Programme d'aquaculture durable, 2008-2013

En 2008, le gouvernement du Canada a accordé un financement de 70 millions de dollars sur cinq ans au Programme d'aquaculture durable. Dans le cadre du Programme, qui visait quatre domaines de travail interreliés, Pêches et Océans Canada a pu renforcer la réforme réglementaire et la gouvernance; étendre la portée des recherches scientifiques en lien avec l'aquaculture; mettre de l'avant l'établissement de rapports sur la durabilité; définir l'approche du Canada en matière de certification et de traçabilité. De plus, le Programme d’innovation en aquaculture et d’accès au marché favorisait les projets novateurs dans le domaine. Ci-après sont présentés les réalisations et les résultats importants dans les quatre volets du Programme.

Réforme réglementaire et gouvernance

Les politiques et règlements fédéraux, provinciaux et territoriaux ont été simplifiés en ce qui concerne les aspects environnementaux associés aux processus d’examen sur les sites d'exploitation, la gestion de la réglementation et les modifications réglementaires. Un cadre de gestion des risques liés aux règlements, de nouvelles politiques et des outils pour orienter l'industrie et établir des paramètres pour cette dernière ont également été créés. Il résulte de ces changements une meilleure gestion de la réglementation à l'égard de la durabilité du secteur, un fardeau moins grand pour les entreprises, ainsi qu'une confiance accrue du public, du marché et des investisseurs envers le rendement environnemental de l'aquaculture.

Travaux scientifiques à l'appui de la réglementation

Des recherches hautement prioritaires sur la réglementation de l'aquaculture, menées par des scientifiques du Ministère, ont été financées par l'intermédiaire du Programme de recherche sur la réglementation de l'aquaculture (PRRA). Les connaissances résultant de ces recherches contribuent à répondre aux exigences des gouvernements fédéraux, provinciaux et territoriaux qui sont associées à l'élaboration du cadre de gestion de l'environnement aquacole. Le financement a aussi contribué à accroître la rédaction d'avis scientifiques par l'intermédiaire d'ateliers et d'articles évalués par les pairs (comme le Secrétariat canadien de consultation scientifique (SCCS), mais aussi dans le cadre d'autres ateliers scientifiques qui ont aidé à la gestion de la réglementation, à l'élaboration de politiques et à la prise de décisions.

Innovation

Les investissements réalisés partout au Canada par l'intermédiaire du Programme d’innovation en aquaculture et d’accès au marché (PIAAM) ont aidé l'industrie à concevoir et à adopter continuellement des technologies novatrices et des techniques de gestion lui permettant d'être plus concurrentielle et d'améliorer son rendement environnemental. Au cours des cinq années du Programme, Pêches et Océans Canada a versé 23,2 millions de dollars à 163 projets, projets dont la valeur totale s'élève à 113,1 millions de dollars. Les rapports définitifs des projets peuvent être consultés à la page Aperçu des projets.

Certification et accès au marché

Dans le cadre de l'initiative de rapports sur la durabilité de l’aquaculture (IRDA), Pêches et Océans Canada s'est uni à des partenaires fédéraux, des gouvernements provinciaux, des joueurs de l'industrie, des organisations non gouvernementales et divers autres intervenants pour répertorier les conditions et les tendances dans l'industrie de l'aquaculture au Canada. Il a résulté de ce travail collectif le rapport suivant : L'aquaculture an Canada 2012 : un rapport sur la durabilité de l'aquaculture.

Une approche à l'égard de la certification et de l'accès au marché a également été élaborée, afin que l'industrie de l'aquaculture au Canada harmonise son approche avec les tendances dans les industries de l'agriculture, du poisson et des fruits de mer, des marchés internationaux et de la concurrence. Grâce au Programme, l'industrie et les gouvernements ont pu saisir l'importance de démontrer la durabilité de l'aquaculture au moyen d'une certification par une tierce partie et de mécanismes de traçabilité, sans compter qu'il a aidé les entreprises à prendre les mesures nécessaires pour pouvoir participer aux initiatives.