Recherche scientifique sur l'aquaculture multitrophique intégrée

Nouvelles méthodes de contrôle pour gérer le pou du poisson

Alternative Control Methods for Managing Sea Lice Video

Aquaculture multitrophique intégrée (AMTI) - organismes limivores

Integrated Multi-Trophic Aquaculture Video

Publication du jour

L’Aquaculture au Canada : Aquaculture multitrophique intégrée (AMTI)

Des scientifiques étudient des méthodes innovatrices d'améliorer la productivité et la durabilité environnementale des pratiques aquacoles marines. L'aquaculture multitrophique intégrée (AMTI) est un concept utilisé pour la culture de multiples espèces sur un site aquacole qui a le potentiel de fournir des avantages économiques et environnementaux. Des chercheurs de Pêches et Océans Canada (MPO) travaillent actuellement avec des partenaires pour explorer ce potentiel et pour fournir une solide base scientifique pour le développement responsable et l'expansion de l'AMTI au Canada.

Recherche sur l'AMTI dans le Canada atlantique

Entre 2001 et 2006, une équipe de scientifiques au Nouveau-Brunswick a lancé un système pilote de l'AMTI à l'échelle de l'industrie en cultivant en collaboration le saumon, le varech et la moule bleue sur plusieurs sites aquacoles dans la baie de Fundy. Après cinq ans de recherche, les résultats appuient l'établissement de systèmes d'AMTI pour la durabilité environnementale (biorestauration), la diversification économique (des filets de poisson aux composés bioactifs) et l'acceptabilité sociale (meilleures pratiques de gestion). À l'aide d'une surveillance et une gestion de la dépuration appropriées, les chercheurs ont découvert que les moules et les algues marines utilisées dans les opérations de l'AMTI pouvaient être consommées par les humains en toute sécurité.


Des chercheurs ont évalué la possibilité d'utiliser des vers polychètes élevés en cages sur des sites d'AMTI du saumon avec des poissons d'un ou deux ans. L'étude en laboratoire a démontré que les vers pouvaient être élevés avec succès avec un régime alimentaire composé d'aliments et de selles de saumon, mais les essais sur le terrain ont indiqué que le taux de production est plus bas que prévu.


Des chercheurs de Terre-Neuve ont étudié la faisabilité de la mytiliculture en tant que composante d'un système d'AMTI de la morue. Des expériences ont été effectuées sur une période de dix semaines pour mesurer les changements dans la composition biochimique des moules nourries par l'effluent de morue comparativement à des moules affamées et à des moules nourries par des algues. Des résultats préliminaires ont révélé que l'ensemble des effluents quittant les réservoirs de morue était trop grand pour être ingéré par les moules.


Des chercheurs ont caractérisé l'effet de divers régimes alimentaires sur les propriétés biophysiques des selles de moules afin de fournir des renseignements sur la modélisation de la dynamique des nutriments des systèmes d'AMTI. Les résultats indiquent que peu importe le régime alimentaire, les petites moules produisent des biodépôts qui se dispersent dans une étendue plus vaste que ceux produits par les moules de plus grande taille comme fonction de vélocité de chute.


Afin de bien intégrer les moules en tant que culture entièrement commerciale dans le système d'AMTI, une source de collecte constante de naissains de moules doit être déterminée. Une AMTI a donc examiné la possibilité de réutiliser d'anciens filets à saumon déjà traités à l'oxyde de cuivre pour la collecte de naissains de moules dans la baie de Fundy.


Afin de mieux comprendre les séquences des effets au sein des exploitations d'AMTI du Nouveau-Brunswick, des chercheurs ont étudié le flux de nutriments des élevages de saumon et son effet sur la croissance et la physiologie de reproduction de mollusques filtreurs à l'intérieur de l'écosystème d'élevage visé.


