Télécaptage et grossissement de naissain de Crassostrea virginica dans des seaux grillagés flottants

MG-06-01-002

Description

Au Canada atlantique, en particulier au Nouveau-Brunswick, la culture de l'huître américaine (Crassostrea virginica) dépend de

  1. la fixation de larves sauvages sur les collecteurs de naissain (p. ex. chapeaux chinois) et
  2. du transfert ultérieur du naissain aux sites de grossissement.

Cette approche d'ensemencement est toutefois vulnérable non seulement à un déclin de l'abondance des géniteurs mais également aux restrictions réglementaires sur les transferts, qui peuvent se produire inopinément à la suite de problèmes de santé (p. ex. maladie MSX) ou de la propagation d'espèces envahissantes (p. ex. tuniciers). De nouvelles restrictions sur les transferts pourraient avoir des effets dévastateurs, en particulier si elles touchent de bons sites de collecte de naissain, comme la baie de Bouctouche.

Le télécaptage du naissain de l'huître creuse du Pacifique (Crassostrea gigas) sur la côte Ouest du Canada et des États-Unis est l'objet de recherches poussées depuis les années 70; la technique est maintenant appliquée à l'échelle commerciale. Par contre, peu d'attention a été consacrée à l'huître américaine (Supan, sans date; Supan et Wilson, 1994). Au meilleur de notre connaissance, une seule étude a été menée sur la possibilité d'appliquer la technique de télécaptage de C. virginica dans l'Est du Canada (Méthé, 1996). Les résultats étaient encourageants, et démontraient clairement qu'elle bénéficierait à l'industrie de l'huître dans le sud du golfe du Saint-Laurent. La raison est que la fixation naturelle de naissain dans ce secteur à l'extrême nord de l'aire de répartition de l'espèce se produit au milieu de l'été, ce qui laisse peu de temps au naissain de grossir avant l'hiver. Le télécaptage au début du printemps a considérablement prolongé la période de grossissement du naissain et a obtenu des jeunes huîtres de grande taille (de 96 à 428 % plus grosses que le naissain fixé naturellement) dès l'automne de la même année.

Nous avons l'intention de quantifier les taux de fixation des larves pédivéligères de C. virginica dans des seaux grillagés flottants. Méthé (1996) signale des taux de fixation de 6 à 60 % dans un milieu contrôlé (bassins); pour nous, un taux moyen de fixation supérieur à 20 % dans les seaux flottants serait considéré comme un succès. Pour ce qui est de la vérification de l'hypothèse nulle, notre projet vise essentiellement à comparer une approche innovatrice de captage du naissain (seaux grillagés flottants) et une approche de télécaptage conventionnelle (milieu contrôlé). Pour ce qui est du grossissement, notre but est de démontrer que le naissain nouvellement fixé dans les seaux grillagés flottants peut se transformer en jeunes huîtres de grande taille dès l'automne de la même année. Une approche de télécaptage permettrait au promoteur de prolonger la période de croissance estivale en devançant la date de fixation des larves, qui passerait de la fin juillet (période typique dans le nord du N.-B.) au début juin par exemple. La recherche démontre qu'une telle période de croissance estivale prolongée permet de produire de jeunes huîtres de grande taille (> 25 mm) dès l'automne de la même année.

Nom du programme

Programme coopératif de recherche et développement en aquaculture (PCRDA)

Année

2006 - 2007

Écorégion

Atlantique : Golfe et estuaire du Saint-Laurent

Chercheur principal / Chercheurs principaux / Chercheuse principale / Chercheuses principales

Luc Comeau
Courriel: Luc.Comeau@dfo-mpo.gc.ca