Utilisation d'isotopes stables, d'acides gras et de traceurs biochimiques pour identifier les produits provenant de sites d'aquaculture multitrophique intégrée (polyculture)

MG-05-11-003

Description

L'industrie aquacole au Canada est actuellement dans une nouvelle phase de transition, elle qui s'efforce de devenir plus durable et plus respectueuse de l'environnement. Une des méthodes envisagées actuellement dans le cadre de cette transition est une pratique connue sous le nom d'aquaculture multitrophique intégrée ou polyculture. Le principe sous jacent de cette pratique est le recyclage des éléments nutritifs pour améliorer la rentabilité et la durabilité. En gros, la polyculture combine, dans les bonnes proportions, l'élevage d'une espèce nécessitant un apport de nourriture (p. ex. poissons), l'élevage d'une espèce absorbant des composés organiques (p. ex. mollusques) et la culture d'une espèce vivant de composés inorganiques (p. ex. algues), dans le cadre d'une gestion écosystémique équilibrée tenant compte de la spécificité de la performance à chaque site, des limites pratiques et des contraintes en matière de salubrité alimentaire et des règlements applicables.

Un problème lié à cette approche plus respectueuse de l'environnement est l'identification des produits provenant de ces futurs sites de polyculture. Sur le marché, les programmes d'étiquetage et de certification seront utilisés pour que les consommateurs puissent identifier les produits. Il reste à savoir toutefois si la distinction est possible entre un produit non étiqueté provenant d'un site de polyculture et un produit non étiqueté provenant d'un site où la polyculture n'est pas pratiquée. Ce problème a une incidence sur les questions de traçabilité des aliments et de fausse représentation des produits. Il y a également lieu de se demander à quelle distance de tout site de polyculture des organismes doivent être élevés ou cultivés afin d'être classés comme n'étant pas des produits de polyculture.

La solution à cette question de distinction des produits de polyculture consiste en une distinction statistique à l'aide de techniques à plusieurs variables. Les variables que nous proposons d'analyser sont les rapports d'isotopes stables (carbone et azote), les acides gras et le glycogène. Certains travaux préliminaires effectués cet été ont montré que ces variables pourraient être utiles pour distinguer les sites aquacoles des sites non aquacoles.

Nom du programme

Programme coopératif de recherche et développement en aquaculture (PCRDA)

Année

2006 - 2006

Écorégion

Échelle nationale

Chercheur principal / Chercheurs principaux / Chercheuse principale / Chercheuses principales

Shawn Robinson
Courriel: Shawn.Robinson@dfo-mpo.gc.ca