ÉVALUATION DU FINANCEMENT DU SECTEUR DES SCIENCES SOMMAIRE

NOTE: L’évaluation du financement du secteur des sciences sommaire a un document visuel qui présente l’information ci-dessous. La version visuelle est disponible en PDF : la version PDF.


À PROPOS DU PROGRAMME

Le Secteur des sciences des écosystèmes et des océans compte 16 programmes de financement dans le cadre desquels des scientifiques internes peuvent demander des budgets de fonctionnement et d’entretien (F et E) pour mener des recherches sur divers sujets qui appuient les objectifs du Ministère. Les fonds sont alloués au moyen d’appels de propositions concurrentiels, ciblés ou directs et sont offerts parallèlement à d’autres programmes de recherche de base en sciences des écosystèmes et des océans. En 2017-2018, les dépenses réelles totales en F et E pour l’ensemble des programmes ont été estimées à 15 789 178 $.


À PROPOS DE L’ÉVALUATION

L’évaluation a été réalisée d’avril 2018 à février 2019. Elle a permis d’évaluer l’efficacité des 16 programmes de financement, et l’Analyse comparative entre les sexes plus a servi d’outil d’analyse pour déterminer si certains groupes sont sous-représentés, en accordant une attention particulière au nombre de femmes scientifiques qui demandent et reçoivent des fonds. Des données ont été recueillies à partir d’entrevues avec 46 personnes à l’interne et à l’externe, d’un examen de documents, d’une cartographie des processus, d’une analyse des données administratives, de trois sondages (demandeurs, membres des comité d’examen, et utilisateurs finaux de la recherche) ainsi que d’une analyse documentaire.


CONCLUSIONS PRINCIPALES

Efficacité du cycle de financement

Il existe de bonnes pratiques dans chacun des programmes de financement et aux diverses étapes du cycle de financement. Cependant, dans l’ensemble, les programmes ne sont pas mis en œuvre de façon uniforme, ce qui se traduit par un manque général d’efficacité. La majorité du Secteur des sciences des écosystèmes et des océans appuie les changements qui amélioreraient l’efficacité de l’exécution des programmes.

Un examen interne des programmes de financement concurrentiels mené en 2018 a donné lieu à de nombreuses suggestions d’amélioration. Les répondants du sondage auprès des demandeurs et du sondage auprès des membres du comité d’examen ont attribué une cote aux idées découlant de l’examen. Les résultats du sondage sont présentés ci-après. Comme le démontrent les résultats, les participants étaient fortement en faveur d’améliorations visant à normaliser les outils et les processus :

Les principales activités qui permettraient de régler les problèmes d’efficacité du processus de demande (n = 261) étaient les suivantes :

68% on dit « Créer un calendrier commun pour les appels de propositions et un comité d’examen accessible à tous les programmes de financement ».

65% on dit « Mettre au point des outils de demande normalisés et des modèles pour tous les programmes de financement de F et E ».

Les principales activités qui permettraient d’améliorer la surveillance et l’administration (n = 251) étaient les suivantes :

71% on dit « Établir des critères plus clairs quant au type d’approche de financement utilisé pour répartir les budgets de recherche de F et E (p. ex. approche concurrentielle ou dirigée) ».

63% on dit « Établir un mécanisme pour classer les priorités parmi les programmes ».

Selon les membres du comité d’examen seulement, les principales activités qui permettraient de régler les problèmes d’efficacité du processus d’examen (n = 52)* étaient les suivantes :

75% on dit « Élaborer une approche uniforme, applicable à tous les programmes de financement, pour les comités ».

56% on dit « Élaborer une approche uniforme de notation qui serait utilisée par tous les comités d’examen régionaux et nationaux ».

Les principales activités qui permettraient d’améliorer les communications (n = 254) étaient les suivantes :

74% on dit « Créer un appel annuel de propositions en matière de recherche, mis en circulation parmi tout le personnel du Secteur des sciences de Pêches et Océans Canada ».

69% on dit « Élaborer un modèle pour l’information financière, qui comprend l’information sur les processus de financement, la description des fonds, et les objectifs globaux ».

Il y a un appui concernant l’utilisation des modèles concurrentiels et dirigés pour les demandes de propositions. Toutefois, les demandeurs admissibles veulent une meilleure communication sur la justification de l’utilisation d’un modèle plutôt que d’un autre.

Satisfaction des clients des programmes

Les clients internes de Pêches et Océans Canada qui utilisent la recherche produite dans le cadre des programmes se sont dits peu satisfaits de la façon dont ils sont consultés dans le cadre des exercices d’établissement des priorités, en mentionnant que les priorités ne sont pas reflétées dans les projets financés ni dans les résultats finaux de la recherche. Ils étaient également insatisfaits de la manière dont les résultats finaux de la recherche leur étaient communiqués; certains informateurs ont fait remarquer qu’ils n’obtiennent pas toujours les résultats après la recherche. Les utilisateurs finaux ont fait remarquer que pour régler ces deux questions, il est possible d’améliorer l’engagement à des moments clés du cycle de financement.

