Évaluation des effets à distance de l'aquaculture sur le benthos et sur le rétablissement des sites dans l’estuaire Letang, au Nouveau-Brunswick

M-13-01-003

Description

L’une des principales répercussions environnementales de l’aquaculture marine côtière est liée au dépôt de matières organiques sur les fonds marins (résidus d'aliments aquacoles non consommés et de matières fécales) et à la modification de la macrofaune benthique découlant de la modification de l’état des sédiments. Même si les effets évidents des dépôts organiques sont limités aux environs immédiats des installations d’aquaculture, il subsiste une préoccupation voulant qu’il puisse y avoir, à distance, des répercussions découlant de l’effet cumulatif du grand nombre d’exploitations commerciales dans une aire restreinte.

Cette préoccupation a été soulevée dans le cas de la zone restreinte de l’estuaire Letang dans la baie de Fundy, au Nouveau-Brunswick. Des changements dans la composition des espèces formant la macrofaune dans cette zone ont déjà été observés. L’industrie a tenté de remédier à cette situation en utilisant diverses stratégies de gestion, comme la réduction des sites d’exploitation et l’établissement de périodes de jachère, conformément à la désignation des zones de gestion de la baie. L’efficacité de ces changements, cependant, n’a pas encore été évaluée. Ce projet permettra d’évaluer les répercussions environnementales à distance de l’aquaculture marine sur la structure de la communauté benthique dans l’estuaire Letang, sur une période de quatre ans. Il permettra également de comparer ces effets à distance aux résultats d’une étude de référence précédente, afin de déterminer si les approches de gestion précédemment employées pour l’estuaire Letang ont stabilisé ou amélioré les conditions. Cela fournira des renseignements précieux aux organismes de réglementation de l’industrie aquacole et aux acteurs de cette industrie en ce qui a trait à l’efficacité des mesures de gestion actuellement utilisées.

Ce projet appuie l’objectif du PCRDA en ce qui concerne la gestion environnementale optimale, dans la mesure où il correspond à la priorité nationale visant l’évaluation des répercussions écologiques de l’aquaculture grâce à l’amélioration de nos connaissances et de notre compréhension des interactions entre les activités de pisciculture et l’environnement.

Nom du programme

Programme coopératif de recherche et développement en aquaculture (PCRDA)

Année

2013 - 2016

Écorégion

Atlantique : Golfe du Maine, plateau néo-écossais

Chercheur principal / Chercheurs principaux / Chercheuse principale / Chercheuses principales

Andrew Cooper
Courriel: Andrew.Cooper@dfo-mpo.gc.ca

Partenaires collaboratifs

Northern Harvest Sea Farms