Collaboration en aquaculture

Selon l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), la population mondiale actuelle de 7,3 milliards de personnes devrait atteindre 9,7 milliards en 2050, et par conséquent, l’approvisionnement en nourriture devra doubler d’ici 2050. Pour combler cet écart, le monde doit s’en remettre de plus en plus à l’aquaculture qui est le secteur de production alimentaire qui connaît la croissance la plus rapide du monde. La FAO a noté que la contribution de l’aquaculture à l’approvisionnement alimentaire, c’est à dire des poissons, des mollusques et des plantes aquatiques, a surpassé celle des poissons sauvages pour la première fois en 2014.

Alors que l’aquaculture prend de l’expansion, le Canada travaille en collaboration avec d’autres gouvernements au pays, des pays partenaires et des organisations multinationales afin de créer de nouveaux mécanismes et de renforcer les mécanismes actuels en vue d’assurer un avenir durable pour l’aquaculture mondiale. Le fait d’établir de bonnes collaborations dans le monde entier permet au Canada d’appuyer le développement d’une aquaculture responsable et durable.

Collaborations nationales

Programme coopératif de recherche et développement en aquaculture (PCRDA)

Le Programme coopératif de recherche et de développement en aquaculture est une initiative de Pêches et Océans Canada visant à stimuler la recherche et le développement en collaboration avec l’industrie de l’aquaculture et les milieux universitaires.

Conseil canadien des ministres des pêches et de l'aquaculture (CCMPA)

Sous les auspices du Conseil canadien des ministres des pêches et de l'aquaculture, Pêches et Océans Canada travaille avec ses partenaires provinciaux et territoriaux à l'élaboration de règlements, de politiques et de programmes coordonnés à l'appui d’un secteur de l'aquaculture canadien durable.

Stratégie de développement de l’aquaculture

Examinée par le CCMPA en juin 2016, la Stratégie de développement de l’aquaculture du CCMPA prévoit un plan triennal pour la mise en œuvre d’une collaboration fédérale-provinciale-territoriale afin d’apporter un soutien accrue à la croissance de l’aquaculture durable.

lnitiative nationale pour des plans d’action stratégiques en aquaculture (INPASA)

La Stratégie de développement de l’aquaculture fait suite à l’Initiative nationale pour des plans d’action stratégiques en aquaculture (INPASA - 2011-2015). Celle-ci, aussi endossée par le CCMPA, établit une vision stratégique de la durabilité future du secteur aquacole. Cette vision est fondée sur les principes de la protection de l'environnement, du bien-être social et de la prospérité économique. Pendant cette période de cinq années, les différentes juridictions ont réussi à compléter un nombre important des activités planifiées, soit par le biais de leur propre régime réglementaire, d’activités journalières ou des initiatives spéciales.

Documents à l'appui de l’INPASA – 2011-15 :

Collaborations internationales

Codex Alimentarius – Nations Unies

La Commission du Codex Alimentarius est une organisation des Nations Unies qui élabore des normes alimentaires, des lignes directrices et des codes de pratiques à l’échelle internationale contribuant à la sécurité, à la qualité et à l’équité du commerce international des aliments. L’organisation comprend un certain nombre de comités comme le Comité du Codex sur l'étiquetage des denrées alimentaires (CCFL) sous l’égide du Canada.

Pêches et Océans Canada travaille avec l’Agence canadienne d’inspection des aliments au sein d’un comité spécial du CCFL mis sur pied pour établir un volet d’aquaculture biologique dans la norme existante sur l’agriculture biologique. Ce travail appuie les normes d’aquaculture biologique du Canada.

Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO)

En 1992, en réponse à des inquiétudes grandissantes devant l'appauvrissement des stocks de poisson et l’expansion rapide de l’aquaculture, l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) a été mandatée pour élaborer un Code de conduite pour une pêche responsable. Le Canada a été un défenseur et contributeur clé de cette initiative qui visait à préserver les stocks de poissons et à protéger l’environnement marin.

Adopté par 80 pays, y compris le Canada, à la 28e Conférence de la FAO en 1995, le Code de conduite est un outil de référence important pour le développement d’une aquaculture responsable aux échelles nationale et internationale.

