Résumé de l'évaluation du Programme des services d’adaptation aux changements climatiques en milieu aquatique (PSACCMA)

À propos de l’évaluation

L’évaluation a été menée à l’interne par la Division de l’évaluation de Pêches et Océans Canada (MPO) et a porté sur les réalisations du PSACCMA par rapport aux résultats escomptés et sur l’efficacité du Programme dans la réalisation de ses objectifs. Cette évaluation appuiera l’Évaluation horizontale de synthèse de l’initiative d’adaptation aux effets des changements climatiques, qui est dirigée par Environnement et Changement climatique Canada. Des données probantes ont été recueillies par un examen de la documentation, des entrevues, une analyse des données administratives, une analyse financière, une analyse webométrique et une analyse de données provenant de l’Évaluation du financement de la recherche.

À propos du programme

Le PSACCMA contribue aux objectifs et aux activités du MPO et du Cadre pancanadien sur la croissance propre et les changements climatiques du gouvernement du Canada en soutenant la recherche et la surveillance nécessaires pour déterminer les répercussions et les vulnérabilités liées au changement climatique, améliorer les prévisions océaniques et développer de l’information et des outils d’adaptation. Le PSACCMA reçoit 3,5 millions de dollars par année (budget des services votés) en vertu du Cadre pancanadien. Huit équivalents temps plein (ETP) sont financés dans le cadre du Programme.

Constatations principales

Le PSACCMA donne lieu à de la recherche de grande valeur scientifique

De l’information scientifique solide et fiable est nécessaire pour orienter les décisions de gestion et répondre aux engagements  en matière de changement climatique du point de vue du Ministère et du gouvernement fédéral. Le PSACCMA est le seul programme fédéral qui fait avancer la recherche dans le domaine de la science des changements climatiques en milieu aquatique pour soutenir les efforts d’adaptation dans trois domaines prioritaires : chimie des océans, vulnérabilité de la pêche et des infrastructures côtières aux changements climatiques, et amélioration des modèles océaniques appliqués.

Trois outils principaux ont été élaborés dans le cadre du PSACCMA :

  1. Un indice de la vulnérabilité des infrastructures côtières (IVIC)
    L’indice reflète la vulnérabilité d’un site relativement à la hausse du niveau de la mer, à l’onde de tempête et aux autres effets des changements climatiques. Il intègre également des indicateurs techniques sur les ports et des indicateurs socioéconomiques. L’IVIC n’est pas accessible au public.

  2. L’outil canadien d’adaptation aux niveaux d’eau extrêmes (OCANEE)
    Cet outil fournit des projections de la hausse du niveau de la mer le long du littoral canadien et des conseils sur les hauteurs d’élévation des infrastructures côtières à respecter en fonction des projections de la hausse du niveau de la mer. L’OCANEE est accessible en ligne pour le public.

  3. L’outil d’évaluation de la vulnérabilité au climat des stocks de poissons
    Cet outil aide les gestionnaires des pêches à déterminer quelles espèces ayant une valeur commerciale sont les plus vulnérables aux changements climatiques. Cet outil n’est pas accessible au public.

Le MPO et des organismes gouvernementaux et privés utilisent a recherche issue du PSACCMA. L’ensemble de la communauté scientifique canadienne et internationale utilise également les recherches et les données provenant du PSACCMA.

  • Les partenaires municipaux consultent l’information provenant du PSACCMA sur le site sealevelrise.ca/francais.html afin de planifier en fonction des risques d’inondation, de catastrophes et des changements prévus dans la répartition des pêches.
  • Le programme Ports pour petits bateaux du MPO utilise l’IVIC et l’OCANEE pour intégrer des mesures d’adaptation aux changements climatiques à tous les emplacements, à l’exception d’un emplacement dans l’Arctique.
  • La Commission géologique du Canada utilise l’IVIC pour orienter son programme de géoscience sur le climat côtier, qui aide les communautés côtières à planifier l’élévation des niveaux de la mer à l’échelle régionale.
  • Les autorités portuaires et les compagnies d’assurance privées utilisent de l’information provenant du PSACCMA pour élaborer des plans d’urgence, mener des évaluations environnementales et mettre en œuvre des polices d’assurance fondées sur la vulnérabilité aux risques d’inondation.

