnières vivantes

Sable Fish Canada a l’intention de conceptualiser, de construire et de tester un système de transport modulaire innovateur à environnement contrôlé spécialement conçu pour la morue charbonnière, mais adaptable à d’autres espèces aquacoles avec quelques modifications légères. Dans le cas de la morue charbonnière, le projet tentera de remédier aux pertes de juvéniles lors du transport de l’écloserie à l’exploitation et aux pertes de poissons plus gros lors du transport vers les marchés de poissons vivants situés dans les basses terres continentales ou à l’étranger.

Les exigences biologiques et environnementales de la morue charbonnière sont très différentes de celles du saumon atlantique. Avec les systèmes mis au point pour les saumons atlantiques et du Pacifique, la mortalité des morues charbonnières liée au transport était en moyenne de 10 % en 2010, mais dépassait parfois ce chiffre de beaucoup. La mortalité associée au transport vers le marché de poissons vivants peut atteindre 100 %. Ce taux de mortalité est dû à l’incapacité de contrôler les paramètres environnementaux essentiels ou aux défaillances de l’équipement pendant le transport.

Dans le cadre de ce projet, on construira et mettra à l’essai un système de transport modulaire innovateur à environnement contrôlé spécialement conçu pour la morue charbonnière. Le système permettra de réduire la mortalité des juvéniles liée au transport à moins de 3 % et éliminera la mortalité des plus gros poissons lors du transport vers le marché de poissons vivants. Par ailleurs, le système de transport facilitera l’accès à de nouveaux marchés et augmentera les exportations vers l’Asie. Sans la mise au point d’un tel système de transport, il serait très difficile d’augmenter la production ou de garantir la durabilité de l’industrie.

avr. 2012 – mars 2013

Financement : MPO – Programme d’innovation en aquaculture et d’accès au marché (PIAAM)

nom du responsable : Bruce Morton (Sable Fish Canada Inc.)

Équipe du projet : Bruce Morton, Briony Campbell, Jamie Bridge, Terry Brooks (Sable Fish Canada Inc.); Linda Hiemstra (Mel Mor Science); Brad Hicks (Taplow Feeds); Eric MacGregor (Versatile Refrigeration); Kan Ogata (Aquamarine Global Seafood Distribution)

collaborateurs : BC Sustainable Sablefish Association; Aquamarine Global Seafood Distribution

Contact : Linda.Hiemstra@shaw.ca

L’effet du zooplancton ou des hydrolysats protéiques de poisson comme compléments alimentaires sur les caractères de production et la physiologie de la morue de l’Atlantique

On ignore pourquoi la performance de croissance est meilleure chez les morues soumises à des régimes à base de zooplancton, plutôt qu’à base de rotifères et d’artémies, ou chez les larves dont la nourriture a été enrichie d’hydrolysats protéiques. Pour se pencher sur cette question, on mène actuellement un projet multidisciplinaire ambitieux intitulé « Régime alimentaire et développement précoce chez la morue de l’Atlantique ». S’inscrivant dans le cadre du projet, cette thèse de maîtrise examine les effets du zooplancton et des hydrolysats protéiques de poisson comme compléments alimentaires sur les caractères de production de la morue (croissance, survie, difformités) ainsi que le rapport entre la croissance et la physiologie de la morue (c.-à-d., le métabolisme et la réaction au stress). Elle examine également l’expression des gènes qui régulent la croissance et l’appétit.

On a testé trois régimes alimentaires sur les larves de morue de l’Atlantique : 1) artémies et rotifères enrichis (AR), 2) AR + hydrolysats protéiques de poisson (AR-HP) trois fois par semaine jusqu’au sevrage, et 3) AR + complément de zooplancton (représentant de 5 à 10 % du poids total de nourriture) d’origine sauvage (Ar-Zoo) jusqu’à 30 jours après l’éclosion.