Des chercheurs ont étudié la faisabilité d'incorporer l'oursin vert à un système d'AMTI en raison de sa valeur économique relativement importante et de sa capacité d'ingérer de plus grandes particules organiques descendant de cages à poissons à nageoires. De plus, on trouve souvent l'oursin autour des sites de salmoniculture. Ce projet faisait partie d'une plus grande initiative étudiant le degré d’incidence des sites d'aquaculture sur les taux de croissance relatifs d'organismes à l'extérieur du site.


Recherche sur l'AMTI en Colombie-Britannique

Entre 2007 et 2009, des chercheurs de Kyuquot SEAfoods Ltd ont étudié la faisabilité d'une exploitation à grande échelle de morues charbonnières, d'holothuries, d'oursins, de mollusques et de varech. Les intérêts de l'étude se concentraient sur trois aspects principaux : déterminer si les holothuries utilisent efficacement les déchets sous les cages à filet; si des modifications peuvent être apportées aux cages d'acier de sorte à offrir aux mollusques une gamme de profondeur plus grande que ne l'offrent les radeaux en bois classiques et; s'il est possible d'introduire des semences d'algues tout au long de l'année pour assurer l'interception uniforme et adéquate des nutriments dissous, ainsi qu'une production continue et viable sur le plan commercial. Les résultats préliminaires ont fortement démontré que les holothuries utiliseraient les dépôts de déchets sous les filets des cages comme source de nourriture et ne semblaient pas accumuler des métaux lourds ou tout autre contaminant trace. Les modifications aux cages en mer effectuées au cours de l'étude ont aussi facilité la culture simultanée de plus d'un type de mollusque, comme la culture de moules à proximité de la surface et de pétoncles à des profondeurs allant jusqu'à 15 mètres. Le développement de plantules de varech pourrait aussi être contrôlé afin de permettre sa plantation et sa collecte à longueur d'année. Il s'agit du premier site d'AMTI approuvé en Colombie-Britannique.


Les résultats d'une étude réalisée sur douze mois suggèrent qu'il est possible qu'un système de polyculture d'huîtres du Pacifique et d'holothuries à l'échelle commerciale réduise la quantité de dépôts organiques sous la ferme d'huîtres de la Colombie-Britannique tout en produisant une seconde culture commerciale.


Des chercheurs ont entrepris de déterminer l'efficacité d'un système pilote d'herbe de wasabi à réduire les niveaux totaux de phosphore et d'azote dans les eaux des effluents d'une salmoniculture d'eau douce. L'étude portait aussi sur des problèmes de salubrité des aliments quant aux effluents et aux cultures hydroponiques à l'échelle commerciale.


RCAMTI – Réseau canadien d'aquaculture multitrophique intégrée

CIMTAN

Projets de recherche AMTI dans le R&D en aquaculture au Canada 2013

Le Réseau canadien d'aquaculture multitrophique intégrée (site Web en anglais seulement) perpétue le développement des systèmes d'AMTI à l'aide d'études multidisciplinaires sur quatre aspects : la conception écologique, l'interaction des écosystèmes et l'efficacité de la bioatténuation; l'innovation et l'ingénierie des systèmes; la viabilité économique et l'assentiment collectif et; la régulation des sciences. Le RCAMTI est un réseau stratégique de 26 scientifiques provenant de huit universités, six laboratoires du MPO et un laboratoire provincial.


Santé animale

De nouvelles études indiquent que les moules pourraient avoir la capacité de détruire le virus de l'anémie infectieuse du saumon (AIS). Les chercheurs en AMTI déterminent la capacité des moules à influer sur la présence et les niveaux de titre de divers pathogènes de poisson dans leur environnement. Les résultats de cette expérience menée en 2007-2008 suggèrent que les moules sont efficaces pour la déplétion des types de virus AIS et la nécrose pancréatique infectieuse. Toutefois, ils ne sont pas aussi efficaces sur le nodavirus et ils ne sont pas utiles à la déplétion de la maladie rénale bactérienne ou de bactéries de furonculose dans la colonne d'eau de la même façon qu’avec les virus.


Information connexe :