L’information et les outils produits dans le cadre du PSACCMA sont peu connus et donc sous-utilisés

Il y a des possibilités d’accroître la valeur ajoutée de la recherche du PSACCMA. Des utilisateurs potentiels ont été identifiés et la demande pour l’information et les outils du PSACCMA augmentera vraisemblablement puisque de plus en plus de programmes du MPO et d’organisations externes accroissent leurs efforts d’adaptation aux changements climatiques .

Certains défis propres aux programmes scientifiques entravent la diffusion de l’information et des outils du PSACCMA à un plus vaste public..

Plusieurs approches pourraient accroître la valeur ajoutée de la recherche du PSACCMA. Toutefois, certaines des solutions possibles sont au-delà de la portée actuelle du programme.

La répartition des fonds de F et E pour la recherche, de 2016-2017 à 2019-2020, sur les côtes Pacifique, Arctique et Atlantique.

La répartition des fonds de F et E pour la recherche, de 2016-2017 à 2019-2020, sur les côtes Pacifique, Arctique et Atlantique.

De 2016-2017 à 2019-2020, 66 % (ou 4,407,000 $) des fonds de recherche ont été alloués à la côte atlantique; 13 % (ou 889,000 $) à la côte arctique; et 21 % (ou 1,429,000 $) à la côte du Pacifique.

La pratique qui consiste à distribuer les fonds de recherche aux six régions du MPO est conforme à la répartition régionale de l’expertise scientifique; toutefois, cette façon de faire se traduit par des écarts dans l’acquisition des connaissances entre les trois régions côtières du Canada car quatre des six régions du MPO son situées sur la côte Est

Le PSACCMA assume un rôle qui dépasse son mandat

Les responsabilités dans le cadre des activités propres du PSACCMA augmentent continuellement, tandis que les ressources du Programme demeurent inchangées. Le contexte des changements climatiques, ainsi que celui du MPO, évolue et on s’attend à ce que la demande en matière de connaissances scientifiques en milieu aquatique continuera d’augmenter.

Deux ETP s’occupent de la gestion nationale du PSACCMA.

Le PSACCMA répond aux besoins en connaissances scientifiques à l’appui des efforts d’adaptation. Néanmoins, les besoins non comblés et en évolution concernant les connaissances scientifiques qui soutiendraient la prise de décisions fondées sur des données probantes. Les besoins dépassent le mandat actuel du PSACCMA.

Le PSACCMA contribue à l’acquisition d’une expertise unique à l’échelle fédérale. Par conséquent, même si le PSACCMA ne comporte pas de responsabilités directes au‑delà du soutien de la recherche sur les changements climatiques en milieu aquatique pour le MPO, le ministère doit s’assurer de la disponibilité de l’information scientifique afin de soutenir des responsabilités et des engagements plus larges. Ces responsabilités peuvent aller au-delà des connaissances scientifiques du PSACCMA, de la science du changement climatique en général et de l’adaptation.

Le personnel de gestion du PSACCMA dans la région de la capitale nationale (RCN) assume un rôle croissant et prend part à des activités qui sont fondées sur l’évolution du contexte global des changements climatiques. Ces activités sont en augmentation continue depuis 2017, et dépassent les responsabilités directes du Programme.

Leçons retenues

Bien que le PSACCMA fonctionne bien dans le cadre de son mandat actuel, il est confronté à des défis, et continuera de l’être, car il assume un rôle plus large afin d’appuyer les initiatives des changements climatiques du ministère.

Comme le PSACCMA est la seule source fédérale spécialisée dans la science des changements climatiques en milieu aquatique, le MPO compte sur son expertise pour répondre aux engagements actuels et à venir en raison de l’évolution du contexte des changements climatiques. Le MPO ne compte pas de groupe dédié à la coordination des efforts liés aux changements climatiques. En raison de son expertise, le personnel du PSACCMA assume une partie de ce rôle. Toutefois, le mandat et les ressources actuelles du PSACCMA sont insuffisantes pour s’acquitter de ce rôle grandissant et se concentrer sur les activités propres au Programme.

Bien que le MPO contribue activement à des initiatives plus vastes liées aux changements climatiques, le Ministère n’a pas de stratégie à long terme qui permettrait de relever les défis posés par les changements climatiques d’une manière globale et coordonnée à laquelle le PSACCMA pourrait contribuer plus efficacement.

Date de modification :