Le Canada demeure un ardent défenseur de l’objectif du la FAO en matière de développement d’une aquaculture responsable. Pêches et Océans Canada, qui a aidé à élaborer les Directives techniques relatives à la certification en aquaculture de la FAO, contribue régulièrement au Sous-comité de l’aquaculture du Comité sur les pêches de l’organisation.

Organisation internationale de normalisation (ISO)

Dans presque tous les aspects de la production aquacole, la mondialisation a requis l’établissement de normes internationales pour assurer la conformité entre États, empêcher les pays de s’isoler et favoriser la collaboration internationale.

Pêches et Océans Canada a été un participant actif au comité technique 234 sur les pêches et l’aquaculture (ISO TC234), de l’Organisation internationale de normalisation, comité qui a produit de nombreuses normes relatives à la traçabilité des produits que sont les poissons et les mollusques, à la technologie de l’aquaculture en cage, à la surveillance du pou de mer et à la surveillance environnementale des répercussions de l’aquaculture. Les exploitants d’entreprises aquacoles peuvent obtenir plus d’information sur le comité et acheter des exemplaires des normes ISO/TC 234 via les pages Web de l’ISO.

Déclaration commune du Canada, du Chili, de la Norvège et de l’Écosse sur l’aquaculture

En 2015, le Canada, le Chili, l’Écosse et la Norvège ont signé une Déclaration commune sur l’aquaculture en vertu de laquelle ils se sont engagés à échanger de l'information, une expertise et des connaissances, et à continuer d’adopter des outils de gestion efficaces afin de promouvoir le développement durable de l’aquaculture. Cette déclaration officielle est considérée comme une première étape marquante vers un renforcement des relations entre les quatre pays producteurs d'aquaculture en eau froide, particulièrement du fait qu’ils ont des intérêts importants dans le saumon d'élevage.

Organisation pour la Conservation du Saumon de l'Atlantique Nord (NASCO);

L’Organisation internationale pour la conservation du saumon de l'Atlantique Nord (site en anglais seulement) a été créée pour favoriser la collaboration entre les pays membres en matière de conservation, de rétablissement, d’accroissement et de gestion de la population de saumons sauvages de l’Atlantique, en prenant en considérations les meilleures données scientifiques disponibles. En tant que membre de cette organisation, le Canada est tenu d’élaborer un Plan de mise en œuvre (disponible en anglais seulement) et de présenter des rapports d’étape annuels afin de démontrer quelles mesures le Canada a prises pour mettre en œuvre les résolutions, ententes et lignes directrices de l’Organisation.

Une Commission nord-américaine a été établie sous l’égide de l’Organisation pour la conservation du saumon de l’Atlantique Nord afin de favoriser la collaboration entre le Canada et les États-Unis pour réduire au minimum les répercussions potentielles de l’aquaculture sur le saumon de l’Atlantique sauvage. Cette collaboration prévoit la production de rapports annuels sur les maladies des salmonidés, les échappements de poissons, les introductions de poissons provenant de l’extérieur de la zone de responsabilité de la Commission et les activités transgéniques.

Organisation de coopération et de développement économique (OCDE) – Comité sur les pêches

Le Comité sur les pêches de l’Organisation de coopération et de développement économique offre une tribune à l’intention des pays membres pour qu’ils discutent des aspects économiques et stratégiques des pêches et de l’aquaculture. L’OCDE mène également d’importantes recherches qui appuient le travail des décideurs visant à assurer la durabilité des pêches et des ressources halieutiques mondiales.

Pêches et Océans Canada a fourni de l’information pour de nombreux documents de l’OCDE, y compris la publication récente intitulée La croissance verte dans les pêches et l’aquaculture.

Conseil de coopération Canada-États-Unis en matière de réglementation (CCR)

Le Canada et les États-Unis ont mis sur pied le Conseil de coopération en matière de réglementation en vue de favoriser une coopération plus étroite en matière de réglementation et de renforcer la compétitivité économique en harmonisant leurs systèmes de réglementation dans la mesure du possible.

En août 2014, Pêches et Océans Canada et la National Oceanic and Atmospheric Administration (NOAA) des États-Unis ont établi un partenariat pour renforcer leur collaboration et faire progresser leur collaboration réglementaire relative au secteur de l’aquaculture.