Optimisation des méthodes diagnostiques pour les études de dépistage des bétanodavirus et de la pathogénie des stades de son cycle vital sur la morue franche (Gadus morhua) de consommation et de reproduction

MG-06-01-004

Description

Au Canada atlantique, la présence de bétanodavirus chez des morues franches adultes sauvages a été signalée en 2002; la maladie clinique a récemment été confirmée chez des morues juvéniles d'élevage à Terre-Neuve, en Nouvelle-Écosse, au Nouveau-Brunswick et au New Hampshire, aux États-Unis. Ces flambées cliniques ont donné lieu à des niveaux élevés de morbidité et de mortalité, ce qui valide l'hypothèse que les bétanodavirus constituent une grave menace à la commercialisation fructueuse de la morue franche d'élevage au Canada.

Les souches isolées au Canada atlantique chez la plie rouge, la morue franche et l'aiglefin se ressemblent beaucoup sur le plan de la séquence des acides aminés des protéines de capside; ils appartiennent tous au clade barfin flounder (Johnson et al., 2002, Gagné et al., 2004).

Il est extrêmement important pour l'industrie canadienne de l'élevage de la morue franche que des méthodes économiques de dépistage rapide de cet agent pathogène, possédant des caractéristiques de performance pour les bétanodavirus, soient développées et que la performance des tests de diagnostic (sensibilité, spécificité et concordance entre laboratoires) soit l'objet d'évaluations rigoureuses chez des spécimens cliniques de sorte à pouvoir prendre des décisions pertinentes en ce qui concerne le dépistage et le contrôle de ces agents pathogènes (Nérette et al., 2005a, 2005b).

L'objectif du projet est de développer de nouveaux tests de diagnostic et modifier les tests existants pour les souches trouvées au Canada atlantique, p. ex. culture du virus dans des souches cellulaires SSN1 et E11, méthodes PCR-CDNA et PCR temps réel, techniques histologiques (hybridation in situ) (Gagné et al., 2004, Iwamoto et al., 2005). De plus, établir la sensibilité et la spécificité des tests et optimiser leur application pour le criblage des différents stades du cycle vital et des tissus de la morue franche cliniquement malade et asymptomatique. Les vétérinaires, les laboratoires de diagnostic des maladies du poisson et les chercheurs seront ainsi en mesure d'appliquer rapidement les résultats obtenus pour réduire et éventuellement atténuer le problème des maladies causées par les nodavirus chez la morue franche d'élevage.

Nom du programme

Programme coopératif de recherche et développement en aquaculture (PCRDA)

Année

2006 - 2008

Écorégion

Atlantique : Golfe du Maine, plateau néo-écossais

Chercheur principal / Chercheurs principaux / Chercheuse principale / Chercheuses principales

Nellie Gagné
Courriel: Nellie.Gagne@dfo-mpo.gc.ca