Gestion de la maladie des eaux froides causée par Flavobacterium psychrophilum dans les établissements de truiticulture de l'Ontario

CA-07-03-001 CA-08-02-001

Description

La maladie des eaux froides causée par Flavobacterium psychrophilum est particulièrement préoccupante dans les installations d'élevage en bassin allongé alimentées en eau souterraine. Des vaccins commerciaux contre cette maladie n'étant pas disponibles, il est essentiel qu'elle soit gérée, y compris par le biais d'agents antimicrobiens. Le plan à long terme du Laboratoire de pathologie du poisson (LPP) est de mener des essais d'autovaccins contre cette infection. Toutefois, pour accroître la probabilité que cette stratégie de gestion sera efficace, plusieurs éléments d'information sont encore requis, notamment a) la caractérisation plus détaillée des souches de F. psychrophilum trouvées en Ontario, b) la caractérisation des conditions de croissance requises pour l'expression optimale de la virulence et des protéines immunogènes et c) la mise au point de systèmes efficace de surveillance de la production pour assurer que l'amélioration du rendement peut être évaluée.

Dans le cadre des travaux réalisés jusqu'à maintenant en 2008, nous avons mené des recherches sur une « poussée » systémique de la maladie des eaux froides, les poissons atteints ne montrant aucun signe externe de maladie ulcéreuse (pourriture des nageoires ou myosite nécrotique typique). Cette forme systémique de la maladie des eaux froides durant les premiers stades de production semble être la règle plutôt que l'exception. Ce problème est nouveau sur le plan scientifique (quoiqu'il ne le soit pas pour les pisciculteurs) et peu d'attention concertée y a été consacré. Il est particulièrement important d'étudier cette forme de la maladie des eaux froides parce les poissons atteints ne portent presque pas de lésions macroscopiques visibles, bien que le niveau de mortalité puisse augmenter et que les sujets atteints montrent des signes cliniques décelables mais subtils au départ. La surveillance de ces premiers signes, ainsi que l'observation des lésions présentes au microscope optique, font partie du projet en cours. Nous poursuivons nos travaux de caractérisation des isolats obtenus jusqu'à présent; il nous faudra toutefois prélever des échantillons d'autres souches. Des douzaines d'isolats d'épisodes cliniques multiples sont requis pour formuler des conclusions sur les tendances chez les souches, etc. C'est là le premier objectif du projet.

Seule une étude a été publiée sur l'utilisation de l'électrophorèse sur gels de polyacrylamide en deux dimensions pour déterminer le protéome de F. psychrophilum (Sudheesh et al., 2007). Nous avons utilisé cet outil de « recherche » plutôt exigeant et laborieux pour comparer les conditions de culture qui influent sur l'expression des protéines de F. psychrophilum. Nous avons ainsi réussi à identifier plusieurs protéines qui sont de bonnes candidates, mais nous devons examiner un plus grand nombre de souches. Le deuxième objectif du projet est de produire des antisérums à ces protéines d'intérêt. En dernier lieu, le troisième objectif est d'entreprendre un essai de traitement dans le but de déterminer l'efficacité du florfénicol comme mesure thérapeutique pour parer aux effets de la maladie des eaux froides. Les grandes lignes de cet essai sont données dans le rapport ci joint. Le florfénicol est utilisé dans le traitement des poussées de la maladie des eaux froides et semble efficace à court terme. Mais il reste à savoir si le traitement aux premiers stades de développement (< 1 g) peut résulter en des améliorations à long terme dans la santé du poisson et la productivité des fermes.

Nom du programme

Programme coopératif de recherche et développement en aquaculture (PCRDA)

Année

2007 - 2009

Écorégion

Centre du Canada : Bassin versant des Grands Lacs et du fleuve Saint-Laurent (eau douce)

Chercheur principal / Chercheurs principaux / Chercheuse principale / Chercheuses principales

Doug Geiling
Courriel: Doug.Geiling@dfo-mpo.gc.ca