Les résultats suivant proviennent du sondage des clients et des utilisateurs finaux :

48% sont peu satisfaits ou insatisfaits du degré de consultation dans les exercices d’établissement des priorités, comparativement à 6 % qui sont plus que satisfaits ou très satisfaits.

49% sont peu satisfaits ou insatisfaits de la manière dont les résultats de recherche sont communiqués, comparativement à 11 % qui sont plus que satisfaits ou très satisfaits.

Tel qu’illustré dans la figure suivante, il existe des opportunités pour améliorer l’engagement avec les clients à différentes étapes du cycle de financement.


Niveau d’effort associé aux programmes de financement

Les répondants au sondage auprès des chercheurs/scientifiques (n = 173) ont déclaré avoir consacré 4 374 jours en 2017-2018 à l’administration, à l’élaboration de propositions et à la production de rapports pour les programmes de financement. Lorsque le nombre total de jours déclarés par les répondants au sondage auprès des demandeurs est converti en salaires, la valeur du temps des chercheurs est estimée à entre 1,4 M$ et 1,9 M$ pour l’année financière 2017-2018. Les répondants au sondage auprès du comité d’examen (n = 53) ont indiqué avoir consacré un total de 518 jours en 2017-2018 pour évaluer des lettres d’intention, des demandes ou d’autres aspects des programmes de financement.

L’Analyse comparative entre les sexes plus est un outil d’analyse qui a servi à examiner le taux de réussite des femmes scientifiques qui demandent et reçoivent du financement. D’autres facteurs identitaires ont été explorés pour vérifier s’il y avait des obstacles ou des difficultés pour certains groupes de scientifiques à obtenir des fonds. Les résultats de ces analyses sont présentés ci-dessous.

Taux de réussite des femmes scientifiques

Pour un échantillon de 524 projets jumelés à des données administratives, l’analyse a démontré que, même si un plus grand nombre d’hommes ont présenté une demande aux programmes de financement, la proportion de femmes qui ont présenté une demande et la proportion qui ont réussi à obtenir des fonds étaient égales.



Au total, les hommes scientifiques ont reçu 43 081 519 $ et les femmes scientifiques ont reçu 27 092 847 $. En moyenne, les femmes dont la demande a été acceptée ont reçu 85 cents pour chaque dollar de recherche reçu par leurs homologues masculins.

Obstacles perçus

Il y a peu d’obstacles perçus liés au sexe, à la langue officielle, à l’origine ethnique, à l’âge et à la situation géographique. Les gens ont l’impression que le statut professionnel peut constituer un obstacle à l’accès aux fonds. Afin d’aider à réduire les obstacles perçus, des pratiques exemplaires pourraient être mises en œuvre et les rôles et responsabilités du personnel pourraient être clarifiés, car cela aiderait à assurer l’équité et la diversité dans l’affectation des fonds.

Impact des pratiques de communication

L’approche fragmentaire de la communication au sujet des possibilités de financement pourrait représenter le plus grand obstacle à l’accès aux 16 programmes de financement. Un tiers des répondants au sondage auprès des demandeurs ont indiqué que le processus visant à les informer des appels de propositions et des fonds disponibles n’est pas transparent (33 % ont répondu pas du tout ou dans une faible mesure).




RECOMMANDATIONS

1 - Il est recommandé que la sous-ministre adjointe, Sciences des écosystèmes et des océans, transforme le processus global d’affectation des fonds de recherche. Il faudrait envisager de rationaliser et d’élaborer un modèle visant à accroître l’efficacité globale de l’univers de recherche de Sciences des écosystèmes et des océans.

2 - Il est recommandé que la sous-ministre adjointe, Sciences des écosystèmes et des océans ajuste l’affectation des fonds et les processus de recherche afin d’accroître la participation des clients à des points principaux de contact. Un meilleur engagement auprès des utilisateurs finaux devrait aider à mieux harmoniser les projets de recherche avec leurs besoins. Cela permettra également de communiquer l’information et les progrès de la recherche aux clients à des étapes clés du processus, y compris à la fin lorsque les résultats de la recherche sont disponibles.

3 - Il est recommandé que la sous-ministre adjointe, Sciences des écosystèmes et des océans uniformise la communication sur les possibilités de financement dans le secteur pour l’ensemble des programmes de financement afin de réduire les inégalités réelles ou perçues dans la façon dont les scientifiques reçoivent les renseignements. Bien qu’il y ait un large appui pour le recours à la fois de la sollicitation dirigée et concurrentielle de propositions de recherche, une meilleure communication au sujet de la justification du choix d’un modèle de financement plutôt que de l’autre, y compris l’invitation d’un groupe particulier de scientifiques plutôt que d’autres, améliorerait la transparence générale.

 

Pour lire la totalité de l'évaluation, consultez le site Web Évaluation du MPO : http://www.dfo-mpo.gc.ca/ae-ve/evaluations-fra.htm