Réduction des risques de maladie

Dans un environnement aquatique commun, des protocoles solides doivent être en place afin de réduire au minimum le risque de maladie, de reconnaître rapidement les poissons malades et de les traiter efficacement. Le Programme national sur la santé des animaux aquatiques (PNSAA), offert par l’Agence canadienne d’inspection des aliments (ACIA) en partenariat avec Pêches et Océans Canada, établit et met en application des protocoles de contrôle et de gestion de la santé des poissons. Le Programme est appuyé par le système de laboratoire national internationalement reconnu de Pêches et Océans Canada, qui fournit des résultats de tests exacts, fiables et cohérents pour la détection de maladies. Cette capacité est renforcée par le développement technologique, les recherches ciblées et l’accès à des options de traitement efficaces dans l’éventualité où des épidémies surviendraient. Elle fournit au Canada une solide base scientifique pour la protection de ses populations d’animaux sauvages et d’élevage. Ce programme appuie également la certification des animaux et des produits exportés.

Tous les poissons d’élevage doivent être exempts de signes cliniques de maladie avant de pouvoir entrer dans le milieu marin. Le contrôle de la propagation des maladies, des agents pathogènes et des parasites à l’intérieur du site, d’un site à l’autre ou des exploitations à l’environnement extérieur se fait au moyen de mesures de biosécurité strictes. Celles-ci peuvent comprendre des mesures de biosécurité à la ferme, des méthodes de récolte contrôlée ou l’élaboration de systèmes de gestion des zones ou des baies nécessitant une séparation selon la classe d'âge et la rotation des sites afin de permettre la mise en jachère. Ces mesures sont principalement appliquées dans le cadre de programmes vétérinaires et réglementaires provinciaux ou par le personnel de Pêches et Océans Canada (MPO) en Colombie-Britannique (C.-B.), ainsi que des procédures opérationnelles standard et des codes de pratique de l’industrie connexes.

À titre d’organisme de réglementation de l’industrie de l’aquaculture en C.-B., le MPO oblige les exploitants des installations piscicoles marines à suivre un Plan de gestion de la santé (PGS) conformément à leurs  conditions de permis pour la pisciculture. Ces PGS sont conçus de façon à inclure tous les aspects de la gestion de la santé des poissons afin de réduire au minimum le risque de maladie, de parasites et de pathogènes pour les poissons d’élevage et leur propagation aux espèces sauvages. En C.-B. :

Rapports

Pour en savoir davantage