Entreposage hivernal des huîtres de l’est cultivées : survie et déchets métaboliques

19-G-01

Description

L’huître de l’est, Crassostrea virginica, a une aire de répartition latitudinale d’environ 4 000 km, s’étendant du golfe du Mexique (27⁰N) au golfe du Saint-Laurent (48⁰N). À l’extrémité nord de l’aire de répartition de l’espèce, l’hivernage est une considération nécessaire pour l’élevage. Normalement, on « maintient » les huîtres directement sur le fond marin. Cependant, en s’enfonçant au fond à l’automne, les poches ont tendance à se déposer sur les sédiments meubles, ce qui augmente le risque d’enfouissement des huîtres. L’enfouissement hivernal pose un risque sérieux pour la santé de C. virginica et peut entraîner la mort dans les 12 jours. C’est pour cette raison que l’on s’intéresse de plus en plus au transfert des huîtres dans des installations terrestres de parcage à l’automne.

Ce projet vise à évaluer les effets d’une nouvelle méthode de parcage sur la santé physiologique de C. virginica. Cette méthode de parcage consiste à pulvériser de l’eau de mer proche de la congélation sur des huîtres exposées à l’air à l’intérieur d’une installation. Le projet permettra de comparer les processus sanitaires et physiologiques des huîtres stockées dans ces conditions à ceux des huîtres stockées selon les méthodes traditionnelles de parcage : immersion continue et stockage à sec. Il permettra d’évaluer également une méthode de stockage intermédiaire d’alternance entre les aspersions et l’immersion périodique. Cette information peut servir à mettre au point une nouvelle méthode d’hivernage efficace sur le plan énergétique pour les huîtres de l’est, tout en réduisant la mortalité des huîtres.

Nom du programme

Programme coopératif de recherche et développement en aquaculture (PCRDA)

Années

Trois ans : 2019-2022

Chercheur principal

Luc Comeau, chercheur scientifique, Pêches et Océans Canada, Centre des pêches du Golfe, Région du Golfe
Courriel : Luc.Comeau@dfo-mpo.gc.ca

Membres de l’équipe

Michel Desjardins, biologiste, ministère de l’Agriculture, des Pêches et de l’Aquaculture du Nouveau-Brunswick

Collaborateurs

Léon Lanteigne, propriétaire, L2 – Recherche et Production Aquacole Inc.