Les morues du groupe AR-Zoo avaient un poids plus élevé de 31 % 190 jours après l’éclosion, ce qui était surtout attribuable à la croissance accélérée (environ 2 % jour-1) pendant les premiers stades de développement (0 à 60 jours après l’éclosion). En revanche, le taux de croissance des groupes AR-HP et AR était semblable, mais le premier présentait des taux de survie inférieurs et l’incidence de difformités la plus élevée (surtout de lordose). Les paramètres métaboliques (au repos, taux métabolique maximum et champ métabolique) et les niveaux de cortisol avant et après le stress étaient semblables chez les morues juvéniles des groupes AR et AR-Zoo. L’absence d’effets du traitement sur la physiologie des juvéniles cadre avec l’absence d’un taux de croissance plus élevé chez les morues du groupe AR-Zoo pendant cette période. À l’heure actuelle, on examine les effets des différents régimes alimentaires sur la croissance et l’expression des gènes qui régulent l’appétit.

Nos résultats indiquent : 1) que la nourriture enrichie de compléments de zooplancton (représentant de 5 à 10 % du poids total de nourriture) peut améliorer considérablement le taux de croissance de la morue, mais que cette croissance accélérée se limite au stade larvaire, et 2) que toutes les formulations d’hydrolysats protéiques n’ont pas d’effets bénéfiques sur la croissance des poissons.

sep. 2011 – mars 2014

Financement : Agence de promotion économique du Canada Atlantique (APECA); Research & Development Corporation of Newfoundland and Labrador (RDC); Newfoundland Cod Broodstock Company

nom du responsable : Tomer Katan (MUN)

Équipe du projet : Kurt Gamperl, Chris Parrish, Matthew Rise, Gordon Nash (MUN); Danny Boyce (OSC)

Contact : tkatan@mun.ca, kgamperl@mun.ca

Réservoirs expérimentaux du pavillon de recherches aquatiques Joe Brown

Module de conditionnement pour l’eau d’un système d’élevage marin

Sable Fish Canada Ltd. a reçu un financement de 200 000 $ de la part du PIAAM pour construire un module de conditionnement pour l’eau d’un système d’élevage marin afin de contrôler la température et la salinité de l’eau dans une écloserie, récupérer la chaleur générée par un refroidisseur et recycler l’eau utilisée pour l’incubation. On sait que de légères fluctuations de la température et de la salinité par rapport aux conditions optimales peuvent causer des difformités et des mortalités chez les poissons juvéniles. Dans le cadre de ce projet novateur, on a construit et mis en œuvre un nouveau système qui permet de maintenir une température et une salinité précise, ce qui améliore les conditions d’élevage en écloserie, réduit les difformités et diminue la mortalité.

Cet équipement novateur gère divers niveaux de salinité et diverses températures en tout temps avec une fiabilité de 100 %. Dans le cadre de ce projet, on a conçu, puis testé le nouveau système, qui a réduit de moitié les difformités en contrôlant mieux l’environnement d’élevage optimal et en utilisant des technologies écoénergétiques. Sable Fish Canada Ltd. croit que cette technologie a beaucoup de potentiel et pourrait devenir un standard de l’industrie pour toutes les nouvelles écloseries de poissons marins.

Au-delà de Sable Fish Canada Ltd., l’élaboration du module de conditionnement pour l’eau d’un système d’élevage marin a donné l’occasion de commercialiser la technologie de pointe à l’échelle mondiale.

AvR. 2011 – mars 2012

Financement : MPO – Programme d’innovation en aquaculture et d’accès au marché (PIAAM)

nom du responsable : Bruce Morton (Sable Fish Canada Ltd.)

Équipe du projet : Jamie Bridge, Briony Campbell, Tom Schultz (Sable Fish Canada Ltd.)

collaborateur : Premières Nations Kyuquot Checleseht

Contact : bfmorton@telus.net

Module de conditionnement pour l’eau d’un système d’élevage marin