Les infections au réovirus pisciaire (RP) ont-elles une incidence sur la réaction des saumons au virus de la nécrose hématopoïétique infectieuse (VNHI) ou sur l'efficacité des vaccins contre ce virus?

PRRA-2014-P-13

Description

Le réovirus pisciaire (RP) est un virus possédant un brin double d'ARN appartenant à la famille des virus Reoviridae ayant récemment été décrit. Ce virus se rencontre fréquemment chez les saumons sauvages et d'élevage de la Colombie-Britannique (Marty et al, 2014), et il est possible qu'il transmette à ses hôtes des infections chroniques. Les infections mixtes de RP et d'agents pathogènes connus sont inévitables. L'un des agents pathogènes qui vit dans la même zone géographique que le RP est le virus de la nécrose hématopoïétique infectieuse (VNHI). Le VNHI est naturellement présent dans les eaux du nord-ouest du Pacifique. S'il est issu de la bonne souche de virus et que l'état de l'hôte et les paramètres environnementaux lui sont favorables, il peut transmettre des maladies aiguës (N.H.I.) aux cinq espèces de saumon du Pacifique, au saumon atlantique et à la truite arc-en-ciel (Oncorhynchus mykiss). Bien que l'utilisation du vaccin contre le VNHI dans l'industrie salmonicole de la Colombie-Britannique soit largement répandue, on sait peu de choses sur l'efficacité du vaccin lorsque ce dernier est administré à des individus asymptomatiques infectés par d'autres virus.

Ce projet a pour but de se pencher sur les conséquences des co-infections virales de RP et de VNHI chez le saumon atlantique et le saumon rouge. Dans le cadre de l'étude, on examinera comment les saumons atlantiques et les saumons rouges hôtes infectés par des virus à pouvoir pathogène nul ou faible répondent aux vaccins contre d'autres virus et aux provocations des autres virus. On effectuera des tests de provocation, afin d'examiner la progression de la maladie causée par le VNHI chez des saumons atlantiques naïfs (encore jamais infectés), des individus non infectés par le RP et vaccinés contre le VNHI (groupe témoin), et des individus infectés par le RP. De plus, on effectuera un test de provocation au VNHI avec des individus non infectés par le RP (groupe témoin) et avec des saumons rouges infectés par le RP mais non par le VNHI. Ces tests serviront à déterminer s'il y a des différences entre les groupes en ce qui concerne la morbidité associée à la provocation de l'infection par le VNHI et à produire des échantillons biologiques qui permettront de mener des études d'expression des gènes et du micro-ARN. Ces recherches aideront à déterminer les autres risques auxquels les poissons sauvages ou d'élevage sont possiblement exposés, en raison de changements sur le plan de leur capacité à répondre au vaccin contre le VNHI et/ou à l'exposition au virus, et viendront enrichir la banque de connaissances jouant un rôle important dans le cadre de la gestion durable de l'industrie salmonicole.

Constatations

S.O.

Publications

S.O.

Nom du programme

Programme de recherche sur la réglementation de l'aquaculture (PRRA)

Année

2014 - 2017

Écorégion

Pacifique : Côte Ouest de l'île de Vancouver

Chercheur principal / Chercheurs principaux / Chercheuse principale / Chercheuses principales

Stewart Johnson
chercheur scientifique, Station biologique du Pacifique
3190, chemin Hammond Bay, Nanaimo (Colombie-Britannique)
Courriel: Stewart.Johnson@dfo-mpo.gc.ca

Kyle Garver
chercheur scientifique, Station biologique du Pacifique
3190, chemin Hammond Bay, Nanaimo (Colombie-Britannique)
Courriel: Kyle.Garver@dfo-mpo.gc.ca

Membres de l'équipe

Jon Richards

Julia Bradshaw

Partenaires collaboratifs

Matthew Rise, Université Memorial de Terre-Neuve

Rune Adnreassen, Oslo and Akershus University College of Applied Sciences