Comparaison de la modélisation des dépôts hydrodynamique et fondée sur le système d’information géographique (SIG) aux fins de prévision des empreintes des cages de poissons à nageoires d’eau douce

18-CA-01

Description

Les organismes de réglementation de l’aquaculture exigent qu’un modèle de dépôts accompagne les demandes de permis pour de nouveaux sites et les demandes de changements aux quotas et à la production d’aliments. Plusieurs modèles servant à prédire l’étendue et l’intensité des dépôts de déchets solides provenant des fermes aquacoles et les impacts environnementaux connexes ont été élaborés, dont le DEPOMOD, qui est le plus couramment utilisé. Cependant, dans les systèmes d’eau douce, le DEPOMOD n’est pas en mesure de prédire avec précision certains paramètres, et l’élaboration d’une prévision à l’aide de ce modèle est chronovore. De plus, il faut acheter des logiciels spécialisés et obtenir des permis pour recueillir et analyser les grandes quantités de données. Bien que d’autres processus de modélisation existent, comme FVCOM, ils ont également tendance à requérir de nombreuses données et sont coûteux. Il convient donc de rechercher un autre processus de modélisation plus pratique pour les systèmes d’eau douce. Une approche de modélisation qui intègre les mouvements en cage, tout en se concentrant moins sur les détails des processus hydrodynamiques, peut prévoir les empreintes avec une précision semblable mais pour un coût moindre pour le producteur, et satisfaire les exigences des organismes de réglementation. De plus, si cette approche s’avère prometteuse, on pourrait à l’avenir se pencher sur la conception des normes d’amarrage en tant que moyen de minimiser les impacts sur le benthos des dépôts.

Ce projet vise à utiliser les ensembles de données existants afin de comparer les erreurs de la modélisation des dépôts à l’aide du DEPOMOD à celles d’un modèle fondé sur le SIG intégrant les mouvements en cage. Ces renseignements pourront ensuite être utilisés pour élaborer un nouveau programme informatique de base qui estimera de façon plus précise l’empreinte des dépôts d’un élevage en cage selon l’utilisation et la qualité des aliments, la taille de la production, les vitesses du courant actuelles et la bathymétrie.

Nom du programme

Programme coopératif de recherche et développement en aquaculture (PCRDA)

Années

Un an : 2018-2019

Chercheur principal

Cheryl Podemski, chercheuse scientifique, Pêches et Océans Canada, Institut des eaux douces, Région du Centre et de l’Arctique
Courriel : cheryl.podemski@dfo-mpo.gc.ca

Membres de l’équipe

Jamie Raper, spécialiste des sciences physiques, Pêches et Océans Canada, Institut des eaux douces, Région du Centre et de l’Arctique
Gord Cole, copropriétaire, Aqua-cage Fisheries

Collaborateurs

Jamie Hooft, scientifique principale, Aqua-cage Fisheries Ltd.