Comparaison de l'incidence de l'ostréiculture sur le fond et en suspension sur les ressources alimentaires à l'échelle de la baie (rivières Foxley et Trout, Île-du-Prince-Édouard)

PRRA-2012-G-05

Description

Les mollusques bivalves, comme les moules et les huîtres, sont des filtreurs qui absorbent les aliments naturellement présents dans l'eau, comme le plancton. Leur élevage ne nécessite pas l'ajout de nourriture; cependant, leur croissance dépend de la disponibilité de la nourriture dans l'environnement. Au cours de leur culture, il faut s'assurer tout particulièrement que le nombre d'animaux d'élevage ne dépasse pas la capacité de charge de la zone. Le dépassement de cette capacité finirait par entraîner une baisse de la croissance des animaux d'élevage et pourrait avoir des répercussions sur les autres composantes de l'écosystème.

La culture des huîtres (Crassostrea virginica) évolue graduellement, passant de l’utilisation traditionnelle de l’environnement benthique (élevage sur le fond) à l’élevage en suspension, qui consiste à élever les animaux dans ou sur des structures suspendues dans la colonne d’eau, où l’on observe souvent des taux de croissance plus élevés. Le réseau hydrographique des rivières Foxley et Trout, à l’Île-du-Prince-Édouard, est considéré comme l’une des zones d’ostréiculture les plus exploitées de l’île. Certains éleveurs d’huîtres pratiquant dans cette zone ont essayé cette nouvelle approche et demandent l’autorisation de convertir leurs concessions d’élevage sur le fond en concessions d’élevage en suspension. Cependant, l’industrie et les organismes de réglementation reconnaissent tous deux la nécessité d’évaluer les répercussions écologiques de l’élevage des huîtres dans la colonne d’eau avant que la conversion des concessions ne soit autorisée. Puisque l’élevage en suspension donne lieu à une plus grande densité de mollusques que l’élevage sur le fond, la disponibilité de la nourriture pourrait constituer un enjeu si l’ensemble des concessions étaient axées sur l’élevage en suspension.

Le présent projet vise à traiter la question de la capacité de charge en examinant la mesure dans laquelle les régimes alimentaires des huîtres élevées sur le fond et des huîtres élevées en suspension se chevauchent; en comparant les taux de filtration des huîtres selon les deux types d’élevage (sur le fond et en suspension); et en intégrant ces renseignements à un modèle simple à l’échelle de la baie pour quantifier les répercussions de différents scénarios de culture sur les ressources alimentaires disponibles.

Les résultats fourniront aux gestionnaires et aux organismes de réglementation un cadre quantitatif pour évaluer les répercussions liées à la conversion des concessions d'élevage d'huîtres (passage d'une méthode d'élevage sur le fond à une méthode d'élevage en suspension) et à l'exploitation de concessions axées sur l'élevage sur fond et sur l'élevage en suspension au sein de la même baie.

La capacité de charge correspond à la densité de mise en charge maximale de bivalves pouvant être cultivés sans trop compromettre le taux de croissance individuel et sans compromettre les autres composantes de l’écosystème.

Constatations

S.O.

Publications

S.O.

Nom du programme

Programme de recherche sur la réglementation de l'aquaculture (PRRA)

Année

2012 - 2014

Écorégion

Atlantique : Golfe du Maine, plateau néo-écossais

Chercheur principal / Chercheurs principaux / Chercheuse principale / Chercheuses principales

Rémi Sonier
Biologiste recherchiste, Aquaculture et écosystèmes côtiers, Région du Golfe de Pêches et Océans Canada
343, Université, Moncton (Nouveau-Brunswick), E1C 9B6
Tél.:(506) 851-2977
Téléc:(506) 851-2079
Courriel: remi.sonier@dfo-mpo.gc.ca

Membres de l'équipe

Luc Comeau, Pêches et Océans Canada – Région du Golfe

Claudio DiBacco, Pêches et Océans Canada – Institut océanographique de Beford [IOB] de la Région des Maritimes

Réjean Tremblay, Institut des sciences de la mer de Rimouski, Université du Québec à Rimouski